Café Crème Sport

Débrief tactique : Bayern Munich – Chelsea, la balade des bavarois heureux

Bayern Munich's Polish forward Robert Lewandowski (R) celebrates with his teammate Bayern Munich's German midfielder Leon Goretzka after scoring his team's first goal during the UEFA Champions League, second-leg round of 16, football match FC Bayern Munich v FC Chelsea in Munich, southern Germany on August 8, 2020. (Photo by Tobias SCHWARZ / AFP)

Fort de leur trois buts d’avance les bavarois acceuillaient des Blues en manque de confiance et défait, il y a une semaine, lors de la finale de F.A Cup face à Arsenal. Finalement nous avons eu droit à un vértiable récital de la part des partenaires de Manuel Neuer… Attention, ce Bayern là fait très peur !

Du Classique pour Flick, une hécatombe de joueurs pour Lampard

Couronné tranquillement champion d’Allemagne, il y a quelques semaines, les bavarois ont eu le temps de préparer cette rencontre. Pour ce match, Hansi Flick reste sur sa lancée de sa fin de saison en Bundesliga et aligne un 4-2-3-1 tout à fait classique. Le duo Lewandowski-Müller, en pleine bourre, ces dernières semaines, risque de s’en donner à coeur joie dans la défense perméable des londonien. À noter, tout de même les absences de deux français ; Kingsley Coman, touché musculairement, est remplacé par le croate, Ivan Perisic et Benjamin Pavard, touché à une cheville est remplacé par Joshua Kimmich, ce dernier est, lui, remplacé par Thiago Alcantara, au milieu de terrain et pourra organiser le jeu bavarois.

Du classique pour le Bayern (Twitter @FCBayern)

Du côté des Blues, c’est bien plus compliqué. En effet, Frank Lampard a dû composer avec énormément de blessures, Christian Pulisic, César Azpilicueta et Pedro se sont blessés lors de la finale de F.A Cup, la semaine dernière. À cela il faut ajouter les blessures de Charlie Gilmour et Ruben Loftus-Cheek ainsi que les suspensions de Marcos Alonso et Jorginho et comme ça ne suffisait pas, il faut également noter l’absence de Willian, ce dernier étant en train de finaliser son départ du côté d’Arsenal. Seule bonne nouvelle pour Lampard ; le retour de N’golo Kanté dans l’entrejeu des Blues qui apportera un peu de dynamisme et ajoutera de la densité dans un secteur qui en aura extrêmement besoin.

Une équipe largement remaniée pour affronter le Bayern Munich (Twitter @ChelseaFC)

Le rouleau compresseur bavarois

D’entrée de match les bavarois, sans mettre une pression de dingue, asphyxient des blues trop friables et trop naïfs, notamment au milieu de terrain et c’est fort logiquement que les munichois ouvrent le score dès la 10e minute de jeu grâce à un penalty de Robert Lewandowski. La force collective des bavarois est telle que les joueurs de Chelsea ne voient pas le jour. Entre les courses incessantes de Davies à gauche et Gnabry à droite qui mettent à mal un bloc défensif totalement à la rue et les décrochages de Lewandowski et Müller, les Blues n’y sont tous simplement pas et concèdent un second but à la 24e minute, par l’intermédiaire d’Ivan Périsic bien servis par Lewandowski, à la suite d’un pressing tout terrain de Thomas Müller.

Lewangoalski a encore frappé ! (l’Équipe)

Pour faire le liant entre tout ça, Thiago Alcantara descend d’un cran lors des phases offensives bavaroises et s’intercale entre Jérôme Boateng et David Alaba permettant ainsi les décrochages tour à tour de Müller et Lewandowski. Le pressing des Blues est totalement à contre-temps ce qui laisse tout le loisir aux trois « défenseurs » du Bayern de trouver les flèches Davies et Gnabry ou de trouver dans l’axe Goretzka ou Müller. Les Blues subissent vagues sur vagues durant cette première période et sont incapables de répliquer, le milieu de terrain Kanté-Kovacic-Barkley esy littéralement noyé par les montés du jeune latéral canadien canadien et par les redoublements de passes de Goretzka, Müller et Kimmich au milieu de terrain. Cela dit, lors des cinq dernières minutes de cette première période, les bavarois se relâchent quelques peu et laissent plus d’espaces aux Blues leur permettant de réduire l’écart grâce à Tammy Abraham suite à une petite faute de main de Manuel Neuer.

Gérer, c’est jouer !

Malgré une plutôt bonne entame des Blues, avec un bloc plus haut sur le terrain et un pressing un peu plus robuste, les bavarois reprennent vite le dessus sur leur adversaire du soir et passent la quasi-totalité de la seconde période à gérer leurs efforts tout en maintenant leur emprise dans le jeu. Cependant, même si les bavarois gèrent cette deuxième mi-temps, cela ne les empêchent pas d’accélérer et d’enfoncer le clou. Lewandowski, encore une fois exceptionnel ce soir, sert magnifiquement Tolisso pour le 3-1, avant d’inscrire le dernier but en toute fin de match. Score final 4-1 pour le Bayern Munich.

Les clés du match

Lewandowski, dans la cour des géants. Que dire de plus concernant l’attaquant polonais ? Auteur une nouvelle fois d’une prestation XXL en Ligue des Champions, l’ancien du Borussia a éclaboussé de sa classe cette double confrontation. Décrochage entre les lignes, appel, contre-appel, centres… bref sa palette technique est très large et ce soir il en a fait bon usage en inscrivant deux buts et délivrant deux passes décisives, tout simplement gigantesque ! Grâce à ses deux buts, il repasse devant Karim Benzema (66 buts contre 65) dans la course à la troisième place des meilleurs buteurs de l’histoire de la LDC et revient à cinq petites longueurs de Raul. Thiago Alcantara, le génial métronome du Bayern a lui aussi montré qu’il était extrêmement précieux dans ce Bayern Munich là. Bien aidé par un pressing quasi inexistant de la part des joueurs de Chelsea, le milieu espagnol a pu orienter le jeu bavarois comme peu savent le faire et a trouvé un nombre incalculable de fois les joueurs offensifs de son équipe et a été à l’initiative d’un grand nombre de situations allemandes. Si le Bayern a été aussi génial dans cette double confrontation c’est aussi en grande partie dû à la faiblesse des londoniens. Aux abonnés absent et incapable de réagir lors du match aller, les Blues n’ont guère fait mieux ce soir et montré toutes les limites de leur effectif.

Sans avoir eu besoin de forcer son talent, le Bayern Munich s’est facilement défait de Blues trop timorés et pas assez tranchant dans leurs phases offensives. Avec un Lewandowski à ce niveau là et une telle maîtrise dans l’entrejeu, le Bayern se dégage clairement comme LE favoris à la victoire finale !

Exit mobile version