Formule 1

Formule 1 : une silly season 2020 inattendue !

Alors que nous étions toutes et tous en train de nous morfondre en attendant le premier Grand Prix de la saison, qui devrait avoir lieu le premier week-end de juillet (croisons les doigts), les acteurs de la Formule 1 se sont décidés à rendre cette période un peu plus intéressante. En effet, certaines écuries ont pleinement profité de l’avancée forcée de la silly season (que l’on pourrait traduire en français par « période creuse ») au vu des circonstances actuelles pour aménager leur baquet pour la saison prochaine. Retour sur une semaine mouvementée…

Un jeu des chaises musicales très bien orchestré

Nous l’avons appris mardi matin, très tôt, Sebastian Vettel et Ferrari ont mis fin à leur collaboration, cela met fin à plus de six années de labeur qui n’auront malheureusement, pour les deux parties, pas apportés les succès escomptés, à cela nous pouvons ajouter l’émergence extrêmement rapide du jeune pilote monégasque, Charles Leclerc, en qui Ferrari voit un grand avenir (et ce ne sont pas les seuls) et c’est donc assez logiquement que l’écurie italienne et le pilote allemand se sont séparés même si ce dernier disputera, bien entendu, la saison en cours.

« Carlos est une excellente recrue, un garçon très intelligent, un très bon pilote, jeune mais avec déjà cinq saisons d’expérience en F1.« 

Mattia Binotto, CEO Ferrari, 2020

Pour remplacer le quadruple champion du monde, la Scuderia Ferrari a changée son fusil d’épaule, n’a pas pris de tête de gondole (puisqu’elle l’a déjà avec Charles Leclerc) et a décidée de faire confiance à un pilote de « milieu de grille », en la personne de Carlos Sainz Jr. Le fils de Carlos Sainz Sr (double champion du monde des Rallyes en 1990 et 1992) a connu un parcours assez tumultueux avant de connaitre la stabilisation chez McLaren, la saison dernière, et le voir atterrir dans un baquet chez Ferrari en a étonné plus d’un. Cependant, Mattia Binotto, directeur de la Scuderia a été clair et a profité du Motor Valley Fest pour détailler un peu plus les rôles à venir des deux pilotes Ferrari pour l’année prochaine : « Carlos est une excellente recrue, un garçon très intelligent, un très bon pilote, jeune mais avec déjà cinq saisons d’expérience en F1. Il a toujours fait des saisons très correctes. C’est un pilote concret, robuste, fiable. Il ramène des points, c’est un très bon combattant en course. Je crois qu’il est un excellent pilote à associer à celui qui est pour nous un talent pur, à savoir Charles, pour le faire grandir et éventuellement le faire gagner. » En résumé, Carlos Sainz sera là pour faire gagner Leclerc et ce dernier sera bel et bien le leader de l’équipe comme nous vous en parlions, il y a quelques jours.

Charles Leclerc et Carlos Sainz bientôt coéquipiers (Xpb / Icon Sport)

Du côté de chez McLaren, le départ de Carlos Sainz n’était pas dans les plans, mais il a fallu vite lui trouver un remplaçant pour l’année prochaine. Après avoir essuyé le refus de Sebastian Vettel (ce dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à sa carrière), les équipes de Woking se sont tournés vers le pilote australien de chez Renault, Daniel Ricciardo. L’ancien pilote Red Bull était tout d’abord pressenti comme remplaçant de Vettel chez Ferrari… et sur le papier cela avait de la gueule mais l’aura, le charisme et l’expérience du pilote Renault auraient probablement fait trop d’ombres au protégé de chez Ferrari et c’est aussi pourquoi l’écurie italienne a choisie Carlos Sainz.

Pour McLaren, l’opportunité d’attirer un pilote du calibre de Ricciardo était une chance à vite saisir et qui s’est matérialisé rapidement avant d’être officialisé jeudi matin. C’est donc un gros coup réalisé par McLaren mais c’est surtout un grand pas en arrière pour Renault et ses équipes. En effet, l’écurie au losange espérait bâtir sa stratégie autour du pilote australien pour les prochaines saisons, mais ce départ précipité ainsi que les incertitudes sur l’avenir de l’écurie en tant que constructeur en Formule 1 (ce qui a probablement joué dans la décision de Ricciardo) font que l’écurie française semble naviguer à vue. Pour l’heure le favori pour remplacer le futur pilote McLaren se nomme… Fernando Alonso (si tant est que Renault reste en F1 l’année prochaine), Renault pourrait jouer la carte de la nostalgie et de la com en faisant revenir le double champion du monde espagnol (2005, 2006), alors que ce dernier avait pris sa retraite, à la fin de la saison 2018. Même si pour l’instant nous n’en sommes qu’aux stades des rumeurs, les appels du pied insistants du pilote espagnol nous font dire que cette possibilité est plus que crédible. Alors, reverrons nous celui qui a passé six saisons chez Renault, entre 2003 et 2009, dans une voiture française, en 2021 ? Réponse dans les prochains jours.

Alonso, de retour chez Renault ? (The Cahier Archive)

Quelles sont les tendances pour 2021 ?

Grâce (ou à cause, c’est selon) à cette crise sanitaire et aux différents reports ou annulation pour la saison 2020, les changements qui devaient être effectifs la saison prochaine ne le seront qu’à partir de 2022. Cela permettra à plusieurs écuries de mieux peauffiner leurs monoplaces, en revanche cette crise met également en péril plusieurs équipes, notamment Williams, Haas voire, comme dit plus haut, Renault. Cela étant, on a du mal à imaginer que deux à trois écuries s’efface de la grille, l’année prochaine. Il ne faut pas oublier, non plus, que l’écurie Racing Point deviendra Aston Martin à partir de 2021 et les ambitions de Lawrence Stroll (père de Lance Stroll), qui investit massivement dans cette écurie, sont importantes, il espère, à terme, pouvoir devenir un véritable concurrent à Mercedes, Ferrari et Red Bull. Nous n’en sommes pas là pour le moment, mais il faudra surveiller de très près les progrès d’Aston Martin.

Lawrence Stroll, un homme à surveiller de près (leblogauto.com)

Après cette semaine, nous en savons plus sur le visage qu’aura le paddock l’année prochaine ? Voici un tableau résumant ce que l’on sait déjà et les tendances qui se dégagent pour chaque écuries… en partant du principe que toutes les équipes soient encore en course, l’année prochaine.

ÉcuriePilotes confirmésPilotes probables/potentiels
MercedesLewis Hamilton
Valtteri Bottas
Esteban Ocon
FerrariCharles Leclerc
Carlos Sainz Jr
Red Bull RacingMax VerstappenAlexander Albon
Pierre Gasly
McLarenDaniel Ricciardo
Lando Norris
Renault F1 TeamEsteban OconFernando Alonso
Nico Hülkenberg
Christian Lundgaard
Guanyou Zhou
Aston MartinSergio PérezLance Stroll
AlphaTauriPierre Gasly
Alexander Albon
Daniil Kvyat
Alfa RomeoKimi Räikkönen
Antonio Giovinazzi
Mick Schumacher
Haas F1Romain Grosjean
Kevin Magnussen
WilliamsGeorge RussellNicholas Lafiti
(motorsport.com)

Le monde de la Formule 1 est à part et assez étrange, nous parlons de la saison prochaine et toutes les équipes s’activent en ce sens, alors que la saison actuelle n’a toujours pas débuté… mais pour les mauvaises langues qui pourraient remettre en cause l’engagement de certains pilotes pour cette année, comme Carlos Sainz, Daniel Ricciardo ou encore Sebastian Vettel, rappelez-vous qu’en décembre 2005, Fernando Alonso, alors chez Renault, signe pour la saison 2007 chez McLaren-Mercedes ce qui ne l’empêchera pas d’être champion du monde avec l’écurie française, en 2006.

(3 commentaires)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :