Café Crème Sport

Gabriel Ibitoye : La nouvelle bombe anglo-agenaise.

Le SUA a réalisé un coup retentissant dans le mercato estival, la semaine dernière. Le club Lot-et-garonnais a réussi à signer le véloce Gabriel Ibitoye. Le jeune joueur de 22 ans évoluait l’an dernier sur l’aile des Harlequins en Angleterre. Star des équipes nationales jeunes anglaises, Ibitoye a décidé d’affronter un sacré défi en signant à Agen. Qui est cet ailier qui fait parler de lui et pourquoi cette signature.

Gabriel Oluwatimilehin Kayode Ibitoye, de son nom complet, était un jeune garçon de 11 ans quand il découvrit le rugby dans son collège de la banlieue londonienne. Il ne quitta plus ce sport. Pourtant C’est le foot qui attira dans un premier temps Gabriel. Pendant longtemps, il rêvait de devenir la copie de son idole, Thierry Henry. Le destin en a choisi autrement, lui ouvrant les portes du rugby plutôt que du ballon rond. Gabriel apprit vite les bases du rugby, malgré une absence totale de fondamentaux au départ. Il passa successivement, au fil des années, de seconde ligne à troisième puis centre et enfin ailier. C’est ici que ces qualités naturelles commencèrent à le mettre en valeur. C’est grâce à l’accompagnement constant de sa mère que Gabriel n’a jamais lâché l’affaire. Issu d’une famille nombreuse d’origine nigériane, il est l’enfant du milieu d’une fratrie de 5. Élevé en grande partie par sa mère seule, Gabriel ne cesse de la remercier pour ce qui lui arrive aujourd’hui.

« Elle a toujours donné beaucoup de son temps pour nous et a toujours priorisé mon rugby. »

Gabriel Ibitoye parlant de sa mère pour rugbyworld.com.

Aujourd’hui Gabriel a bien grandi. Il mesure 1m78 pour 96kg. Ses mensurations matchent parfaitement à son poste d’ailier. Tout en muscle, le néo lot-et-garonnais court vite, très vite. Il est aussi doté d’une grande agilité et d’une bonne technique individuelle. Tout cela le rend assez phénoménal en un contre un dans son couloir. L’ailier a aussi un centre de gravité très bas malgré une taille honnête. Ce trait physique le rend très difficile à plaquer pour ses adversaires. Enfin le joueur est reconnaissable sur le terrain par sa manière de tenir le ballon, toujours à une main, à la manière d’un fidjien. Le jeune anglais arrive toujours à se libérer un bras pour se procurer un avantage dans ses duels et ainsi pour pouvoir jouer après contact si nécessaire.

Performances de Gabriel Ibitoye, un joueur sensationnel.

Depuis son arrivée à 15 ans dans le club anglais des Harlequins, Ibitoye n’a pas cessé de progresser. Il a passé avec brio toutes les sélections nationales de jeunes, marquant des essais avec panache comme celui contre l’Australie lors de la coupe du monde U20 2018. L’an dernier Ibitoye s’est totalement imposé dans son club, réalisant une saison pleine jusqu’à l’arrêt du championnat. L’ailier a joué 21 matchs dont 19 comme titulaire. En excellent finisseur qu’il est-il a inscrit la bagatelle de 10 essais toutes compétitions confondues. Le joueur a aussi pris une tout autre dimension dans le cœur du jeu du club londonien, à son crédit 17 passes après contacts et 21 franchissements sur la ligne d’avantage. Insaisissable vous avez dit ? Sur la saison, il a parcouru 908m ballon en main et a battu au total 61 défenseurs. Oui, insaisissable donc.

 « Je suis assez insaisissable, j’utilise ma vitesse et mon agilité pour entrer et sortir de n’importe quel espace. »

Gabriel Ibitoye parlant de ses qualités pour rugbyworld.com.

Le coup de maître agenais :

Agen boucle son mercato estival avec une signature qui fait saliver, un jeune déjà très fort à son poste, avec un plafond élevé. Pour en arriver là, un petit concours de circonstances a été nécessaire.

Gabriel Ibitoye dernière recrue du bon mercato agenais.

L’ancien joueur des Harlequins n’avait pas l’air de vouloir quitter sa terre natale. Il annonçait encore il y a un peu plus d’un an « Le but pour tout jeune joueur de rugby, c’est de représenter son pays. Pour moi, le but ultime c’est de représenter l’Angleterre et de gagner la coupe du monde. » Et la sélection nationale, Ibitoye s’en rapprochait un peu plus chaque jour. Ses performances avec les sélections de jeunes ainsi qu’en club avaient été scrutées à la loupe par Eddie Jones. Le joueur participait même régulièrement aux entraînements de l’équipe nationale seniors depuis 2 ans. Ibitoye et Jones étaient d’ailleurs en contact, le second motivant l’autre. Néanmoins, le jeune ailier a toujours eu de la suite dans les idées et a compris qu’une carrière se construit un pas après l’autre. Avec sa signature dans le Lot-et-Garonne, I’ailier a fait une croix sur la sélection nationale pendant 2 ans (les joueurs sans sélection, évoluant autre part que dans le championnat national anglais, ne peuvent pas être appelés pour le XV de la rose).

« Il y a beaucoup d’étapes que je dois cocher avant de faire partie de l’équipe nationale »

Gabriel Ibitoye

Agen est une case que Gabriel devait cocher, c’est chose faite. Mais la décision du joueur a été aidée par deux événements plutôt inattendus. Premièrement, les règles du salary cap en Angleterre se sont raffermies. En effet, pendant longtemps les clubs anglais n’ont pas trop été inquiétés par les instances nationales vis-à-vis des salaires de leurs joueurs. Mais les choses ont changé. Les Saracens ont servi d’exemple dans la ligue de rugby anglaise. D’autres clubs ont eu peur et ont restructuré des contrats. De plus la crise sanitaire est passée par là et a fait perdre de l’argent à tous les clubs anglais. Suite à cela il a été décidé par la majorité des équipes d’une baisse de salaire de 25% pour tous leurs joueurs. Gabriel Ibitoye finissait à ce moment-là son contrat espoir pour les Harlequins. Tous ces facteurs combinés entraînaient une perte trop importante d’argent pour le jeune joueur anglais s’il signait un nouveau contrat en Angleterre.

Ce n’est pas seulement de la chance pour l’équipe Lot-et-Garonnaise. Le joueur avait tapé dans l’œil de la direction bleue et blanche lors du match comptant pour la première journée de Champions Cup opposant les Harlequins à… Clermont. Le jeune ailier avait ce jour-là passé en revue la défense clermontoise avant de servir son centre, pour un essai magistral malgré la défaite. Très vite le SUA avait établi le contact avec le joueur. Contact précoce gagnant.

Gabriel Ibitoye élimine 9 défenseurs clermontois et sert son centre James Lang pour l’essai. 1ère journée de Champions Cup 2019-2020 Clermont – Harlequins

Agen, avec son petit budget (12,5M€ l’an dernier, plus petit budget du championnat), a réalisé un superbe coup avec l’addition de la pépite londonienne. Le joueur coche toutes les cases de la star en devenir. Si il continue sur sa lancée il fera à n’en pas douter des étincelles au milieu des défenses du Top14, une plus-value énorme dans la course au maintien pour les agenais. Quoi qu’avec leur recrutement pourquoi pas jouer les trouble-fêtes dans la partie supérieure du championnat.

Exit mobile version