Café Crème Sport

Pourquoi c’est le bon moment pour l’OL face à la Juventus ?

Ce soir, à 21 heures, l’Olympique Lyonnais affronte la Juventus, récemment championne d’Italie pour la neuvième fois d’affilée. Vainqueur au match aller (1-0) avant l’interruption liée au COVID-19, l’OL joue sa qualification pour le « Final 8 ». En décrochant sa place pour la suite de la compétition à Lisbonne, Lyon atteindrait les quarts de finale de la Ligue des Champions pour la cinquième fois de son histoire. Et malgré ce contexte particulier, les lyonnais ont de bonnes chances d’y croire. Même face à la Juventus de Cristiano Ronaldo.

Une place européenne à aller chercher

Les joueurs ne manquent généralement pas de motivation à l’approche d’un match de Ligue des Champions. Ambiance des très grands soirs, confrontation avec les plus grands joueurs européens, des scénarios aux multiples rebondissements … Autrement dit, des ingrédients qui font de ces rencontres des matchs souvent exceptionnels. Pour les lyonnais, cette rencontre résonne même bien plus forte puisque c’est l’unique moyen d’être européen la saison prochaine. Septième de la dernière saison de Ligue 1, vaillant perdant de la dernière édition de la coupe de la Ligue face au PSG, l’OL n’est pas parvenu à décrocher une place européenne. Il lui reste donc désormais qu’une seule option: remporter la Ligue des Champions qui lui assurerait une place directe la saison prochaine.

« Si on doit la gagner dans les années qui viennent, il faut tout mettre cette année parce qu’il reste très peu de matchs » – Jean Michel Aulas, président de l’Olympique Lyonnais

Jugée presque impossible sur le papier, cette possibilité reste pourtant très envisageable. Surtout du côté des Lyonnais eux-mêmes. Son président est le premier à y croire. Selon JMA, cette saison semble la plus adéquat pour remporter la coupe aux grandes oreilles « On n’a jamais eu autant de chances qu’aujourd’hui de la perdre mais aussi de la gagner ». Les joueurs y croient fortement également. En conférence de presse mercredi dernier, le latéral Maxwell Cornet déclarait « On veut aller chercher l’Europe. On sait que cela passera par des matches compliqués contre de grandes équipes, mais nous avons aussi une grande équipe avec des joueurs qui n’ont rien à envier à ceux des autres grands clubs ». Ce scénario reste donc bel et bien dans la tête des lyonnais.

L’avantage du nouveau format

Bien évidemment, on répète souvent que la particularité de cette saison liée à la crise sanitaire du COVID-19 a fait de nombreux gagnants, mais aussi des perdants. Considéré comme « perdant » suite à l’arrêt du championnat, l’Olympique Lyonnais semble être « gagnant » au niveau de la Ligue des Champions. En effet, certains avantages viennent encourager les ambitions lyonnaises: le match retour à huit clos, l’avantage du match aller, la fin de la double confrontation en quart de finale … En cumulé, quatre victoires sont nécessaires aux lyonnais pour l’emporter. Du jamais vu depuis leur demi-finales en 2010 face au Bayern Munich. Maintenant, les lyonnais auront le droit à aucun faux-pas et devront jouer tous leurs matchs à 100%. En sachant pertinemment que s’ils étaient amenés à se qualifier face à la Juve, ils affronteraient le Real Madrid de Zidane ou Manchester City de Pep Guardiola. Dans tous les cas, un gros morceau !

Lucas Tousart au duel avec Cristiano Ronaldo lors du match aller (Crédit: Guetty Images)

Le retour de Depay, la blessure de Dybala

Lors du match aller, l’Olympique Lyonnais avait dû faire face à deux absences de marque, celle de son attaquant Memphis Depay, et de l’ancien angevin, Jeff Reine-Adélaïde. Victimes de deux grosses blessures au cours de la saison, ils avaient fait leur grand retour dans le groupe il y a une semaine, en finale de la coupe de la Ligue. Et si Reine-Adélaïde avait dû participer à la rencontre depuis le banc, le Néerlandais, lui, avait pu la débuter. En manque de réussite et de spontanéité mais plein d’envie, Memphis Depay était apparu malgré tout en pleine forme physique. À un an de la fin de son contrat, il vit sans doute l’un des moments les plus importants avec son club. Il pourra bien sûr compter sur son partenaire, Moussa Dembélé. Les deux attaquants auront l’occasion de montrer leur belle entente hors terrain, sur le terrain. Cette dernière a parfois eu du mal à se former. Généralement placé en faux numéro 9, sa position préférée, Memphis Depay prive souvent l’attaquant français de transmissions rapides. Ils devront donc trouver la bonne connexion s’ils veulent faire trembler la cage de Szczęsny.

Autre motif de satisfaction, la défense retrouvée de l’OL. Le système en 3-5-2, mis en place lors du match aller et face au PSG il y a une semaine, montre une certaine garantie défensivement. Cette défense à trois, dirigé par le Brésilien Marcelo, s’impose de plus en plus face aux attaques adversaires. Le gros travail du jeune milieu de terrain, Maxence Caqueret, est également à l’origine du beau jeu défensif lyonnais. L’activité du milieu de terrain de 20 ans lui assure quasiment une titularisation ce soir face au club de la Veille Dame. Rudy Garcia devrait par ailleurs aligner la même équipe que celle face au PSG.

Du côté de la Juve, les choses risquent d’être plus compliqué. Touché à la cuisse le 26 juillet dernier, Paulo Dybala ne devrait pas participer au début de la rencontre. Hier encore, il avait participé à aucun entrainement collectif. L’animation offensive italienne sera animé probablement par Cuadrado, Higuain et l’indéboulonnable Cristiano Ronaldo. En défense, le capitaine Leonardo Bonucci et Matthijs De Ligt défendront une nouvelle fois les cages italiennes. Avec plus de 4000 minutes jouées cette saison, la défense italienne ne semblent tenir que sur un fil. Seul point de satisfaction et pas des moindres: la montée en puissance du milieu de terrain français, Adrien Rabiot. Titulaire indiscutable depuis maintenant un mois et demi, il a l’occasion de montrer encore un peu plus qu’il peut être un vrai leader sur le terrain.

Une fraîcheur physique retrouvée

Avant la confrontation face au PSG en finale de la Coupe de la Ligue, peu de personnes misaient sur autant de répondant lyonnais. Pourtant, le duel a bel et bien eu lieu. Pour leur premier match depuis le 8 mars face au LOSC, les joueurs de Rudy Garcia ont plus que compliqué la tâche aux coéquipiers de Neymar. Grâce à une défense retrouvée, l’OL a amené le PSG jusqu’en prolongation puis aux tirs aux buts. Ils s’inclineront après un pénalty raté de Bertrand Traoré. Malgré tout, ce retour à la compétition a amené tout un tas de satisfactions. Physiquement, les lyonnais semblent prêts à affronter la Juventus.

L’entraîneur du club de la Vieille Dame, Maurizio Sarri, était lui-même impressionné par le niveau affiché des lyonnais. Il avait déclaré en conférence de presse « J’ai été surpris par la condition physique des Lyonnais. Il va falloir qu’on soit bon, il faut qu’on recharge les batteries […]« . En effet, car du côté des Italiens, on ne peut pas en affirmer autant. Lors de ses derniers matchs de championnat, les italiens ont montré plusieurs signes de faiblesses. Notamment lors de la reprise. Et pour cause, ils ont dû enchaîner quatorze matchs en un mois et demi. Difficilement compétitive, les Italiens avaient enregistré des revers surprises comme cette défaite sur le terrain d’Udinese lors de la 35ème journée. (défaite 2 à 1). Peut-être avaient-ils la tête déjà la tête au match de ce soir ? Dans tous les cas, les joueurs de la Juventus ont bien réussi à décrocher un neuvième championnat d’affilé et difficile de penser qu’ils ne seront pas à 100% ce soir. Du moins, mentalement.

Grâce à leur victoire au match aller 1 but à 0, les joueurs de Rudy Garcia ont encore toutes leurs chances de se qualifier pour le « Final 8 ». Avec un effectif au complet , l’OL s’envole défier les coéquipiers de Ronaldo les yeux dans les yeux. Dernière raison d’y croire pour les supporters lyonnais: d’après L’Equipe Magazine, lors d’un match à huis clos, l’équipe qui se déplace a plus de chance de l’emporter que celle qui reçoit (55% de victoire pour l’équipe extérieure). En espérant que cette statistique s’avère véridique pour les Lyonnais.

Exit mobile version