Café Crème Sport

Ismaël Bennacer : d’Arles-Avignon au Milan AC

Le Milan AC vit une saison compliquée malgré une fin d’exercice 2018-2019 prometteuse. Parmi les rares satisfactions, deux milanais crèvent l’écran en Serie A : Théo Hernandez et Ismaël Bennacer. Le second est une révélation alors qu’on ne l’attendait pas à ce niveau. Le milieu algérien s’est imposé comme l’un des meilleurs à son poste en championnat. Transféré l’été dernier en provenance d’Empoli pour la somme de 16 millions d’euros, c’est la belle surprise milanaise. Après trois saisons en Italie, il semble faire l’unanimité alors qu’il évoluait à Arles-Avignon il y a seulement cinq ans. Comment s’explique une ascension aussi fulgurante ?

Un parcours compliqué…

Ismaël Bennacer naît le 1er décembre 1997 à Arles. Il débute le football à 6 ans dans le club de sa ville : Arles-Avignon. Il y fait toutes ses gammes et apparaît dans le groupe professionnel pour la première fois le 3 janvier 2015 lors d’une rencontre de Coupe de France contre le Red Star. Son premier match est aussi celui de son premier but. Titulaire, il marque à la 26ème minute. Durant cette moitié de saison il participe à sept rencontres dont six en Ligue 2.

Le 29 juillet 2015, c’est le grand saut : Arsenal le recrute pour la somme de 300 000 euros. A ce moment, nous nous demandons tous s’il fait le bon choix, car beaucoup de jeunes joueurs prometteurs se sont brûlés les ailes en ralliant l’étranger aussitôt. Cependant, repéré par Gilles Grimandi – recruteur reconnu d’Arsène Wenger -, il se dit que le train ne repassera peut-être pas deux fois. La saison s’annonce compliquée, il arrive au sein d’une équipe fournie où le temps de jeu disponible semble mince. Effectivement, le jeune milieu de terrain français – de 2015 à 2016, il fait ses classes en équipe de France jeunes – dispute un seul match : une rencontre en Coupe de la Ligue face à Sheffield Wednesday le 27 octobre 2015. Dans le même temps, il impressionne dans les équipes espoirs et cela lui permet d’entrevoir l’avenir avec sérénité.

Bennacer sous le maillot d’Arsenal. Arsenalcore

Malgré ces belles performances, la saison suivante ne lui permet toujours pas de s’exprimer au plus haut niveau professionnel. Pourtant, cela n’empêche pas l’équipe nationale d’Algérie de faire appel à lui en septembre 2016. Fin août, il décide d’opter pour la sélection algérienne, lui qui avait la double nationalité grâce à sa mère. Il honore donc sa première sélection le 6 septembre face au Lesotho. En janvier 2017, il n’a toujours pas disputé la moindre minute depuis le début de saison avec Arsenal. Le club londonien décide alors de le prêter au Tours FC à partir du 30 janvier 2017 pour une durée de six mois. Il arrive au sein d’une équipe luttant pour ne pas descendre en National, chose qui n’est pas aisée pour un joueur aussi jeune. Il va toutefois, comme son équipe, déjouer les pronostics et permettre au club tourangeau de se maintenir en Ligue 2. Ismaël Bennacer dispute 16 matchs dans l’antichambre de l’élite française, inscrit un but et délivre deux passes décisives. Il espère alors revenir à Londres et glaner du temps de jeu dès le début de la saison 2017-2018. Ses bonnes prestations en France attisent la curiosité d’un certain nombre de clubs européens.

Parmi eux : l’Empoli Football Club. Celui-ci vient de descendre en Serie B et veut faire l’ascenseur. Le joueur algérien semble alors correspondre à un profil dont un entraineur aimerait en faire une de ses pièces maitresses. Bennacer hésite mais, le 21 août 2017, il s’envole pour l’Italie. Arsène Wenger et ses Gunners n’auraient surement pas réussi à lui libérer du temps de jeu. Le milieu algérien semble avoir, sur le papier, fait le bon choix.

« Bennacer est très prometteur »

Arsène Wenger à Soccer Algeria News, janvier 2017

Ce premier exercice du côté de l’Italie s’avère concluant puisque Ismaël Bennacer et son équipe est sacrée championne de Serie B et retrouve l’élite italienne un an après l’avoir quittée. Il participe grandement à cette montée en disputant 39 matchs de championnat inscrivant deux buts. Il est alors très sollicité durant l’intersaison mais choisit de rester une année supplémentaire espérant confirmer les espoirs placés en lui. C’est ce qu’il fait très parfaitement bien puisqu’il dispute 37 matchs de Serie A. C’est sa première saison complète dans un club du top 5 européen et il confirme alors tout son potentiel. Cet exercice est sublimé par l’obtention de son deuxième trophée : la Coupe d’Afrique des Nations gagnée avec les Fennecs en janvier. Il est élu meilleur joueur de la compétition et éblouit le monde du football par ses prestations de haut vol. Sa saison 2018-2019 est jusqu’alors sa plus réussie et tout le monde s’accorde à penser qu’il est temps de franchir un palier.

Le 23 juillet 2019, il signe au Milan AC pour un montant de 16 millions d’euros.

…ponctué par une très belle première saison milanaise

« C’est Bennacer qui dicte le rythme des matchs du Milan AC. »

Mauro Tassotti au micro de Sky Sport, février 2020.

Il fait ses débuts sous le maillot rossonero dès la première journée de championnat le 25 août face à L’Udinese. Il remplace Lucas Paqueta au poste de numéro 8 à dix minutes de la fin. Ses trois matchs suivants ne sont pas convaincants pourtant démarrés en tant que titulaire. Il est alors remplaçant pour le compte de la 6ème et 7ème journée mais ne rentre pas sur le terrain. Une nouvelle chance lui est donnée lors de la suivante et dispute 18 minutes face à la Roma. Sa saison démarre réellement et il devient titulaire pour tous les matchs qu’il dispute par la suite. Il participe à 12 rencontres entre le 31 octobre 2019 et le 9 février 2020. Il est placé en tant que milieu central dans un rôle de meneur de jeu. Cela devient encore plus intéressant lorsqu’on se rend compte que Stefano Pioli – qui a remplacé Marco Giampaolo le 8 octobre 2019 – a placé l’international algérien un peu plus bas sur le terrain espérant mettre en avant sa qualité de passe et de tacle.

Un milieu de terrain complet ?

Bennacer sous la maillot rossonero. Getty images.

Sa meilleure comparaison se trouve surement dans le même championnat : Rolando Mandragora. Le milieu de l’Udinese possède les mêmes qualités que Bennacer et sait évoluer dans des positions similaires. Il serait osé de le comparer à d’autres joueurs comme Sergio Busquets ou Andrea Pirlo mais si le plafond du milanais se situe à peu près au niveau de ces très grands joueurs, cela nous laisse croire qu’Ismaël Bennacer est promis à un très grand avenir. Il a tout pour réussir. Comme dit précédemment, sa qualité de passe est son atout majeur, il est très technique, possède une très bonne vision de jeu. Son nombre moyen de passes clés par match s’élève à 0.8. Il sait apporter du danger offensivement malgré sa position reculée. En 20 matchs de championnat, il réussit 3 dribbles en moyenne par match. Chiffre plutôt haut pour un numéro 8 dont son destin s’écrit plutôt en tant que numéro 6. Cela s’explique par ses statistiques défensives de très haut niveau. Il sait tacler et intercepter. En témoigne son nombre moyen de tacles et d’interceptions réussis par match depuis le début de saison. 2,4 pour les tacles, 1,7 pour les interceptions. Si l’on tente de mettre en perspective ces performances, nous nous apercevons qu’il se trouve être juste en dessous du top 5 à son poste en championnat. Il est le troisième meilleur dribbleur derrière Jérémie Boga et Gaetano Castrovilli. Par ailleurs, il a récolté onze cartons jaunes depuis août 2019 : il est donc autant technique que physique.

En somme, Ismaël Bennacer explose cette saison sous son nouveau maillot. Il peut devenir l’une des références à son poste aussi bien en Italie qu’en Europe. Il est déjà complet et le rôle de regista devant la défense est peut-être son destin le plus probable. Il est déjà l’un des meilleurs joueurs de son club, il faut alors espérer que le Milan puisse retrouver la Ligue des Champions le plus vite possible pour que Bennacer puisse encore passer un cap supplémentaire. Cependant, son club ne semble pas être sur cette voie et il se pourrait que d’ici un ou deux ans, l’international algérien doive quitter les Rossoneri pour parfaire sa progression.

(Source couverture : footalgérien.com)

Exit mobile version