Formule 1

Qui est Carlos Sainz Jr, le futur pilote Ferrari ?

Il y a une semaine, une bombe était lâchée dans le monde de la Formule 1 : Sebastian Vettel et Ferrari officialisait leur divorce pour la saison prochaine ! Quelques heures voire quelques minutes après cette annonce plusieurs rumeurs (plus ou moins fiables) faisaient état d’un vif intérêt de la part de l’écurie italienne envers le pilote espagnol, Carlos Sainz Jr, pour remplacer le quadruple champion du monde. Intérêt très vite concrétisé puisque deux jours plus tard, Ferrari officialisa l’arrivée de l’actuel pilote McLaren pour 2021. Cela étant, pour en arriver là, le pilote de 25 ans a connu un début de carrière assez tumultueux jonché d’échec et d’instabilité…

Un destin tout tracé

Né le 1er septembre 1994, à Madrid, le jeune Carlos Sainz Jr grandit dans une famille dédiée à la course automobile. En effet, son père, Carlos Sainz, a été l’un des plus grands pilote de rallye de sa génération et a remporté à deux reprises le titre de champion du monde des rallyes, en 1990 et 1992. Depuis 2010 ce dernier se concentre uniquement sur le rallye-raid et a, notamment, remporté le rallye-Dakar en 2010, 2018 et 2020. Sacré parcours !

Image de la victoire de Carlos Sainz, lors du Dakar 2020 (bangkokpost.com)

Vous l’aurez compris, le futur pilote Ferrari a été biberonné, dès son plus jeune âge, à l’huile de moteur et c’est logiquement que dès 2006, il intègre le karting. En 2008, il domine le championnat KF3 d’Asie-Pacifique et en 2010 un premier tournant s’opère dans sa jeune carrière, puisqu’il intègre la filière jeune de Red Bull et est sponsorisé par la marque autrichienne, la même année, en Formule BMW, alors qu’il court pour l’écurie EuroInternational. En 2011, il devient champion de Formule Renault 2.0 et continue son apprentissage des sports automobiles.

Carlos Sainz Jr au volant de sa monoplace en Formule BMW, en 2010 (Wikipédia)

Lors de la saison 2012, il rejoint le championnat de Grand-Bretagne de Formule 3 et connaît quelques complications, en effet il termine sixième de ce championnat alors que la concurrence n’est pas incroyable. Cependant, Red Bull continue de lui faire confiance et l’année suivante, Sainz réalise ses premiers essais avec l’écurie autrichienne dans l’optique d’obtenir sa superlicence, indispensable pour courir en Formule 1. La saison suivante sera la saison de la consécration, puisqu’il devient champion du monde de Formule Renault 3.5, devant Pierre Gasly.

Des débuts en Formule 1 compliqués

Suite à ses belles performances en Formule Renault, Red Bull décide de promouvoir le pilote espagnol pour la saison 2015 et l’installe dans l’écurie soeur : la Scuderia Toro Rosso. Le duo de pilote qu’il forme avec Max Verstappen (16 ans) chez Toro Rosso est, d’ailleurs, le plus jeune lineup de l’histoire de la Formule 1.

Sainz et Verstappen côte à côte lors de la présentation des deux pilotes, en 2015 (Getty Images)

Lors de son premier week-end de Grand Prix, le pilote espagnol décroche une belle huitième place en qualifs et termine même dans les points, le lendemain en se classant à la neuvième place. Le GP suivant, en Malaisie, il décroche une nouvelle fois une place dans les points, en terminant huitième… mais les problèmes vont vite arriver. Finalement, Sainz terminera la saison à la quinzième place du championnat avec seulement 18 points au compteur et sera victime de nombreux problèmes de fiabilité. Dans le même temps son coéquipier enchaîne les bonnes prestations et bat quasiment chaque week-end Carlos Sainz Jr, que ce soit en qualifications ou en courses, Verstappen inscrivant 49 points au cours de la saison.

Ce duo est reconduit pour la saison suivante, mais le manque de performance de Daniil Kvyat, chez Red Bull, vaut à ce dernier une rétrogradation rapide chez Toro Rosso, Verstappen, lui, fait le chemin inverse et est promus au sein de l’écurie mère. Pour Carlos Sainz, cette deuxième saison au plus haut niveau est plus aboutie mais ses performances ne sont pas transcendantes pour autant, il se classe douzième du championnat avec 46 points et bat son coéquipier. Ce dernier ayant totalement perdus le fil de sa saison après sa rétrogradation.

Lors de sa troisième saison, son expérience commence à parler et il rentre régulièrement dans les points, il réalise son meilleur classement en F1, lors du Grand Prix de Singapour. Au terme d’une course pleine de rebondissements et d’abandons (notamment les deux Ferraris), Sainz parvient à tirer son épingle du jeu et termine au pied du podium, à la quatrième place. Un deuxième tournant va arriver dans la carrière du pilote espagnol, le 17 septembre 2017. Ce jour-là, Renault officialise l’arrivée de Carlos Sainz Jr en lieu et place du pilote britannique, Jolyon Palmer et ce à partir du GP des États-Unis, le 22 octobre 2017. Pour sa première course avec l’écurie française, il parvient à se hisser à une belle septième place, malheureusement il fera face à des problèmes de fiabilités lors des trois derniers Grands Prix. À l’issue de la saison, le pilote Renault termine à la neuvième place du championnat du monde devant son coéquipier Nico Hülkenberg.

Sur les traces de son idole

Sa saison 2018, chez Renault, est assez décevante même s’il est plus souvent dans les points et termine plus de courses, il marque un point de moins que la saison précédente et inscrit 16 points de moins que son coéquipier, Nico Hülkenberg. Sa carrière commence doucement à stagner. Ceci dit il est obligé de changer une nouvelle fois d’écurie puisqu’en cours de saison, Renault annonce la venue de Daniel Ricciardo à sa place. Quelques jours après l’annonce de Renault, McLaren officialise la venue de Carlos Sainz Jr. Le pilote espagnol arrive pour palier le départ à la retraite d’un autre pilote espagnol, Fernando Alonso.

Finalement, sa saison chez McLaren sera la plus aboutie de sa carrière, il termine la saison à la sixième place du classement du championnat du monde derrière les intouchables Lewis Hamilton, Valtteri Bottas, Max Verstappen, Charles Leclerc et Sebastian Vettel et réussi même à monter sur le premier podium de sa carrière, au GP du Brésil, à la suite d’une course complétement folle qui verra également Pierre Gasly grimper sur son premier podium. Ce podium ne sera que virtuel puisque Lewis Hamilton ne sera pénalisé qu’après la course. Qu’importe pour lui, cette troisième place est une véritable libération. Avec 96 points Sainz inscrit son plus gros totale de points et devance largement son coéquipier, Lando Norris. Mais alors que tout allait bien dans la carrière du jeune pilote espagnol, un coup de tonnerre venant d’Italie et plus particulièrement de chez Ferrari a fait son apparition.

Sainz-Norris, un tandem qui marche chez McLaren (essentiallysports.com)

« Comment dire non à Ferrari ? » C’est sûrement une phrase que Sainz s’est posée et malgré une stabilité enfin trouver du côté de chez McLaren, l’occasion de pouvoir courir pour la plus mythique des écuries ne se représentera peut être pas. C’est pourquoi, le 14 mai dernier nous avons appris que Carlos Sainz Jr sera le remplaçant de Sebastian Vettel et coéquipier de Charles Leclerc à partir de la saison 2021. En revanche, soyons clairs, le pilote espagnol vient chez Ferrari pour épauler et aider Charles Leclerc dans sa conquête du titre, comme nous vous le disions dans notre papier concernant la Silly Season 2020 complètement folle. Ceci étant, cela ne l’empêchera peut être pas de réaliser une saison à la Felipe Massa en 2008 et d’être en mesure d’aller chercher le titre suprême malgré son statut de pilote n°2.

Carlos Sainz Jr ne l’a jamais caché, il a toujours été un grand fan de Fernando Alonso et pour cause, le double champion du monde est une légende vivante pour toute une génération, en Espagne, en devenant le premier pilote ibérique champion du monde de Formule 1. En plus d’être fan, on peut également apercevoir qu’il est en train de réaliser un parcours similaire, avec des fortunes diverses, évidemment, mais après être passé chez Toro Rosso (anciennement Minardi du temps d’Alonso) puis Renault et McLaren. Carlos Sainz Jr rejoindra Ferrari la saison prochaine comme son illustre idole…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :