Bundesliga Foot

Le Bayern Munich en route vers le titre !

Avant cette 28ème journée, l’enjeu était de savoir si le Borussia Dortmund allait réussir à rattraper le Bayern. Les bavarois avaient quatre points d’avance, ils en ont maintenant sept ! La formation de Flick s’est en effet emparé du Klassiker en gagnant au Signal Iduna Park ce mardi 26 mai 2020 sur le score de 1 à 0. L’unique but est intervenu à la 42ème minute par l’intermédiaire du milieu de terrain Joshua Kimmich. Les hommes de Lucien Favre voient, selon toute vraisemblance, leurs espoirs de titre s’envoler. Il reste 6 journées et le Bayern Munich est bien parti pour remporter son 30ème titre de champion, son 8ème d’affilée !

Les compositions

Source : Onefootball

Pour le troisième match depuis la reprise de la Bundesliga, Lucien Favre aligne la même équipe. Il s’appuie sur son système qui fonctionne maintenant depuis novembre dernier, c’est-à-dire un 3-4-3 avec deux pistons que sont Raphaël Guerreiro et Achraf Hakimi qui sont dans une forme étincelante. Dans les cages, l’inévitable Roman Bürki sera le dernier rempart. La charnière centrale est composée donc des trois mêmes : Manuel Akanji, Mats Hummels et Łukasz Piszczek. Le double pivot est quant à lui constitué de Mahmoud Dahoud, également en forme en ce moment et de Thomas Delaney. Enfin, on retrouve Erling Haaland en pointe, accompagné de Julian Brandt à sa gauche et Thorgan Hazard à sa droite.

Source : Onefootball

Face à Francfort, Hans-Dieter Flick avait aligné la même équipe, ou presque. Thomas Müller est positionné en 10, comme souvent depuis l’arrivée de son entraineur en octobre dernier. L’allemand est entouré de Serge Gnabry et de Kinglsey Coman et tentera de servir Robert Lewandowski, sans doute le meilleur 9 depuis le début de saison. Au milieu de terrain et en défense, les mêmes étaient sur la pelouse samedi dernier, à savoir Goretzka et Kimmich en soutien de Thomas Müller, Alaba et Boateng en défense centrale, la pépite Alphonso Davies – qui est un des meilleurs bavarois cette saison alors qu’il n’ a que 19 ans ! – et le français Benjamin Pavard sont les latéraux et enfin Manuel Neuer dans les buts.

Les duels à suivre

Plusieurs enjeux sont intéressants à noter. Tout d’abord, celui de savoir qui de Lewandowski ou d’Haaland saura être décisif. Les deux attaquants de pointe sont dans une forme extraordinaire et ce Klassiker apparaît comme le premier gros test du norvégien en Bundesliga depuis son arrivée en janvier. La défense bavaroise est l’une des plus réputées en Europe, la bataille s’annonce donc engagée. Quant au polonais, le Borussia Dortmund lui réussit très bien depuis quelques matchs puisqu’il a inscrit 9 buts sur les 5 derniers derby ! Le deuxième duel est au milieu. Quel double pivot va prendre l’ascendant ? Ils auront à coeur de dominer le rond central avec deux objectifs similaires, récupérer la balle et offrir des situations intéressantes pour des joueurs comme Müller ou Brandt par exemple. Ces deux-là s’annoncent comme les métronomes de leurs équipes. Le second va devoir faire aussi bien que ses deux matchs précédents et confirmer lui aussi face à une des meilleures équipes d’Europe. Enfin, la dernière bataille et peut-être la plus intéressante, celle des latéraux. C’est possiblement là que tout se jouera. Les quatre défenseurs sont quasiment les meilleurs depuis le début de saison et l’opposition directe entre Alphonso Davies et Achraf Hakimi s’annonce passionnante.

Le Borussia Dortmund méritait mieux

Erling Haaland a beaucoup communiqué durant la 1ère mi-temps, tentant d’aider ses partenaires sur le front de l’attaque. Source : Sport Bild

Le match commence sur les chapeaux de roue et l’intensité est au rendez-vous. Dès la première minute, Hazard et Haaland combinent bien et trouvent des espaces qui permettent au second de tirer dans un but déserté par Neuer qui s’était avancé, mais Boateng est là pour sauver les siens sur sa ligne de but. Trois minutes plus tard, c’est Julian Brandt qui à l’entrée de la surface voit son tir capté par Neuer. Lewandowski répond à la 4ème minute à l’issue d’une belle combinaison bavaroise et Bürki s’interpose à son tour. Les deux équipes s’echangent coup pour coup et on s’attend à une ouverture du score prochaine. Beaucoup d’espaces sont laissées par la défense du Bayern Munich mais les joueurs de Lucien Favre n’en profitent pas. Côté Bayern, Alphonso Davies est beaucoup recherché sur son côté gauche et remporte ses premiers duels face à Achraf Hakimi. Ce dernier s’offre une occasion de but à la 9ème minute mais ne réussit pas à marquer. Au bout du premier quart d’heure, la possession est du côté des jaunes et noirs – 58% – mais le Bayern Munich se montre davantage dangereux malgré les nombreuses offensives du Borussia. C’est à ce moment-là que le match bascule, le Bayern récupère progressivement le ballon et à la 18ème minute, Serge Gnabry, sur un tir du pied droit à bout portant, s’offre jusqu’alors la plus belle occasion du match mais Łukasz Piszczek sauve à son tour la balle sur la ligne de Bürki.

Côté Dortmund, Mats Hummels et Mahmoud Dahoud font un bon début de match. Piszczek est décisif par ses très bonnes interventions et son équipe se montre dangereuse lorsqu’elle joue de façon directe. En témoigne l’occasion de Haaland à la 27ème minute. Julian Brandt, quant à lui se montre trop timide et peine à peser sur la rencontre. Thorgan Hazard essaye beaucoup mais ne trouve pas le chemin des filets. Quant aux latéraux, Davies remporte pour le moment son duel face à Hakimi mais de l’autre côté Guerreiro compense par ses belles remontées de balles qui apportent beaucoup. Le dernier quart d’heure est à l’image de la rencontre, la Bayern est vraiment dangereux lorsqu’ils arrivent à faire tourner la balle aux abords de la surface adverse mais laissent beaucoup de solutions au Borussia pour se projeter en contre. A la 32ème, Haaland réussit à filer au but mais le retour fantastique d’Alphonso Davies l’empêche de prendre sa chance. Le canadien rentre sans le savoir dans le top 10 des plus hautes pointes de vitesse enregistrées en Bundesliga : 35,3 km/h. Les minutes passent et les hommes de Lucien Favre n’arrivent pas à trouver la faille. Beaucoup d’occasions mais la réussite ne leur sourit pas. Ils le regrettent très vite car à la 42ème, le couperet tombe. Sur une perte de balle de Delaney – qui faisait jusqu’alors une bonne première mi-temps – Kimmich tente un lob aux abords de la surface et réussit à tromper Roman Bürki. Le but est superbe et le scénario est cruel pour Dortmund.

Le Bayern Munich, en gestion, remporte ce Klassiker

Source : @FCBayern_French sur Twitter.

Lucien Favre opère deux changements dès la reprise : Emre Can remplace Thomas Delaney et Jadon Sancho prend la place de Julian Brandt. Le tacticien suisse espère apporter davantage de solutions offensives sachant que le jeune anglais est capable de se montrer décisif. Malheureusement ce dernier ne répond pas du tout présent et perd de nombreux ballons. Le Bayern Munich se montre très fort jusqu’à la 55ème minute. Dortmund ne trouve aucunes solutions et le pressing des bavarois se montre très efficace. Au fur et à mesure du match, les joueurs du Borussia mettent de moins en moins d’intensité et la fatigue se fait sentir. Lorsqu’on sait que leur première qualité est le jeu rapide et tranchant, on comprend que cela s’annonce très compliqué pour espérer une égalisation. Le train semble être passer pour les jaunes et noirs. Dahoud, Haaland – jusqu’à sa sortie sur blessure à la 72ème – et Guerreiro sont les plus dangereux et tentent de tirer mais c’est sans succès. Le norvégien voit son tir dévié par le haut du bras de Boateng à la 58ème minute. La tentative du numéro 9 de Dortmund était cadré. Le penalty aurait pu être sifflé. Malgré cette frayeur, Le Bayern gère bien les temps faibles. Seul hic, ils n’arrivent pas à agraver le score alors qu’ils en ont les moyens. En témoigne les belles tentatives de Lewandowski qui s’était peu montré durant la 1ère mi-temps. Son tir à la 83ème s’écrase sur le poteau gauche malgré un très bel enroulé. Jamais vraiment inquiété durant cette seconde mi-temps, le Bayern Munich remporte ce Klassiker à l’expérience.

Le mauvais choix de Favre

Sancho est évidemment le gros flop côté Dortmund. Il n’a jamais su faire parler ses qualités et n’a jamais pesé sur la rencontre. Lui qui cette saison marche sur l’eau, a eu du mal au plus mauvais moment. Au-delà de ca, Lucien Favre n’a jamais vraiment réussi à trouver de véritables solutions mais pouvait-il vraiment faire mieux ? En face, ses joueurs sont tombés sur une équipe très solide malgré les sous-performances de son trio d’attaque. Le récital de Joshua Kimmich ponctué par son but splendide n’a pas aidé Favre. Autour du milieu allemand, Leon Goretzka a délivré un match impeccable, ne faisant que très peu d’erreurs. Derrière lui, la charnière centrale a su museler – quand il le fallait – les attaques adverses. Quant à Alphonso Davies, l’homme de l’ombre de ce match, il a toujours fait les bons choix et surtout, il a remporté haut la main son duel face à Hakimi. Le latéral droit marocain n’a jamais réussi à se montrer dangereux et n’a jamais su apporter des solutions. Il constitue l’une des déceptions côté Dortmund tout comme Brandt qui lui aussi est passé à côté. Ces deux joueurs, qui ont été sans doute les meilleurs joueurs de leur équipe durant les deux matchs précédents, sont passés à travers et leurs coéquipiers n’ont pas sur pallier leurs absences. Haaland n’a pas marqué mais il s’est montré intéressant. Même bilan pour Raphaël Guerreiro. Ses nombreuses prises de balle auraient pu réellement déboucher sur une passe décisive. Enfin, Dahoud, Hummels et Piszczek ont été les meilleurs jaunes et noirs. Le premier s’est montré dangereux offensivement lorsque son équipe n’y arrivait plus (48′,76′ et 79′) et a toujours été juste au milieu de terrain. Le deuxième a été solide durant tout le match et le capitaine polonais a été diablement décisif sauvant une balle de but et fut très juste dans ses interceptions.

Malgré un seul but inscrit, le Klassiker fut un beau spectacle de football. Le Bayern Munich a une nouvelle fois démontré sa capacité à repondre lors des grands rendez-vous. Kimmich et les siens filent vers un nouveau titre. Titre qui en début de saison était loin d’être acquis. Hans-Dieter Flick a remporté 15 de ses 18 premiers matchs avec le Bayern, seul Guardiola a fait mieux dans l’histoire du club. Le Borussia Dortmund voit ses espoirs de titre s’envoler. Sur les 10 derniers Klassiker, le BvB a perdu 8 fois. La prestation fut correcte mais pas suffisante face à l’ogre bavarois. Le football se joue à 11 contre 11 mais à la fin le Bayern gagne toujours.

(Photo de couverture : Joshua Kimmich célèbre son magnifique but avec ses coéquipiers, l’efficacité du Bayern Munich une nouvelle fois démontrée. Source : la-croix.com)

un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :