Foot Premier League

Phil Foden : la gestion parfaite de Guardiola

Oui, Sancho est le joueur Anglais né en 2000 le plus connu. Mais est-il le plus talentueux ? Pas selon Pep Guardiola. Le technicien Espagnol estime que son joueur, Phil Foden, est un diamant brut. En ce sens, et depuis ses débuts en professionnels (lors d’une tournée américaine de pré-saison en 2017 ou Sancho était aussi présent), l’anglais est couvé par l’entraîneur de Manchester City. Une gestion dans le temps long, qui dénote dans une époque ou les joueurs sont lancés de plus en plus tôt.

Premier joueur né en 2000 à marquer en Premier League, Phil Foden est un milieu offensif né en 2000, il rejoint l’académie des Citizens à 8 ans. Sélectionné dans toutes les équipes de jeunes anglaises, il n’a pourtant pas encore été convoqué chez les A. Ça ne saurait tarder, tant ses prestations récentes sont convaincantes : depuis le retour de la Premier League, il cumule 3 buts en deux titularisations, et son influence dans le coeur du jeu est impressionnante à un si jeune âge. La suite d’un long parcours auquel Pep Guardiola a largement contribué.

L’intégration dans le groupe pro

Phil Foden et Pep Guardiola lors de la signature du milieu de terrain, en juillet 2017. (Crédits : The Guardian)

Lors de l’arrivée de Guardiola à Manchester City, les supporters et l’ensemble du monde du football s’excite : De Bruyne, Aguero, Silva, toute cette force de frappe sous les ordres du catalan. Mais personne n’impressionnera autant l’Espagnol que Foden durant la tournée de pré-saison : « Ça fesait longtemps que je n’avais pas vu quelque chose de pareil. Sa performance était hors catégorie. Il a 17 ans, c’est un joueur et un fan de City qui a grandi dans l’académie. Un cadeau pour nous! » Des mots qui sonnent comme une promesse, mais les mots restent des mots. Le jeune Anglais va alors être convoqué à plusieurs reprises sans jouer, avant de débuter en Champions League en Novembre. S’ensuivra, quelques semaines plus tard une première titularisation qui fera plaisir aux supporters cityzens, absolument fous de leur petite pépite.

« Phil a été incroyable. Je n’aurai jamais de doute sur ses qualités, et pas seulement avec ballon. »

Pep Guardiola

Mais avec seulement 3 titularisations, 10 matchs et 328 minutes de jeu cumulées, Guardiola prend son temps et surtout, il doit faire avec tous les joueurs qui sont susceptibles de jouer au milieu : Gundogan, Silva, De Bruyne : « Il y a peu de joueurs de 18 ans qui peuvent jouer régulièrement dans une équipe avec Silva, Gundogan et De Bruyne. Il est spécial, il a joué quelques minutes, et dans le futur, il en aura de plus en plus. Il a été très bon, il a joué comme un homme. » confie le technicien Espagnol en Octobre 2018. Avant d’ajouter ce qui lui plaît dans le profil de natif de Stockport : « Phil a été incroyable. Je n’aurai jamais de doute sur ses qualités, et pas seulement avec ballon. Il paraît chétif, maigrichon, mais il est vraiment, vraiment fort. C’est un jeune joueur rare. » De quoi entrevoir du temps de jeu supplémentaire.

Premiers buts et … premières rumeurs de transferts.

Foden après son premier but en senior, lors d’une victoire 7-0 contre Roterham. (Crédits: The42)

Le premier but de Foden coïncide avec les déclarations de Guardiola énoncées plus haut, prononcées après la victoire 7-0 en FA Cup. Une belle saison pour Foden, qui jouera 26 matchs TTC, dont une dizaine de titularisations pour 1137 minutes de jeu. Mais les premiers soucis pointent leur nez : en ayant inscrit 7 buts et 2 passes décisives, les observateurs veulent en voir plus. Problème, la concurrence s’agrandit avec Mahrez, Bernardo Silva. Beaucoup veulent voir Foden partir en prêt, mais pas Guardiola. Pour cause, Foden progresse dans son jeu : il est plus agressif, plus intelligent et plus impliqué dans les pressing, tout en développant ses immenses qualités techniques. Certaines rumeurs font état d’un potentiel prêt, voire même d’une vente au PSG…

« Il mérite de jouer. Je veux le faire jouer plus. A chaque fois qu’il ne joue pas, je m’excuse auprès de lui. »

Pep Guardiola.

Le catalan est, chaque jour, étonné par son poulain. A l’entraînement, Foden progresse, apprend aux côtés des autres milieux, est à l’écoute et en constante progression.  Mais cette concurrence est aussi un vecteur de souffrance pour Guardiola, qui doit faire des choix : « A chaque fois qu’il ne joue pas, je m’excuse auprès de lui. Mais il y a De Bruyne, Rodri, les Silva, Gundogan. Je suis vraiment désolé, je sais que le meilleur moyen de progresser et de jouer, mais il est si jeune. Ça va être un joueur incroyable pour nous dans le futur. On croit beaucoup en lui, mais c’est comme ça. »

Phil Foden, à droite, posant avec Brahim Diaz avec l’un de se deux titres de Premier League. (Crédits : The Irish Sun)

L’anglais, pour autant, ne lâche rien : « Je suis toujours prêt à jouer. Mais c’est difficile quand on regarde les joueurs devant moi. Je pense juste que je dois être patient, progresser chaque jour et attendre les opportunités. Et quand elles arrivent, en faire bon usage. » Et pour cause : ces déclarations, datées d’Octobre 2019, résonnent très fortement aujourd’hui. Après les récentes performances du N°47, Pep Guardiola a déclaré : « Quand David Silva a dit que c’était sa dernière année, j’ai dit au conseil d’administration que nous avions Phil, donc pas besoin d’investir. » L’occasion pour Foden, l’an prochain, de devenir un élément encore plus important qu’il ne l’est jusqu’ici : avec 1219 minutes et 29 matchs, il a déjà plus joué que l’an dernier, avec, qui plus est, 6 buts et 7 PD.

« Vous ne pouvez pas demander un meilleur coach. »

Phil Foden

Et pourtant, malgré un temps de jeu encore limité, Foden est loin de se plaindre. « Vous ne pouvez pas demander un meilleur coach. Il est si exigeant, même avec moi qui suis si jeune, il m’en demande beaucoup et j’adore ça. Il vous rend meilleur, le plus fort possible. Je lui suis très reconnaissant. S’il voit une faiblesse dans votre jeu, il vous la fera corriger. » Et ça ne s’arrête pas là. Foden détaille, mieux que personne, la méthode de Pep afin de le faire progresser : « Pour être honnête, je ne sais pas comment il fait pour voir autant de choses, de changer de petits détails qui font une aussi grande différence. Disons que nous jouons Crystal Palace, il a vu tellement de matchs, analysé les actions défensives et offensives, qu’il sait exactement ce que nous devons faire. »

Changements dans le jeu de Foden

Tous ces petits détails, ces faiblesses que Guardiola s’évertue à corriger, se ressentent dans l’évolution de l’Anglais. Avec la présence de David Silva, que le coach des cityzens estime être le meilleur joueur dans les petits espaces de la planète, Foden a énormément travaillé à l’entraînement afin de développer cet aspect de son jeu, en travaillant spécifiquement avec David Silva. Si bien qu’aujourd’hui, sa variété de pied, sa lecture des trajectoires et des effets et son immense bagage technique lui permet de se démarquer. Pep a aussi veillé à ce que Foden ne fasse pas l’erreur de la sur-musculation. Il lui a permis de s’étouffer, tout en gardant cette agilité, cette souplesse qui lui permet de rester loin des joueurs adverses.

Confiance. (Crédits : Manchester Evening News)

« Il bénéficie aussi de la City Academy. Il se développe physiquement, en devenant un adulte. Tout cela est très bien géré pour s’assurer qu’il puisse faire une longue carrière » confessait; Neil Deswip coach de Foden chez les jeunes anglais. En effet, que ce soit le centre de formation Cityzen et sa vision claire du football et ses infrastructures dernier cri, ou la Fédération et son nouveau programme technique dont les résultats commencent à se voit (Mount, Sancho, Foden, etc), l’anglais est le fruit de deux structures au top de la technologie et du développement des jeunes joueurs. Revenons-en à Guardiola. D’un joueur créatif comme Silva, il a cherché à faire de Foden un joueur encore plus complet à la De Bruyne. En ce sens, l’Espagnol a cherché à pousser l’Anglais physiquement : en 2018/2019, il était le Cityzen avec le plus de km parcourus par 90 minutes (13,83km), et le 5e cytizen au nombre de sprints par 90, devancés par des joueurs pour qui la vitesse est une qualité première: Sterling, Sané, Jesus et Walker.

Qu’en disent les stats ?

Enfin, jetons un petit oeil au stats. Révèlent-elles une évolution dans le jeu du milieu anglais ? Tout d’abord, les passes courtes sur lesquelles Foden a travaillé avec David Silva : la saison passée, 50% de passes réussies (ce qui est déjà élevé), cette saison, 55,6%. Sur les passes de manière générale ? de 85.4 à 87.6% de réussite. Plus de passes dans le dernier tiers, plus de mètres parcourus vers l’avant par ses passes, et plus de passes. Sur le volet défensif, plus de pressions, plus de tacles, plus de ballons contrés, ce qui coïncide avec sa progression physique. Même constat sur les ballons touchés, plus de ballons touchés, plus de mètres parcourus vers l’avant avec ballon, moins de contrôles manqués, etc. Seul bémol: les XGoals/90, XAssists/90, qui sont en baisse. Trois explications: son recul sur le terrain, puisqu’il joue de moins en moins ailier, mais aussi le fait qu’il ne joue plus que les fins de matchs contre des équipes déjà fatiguées, et enfin une équipe de Manchester City qui a aussi moins performé que la saison précédente.

« Phil quand il joue, il ne joue jamais mal. Nous ne pouvons pas oublier qu’il a 20 ans, il doit s’améliorer. Mais il sera un joueur important pour la prochaine décennie pour le club. Les minutes qu’il a, il les mérite. Chaque fois qu’il joue, c’est un plaisir à regarder. » Outre le fait que Guardiola ait conclu pour nous, il faut lui reconnaître son investissement dans la progression de certains de ses joueurs, symbolisés aujourd’hui avec Foden mais qui fonctionne aussi avec Sterling, Mahrez et tant d’autres.

(2 commentaires)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :