Basket Draft NBA

Profil NBA Draft 2020 : Patrick Williams, l’ailier sous-estimé qui peut étonner la NBA

Évènements indissociables des sports aux États-Unis, les drafts sont le moteur du renouvellement perpétuel des grandes ligues sportives nord-américaines. Coup de théâtre, coup du destin, déceptions, interrogations… Les drafts sont des éléments essentiels de la culture sportive américaine. La reprise NBA ne fait désormais plus aucun doute. Les officiels ciblent la date du 15 octobre 2020 pour organiser la draft. L’occasion pour le CCS de se mobiliser pour vous proposer un profil détaillé des meilleurs prospects du pays. Sans hiérarchie particulière, vous trouverez ici toutes les informations nécessaires pour connaître les futurs rookies, voire même les futures stars de la NBA.

PATRICK WILLIAMS

Date de naissance : 6 août 2001 – Classe : Freshman

Université : Florida State Seminoles (ACC) – Bilan 2019/2020 : 26v/5d

Poste : Ailier/Ailier-Fort (#4)

Mensurations*
Taille : 203 cm – Poids : 102 kg – Envergure : 210 cm
(source : scouting report du 14 février 2020 – thestepein.com)

Statistiques saison
29 matchs joués (0 commencé) // 9,2 pts // 4 reb // 1 ast // 1 stl // 1 blk
22,5 minutes joués/match // 45% FG // 32% 3Pts // 83,8% FT // 1,7 Tov // 1,6 PF

PROFIL

CONTEXTE D’ÉQUIPE

Il y a quelques temps, le CCS vous a proposé une fiche détaillée de Devin Vassell, attendu dans le Top 20 de prochaine draft et coéquipier de Patrick Williams chez les Séminoles de Florida State. Nous vous invitons donc à suivre le lien suivant si vous souhaitez plus d’informations sur la saison de FSU. En bref, la situation de Florida State est similaire à notre prospect du jour. Sous-estimée en début de saison, l’équipe coachée par Leonard Hamilton s’est progressivement imposée comme une place forte de l’ACC en 2019-2020. Grâce à un effectif très athlétique et une défense de fer, les Noles ont réalisé l’une des meilleures saisons de l’histoire du programme avec un bilan de 26 victoires pour 5 défaites. Surtout, FSU termine à la première place de sa conférence avec un record de 16-4 au sein de l’ACC. Les Noles ont montré une véritable force collective avec des joueurs d’expérience comme Trent Forrest ou MJ Walker et de jeunes joueurs prometteurs à l’instar de Devin Vassell. Le succès d’un programme en NCAA dépend souvent des rotations et le moins que l’on puisse dire est que FSU avait un banc de qualité avec Patrick Williams en tête de la second unit.

PARCOURS

Patrick Williams a effectué ses années lycéennes avec les Mighty Lions de West Charlotte, en Caroline du Nord. Sans faire de vague, Williams s’est rapidement imposé comme un grand espoir avec une belle ligne statistique lors de sa première saison : 20,7 points, 7,7 rebonds, 3,7 passes et 2,8 interceptions. Lors de sa dernière année avec les Mighty Lions, il confirme ses prédispositions avec 22,1 points, 9 rebonds et 2,8 contres par match. Des performances qui permettent à son lycée d’accéder à leur première finale régionale depuis 7 ans. Malgré la défaite, Patrick Williams est nommé « Player of Year2019 » dans le comté de Mecklembourg. Il est ensuite invité au prestigieux Jordan Brand Classic 2019 aux côtés des meilleurs prospects du pays. Convoité par de nombreuses universités, Williams choisit de rejoindre FSU avec un statut de recrue 5 étoiles pour la plupart des médias spécialisés et 4 pour ESPN. L’ailier des Noles est considéré comme l’un des 30 meilleurs joueurs de la classe 2020, et pourtant son nom semble occulté en dehors de la sphère médiatique spécialisée dans le basket universitaire. Patrick Williams débute l’exercice 2019-2020 en tant que 6ème homme chez les Noles : un rôle qu’il remplit à merveille. Tournant aux alentours des 17 minutes disputées par match, Williams gagne du temps de jeu à mesure qu’il montre son utilité sur les parquets. Il termine la saison avec plus de 22 minutes par match. Ses matchs les plus aboutis : contre UNC, le 03/02, où il termine avec 14 points, 9 rebonds en 24 minutes et contre Syracuse, le 15/02, avec ses 17 points, 7 rebonds et 2 interceptions en 32 minutes. Bien que sa ligne statistique ne soit pas aussi impressionnante que ses concurrents à la draft, Patrick Williams s’est montré très précieux pour les Noles en sortie de banc ce qui lui a valu d’être nommé 6ème homme de l’année en ACC. Logiquement, il est aussi nommé dans la l’équipe de joueur de première année de la Conférence. Toujours mentionné comme choix du premier tour, Patrick Williams reste tout de même un prospect méconnu du grand public amateur de NBA.

DESCRIPTION DU JOUEUR

Après Saddiq Bey, Isaac Okoro ou encore son coéquipier Devin Vassell, Patrick Williams rempli la case de l’ailier défensif capable d’apporter en attaque. Physiquement, l’ailier des Noles est un véritable buffle. Athlète naturel et exceptionnel, Williams mesure plus de 2 mètres, dépasse les 100 kilos et possède une envergure estimée aux alentours de 2 mètres 10. Longiligne, des épaules larges pouvant accueillir encore du muscle… Le tout en étant le plus jeune joueur de cette classe de draft ! Imaginez le potentiel physique de ce garçon de 18 ans. Bien qu’il soit au-dessus des normes pour le poste d’ailier, il est tout de même en-dessous des mensurations moyennes pour un ailier-fort, poste où il a majoritairement évolué cette saison avec les Séminoles. Patrick Williams n’en reste pas moins l’un des prospects les plus athlétiques de la draft avec un moteur exceptionnel, une belle rapidité latérale et un pop verticale en développement. En revanche, il n’est pas encore assez fluide avec une rotation des hanches assez lente mais qui semble pourvoir être débloquer à l’avenir.
En regardant les matchs de FSU cette saison, on remarque rapidement que la puissance naturelle de Patrick Williams est l’élément principal qui caractérise son jeu. Nous verrons que sa réputation n’est pas uniquement basée sur ce secteur. L’ailier des Noles s’est imposé comme un solide défenseur d’équipe capable de protéger le cercle même s’il n’est pas (encore ?) un contreur d’élite en raison de ce manque de détente sèche. Son taux de blocage cette saison est de 5,6%, pas tellement impressionnant sauf lorsque l’on met en perspective cette statistique avec le fait qu’il passe beaucoup de temps sur les extérieurs. Rapide et explosif, Williams s’illustre principalement dans la couverture défensive depuis le côté faible. Mais sa force athlétique est loin d’être son seul atout défensif. Patrick Williams possède un excellent QI basket des deux côtés du terrain et principalement en défense. Logé à la bonne enseigne du côté de FSU, il sait comment faire pivoter l’attaque d’adverse et joueur une bonne défense de position. Excellent sur les aides et les rotations, Williams a toujours les mains actives et lit très bien les déplacements. Il doit cependant encore progresser sur la contestation des tirs, notamment sur les tireurs extérieurs en mouvement, et devra améliorer son jeu de jambes pour être efficace face aux guards rapides. Malgré quelques secteurs à développer, Williams a montré une très belle mentalité en défense : il replace ses coéquipiers, donne de la voix et impose un certain rythme. En NBA, dans l’absolu, Williams est capable de défendre sur quatre positions. Mais il devra améliorer sa fluidité et la motricité du bas de son corps pour passer un cap au niveau supérieur.
De l’autre côté des parquets, en attaque, Patrick Williams est évidemment une excellente menace sur les lobes et les coupes vers le panier. Il sait où se placer et quand attaquer : joueur offensif sans ballon très productif. Un très bon timming qui lui permet d’attaquer le cercle facilement en identifiant les voies ouvertes. Patrick Williams est un bon finisseur mais encore élite. Son deuxième saut est très rapide, il utilise bien sa longueur pour finir autour de l’arceau mais doit encore travailler son touché pour améliorer son efficacité. Au niveau du tir, Patrick Williams n’est pas un sniper comme pourrait l’être Saddiq Bey. Avec seulement 32% de réussite extérieure cette saison, l’ailier de FSU ne peut pas encore revendiquer l’étiquette de 3&D même si les pistes de développement sont bien là. Williams possède une belle mécanique, un peu trop rigide, mais sans réels défauts. Son point de libération est suffisamment haut pour être difficilement contestable et sa coordination est bonne surtout sur les catch-and-shoot. En revanche, il semble trop réfléchir à la méthode en match et perd du temps sur certaines séquences. Bien que Patrick Williams ne sera probablement jamais capable de marquer en sortie de dribble, du moins de manière récurrente et constante, il a montré quelques perspectives dans ce domaine grâce à un jolie handle pour sa taille et une bonne utilisation des écrans. Grâce à une prise d’appuis nette, il est capable de développer sa production offensive à mi-distance. C’est aussi là que l’on remarque le QI basket élevé du garçon. Williams a montré une solide conduite de balle en transition et quelques flashes sur attaque placée. Menace en tant que poseur d’écran sur les P&R, il est également capable de porter le ballon pour distribuer (occasionnellement) le jeu. Patrick Williams possède une excellente vision du jeu qu’il peut encore développer et son jeu de passe est très honnête pour son poste. Son rôle offensif peut évoluer vers un « 3&D » ou un « 4&D » avec un potentiel à tous les niveaux. En revanche, aucun domaine ne semble parfaitement développé encore.

Un QI basket élevé, un physique calibré pour la NBA et des promesses dans tous les secteurs. Patrick Williams s’est imposé progressivement comme un prospect du premier tour de la draft grâce à d’excellentes prédispositions naturelles et un instinct très prometteur. Mais comme beaucoup de talents de cette cuvée, les domaines nécessitant un développement sont nombreux. Grâce à son impact défensif, Williams aura des minutes en NBA et pourra développer les autres aspects de son jeu.

✔️ FORCES

  • Excellentes dimensions physiques pour un poste 3 : taille/poids/envergure.
  • Athlétisme naturel.
  • QI basket très élevé.
  • Excellent sur les aides et les rotations.
  • Lecture des trajectoires.
  • Protecteur de raquette.
  • Polyvalent.
  • Belle mécanique de tir.
  • Potentiel à mi-distance en sortie de dribble.
  • Bonne lecture des pick and roll.
  • Second saut rapide et explosif.
  • Jeu offensif sans ballon.
  • Bon passeur pour sa taille.
  • Capable de porter le ballon.
  • Jeune.
  • Joli potentiel global.

FAIBLESSES

  • Dimensions en-dessous des moyennes du poste 4.
  • Détente verticale.
  • Précipitation.
  • Adresse intérieur et extérieur en développement.
  • Manque de technique pour finir dans le trafic.
  • Manque de touché.
  • Pas en assez bon rebondeur pour son gabarit.
  • Rigidité dans les déplacements sur courte distance.

PRÉDICTION DRAFT 2020

Premier tour (places 10-20)

Hypothèse : #19 – Brooklyn Nets

Avec ce potentiel 19ème choix récupéré lors d’un échange avec les Clippers, Brooklyn pourrait bien parier sur Patrick Williams. En attendant qu’il développe son potentiel au tir, l’ailier des Noles évoluera probablement au poste 4 en NBA où son efficacité défensive lui permettra de disputer plusieurs minutes. Chez les Nets, le poste d’ailier-fort est probablement le moins fourni. Avec Taurean Prince en titulaire, Brooklyn devrait logiquement se focaliser sur ce poste à la draft. Patrick Williams offre déjà des garantis défensives et un sérieux potentiel à développer : tout bon pour les Nets ! Attention, avec une cote qui ne cesse grimper, Williams pourrait bien être sélectionné lors de loterie.

NOTE DU CCS

Patrick Williams est peut-être l’ailier avec le plus de potentiel brut de cette draft. Déjà efficace en défense avec un physique spectaculaire pour son âge, il a montré de belles perspectives en attaque et pourrait bien être sélectionné dans le Top15 voir le Top10 de la draft. Si le potentiel est certain, l’avenir de Williams en NBA dépendra, dans un premier temps, de l’évolution de sa défense extérieure et du développement de son tir longue distance. Sur le plus long terme, les indications qu’il nous a montrées sur son jeu de passe et de création pourraient bien être les éléments les plus prometteurs et déterminants pour ce joueur de 18 ans.

Retrouvez ici les derniers profils de la Draft NBA 2020 :

Precious Achiuwa

Tyrese Maxey

Tyrese Haliburton

Vernon Carey Jr.

Nico Mannion

Jaden McDaniels

James Wiseman

RJ Hampton

Onyeku Okongwu

Cole Anthony

Saddiq Bey

Obi Toppin

Isaac Okoro

Devin Vassell

Deni Avdija

Kira Lewis Jr.

Killian Hayes

(4 commentaires)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :