A l'affiche Foot

Qui aurait pu gagner le Ballon d’OR 2020 ?

Nous sommes le 20 juillet 2020, il est 13H55 précise quand France Football annonce sur son compte Twitter que le Ballon d’Or 2020 ne sera pas décerné. Le monde du football est divisé entre ceux qui fustigent la décision de l’hebdomadaire, surement désireux de voir leur joueur préféré soulever la plus belle des récompenses individuelles jamais crées dans l’Histoire du football et ceux qui, par leur nature prudente, viennent soutenir les choix de France Football.

Sous l’égide de son rédacteur en chef, Monsieur Pascal Ferré, le magazine, qui décerne ce trophée depuis 1956, se justifie d’une manière que seuls les plus incompréhensifs des fans ne pourront contester. En effet, la décision d’annuler l’édition est en grande partie justifiée par la volonté de ne voir aucune contestation sur la nature du vainqueur, qui aurait pu entendre dire avoir gagné une sorte de Ballon d’Or au rabais. Ce constat est aussi du à une inégalité certaine des candidats : certains ont repris plus tôt, d’autres n’auront jamais retrouvé les terrains « Dès lors, comment comparer l’incomparable ? » conclut Monsieur Ferré.

Cette décision est-elle la bonne ? Assurément. Comment ne pas vouloir éviter de stériles débats sur l’attribution d’une récompense qui fait déjà tant parler en temps normal ? Il suffit d’autant plus d’observer les déclarations de journalistes (français qui plus est), sur la valeur de cette l’édition 2019-2020 de la Ligue des Champions pour entièrement comprendre le choix de France Football.

Mais au Café Crème Sport, nous sommes assez joueur, et malgré l’annulation de cette édition 2020 du Ballon d’Or, nous avons décidé de dresser le top 5 des joueurs les plus aptes à connaitre le sacre suprême.

Robert Lewandowski (POL, 31 ans, Bayern Munich), la machine à marquer

Note : 5 sur 5.

Qui peut se tanner aujourd’hui d’être sans doute le meilleur numéro 9 du Monde ? Robert Lewandowki a ce privilège, lui qui est auteur de 34 buts en Bundesliga (soit un but par match), tout en étant le meilleur buteur de la Ligue des Champions avec 11 réalisations en 6 matchs.

Robert Lewandowski était sans aucun doute LE favori à la victoire finale, il a littéralement marché sur la concurrence avec cette statistique digne d’un jeu vidéo : 51 buts en 43 matchs TCC. Il est assurément le plus grand perdant dans cette annulation du Ballon d’Or …

Avec un nouveau titre de Bundesliga glané par son Bayern Munich et une qualification quasi acquise pour les 1/4 de finale de Ligue des Champions face à Chelsea (compétition pour laquelle le Bayern fait office de favori), Robert Lewandoswki n’était qu’à un pas de la consécration, celle du premier joueur polonais de l’Histoire à remporter le prestigieux trophée individuel du football. Sans Euro à disputer avec la Pologne, personne n’aurait pu lui reprocher son parcours durant ce dernier.

« Quelques joueurs pourraient se sentir un peu déçus de la décision et Lewandowski du Bayern Munich est certainement l’un d’entre eux. L’attaquant polonais a été magnifique alors que le Bayern a remporté son huitième titre consécutif en Bundesliga et qu’il reste encore la Ligue des champions à venir, il était donc bien placé pour se battre avec Lionel Messi et Cristiano Ronaldo pour le trophée« 

Le Brésilien Rivaldo à propos de Lewandowski.

Lionel Messi (Arg, 33 ans, FC Barcelone), les sept merveilles du Monde ?

Note : 4.5 sur 5.

Comment ne pas placer dans les favoris à la victoire finale le tenant du titre, l’homme aux 6 Ballons d’Or, le génialissime Lionel Messi ?

La saison du FC Barcelone n’a pas été celle des éclats de joie mais bien celle (pour l’instant) des larmes. Avec une décevante place de dauphin en Liga face à l’éternel rival Madrilène et une élimination en 1/4 de finale de Coupe d’Espagne face à Bilbao, la saison du FCB sur le plan national est tout bonnement ratée. Il reste cependant un espoir aux Catalans de la sauver : la Ligue des Champions. Les Barcelonais attendent leur 1/8 ème de finale retour contre Naples, avec comme objectif la conquête d’un trophée qu’ils n’ont pas effleuré depuis 2015.

Vous me direz que le Ballon d’Or est un trophée récompensant les prestations individuelles et non collectives, et vous avez raison. Cependant, il est parfois difficile de dissocier l’homme de son équipe, l’un ne va souvent pas sans l’autre, et quand l’équipe va mal, l’homme aussi.

Tous sauf un. En effet, si la saison de Barcelone est risible, celle de Messi est stratosphérique : meilleur buteur de Liga avec 25 buts et meilleur passeur de Liga avec 21 passes décisives (du jamais vu dans l’Histoire du championnat), l’Argentin réalise une excellente saison, pas forcément aidé par le niveau de jeu de son équipe.

Comme pour beaucoup d’autres, il aurait fallu attendre la fin de la Ligue des Champions pour statuer si La Pulga aurait pu prétendre à soulever le trophée une deuxième fois consécutivement, mais sur le plan purement individuel, il en est un des grands favoris, mais il se serait surement vu reprocher sa potentielle saison blanche … Il pourra tout de même se contenter de garder son titre un an de plus, un moindre mal !

Karim Benzema (FRA, 32 ans, Real Madrid), successeur de Zidane ?

Note : 4.5 sur 5.

Si nombre d’entre-eux ont été proche de lui succéder, aucun Français n’a su remporter le Ballon d’Or depuis Zinedine Zidane en 1998.

Que l’histoire aurait-été belle de voir Karim Benzema soulever le Ballon d’Or, lui qui est entrainé par ce même Zinedine Zidane au Réal Madrid. Oui, Karim Benzema était un candidat sérieux à la conquête du Ballon d’Or. Vainqueur de la Liga avec le Real Madrid, titre auquel il a intensément contribué avec ses quelques 21 buts en championnat. Le Français n’a pas uniquement brillé par ses buts, il s’est aussi notamment illustré dans le jeu de son équipe, son Président qualifiant celui qui est devenu cette saison le 5 ème meilleur buteur de l’Histoire du club (248 buts) « d’avant-centre qui ressemble plus à Zinedine Zidane qu’à Ronaldo« 

« Karim Benzema devrait être Ballon d’or, je n’ai vu aucun joueur meilleur que lui cette saison, pareil pour la saison dernière ou la saison précédente. »

Florentino Perez, Président du Real Madrid.

Encore en course en Ligue des Champions, Benzema aurait été sans aucun doute l’espoir numéro un de son équipe pour refaire son retard contre Manchester City. Nul doute qu’en cas de victoire finale dans cette compétition, le meilleur buteur français de l’Histoire de cette compétition aurait été le favori numéro un …

Cristiano Ronaldo (35 ans, POR, Juventus), l’Eternel

Note : 3.5 sur 5.

35 ans. A cet age, Iniesta jouait pour le Vissel Kobe, Ronaldinho était sans club, Maradona à Boca, Pelé aux New York Cosmos, Xavi au Qatar … Pendant ce temps, Cristiano Ronaldo porte la Juventus de Turin, dont il est le meilleur buteur avec 30 but en Serie A cette saison.

Que dire de Cristiano Ronaldo si ce n’est qu’etre admiratif devant une telle régularité. Celui qui a marqué au minimum 50 buts en Premier League, Liga et Série A est encore aujourd’hui la référence devant le but.

A Turin, le Portugais règne en maitre : actuel leader de la Série A dont il est le meilleur buteur avec 30 buts en 30 matchs et encore qualifié en Ligue des Champions. Cristiano Ronaldo ne faiblit pas, et même si son rôle sur le terrain n’est plus le même qu’avant, il impressionne toujours autant. En lutte pour le titre de « Capocannoniere » avec Ciro Immobile (voir ci dessous), le Portugais se montre bel et bien une nouvelle fois comme le Roi d’Italie.

Tout comme Lionel Messi, le Portugais, déjà quintuple vainqueur du Ballon d’Or en est indéniablement un favori, et ce, tous les ans. Il aurait cependant du compter sur une fin de campagne exceptionnelle en Ligue des Champions pour espérer accrocher ce trophée à un poste où le monstre Lewandowski s’impose aujourd’hui comme LA référence.

Kevin De Bruyne (29 ans, BEL, Manchester City), le rêve bleu

Note : 3 sur 5.

Qui peut se vanter d’avoir été classé par Michael Owen devant des joueurs comme Scholes, Giggs ou même Beckham en terme de qualité de passe ? L’ancien attaquant de Liverpool, lui meme lauréat du dernier Ballon d’Or anglais en 2001 avait tari le milieu belge en 2018 : « De Bruyne, Scholes, Beckham et Giggs, voilà mon classement des meilleurs passeurs dans l’ordre ».

Depuis ce temps, le maestro citizen s’est calé comme l’un des meilleurs (si ce n’est le meilleur) passeur de la planète football. Auteur de 21 passes décisives et 13 buts en 44 matchs TCC, le numéro 17 de City était en conséquence un candidat sérieux au Ballon d’Or.

Sa saison individuelle parle d’elle même, ses statistiques sont impressionnantes, et même si son statut de meilleur passeur de Premier League n’a pas permis au citizens de remporter cette dernière, les bleus de Manchester sont encore qualifiés en Ligue des Champions. Ayant remporté le match aller 1-2 au Bernabeu (match durant lequel De Bruyne a marqué le but de la victoire sur penalty), les citizens sont en ballottage favorable au moment de recevoir le Real Madrid de Zidane et de Benzema, vainqueur de la Liga.

En toute objectivité, il semblait quasi-impossible de voir De Bruyne soulever le Ballon d’Or en décembre prochain, ne serait-ce que par son « manque » de statistiques au niveau du nombre de buts marqués, qui apparait aujourd’hui une condition sine qua none à l’obtention du Ballon d’Or. Le Belge aurait pu rêver d’un coup à la Modric, qui n’avait pas des statistiques aussi flatteuses, mais bel et bien un parcours collectif qui parle pour lui : vainqueur de la Ligue des Champions, des Supercoupes d’Espagne et d’Europe mais surtout finaliste d’une Coupe du Monde qu’il aura illuminée de son talent, lui qui en finira meilleur joueur.

Aurait-il fallu que De Bruyne gagne la Ligue des Champions et qu’il performe à l’Euro ? Dans ce cas oui, le belge aurait été un candidat plus que sérieux à la consécration.

Mentions honorables :

Certains des meilleurs footballeurs auraient aussi pu prétendre au sacre, moins que ces 5 titans, mais assez pour que l’on doivent tout de même les évoquer :

Sergio Ramos (34 ans, ESP, Real Madrid), l’insatiable

Note : 2 sur 5.

Il a tout connu, tout gagné, mais rien ne semble apaiser son appétit de victoire. Vainqueur de la Liga, encore en route en Ligue des Champion avec le Real, Ramos s’est distingué comme le deuxième homme fort du Real derrière Benzema. Auteur de 13 buts cette saison, le défenseur s’est mué en buteur, notamment expert sur penalty.

Mais comme il est difficile de pouvoir gagner le Ballon d’Or pour un défenseur : Virgil Van Dijck et Raphael Varane peuvent en témoigner, eux qui avaient tout gagné sur la scène du football mondial. Ramos aurait sans doute du une fois de plus « ronger son frein« , une frustration compréhensible pour l’un des meilleurs défenseurs de l’Histoire.

Thomas Muller (30 ans, ALL, Bayern Munich), la renaissance

Note : 3 sur 5.

Ces dernières saisons, Thomas Muller a connu un bon coup de mou. Mais cette année, l’Allemand s’est montré impressionnant, comme galvanisé par Hans-Dieter Flick, le coach bavarois.

Thomas Muller est sans aucun doute l’un des maestros de l’année, deuxième meilleur passeur européen derrière Messi et devant De Bruyne avec 22 passes décisives, le tout agrémenté de 12 buts, d’un sacre en Bundesliga, en coupe d’Allemagne et d’une possible victoire en Ligue des Champions, font assurément de Muller un candidat sérieux à la victoire finale.

Si « KDB » est cité, il faut évidemment citer Muller. Alors pourquoi mettre Muller dans la catégorie mentions honorables ? Et bien il faut croire qu’il ne peut pas y avoir deux stars dans la même équipe, dans lequel cas Robert Lewandowski prend beaucoup de places à Munich, tandis que De Bruyne est seul à la tête de City …

Ciro Immobile (30 ans, ITA, Lazio Rome), à l’audace

Note : 1 sur 5.

L’Italien est là où personne ne l’attendait : en face à face avec Cristiano Ronaldo pour le titre de meilleur buteur de Serie A.

Auteur d’une campagne exceptionnelle avec une Lazio de Rome que l’on a cru solide concurrente de la Juventus pour le titre, Immobile et ses 31 buts en Serie A sont à eux seuls une raison valable présenter l’Italien comme « possible » lauréat, bien que ce soit peu probable. Deuxième meilleur buteur européen derrière le monstre Lewandowski, citer le romain d’adoption ne serait pas une affabulation. Mais il aurait surement fallu un Scudetto ou une Ligue Europa à Immobile pour le mettre au niveau des autres.

Non cités

Ils sont deux que nous ne citerons pas par souci d’équité : les Parisiens Mbappé et Neymar.

Tous deux auteurs d’une saison d’exception en Ligue 1 et en Ligue des Champions, une victoire finale dans cette même compétition tout en gardant le même état de forme aurait pu permettre au PSG de voir une de ses deux stars soulever le Ballon d’Or.

un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :