Ligue 1

Quels ont été les meilleurs joueurs nés en 2000 ou après en Ligue 1?

En début de saison, nous avions consacré une série d’articles aux millenials de Ligue 1, en en choisissant 1 par club. En étudiant les styles de jeu, la concurrence, leurs différentes expériences, nous avions sélectionné ces joueurs, et il est désormais l’heure de tirer un bilan. Certains ont su tirer leurs épingles du jeu, d’autres moins, tandis que certains ont explosé sans que nous l’ayons prévu. Étions-nous plutôt visionnaires ou plutôt cellule de recrutement de l’OM ?

ON VOUS L’AVAIT DIT !

Procédons par ordre alphabétique, comme nous l’avions fait pour la série de l’été dernier. On se dirige alors vers Angers, où l’on avait sélectionné Rayan Ait-Nouri. Désormais indiscutable au SCO, suivi par de très grands clubs, sa saison a été couronnée de 3 passes décisives en Ligue 1, mais surtout de 3 sélections en espoir. Du Pays de la Loire à l’Aquitaine, il n’y a qu’un pas. Direction les Girondins, vous l’aurez compris, où nous avions choisi Aurélien Tchouaméni. Bien que sa saison ne soit pas faite que de hauts, elle est surtout celle d’un transfert à l’AS Monaco. 18 matchs disputés, dont 3 sur 6 avec les monégasques depuis son arrivée, un bilan honorable. Autre bilan honorable : Rayan Cherki. Né en 2003, il était le plus jeune des joueurs présentés. Et force est de constater qu’il nous a donné raison: adoré des supporters, intégré dans la rotation lyonnaise, et performant dans des matchs où il provoque des frissons à chacune de ses prises de balle, son futur semble brillant. Le nîmois Kévin Denkey a aussi été assez convaincant. 3 buts cette saison, avec un temps de jeu réduit. Il a néanmoins fait les frais du mercato Nîmois et de ses recrues.

Il a fait du côté gauche le sien a part enière : le latéral gauche Rayan Ait-Nouri fait partie des meilleurs jeunes joueurs de Ligue 1. (Crédits : Ligue 1 Conforama)

Mais oui, on ne pouvait pas passer à côté : Camavinga est LE jeune joueur de cette saison. Et on l’avait prévu. Excellent milieu défensif, excellent milieu relayeur, science tactique, excellente technique et énormes qualités physiques, il est l’un des joueurs les plus complets du championnat. Le tout jeune Adil Aouchiche, milieu offensif du PSG, a su disputer ses premiers matchs en professionnel malgré un effectif très étoffé, bien que son contrat pro n’ait pas encore été signé, et qu’il ne le sera peut-être pas dans le club de la capitale. Nous vous avions aussi présenté Saliba, qui, malgré ses blessures, a su se montrer performant et maintenir à peu près a flots la défense Stéphanoise. Et enfin, Mohamed Simakan, le défenseur Strasbourgeois. Avec d’excellentes performantes, une certaine polyvalence, il a attiré les regards, mais a dores et déjà clamé vouloir rester la saison prochaine au Racing.

Bon, on n’est pas Florian Maurice non plus.

Bon, un bilan de 8/20 c’est quand même pas top. Commençons avec Amiens, où nous avions choisi Valentin Gendrey. Pas une seule minute de jeu, ce qui peut sûrement s’expliquer par la saison compliquée des hommes de Luka Elsner. Killian Belvindo, du Stade Brestois, est dans le même cas. L’ailier droit n’a pas joué une seule minute de jeu, malgré une excellente saison des pensionnaires de Francis Le Blé. Dans un autre cas de figure, Enzo Loiodice n’as pas connu une excellente saison : 5 matchs de Ligue 1, 189 minutes de jeu, un prêt aux Wolves où il n’a pas joué avec les professionnels. Même cas de figure à Lille, ou Timothy Weah n’as disputé que 3 matchs. Trop souvent bléssé, le fils de George peine à prouver son niveau.

Diaby Fadiga, grand perdant de cette cuvée 2019-2020. (Crédits :transfermakt)

Malgré qu’on ait beaucoup parlé de lui, Isaac Lihadji a plus occupé les rumeurs mercato que les onze type de Ligue 1. 23 minutes de jeu, pas de contrat professionnel (pour diverses raisons), le tout jeune Marseillais a encore du temps devant lui. Tout comme le Messin Amadou Ndiaye, prêté par Metz à Sochaux, où il n’a disputé que 5 matchs. De son côté Benoît Badiashile a beaucoup joué dans la défense de Monaco, mais n’as pas su s’imposer s’imposer comme un titulaire indiscutable au sein d’une défense qui est loin d’être infranchissable. Clément Vidal à Montpellier, Abdoulaye Dabo à Nantes, Adil Taoui à Toulouse et Isaac Solet à Reims n’ont pas ou peu joué en Ligue 1. Mais la palme d’or revient à Lamine Diaby Fadiga, exclu du club de l’OGC Nice en raison du vol de la montre de son coéquipier Kasper Dolberg. S’il a depuis retrouvé un club, (le Paris FC, en Ligue 2) le jeune buteur peut s’en mordre les doigts.

On les avait loupés…

Même si on en avait cités certains, beaucoup de jeunes joueurs étaient passés sous nos radars. Sidy Koné, le Toulousain, comme Joris Chotard de Montpellier, ont été de véritables maîtres à jouer dans leurs milieux de terrains respectifs. Ils auraient pu former une jolie équipe, s’ils étaient accompagnés du Lyonnais Maxence Caqueret, du Parisien Tanguy Kouassi, En défense, le Lillois Tiago Djalo, comme le Stéphanois Wesley Fofana, ont aussi beaucoup joué dans leurs équipes. Sans oublier de mentionner les niçois Képhren Thuram, Andy Pelmard, ainsi que Yacine Adli, le milieu offensif bordelais, et les deux rémois El Bilal Touré et Nathanaël Mbuku, tous solidement ancrés dans les rotations dans leurs coachs. Si tous ces jeunes joueurs ont eu la confiance de leurs coachs, certains clubs paraissent réticents à lancer leurs jeunes : Dijon, Brest, Amiens, Metz (2 minutes de jeu), Nantes, sont les mauvais élèves avec quasiment 0 minutes de jeu données à leurs jeunes joueurs. Nîmes, Angers, Montpellier, l’OM, Reims, Nice, le LOSC, ont lancé entre 1 et 2 joueurs cette saison. Si le PSG et l’OL, Bordeaux et Monaco ont utilisé plusieurs jeunes joueurs, seuls 1 voire 2 d’entre eux ont beaucoup joué. Les palmes d’or reviennent donc à Saint Etienne, Toulouse et le Stade Rennais, qui ont lancé et fait confiance à plusieurs jeunes joueurs, avec des fortunes assez diverses: relégation pour Toulouse, mauvaise saison pour l’ASSE, et excellente saison pour les Bretons.

Au jeu des paris, on ne sort que rarement gagnant. Surtout lorsqu’il s’agit de parier sur le déroulé d’une saison, et de son lot de hasard, de malchance, d’opportunités et de réussites (ou non). Cependant, avec un bilan de 8/20, le CCS est plutôt content. Curieux de voir des clubs réputés pour leur formation (Nantes, Rennes, Lille, l’OL, Angers) avoir des bilans et des résultats très divers, de peu de temps de jeu a beaucoup de temps de jeu, de saison réussie à saison loupée. En tout cas, lorsque la saison prochaine reprendra, nous tenterons de nouveau quelques prédictions, en espérant faire encore mieux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :