Basket Draft NBA La NBA de demain

Profil NBA Draft 2020 : Nico Mannion, la déception de l’année ?

Évènements indissociables des sports aux États-Unis, les drafts sont le moteur du renouvellement perpétuel des grandes ligues sportives nord-américaines. Coup de théâtre, coup du destin, déceptions, interrogations… Les drafts sont des éléments essentiels de la culture sportive américaine. Alors que les incertitudes planent toujours autour de la reprise de la NBA, la draft est toujours au programme et ce, malgré l’interruption du championnat universitaire ainsi que l’annulation de la célèbre March Madness. S’il semble logique que la date sera déplacée en fonction de la reprise ou non du championnat, la draft NBA 2020 aura bien lieu. L’occasion pour le CCS de se mobiliser pour vous proposer un profil détaillé des meilleurs prospects du pays. Sans hiérarchie particulière, vous trouverez ici toutes les informations nécessaires pour connaître les futurs rookies, voire même les futures stars de la NBA.

NICO MANNION

Date de naissance : 17 mars 2001 – Classe : Freshman

Université : Arizona Wildcats (Pac-12) – Bilan 2019/2020 : 21v/11d

Poste : Meneur (#13)

Mensurations*
Taille : 191 cm – Poids : 86 kg – Envergure : 190,5 cm
(source : scooting report du 3 février 2020 – thestepien.com)

Statistiques saison
32 matchs joués // 14 pts // 2,5 reb // 5,3 ast // 1,2 stl // 0 blk
32,3 minutes joués/match // 39,2% FG // 32,7% 3Pts // 79,7% FT // 2,6 Tov // 1,7 PF

PROFIL

Le programme d’Arizona se remet progressivement du scandale de corruption survenu en 2017 qui ébranle aujourd’hui encore la NCAA. Après une saison 2017-2018 logiquement décevante et les déboires de la saison 2018-2019, cette année devait être synonyme de rédemption pour le coach Sean Miller et ce programme historique du basket universitaire. Après un début de saison remarquable et un run de 9 victoires consécutives, les Wildcats ont connu des hauts et des bas au sein de la Pac-12. Au final, et malgré quelques éclairs de grandeur comme la victoire contre Arizona State fin janvier, le programme termine avec un bilan global de 21-11 (10-8 en conférence) et surtout, sans classement national. La saison s’est arrêtée après le premier tour des tournois de conférence alors qu’Arizona avait réussi à s’imposer face aux Huskies de Washington. Il est évident qu’un run lors de ce tournoi ou plus tard au cours du tournoi national aurait sans aucun doute contribué à enlever le mauvais goût de cette saison régulière un peu amère. Alors, comment expliquer cette nouvelle saison décevante pour Arizona ? Il semble que les Wildcats soient tout simplement moins bons que prévu. Sean Miller semble encore et toujours déstabilisé, les freshmens se sont montrés moins impactant qu’on l’avait imaginé et les anciens ont peiné à trouver un rôle signifiant. Parmi les joueurs de premières années on retrouve Zeke Nnaji ou Josh Green, mais dès le début de la saison, les yeux étaient évidemment braqués sur l’italo-américain, Nico Mannion, meneur spectaculaire très prometteur à sa sortie de high school.  

Fils de Pace Mannion, ancien joueur des Warriors ou du Jazz et star du Championnat Italien à la fin des années 80’, Nico Mannion arrive en NCAA avec le statut de prodige aux mains d’argent. Élu meilleur joueur de son lycée en 2018 et 2019, il participe à tous les événements qui identifient les plus gros prospects du pays : Mc Donald’s All-American 2019, Jordan Brand Classic 2019, et il réalise une grosse performance lors du Nike Hoop Summit 2019 avec 28 pts, 5 reb et 5 ast. Par son physique atypique et son jeu spectaculaire, Nico Mannion a suscité l’attention de nombreux observateurs. Pour son âge, le meneur possède un sens du jeu, du timming et un touché impressionnant. Doté d’une excellente vision du jeu, autant en transition que sur demi-terrain, Mannion excelle dans la prise de décision et semble toujours avoir un temps d’avance sur ses adversaires. Facilitateur du jeu, il fluidifie l’attaque de son équipe grâce à ses changements de rythme et son style créatif. Capable de passer main droite et main gauche, Nico Mannion lit bien les défenses adverses ainsi que les pick and roll.  Bon manieur de ballon, il peut aussi bien créer pour lui-même que pour ses coéquipiers. S’il peine à finir au contact en raison de son physique, Nico Mannion possède une arme redoutable : un floatter presque élite. Plutôt adroit à mi-distance, il est capable de rentrer ses tirs à 3pts soit en sorti de dribbles, soit en catch and shoot. En défense, si son gabarit joue contre lui, Mannion compense plutôt astucieusement avec un jeu de jambes de rapide et léger, ainsi qu’une bonne intelligence dans les placements. Si les forces décrites ici restent inchangées au cours de son année avec les Wildcats, elles peuvent être atténuées.
Dans cette draft où figurent un grand nombre de guards, Nico Mannion était logiquement annoncé comme lottery pick aux côtés des autres meneurs comme LaMelo Ball ou Cole Anthony. Mais voilà, cette saison décevante a eu raison de la cote du meneur d’Arizona. Si ses qualités de gestion sont indéniables, Mannion a éprouvé des difficultés à exprimer son talent en NCAA laissant planer des doutes sur son potentiel. D’abord, son physique reste une grosse limite pour son développement, et ce, depuis le lycée. Un cadre frêle, un manque de force et une petite envergure lui empêche d’être efficace en défense même s’il reste un joueur polyvalent. De même, contrairement à ses concurrents au poste de meneur, Mannion manque d’explosivité malgré un bon premier pas. Ces limites physiques pourront également limiter sa création de tir et sa finition. Alors qu’on attendait un meneur capable de scorer régulièrement, Mannion a quelque peu déçu dans ce secteur. Au premier rang, une adresse qui interroge. Avec seulement 39,2% du terrain et 32,7% à 3pts, le meneur n’a pas convaincu. Sa mécanique est pourtant intéressante et son jumper pourrait être redoutable s’il continue de travailler sur son tir.

La saison décevante de Mannion avec les Wildcats d’Arizona a eu raison de sa cote dans les différentes mock drafts. Annoncé dans le top 10, voir top 5, à sa sortie du lycée, Mannion a éprouvé des difficultés en NCAA qui font douter les observateurs. Cependant, Nico Mannion reste toujours un prospect attractif qui devra prouver en NBA qu’il est capable de mener une équipe et passer outre ses lacunes physiques.

✔️ FORCES

  • Excellente vision du jeu, belle lecture en transition et sur demi-terrain.
  • Probablement le meilleur touché de la draft 2020.
  • Capable de jouer avec ou sans ballon.
  • Capable de scorer avec ou sans ballon.
  • Création d’espace et mise en bonne situation de ses coéquipiers.  
  • Bon dribble, capable de s’arrêter ou de défier les défenses.
  • Très intéressant dans le dribble de la première ligne et donner la balle aux intérieurs.
  • Très bonne lecture des écrans, sait les exploiter.
  • Polyvalent en défense, bonne lecture des trajectoires.
  • Passe main gauche, main droite.

FAIBLESSES

  • Manque de force physique.
  • Handicape sa contestation des tirs et sa finition au contact.
  • Manque d’explosivité.
  • Handicape sa création de tir pour lui-même.
  • N’attaque pas souvent le panier.
  • Adresse au tir à améliorer.
  • Rebondeur médiocre.

PRÉDICTION DRAFT 2020

Premier tour (places 12-22)

Hypothèse : #20 – Philadelphia Sixers

Avec son potentiel choix numéro 20, les Sixers devraient être ravis de sélectionner Nico Mannion s’il est encore disponible. Malgré ses limites athlétiques, les capacités de Mannion à jouer avec ou sans ballon pourrait bien intéresser Phila. Meneur de la second unit ou spot-up shooter aux côtés de Ben Simmons, Mannion semble avoir le profil idéal. Avec un staff NBA prêt à le développer, Nico Mannion pourrait bien devenir le joueur que tout le monde attendait. Néanmoins, ce serait une désillusion pour lui s’il est sélectionné si bas. Il se peut que des équipes recherchant un jeune meneur back-up à développer sautent sur l’occasion. Mais au vue des nombreux guards talentueux présents à cette draft, il y a de grandes chances que Mannion descende… Dans le meilleur des cas, Mannion peut espérer être sélectionné en 12ème position par les Kings ou même par les Wolves et leur potentiel 16ème choix.

NOTE DU CCS

Une saison décevante pour un prospect pourtant très prometteur. Les limites physiques que les observateurs avaient déjà identifiées en high school sont toujours présentes et même davantage mis en valeurs en NCAA. Alors comment imaginer le jeu de Nico Mannion en NBA ? Difficile à dire, néanmoins, cette saison universitaire n’est peut-être pas révélatrice du potentiel et du talent du meneur italo-américain. Avec son sens du jeu élite, il peut déjà séduire un grand nombre de franchises. Si Mannion parvient à améliorer considérablement son adresse intérieure et extérieure, en plus de prendre de précieux kilos, il pourrait bien être un steal de cette draft sur le long terme.

Retrouvez ici les derniers profils de la Draft NBA 2020 :

Precious Achiuwa

Tyrese Maxey

Tyrese Haliburton

Vernon Carey Jr.

(17 commentaires)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :