Foot Liga BBVA

La seconde jeunesse de Raúl García

La saison 2019-2020 de Liga s’est achevée dimanche dernier avec le sacre du Real Madrid. Outre les honneurs collectifs, des joueurs méritent d’être salués et parmi eux, il y a Raúl García. Appartenant à l’Athletic Bilbao, son équipe n’a pas particulièrement brillé, mais lui oui. Auteur de 15 buts en 35 matchs de championnat, l’espagnol de 34 ans, vient sûrement d’effectuer la meilleure saison statistique de sa carrière. Avant tout, cela s’explique en grande partie par sa position sur le terrain. Son entraîneur, Gaizka Garitano, l’a aligné 26 fois au poste de milieu offensif ou d’attaquant de pointe. Il faut savoir que Raúl García a toujours évolué au poste de numéro 8 durant sa carrière et personne s’attendait à le voir aussi bon au poste de numéro 9. Quel est donc son élixir de jeunesse ?

Raúl García est né le 11 juillet 1986 à Pampelune. Basque de naissance, il fut formé dans le club de sa ville : Osasuna. Il fait ses débuts en octobre 2004 à l’âge de 18 ans. Dès la saison suivante, il devient titulaire et s’impose au point que l’Atlético de Madrid débourse 13 millions d’euros afin de l’enrôler en juillet 2007. Durant près d’une décennie, Raúl García, excepté durant la saison 2011-2012 – où il fut prêté à Osasuna -, fut un joueur essentiel des différents entraîneurs successifs. Parmi eux, il y a Diego Simeone, sur le banc des Colchoneros depuis 2011. C’est ce dernier qui permit à Raúl García de se faire un nom en Europe. Le basque possède un beau palmarès grâce à ses années chez les matelassiers : une Ligue Europa et une supercoupe de l’UEFA en 2010, une coupe d’Espagne en 2013, une Liga et une supercoupe d’Espagne en 2014 et une finale de Ligue des Champions perdue face au Real Madrid en 2014. Depuis 2015, il a rejoint l’Athletic Bilbao où il est un joueur incontournable. Son contrat se terminant en juin 2021, il est probable que la prochaine saison soit sa dernière…

Raúl García lors de sa dernière saison avec l’Atlético. Crédits : thetrentonline.com

Raúl García a sur performé dans une équipe en sous-performance…

Depuis le départ d’Ernesto Valverde, l’Athletic a du mal, en témoignent ses classements des dernières saisons. 16ème en 2017-2018, 8ème l’année dernière, en partie grâce à sa très bonne seconde partie de saison, et 11ème à l’issue de l’exercice 2019-2020. L’historique club basque performe moins en partie à cause d’un effectif vieillissant et moins talentueux que les précédentes générations. La mauvaise saison d’Iñaki Williams symbolise cet Athletic Bilbao de la fin de la décennie 2010.

Il est vrai que les hommes de Garitano ont fini à seulement cinq points du premier européen Grenade, mais cette onzième place en dit long sur le niveau global du club depuis quelques années. Dans un football où l’internationalisation est, chaque année, davantage louée, le modèle de fonctionnement de Bilbao tend à disparaître dans le sens où les chances de réussir sont de plus en plus minces.

Iñaki Williams, symbole d’une formation basque en difficulté depuis plusieurs saisons. Crédits : citisportsonline.com

En effet, il est dur de réussir au niveau professionnel lorsqu’on se repose exclusivement sur la réussite des centres de formations de sa région. Raúl García fait partie de l’un d’eux et l’Athletic Bilbao mise régulièrement sur des joueurs basques en fin de carrière qui ne sont pas nécessairement passés par le club. Le succès de Raúl García dans un club comme Bilbao n’est pas rare, mais n’est pas une solution à long terme. Ainsi, les Rojiblancos doivent pouvoir de nouveau produire de très gros talents s’ils veulent redevenir une des meilleures équipes d’Espagne.

Quelques statistiques peuvent éclairer les sous-performances des joueurs de Garitano. Avec 41 buts inscrits en 38 journées, Bilbao est la 13ème meilleure attaque du championnat. C’est bien trop peu, et cela s’explique par le fait que seul Raúl García a dépassé 10 buts. Le deuxième meilleur buteur n’est qu’à 6 buts qui est Iñaki Williams. Lui qui était vu comme l’un des plus grands talents espagnols il y a quelques saisons, est totalement passé à côté cette saison. Il est intéressant de noter qu’outre les bonnes performances de García, les meilleurs joueurs de l’Athletic sont les défenseurs. En effet, Yeray Álvarez, Yuri Berchiche, Íñigo Martínez et Ander Capa ont assuré défensivement et ont permis à leur équipe de ne prendre que 38 buts. L’équipe pointe d’ailleurs à la 5ème place de ce classement à ex-aequo avec le Barça. Très bonne dans les airs (24,9 duels aériens gagnés en moyenne par match et troisième de ce classement cette saison en Liga), l’Athletic Bilbao n’affiche que 76,4% de passes réussies par match en moyenne. En d’autres termes, cela traduit le manque d’aisance technique au sol et du style de jeu de Garitano. D’ailleurs son équipe ne tire pas beaucoup au but : 10,3 tirs par match en moyenne, la 14ème meilleure équipe. C’est aussi une équipe qui dribble peu : 8,9 dribbles par match en moyenne, également la 14ème meilleure équipe.

Yeray Álvarez, a survécu à un cancer des testicules il y a quelques années, s’est imposé comme l’un des meilleurs centraux de Liga cette saison. Crédits : cdeportiva.com

Enfin le style de jeu de cette équipe. C’est celle-ci qui a favorisé en partie la réussite de Raúl García. Dans un 4-2-3-1 se transformant en 4-4-2 en phase offensive, Gaizka Garitano a tenté de jouer sur ses forces : les duels aériens. De ce fait, les attaques sont des centres ou des coup de pied arrêtés. L’Athletic Bilbao étant une équipe ne sachant pas correctement négocier ses possessions de balles dans le camp adverse, c’est une équipe qui tire beaucoup de loin. N’ayant pas de bons buteurs, il est donc difficile de marquer régulièrement. Le vrai problème est là, depuis deux, trois ans, l’équipe basque manque de créativité et de finition en phase offensive et cela doit constituer le chantier numéro un pour la saison prochaine.

Gaizka Garitano a du pain sur la planche pour la saison prochaine. Crédits : insideathletic.com

Et Raúl García dans tout ca ? Il a profité en grande partie de ses 7 penalties convertis pour accroître ses statistiques. Son équipe fait partie des meilleures dans ce domaine en Liga. De plus, il est l’un des meilleurs dans le domaine aérien. Derrière Joselu d’Alavès, il est celui qui remporte le plus de duels aériens avec 6,1 gagnés en moyenne par match. N’étant pas brillant pour garder le ballon et délivrer des passes, c’est un joueur qui tente beaucoup (2,3 tirs par match en moyenne). Il possède l’une des meilleures frappes de balles de Liga. Sur ses 8 buts dans le jeu, trois ont été marqués de l’extérieur de la surface, malgré une probabilité de but très faible. Une contradiction apparaît parmi ses buts marqués : il n’a trouvé les filets qu’une seule fois de la tête malgré le fait qu’il soit imprenable dans les airs. On comprend alors qu’il a beaucoup joué en tant qu’attaquant pivot.

Joselu, d’Alavès, est celui qui a remporté le plus de duels aériens en moyenne en Liga cette saison. Crédits : ponturipariuri.pro

Enfin, pourquoi peut-on dire que Raúl García a sur performé ? Deux choses : la première est que la moitié de ses buts ont été inscrits sur penalty et la seconde est le fait que selon ses xG, il n’aurait dû marqué qu’à onze reprises. Oui, cela reste difficile de réussir son penalty surtout lorsqu’on sait qu’il n’en a loupé aucun, mais tout de même, les chances de réussir sont bien plus hautes que pour un autre tir. Pour ce qui est de ses xG, cela traduit une réussite évidente. Son taux est de 11,15. Cela s’explique par son grand nombre de tirs déclenchés depuis l’extérieur de la surface, mais cela ne fait pas tout. Finalement, lorsqu’on regarde l’entièreté des tirs de Raúl García cette saison, nous nous rendons compte qu’il n’a pas été dangereux au point d’inscrire autant de buts. Il ne faut pas oublier qu’il est probable que ses statistiques coïncident avec le faible rendement de ses coéquipiers. Nous surveillerons de près sa saison 2020-2021, mais il y a fort à parier qu’il ne marque pas autant de buts, surtout si ses partenaires trouvent davantage le chemin des filets que lors de cette saison 2019-2020…

L’élixir de jeunesse de Raúl García se résume principalement à deux choses. Il est important de rappeler que, malgré les propos tenus tout au long de cet article, l’ancien joueur de l’Atlético est un joueur très talentueux et que ses performances sont de logiques conséquences. Ce n’est pas pour rien qu’il fut l’un des meilleurs joueurs sous Simeone. Cependant, Raúl García a profité de plusieurs éléments tactico-techniques afin de devenir le meilleur buteur de la saison de son club. Quoi qu’il en soit, il ne faudra pas l’oublier le jour de sa retraite (qui approche inexorablement).

(Crédits photo de couverture : thescore.com)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :