Café Crème Sport

Seko Fofana, l’élephant qui va marcher sur la Ligue 1

Après avoir débarqué contre toutes attentes du côté du nord de la France et plus particulièrement du côté du RC Lens, pour environ 10 M€, celui qui était sur les tablettes de certaines grosses écuries italiennes a finalement choisi de revenir en Ligue 1, un championnat qu’il connaît bien après y avoir passé une saison avec le SC Bastia lors de l’exercice 2015/2016. Après quatre saisons avec les bianconeris de l’Udinese, le joueur post formé à Manchester City voulait à tout prix rejoindre les Sang et Or, c’est donc désormais chose faite. Mais qui est-il vraiment et que peux-t-il apporter au club lensois ? Décryptage !

Après des passages dans sa jeunesse au Paris FC et à Lorient, le natif de Paris est repéré par Manchester City. En janvier 2013, alors qu’il est âgé de 17 ans, il intègre le club anglais, mais n’aura pas la chance de jouer avec les pros et sera donc prêté pour la saison 2014/2015 à Fulham, alors en Championship. Prêté en novembre 2014, le jeune milieu de terrain se fait rapidement une place de choix dans l’effectif de Kyt Simons. Le 21 mars 2015, alors que Fulham se déplace sur le terrain d’Huddersfield Town, Seko Fofana inscrit le premier but de sa carrière en pro après un rush solitaire en toute fin de match, scellant la victoire de son équipe.

Fofana a dû s’y prendre à deux fois pour inscrire le premier but de sa carrière.

Malgré quelques bonnes prestations, le milieu de terrain ivoirien joue très peu lors de la fin de saison des Cottagers. C’est pourquoi lors du mercato suivant, il décide de rejoindre la Corse et le SC Bastia, une nouvelle fois en prêt. Avec Ghislain Printant puis François Ciccollini, le courant passe bien et Fofana devient rapidement un des hommes de base de l’équipe corse. Il débute la saison en tant que milieu défensif, mais au fur et à mesure que la saison avance, lui aussi avance sur le terrain. Il jouera même quelques matchs, en fin de saison, comme milieu offensif. Ses qualités offensives, commencent véritablement à se montrer et lors du mercato estival suivant, alors que Pep Guardiola arrive pour prendre le rennes de l’équipe Citizen, Fofana quitte le club et rejoint la Serie A et l’Udinese.

Fofana sous la tunique des Skyblues, une chose qui n’arrivera jamais chez les pros. (SkySports)

Il débarque donc dans le Frioul, le 1er juillet 2016 contre un chèque d’environ 3,5 M€. Une nouvelle fois, les Zebrettes nous montrent toute l’efficacité de leur réseau de scoutisme, après avoir déniché des talents comme Naldo, Bruno Fernandes, Mauricio Isla, Alexis Sanchez ou encore Gökhan Inler. En effet, si nous plaçons Seko Fofana au côté de ces joueurs là, c’est parce qu’en l’espace de quatre saisons, le milieu de terrain ivoirien a disputé pas moins de 119 matchs avec les Friulanis (dont 112 en Serie A), inscrit 13 buts, délivré 12 passes décisives (dont 7 cette saison) et est devenu l’un des piliers de l’entrejeu du club entraîné par Luca Gotti.

Seko Fofana sous le maillot de l’Udinese. (Simone Ferraro/Presse Sports)

Ses prestations, ont d’ailleurs suscité l’intérêt de plusieurs grosses écuries italiennes comme la Lazio, l’Atalanta Bergame ou encore l’AC Milan. Finalement, contre toute attente, le parisien a décidé de s’engager avec les Sang et Or. Il est vrai que cette décision a été perçue avec beaucoup d’incrédulité de l’autre côté des Alpes puisque bon nombre d’observateurs et de journalistes le voyait s’épanouir dans une équipe jouant régulièrement l’Europe et pour un montant bien supérieur aux 10 M€ (bonus inclus) déboursé par les lensois.

Un milieu à tout (bien) faire

Troisième joueur le mieux noté de son équipe, cette saison, par le site Whoscored.com avec une note moyenne de 6,9, Seko Fofana sort d’une saison pleine, la meilleure de sa carrière à n’en pas douter. Athlétique, rapide et doté d’une belle vision de jeu, le néo-lensois est ce que l’on appelle en Angleterre, un « box-to-box », c’est-à-dire un joueur capable de répéter les efforts d’une surface à une autre tout au long d’un match. Dans le 3-5-2 de Luca Gotti, Fofana occupait le poste de milieu central gauche dans un milieu à trois, pointe basse.

Dans ce système, Fofana devait à la fois couvrir les montés de Ken Sema, le piston gauche, en cas de pertes de balle rapide de ce dernier, mais il devait également être capable d’apporter le danger dans la surface adverse et être (avec De Paul) le troisième joueur offensif derrière le duo Okaka-Lasagna. Force est de constater qu’il s’en est plutôt très bien tiré notamment sur le plan offensif…

En effet en étant le troisième joueur le plus décisif des Friulanis, à égalité avec Stefano Okaka (impliqué dans 10 buts chacun), Seko Fofana a surtout brillé en étant l’un des fers de lance d’une attaque en manque de réalisme (18e attaque avec seulement 37 buts inscrit).

On peut également se rendre compte de ses efforts et de sa disponibilité sur le terrain lorsque l’on jette un oeil à sa heatmap. Nous pouvons voir ci-dessous que le joueur formé à Lorient a une grosse débauche d’énergie et ne rechigne pas à aller faire le pressing très haut ou même à « dézoner » en allant se porter sur le côté droit du terrain pour prêter main forte à ses coéquipiers.

Heatmap de Seko Fofana lors de la saison 2019/2020 (SofaScore)

Hormis le volume de jeu et de course, Seko Fofana a également d’autres atouts dans sa manche et notamment la qualité de dribble. En effet, avec une moyenne de 2,2 dribbles réussis par match, l’ancien Friulani occupe la 6e place du classement des dribbleurs de Serie A, à égalité avec Nicolo Zaniolo ainsi que Nordyn Amrabat et derrière quelques pointures comme Jérémie Boga (3,9/match), Franck Ribéry (2,5/match) ou encore Josip Ilicic (2,3/match).

Enfin, nous l’évoquions un peu plus haut, le milieu de terrain ivoirien possède également une vision de jeu et une qualité de passe très intéressante qui pourrait faire pâlir plus d’un milieu de terrain de Ligue 1. Dans le top 30 des joueurs réussissant le plus de passes clés en Serie A, cette saison, avec un peu plus d’1,5/match, il est également le joueur de son équipe ayant réussi le plus de passes (87,7 %) et avec un taux de réussite de 83,2 % dans le camp adverse il fait aussi partis des meilleurs milieux de terrains dans ce domaine, en Serie A. Bref, un véritable milieu à tout (bien) faire.

Pour conclure voici quelques comparaisons, via le site Soccerment.com, de Seko Fofana avec certains milieux de terrain de Ligue 1 et du RC Lens basé sur les stats de la saison 2019/2020, pour voir un peu mieux les qualités et défauts du nouveau joueur Sang et Or.

On peut voir, grâce à ces graphiques, que Fofana partage beaucoup de points communs avec des joueurs comme Morgan Sanson, Renato Sanches ou Angelo Fulgini, notamment en ce qui concerne la vision de jeu et la qualité de passe ainsi que les capacités physiques (qui sont légèrement supérieurs pour Fofana).

Pour finir, nous pouvons constater le gap entre lui et les autres milieux lensois, avec qui il sera en concurrence (surtout Cahuzac et Doucouré). Son apport offensif et sa faculté à vite se projeter vers l’avant seront déterminants pour la saison du RCL. C’est véritablement un gros coup réalisé par le board lensois.

Comment l’incorporer dans le XI de Franck Haise ?

Maintenant que nous avons vu et appréhender le style de jeu de l’ancien frioulan, mettons nous quelques minutes dans la peau de Franck Haise et imaginons quel XI ce dernier tentera de mettre en Ligue 1, cette saison.

Une chose semble actée et ne devrait pas bouger : le schéma tactique. En effet, après avoir joué les 3/4 de la saison dernière en 3-4-3 (ou 3-5-2), l’entraîneur français ne devrait pas changer son système et conserver cette animation, l’arrivée en début de mercato de l’enfant du pays, Gaël Kakuta, va dans ce sens. Si tout le monde est en forme et qu’il n’y a pas de blessés majeurs, voici à quoi pourrait ressembler le XI lensois, cette saison :

Dans ce schéma, Fofana devra avant tout bien cadenasser son côté gauche en compagnie de Haïdara (ou Sylla) et Medina, même si ses qualités défensives ne sont pas les plus mises en avant, l’ancien bastiais sait récupérer des ballons et connaît très bien son compère du milieu, Yannick Cahuzac puisqu’ils ont déjà joués ensemble lors de la saison 2015/2016 du côté de Bastia.

Ses stats défensives ne sont pas les plus impressionnantes, mais sa vitesse et sa bonne lecture du jeu seront des atouts non négligeable pour une équipe qui manque d’expérience en Ligue 1.

En revanche, s’il y a une méforme ou une blessure de Kakuta (qui est malheureusement sujet aux blessures) ou alors si Haise souhaite renforcer le milieu de terrain dans un match contre un gros, il est possible que le XI change quelque peu :

Avec cette animation, le renfort d’un autre milieu pourrait permettre à Fofana de donner la pleine mesure de son talent et de s’exprimer dans un schéma qu’il connaît très bien puisqu’il jouait dans ce même schéma tactique à l’Udinese.

Dans ce système il aurait moins besoin de se soucier de venir colmater les brèches, puisque Cahuzac (ou Doucouré) pourrait venir prêter main forte à Medina et Haïdara.

Si la première option risque d’être la plus utilisée par Franck Haise, cette saison, cette dernière mettant dans les meilleures dispositions Gaël Kakuta, la seconde pourrait être la plus appropriée et celle mettant le plus en valeur les qualités du milieu de terrain international ivoirien. En attendant de le voir faire ses débuts sous la tunique sang et or, voici un petit bonbon pour vous, supporters lensois : sa superbe chevauchée face à la Juventus conclue du pied gauche, le 23 juillet dernier.

En enrôlant l’éléphant Seko Fofana, le RC Lens se donne les moyens de ses ambitions et montre que les Sang et Or ne sont pas revenus en Ligue 1 pour faire de la figuration ! Pour le joueur, en revanche, on ne va pas se mentir, il s’agit plus d’une stagnation que d’un véritable pas en avant. Cela étant le joueur est encore jeune (25 ans) et à surtout été sensible au discours d’un club qui se veut ambitieux et qui veut revenir sur le devant de scène footballistique françaisse… et c’est tout à son honneur.

Exit mobile version