Europa League Foot

Débrief tactique: le Séville FC en finale pour la sixième fois de son histoire

Comme un air de finale avant l’heure. Ce soir, Manchester United et le FC Séville s’affrontaient au RheinEnergieStadion de Cologne pour une place en finale de la Ligue Europa. Les joueurs de Julen Lopetegui espérait bien décrocher une sixième finale en quinze ans (5 victoires, en 2006, 2007, 2014, 2015, 2016) tandis que ceux de Ole Gunnar Solskjaer une deuxième en 3 ans (1 victoire en 2017). Au coup de sifflet final, et après 90 minutes de jeu intenses, ce sont les joueurs de Séville qui s’imposent sur le score de 2 buts à 1.

On prend [presque] les mêmes et on recommence

Pour débuter cette demi-finale, les entraineurs des deux équipes ont globalement misé sur la continuité de ce qui avait été fait jusqu’à présent. Du côté des Andalous, le 4-3-3 a été reconduit de la même manière que contre Wolverhampton en quart de finale. L’international marocain, Youssef En-Nesyri, anime de nouveau la pointe de l’attaque, épaulé par l’unique buteur du quart de final, Lucas Ocampos et Suso. Au milieu de terrain, on retrouve Fernando, Banega et Jordan. L’ancien bordelais, Jules Koundé, et son coéquipier Diego Carlos sont de nouveau réunis en défense centrale. Jesùs Navas et Reguilón également, dans les couloirs. Yassine Bounou tient la cage espagnole.

Du côté de Manchester, un seul changement était à constater au coup d’envoi. Lindelöf remplace Bailly en défense centrale. Les français Paul Pogba et Anthony Martial sont également titulaires, Martial en 9 et Pogba au milieu de terrain. Son compatriote Fred l’est également, cette fois-ci au poste de milieu défensif. La surprise du technicien mancunien vient certainement de la titularisation du gardien De Gea. Assez fébrile lors de ses derniers matchs, il a tout de même été préféré à Sergio Romero, pourtant titulaire en Ligue Europa cette saison. Pour Solskjaer, cette titularisation est bel et bien justifiée « C’est difficile, car Sergio a bien joué, mais David a l’air vraiment bien à l’entraînement et semble prêt. Il a réalisé de bons arrêts contre Séville lors du dernier match, espérons la même chose de sa part ce soir« .

Manchester commence fort, le FC Séville répond !

Le premier tir contré de B. Fernandes après quelques secondes de jeu donne vite le ton du match. Dynamiques, les deux équipes n’hésitent pas à s’élancer vers l’avant. Plus à la recherche de la possession du ballon, les Espagnols tentent de construire dans les premières minutes. Les Mancuniens, eux, jouent plus en contre-attaque. C’est d’ailleurs en contre attaque que provient la première grosse action. Dans la surface de réparation, Anthony Martial trouve Rashford sur une place aveugle. L’attaquant parvient à tirer, mais l’arbitre sanctionne un tacle de Diego Carlos sur Rashford au moment de la frappe et désigne le point de pénalty. Bruno Fernandes s’est chargé de le transformer en pleine lucarne, après son classique petit saut de cabri (0-1, à la 9ème minute).

Mais mène menés, les hommes de Julen Lopetegui ne se sont pas affolés. Au fur et à mesure que le match montait en intensité (carton jaune pour Diego Carlos après une faute sur Martial), tout en gardant toute sa qualité, les espagnols se faisaient de plus en plus pressant au niveau de la cage de De Gea. Après une grosse occasion de l’ancien Marseillais, Lucas Ocampos, sur une frappe du pied gauche, Suso parvient à ramener Manchester United à hauteur. Après un bon travail de Sergio Reguilon côté gauche et un centre à ras-de-terre, Suso égalise d’un plat du pied gauche (1-1, à la 26ème minute). C’est donc en toute sérénité que les espagnols sont venus recoller au score. Malgré tout, les Anglais réagissent. Anthony Martial, quelques minutes après l’égalisation, tente une frappe enroulée. Au-dessus de la cage de Bounou. Rashford également, sur coup franc, après une belle frappe flottante. Malheureusement pour les Mancuniens, le gardien de Séville boxe des deux poings.

Une dernière contre-attaque mal négociée de Manchester vient mettre fin à cette belle première période. L’arbitre Felix Brych ramène les deux équipes aux vestiaires. Durant cette première période, les deux attaques ont pris l’ascendant sur les défenses. Rapides et techniques, elles ont proposé de belles choses. Mais une d’entres devra proposer plus si elles veulent s’imposer à la fin du temps réglementaire.

Bruno Fernandes ouvre le score dans cette rencontre sur un pénalty obtenu par Rashford (Crédit: Twitter@MUnitedFR)

Luuk De Jong, le héros du jour

Aucun changement n’est effectué par les entraîneurs au retour des vestiaires. Le match reprend de nouveau sur les chapeaux de route. Une nouvelle fois, les anglais laissent parler leur vitesse. Sur une place en profondeur de l’intenable Bruno Fernandes, Greenwood tire mais bute sur le gardien de Séville, déterminant lors de sa sortie. Manchester pousse de plus en plus dès le début de cette deuxième période, à l’image de ses cadres. Martial laisse parler sa technique à l’image de cette frappe du français sur Bounou. Les Sévillans ne parviennent plus à sortir (5 arrêts en 8 minutes au retour des vestiaires pour Yassine Bounou). Julen Lopetegui tente alors de réagir avec un double changement, Ocampos par Munir El Haddadi et Youssef En-Nesyri par Luuk De Jong. Tactiquement, ce changement ne modifie pas l’animation de l’équipe. De Jong se place à la pointe de l’attaque et El Haddadi sur son côté droit.

Séville retrouve quelques couleurs après ces changements, mais ne retrouve pas la dynamique qui était la sienne lors de la première mi-temps. Ils s’en remettent alors de plus en plus aux coups de pieds arrêtés. A vingt minutes de la fin du temps réglementaire, le jeu se hache de plus en plus. C’est donc contre le cours de jeu, que les Sévillans vont marquer leur deuxième but par le biais du rentrant, Luuk De Jong (2-1, à la 78ème minute). Totalement attentive, la défense de Manchester laisse l’attaquant reprendre le centre du capitaine Jesus Navas. Grosse mésentente défensive du côté de United. Mais Manchester tente de ne pas abdiquer. Malheureusement, ils n’exploitent pas assez bien leurs quelques ballons intéressants. Très regroupée, la défense de Séville impose sa puissance en cette fin de match. En six minutes de temps additionnel, Manchester United ne sera pas parvenu à se procurer la moindre occasion. Le Séville FC s’impose donc, 2 buts à 1, grâce à son attaquant rentrant, Luuk De Jong. Il qualifie son club pour sa sixième finale en Ligue Europa.

(Crédit; Twitter@EuropaLeague)

Les clés du match

Après Choupo-Moting pour le PSG ou encore Moussa Dembélé avec Lyon, c’est au tour de Luuk De Jong de venir délivrer les siens. Remplaçant au début du match, il marquera le but décisif de cette rencontre, à un quart d’heure de la fin du match. Julen Lopetegui décide de lui donner sa chance au moment où Séville souffre, en remplaçant Youssef En-Nesyri, plutôt discret sur cette partie. Un coaching donc payant pour le technicien espagnol. Du côté de Manchester, ce match va laisser beaucoup de regrets. Très fort au retour des vestiaires, ils auront buté sur un grand gardien ce soir. Malheureusement pour eux, ils ne sont pas parvenus à mettre le feu dans la défense espagnol après le but de De Jong. Il n’y aura donc aucun club anglais en finale de Coupe d’Europe cette année. Décevant.

Les Sévillans se qualifient donc pour la finale de la Ligue Europa, après sa victoire 2 buts à 1 face à Manchester United. Le Séville FC aura donc l’occasion de remporter leur sixième trophée, et devenir encore un peu plus le club le plus titré dans cette compétition. Elle connaîtra le nom de son adversaire demain soir, après la deuxième demi-finale, Inter Milan contre le Chakhtior Donestsk.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :