Foot La Liga Santander Mercato

Barca : le mercato d’été sera-t-il celui de la révolution ?

Alors que les rumeurs mercato vont bon train du côté du FC Barcelone, celles-ci font vivement réagir les supporters sur les réseaux sociaux. Que ce soit du côté des arrivées comme des départs, les débats font rage, et la stratégie du club semble assez trouble. Après le Barca Gate, le licenciement d’Ernesto Valverde, les déclarations de Messi envers Abidal, les blaugranas font souvent la une des journaux Espagnols. Mais tout cela semble cacher un mal plus profond, qui, en plus de la crise sanitaire actuelle, jette un flou sur le mercato d’été à venir. Ce dernier, qui sera sans doute mouvementé, sera-t-il celui de la révolution ?

Quel président, quel coach, quelles finances… quel futur ?

A la tête du club depuis 2014, Josep Maria Bartomeu, le président du FC Barcelone, haï par une partie des fans, vit peut-être sa dernière saison à la présidence. En effet, 2021 sera l’année de nouvelles élections, auxquelles ne survivra peut être pas l’homme d’affaires Espagnol. Il est donc temps de dresser un bilan, afin de pouvoir se tourner vers le futur. Tout d’abord, un point sur le projet « tête d’affiche » du mandat Bartomeu : l’Espai Barca. Ce complexe sportif de 700 millions d’euros, qui aurait dû voir le jour cette saison, est aussi et surtout un gouffre financier. En effet, 300 millions de son financement devaient venir du contrat de naming du Camp Nou. Or, aucun contrat n’a encore été signé, les travaux sont arrêtés et le trou financier s’est agrandi.

Le projet Espai Barca en chiffres. (Crédits : Twitter @ActualitéBarca)

Car si l’Espai Barca coûte énormément d’argent, ce n’est pas le seul vecteur d’une dette qui grandit chaque année. AS divulguait récemment que le FC Barcelone était endetté de 200 millions d’euros de transferts à rembourser aux clubs via des échelonnements de paiements. Cette dette, chaque année, est de plus en plus inquiétante. Pour cause, alors que le Barca dégage des bénéfices chaque année, ces bénéfices sont en constante baisse : @FuriaLiga, dans un article récent, donnait les chiffres suivant : « 45M en 2012, 15M en 2015, 4,5M en 2019. » Cet article questionne aussi la responsabilité des socios et nous vous le conseillons vivement.

Des conséquences logiques à ces paiements échelonnés qui ne servent qu’à repousser les échéances. Bien qu’étant une pratique courante, ces paiements sont inquiétants au vu des récentes dépenses des pensionnaires du Camp Nou. La présidence Bartomeu a aussi vu l’explosion de la masse salariale. Bien que celle-ci soit, de manière générale, en hausse, le Barca est aujourd’hui le club avec la plus grande masse salariale au monde, et cela correspond à 69% des revenus générés par le club. Manchester City, avec 357 millions, n’est qu’à 59% ce qui est déjà élevé. Ces finances en chute libre ont été confirmées par l’un des six dirigeants du Barca ayant récemment démissionné de leurs postes chez les blaugranas, qui affirmait que, même avant la crise, les finances n’étaient pas au beau fixe.
Les dirigeants, parlons-en. Six de ces dirigeants ont récemment remis leur démission, remettant en cause Bartomeu, sa gestion du club et sa manière de fonctionner, seul. Le secrétaire technique, Abidal, qui semble avoir été placé ici en raison de sa malléabilité, paraît perdu à un poste auquel il ne comprend pas grand-chose. Ses rares interventions sont souvent inutiles et son travail, pas loin d’être inexistant. La cellule recrutement accumule les erreurs ces dernières saisons, en s’éloignant de l’ADN blaugrana et en recrutant sans consulter le staff technique. En adoptant une politique de trading des jeunes afin de se couvrir par rapport au fair play financier, tout en étant agressifs et en pesant sur le marché des transferts, le Barca renonce à ses principes et se retrouve avec un effectif vieillissant, coûteux et démuni à certains postes. Il va donc, pour le bien du club, réfléchir et définir des priorités.

Finances, effectif, jeunes, tactique : définir des priorités.

Partons du postulat que Sétien reste en poste : le technicien Espagnol n’as pas encore eu le temps de démontrer ce dont il était capable, et bien qu’il ait pu paraître, à ses débuts, comme une solution court terme, on a du mal à imaginer le club catalan limoger l’ex du Bétis. En ayant évoqué les différents problèmes financiers du Barca, l’important paraît de réduire la masse salariale du club, et d’opérer certaines ventes afin d’éponger la dette. Malheureusement, cela ne semble pas être la direction du club, qui a récemment confirmé avoir contracté un prêt auprès d’un fond d’investissement privé, qui servira officiellement comme « mesure de sécurité », mais qui apparaît tout de même être une solution amenée à jouer les pompiers de service.

Donnera-t’on à Quique Sétien de la matière afin de mettre en place ses idées ? (Crédits : From Barca Blaugrana)

Quoi qu’il en soit, et sans que l’on ne sache encore les conséquences économiques liées au Covid-19 sur les clubs de football (les joueurs du Barca vont être réunis afin de discuter d’une baisse de salaire dans les prochains jours), les Blaugrana vont se retrouver face à plusieurs problèmes. Premièrement, des joueurs aux masses salariales élevées, vieillissants et donc : invendables. Neto, Braithwaite, Rakitic, Vidal, voire Umtiti, qui ne semblent plus correspondre aux besoins du Barca, vont tout de même être compliqués à revendre. Sans parler du cas Coutinho, duquel le club, d’après les médias Espagnols, espère récupérer 100 millions d’euros … Déconnecté des réalités, déconnecté du terrain aussi. Car l’erreur des récents recrutements du club aux 5 Ligues des Champions se trouve aussi sur ce domaine : recruter des joueurs incompatibles au style de jeu Barcelonais, comme Griezmann que l’on souhaite exiler sur l’aile gauche, Firpo qui ne convainct pas car ne sied pas le profil technique dont a besoin le club catalan, etc. D’où l’importance de définir une formation et un style de jeu, afin de pouvoir recruter des joueurs compatibles et susceptibles d’apporter une plus-value à l’équipe. Mais concrètement, de quel effectif pourrait disposer Quique Sétien la saison prochaine, en respectant ces différents critères ?

Quel effectif la saison prochaine ?

Sans vouloir faire du Football Manager et renverser la moitié de l’effectif, le FCB paie ses erreurs de recrutement des dernières saisons, et va devoir dégraisser massivement, se rajeunir tout en restant extrêmement compétitif. Sur l’ensemble de ses matchs joués avec un effectif relativement complet, Sétien semble vouloir s’appuyer sur un 4-3-3. Nous allons donc dessiner les contours d’un effectif qui s’alignerait sur un 4-3-3.

Des incertitudes à chaque poste.
Les gardiens de but : Ter Stegen, et ensuite?

Le portier Allemand, joueur majeur du 11 avec, qui plus est, un salaire peu élevé (4,3M par an, quand Umtiti touche 7M), est intouchable. Les rumeurs concernant le recrutement d’Onana ne sont pas très sérieuses : plusieurs dizaines de millions d’euros pour un n°2, qui ne se contenterait pas de ce statut et pourrait nuire à l’équilibre de l’effectif. Il reste alors Neto, et ses 3,5M par an, qui ferment beaucoup de portes à de potentiels clubs intéressés. Néanmoins, si le brésilien était cédé, le club pourrait choisir de se tourner vers Inaki Pena, gardien de la réserve assez côté chez les observateurs du Barca B, et qui, d’après les rumeurs, semble être une solution envisagée.

La défense : s’appuyer sur les forces en présence et définir des profils.

La défense centrale doit s’organiser autour de Piqué et Lenglet, titulaires en puissance et aux performances satisfaisantes. Ensuite, se pose le cas Umtiti : une vente à un prix raisonnable peut-il être envisagé ? Si le Français est vendu, les recruteurs catalans vont se trouver face à un problème important : trouver un défenseur central aux demandes salariale assez basses, doué techniquement et capable de suppléer Lenglet. Autre Français, Jean-Clair Todibo : alors que celui-ci coche toutes les cases (salaire peu élevé, jeune, correspond au style de jeu), le club semble prêt à s’en séparer pour 25 millions d’euros. Peut-être pas la meilleure solution, surtout étant donné les prix croissants pour des défenseurs ces dernières saisons…

Reverra-t’on Todibo sous le maillot du Barca, après ses performances remarquées en Allemagne ? (Crédits : FC Barcelona)

A gauche, Alba est toujours là, mais ne semble pas inquiété par Firpo, qui peine à s’intégrer. Une vente de l’Espagnol pourrait être envisageable, voire nécessaire, mais seulement si les blaugranas peuvent trouver un latéral capable de concurrencer Alba et de s’intégrer à la tactique de Sétien. Si Grimaldo, le joueur formé à la Masia, possède ce profil, le coût du transfert risque d’être élevé.
Enfin, le poste de latéral droit : Sergi Roberto est une vente potentielle intéressante, avec une certaine côte qui pourrait trouver preneur. Ensuite, le Barca possède Semedo, qui malgré quelques qualités, ne s’est jamais complètement adapté au style de jeu. Alors qu’on parle d’un échange Semedo plus une somme d’argent contre Joao Cancelo de Manchester City, le Barca ferait mieux de se pencher sur ce transfert : si cela permet de dégager des bénéfices (à voir le salaire de Cancelo), le Portugais est, en plus, un joueur pouvant s’intégrer facilement dans le 4-3-3 : capable de manier le ballon, de centrer, de dédoubler, le Portugais serait apte à rentrer dans le 11.

Milieu de terrain : les problèmes….

Le poste de milieu défensif ne souffre d’aucune contestation, en raison de la domination de Sergio Busquets. Une doublure n’est pas à exclure, mais la polyvalence de De Jong, et les joueurs de la Masia sont aussi capables de boucher les rares absences de l’Espagnol. Le souci se trouve plus haut, sur les postes de relayeurs. Enfin, relayeurs… Rakitic et Vidal peinent depuis plusieurs mois voire plusieurs années désormais. Si, sportivement, leur départ est inévitable, financièrement, cela paraît très compliqué. En effet, avec 8,5M de salaire annuel, et à un an de la fin de leur contrat, les clubs risquent d’être très vite refroidis. Ces deux-là, qui ne collent plus (voire n’ont jamais collés) l’ADN Barcelonais, ont très souvent ralenti le jeu barcelonais sous Sétien, quand celui-ci avait déjà du mal à être assez vertical. Artur, sans être parfait, est un milieu capable d’apporter cette verticalité. Seulement, les blaugranas chercheraient à s’en séparer, notamment pour attirer Pjanic. Le Bosnien, 30 ans, 6,5M de salaire annuel, et qui est un footballeur exceptionnel quand il joue à la place de … Busquets. Logique sportive …

Un échange Artur-Pjanic, énième exemple d’une vision court-termiste et éloignée du terrain. (Crédits : calciomercato.com)

Busquets, Artur et Frenkie De Jong doivent, dans tous les cas, rester dans le groupe. Se posent alors les cas de Carles Alena qui va revenir de prêt, de Riqui Puig voire de Coutinho, des joueurs capables de se porter vers l’avant, et qui pourraient être un bon complément à De Jong, tout en étant très peu onéreux. En cas de recrue, la cellule de recrutement Barcelonaise doit se servir du profil de Thiago Alcantara, recrue potentielle, afin de dresser un profil : technique, assez complet, excellent passeur capable de combiner dans des petits espaces, et surtout : apporte de la verticalité à l’équipe. Enfin, nous avons évoqué Alena et Puig, qui, avec Collado, risquent de faire les frais de la politique Bartomeu et de quitter le club pour être en conformité avec le Fair Play Financier.

L’attaque : faire un bond qualitatif, est-ce réellement possible ?

L’axe Suarez-Messi ne bougera pas, et pour cause. En revanche, le troisième larron, qui est aujourd’hui Griezmann, reste une question en suspens. Griezmann est un joueur d’axe, un joueur qui évolue en soutien de l’attaquant, et qui brille notamment en transitions, puisqu’il est aussi un joueur qui se donne énormément et qui comprend comment quadriller un terrain et mettre ses adversaires dans des situations compliquées. En somme, un joueur qui est très loin de cocher les cases ADN Barca. L’attaque barcelonaise, symbolisée par Griezmann, est le symbole des recrutements loupés par les catalans. La question de Griezmann est d’un éventuel départ reste en suspens tant on ne connaît les intentions de la direction et de Sétien envers le Français : s’entêter à l’exiler à gauche ? Tenter de le placer derrière Suarez ?

Le profil de Griezmann était-il compatible avec les blaugranas ? (Crédits : Le10sport)

Quoi qu’il en soit, le poste de buteur reste à combler derrière Suarez, sauf si Braithwaite était amené à rester, ce qui ne serai pas surprenant (encore un salaire ahurissant pour un joueur de son niveau…) Enfin, sur les ailes, le chantier est énorme : Messi et Fati seront là, Dembélé réglera t-il ses problèmes de blessure ? Partira-t-il ? Trincao peut-il s’imposer ? Coutinho peut aussi évoluer sur l’aile. En définitive, Fati a 17 ans, Dembélé 23 ans et n’arrive plus à aligner les saisons et Trincao en a 21… des éléments très juvéniles qui ne semblent pas être capables d’être le fameux troisième élément titulaire de l’attaque Barcelonaise. De plus, les catalans ont besoin d’ailiers sachant prendre la profondeur, capables de jouer un jeu de position et de se servir des courses de leurs latéraux pour combiner, un profil rare et assez onéreux, surtout au vu du niveau attendu en Catalogne. Avec les rumeurs pour Sancho, qui rentrerait parfaitement dans le 11, il est cependant nécessaire de se demander quelles répercussions sur les finances et sur la masse salariale aurait une arrivée du jeune Anglais.

(Re)construire l’effectif Blaugrana en lui donnant une structure correcte qui sied au plan de jeu de Sétien apparaît aujourd’hui comme un chantier quasi-impossible. En payant les pots cassés d’une direction sportive plus que floue, d’un recrutement assez hétéroclite, ce mercato d’été doit, pour le bien du club, être celui de la révolution. Le sera-t-il pour autant ? Rien n’est moins sûr, Bartomeu étant aujourd’hui le seul décisionnaire, sans que les socios n’agissent comme nous l’apprend Elias Baillif dans l’article de Furia Liga mentionné plus haut. Mais même si le club risque de se tenir à flots, il est nécessaire de se poser la question de l’après Messi, Suarez, Busquets et d’une génération qui tient encore le club à bout de bras…

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :