Foot Ligue des Champions

Lyon – Bayern, un final différent ?

A l’aube de leur demi-finale face au grand favori de l’épreuve, le Bayern Munich, aucun Lyonnais n’a oublié la dernière confrontation entre les deux clubs en avril 2010 : alors que le monde entier a les yeux tournés vers la future première Coupe du Monde sur le continent Africain, les Lyonnais de Claude Puel, qui viennent d’éliminer le Bordeaux de Laurent Blanc, se préparent à affronter une montagne en la personne du Bayern Munich de Louis van Gaal.

10 ans plus tard, Lyonnais et Bavarois se retrouvent une nouvelle fois en demi-finale de Ligue des Champions, un match simple cette fois, COVID oblige, mais personne n’a oublié cette désillusion, ce rêve de finale brisé par Olic 10 ans plus tôt.

10 années dans le football, c’est ce que l’on appelle une éternité. 10 ans, ça permet à une sélection de remonter des enfers de Knysna jusqu’à atteindre un titre de Champion du Monde par exemple.
Il y 10 ans, les équipes et le contexte n’étaient obligatoirement pas les mêmes. Reste deux rescapés coté bavarois : Thomas Muller et David Alaba. Du coté lyonnais, personne n’a vécu cette demi-finale.

Thomas Muller, l’un des deux derniers Mohicans.

Résumé de la double confrontation

Pour ceux qui veulent se remettre dans le bain, il est toujours bon de revoir le déroulement de la double confrontation.

A l’aller, les Lyonnais sourient quand Roberto Rosetti, l’arbitre italien, décide d’exclure Franck Ribéry pour une semelle sur Lisandro Lopez. La suite sera beaucoup moins joyeuse quand l’expérimente Jérémy Toulalan va lui aussi se faire exclure dès l’entame de la seconde période. Le Bayern de Louis van Gaal s’en remet à une splendide frappe pied gauche dans l’axe des vingt-cinq mètres qui vient tromper un Lloris surement masqué.

Malgré un « bon résultat » à l’extérieur (défaite 1-0), le retour sera lunaire, un triplé du Croate Ivica Olic (26e, 67e, 78e), et l’expulsion de Cris à l’heure de jeu (59e) couleront l’OL.

« Bravo, il a été supérieur, il court plus vite et plus longtemps que tout le monde. Il a dû avoir tout ce qu’il faut pour être le joueur merveilleux qui nous a éliminés presque à lui tout seul »

Jean Michel Aulas à propos d’Olic.

Un contexte sportif divergent

Le contexte sportif bavarois n’était pas le meme qu’aujourd’hui. Le Bayern de Van Gaal avait deux objectifs : ramener le titre de champion de Bundesliga dérobé par Wolfsburg à Munich et d’enfin parvenir en finale de la Ligue des Champions, 9 ans après leur dernier titre dans la compétition. Ils avaient éliminé la Fiorentina et Manchester United avant d’arriver en demi-finale.

Aujourd’hui, les Bavarois sont surs de leurs forces. Ils restent sur 8 titres de Champion d’Allemagne consécutifs et viennent de sortir Chelsea et le FC Barcelone avec deux humiliations infligées à ces grands d’Europe.

Du coté Lyonnais, le déclin commençait à se faire sentir : Après avoir vu leur série de 7 titres de Champion de France brisé par les Girondins de Laurent Blanc, les lyonnais avaient du batailler pour parvenir en Ligue des Champions en passant par les barrages. C’est cependant en huitième de finales que Lyon réalisa le plus grand exploit de son histoire en sortant le Real Madrid.

A l’heure actuelle, la situation n’est pas meilleure pour Lyon, qui n‘a plus remporté le championnat depuis 2008. Cette année encore, la seule chance pour Lyon de disputer la Ligue des Champions la saison prochaine réside dans l’espoir de la gagner cette année. Cependant, si Lyon a eu du mal en championnat cette saison, c’est loin d’être le cas en Ligue des Champions : les Lyonnais viennent de sortir la Juventus de Turin et Manchester City.

Des effectifs similaires

Lyon et le Bayern partagent ce point commun, celui d’avoir, 10 ans plus tard, un effectif similaire.

On trouve aujourd’hui dans les deux effectifs de jeunes pousses, comme Caqueret, Aouar, Davies et consorts, encadrés par des joueurs plus confirmés comme les Depay, Gnabry ou Goretzka. Tout ce beau monde est agrémenté de joueurs d’expériences, et c’est là qu’interviennent les Marcelo, Lewandowski et Muller.

10 ans plus tot, c’était le jeune Maxime Gonalons qui était la tête d’affiche de la formation lyonnaise, accompagné de Pjanic et Lloris. Les expérimentés Cris, Govou et Lopez leurs apportant toute leur expérience.

Du coté Bavarois, le jeune Thomas Muller était aligné aux cotés de Robben, Lahm, Schweinsteiger et Ribery.

Quoi qu’il en soit, 10 ans plus tard Lyon a une nouvelle occasion d’atteindre la finale de la Ligue des Champions. Si comme en 2010 cela s’annonce compliqué, la fougue et la rage de vaincre de la jeunesse lyonnaise ne doit en rien se laisser intimider par l’immense Bayern Munich. Nous espérons que ce soir, Lewandowski ne sera pas le nouvel Olic.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :