Foot Ligue 1

Les pépites de Ligue 1, club par club (1/4)

Chaleurs d’août, incertitudes sur les diffusions, recrutements pas encore bouclés.. la saison de Ligue 1 reprend, et, comme à chaque fois, les jeunes joueurs viennent combler les manques de l’effectif. 43 joueurs nés en 2000 ou après étaient alignés sur les 7 matchs de la première journée, bel étendard pour la Ligue des Talents. L’occasion de faire un tour de France et de choisir, club par club, un joueur né en 2001 ou après (U20) qui peut exploser cette saison. Premier épisode, d’Angers à Lens.

Avant-propos : Cette série a déjà vu le jour l’an dernier. Sur les 20 joueurs présentés, 9 peuvent être considérés comme des réussites, 2 ont été sélectionnés avec les espoirs (Camavinga et Aït-Nouri). Ces deux-là ne seront donc pas présentés cette année, puisque trop « connus » aux yeux du grand public. On remercie aussi grandement le Formation FC, qui a gentiment accepté de prendre part à cette série d’articles.

Angers : Waniss Taibi, continuer de progresser

Waniss Taibi, ici avec le ballon, a tout pour être la belle surprise Angevine. (Crédits : Ouest France)

L’an dernier, nous avions choisi Rayan Aït-Nouri, qui est depuis devenu titulaire au SCO, tout en décrochant des sélections chez les Espoirs, avec des performances attirant l’oeil des plus grands clubs Européens. Mais si Ait-Nouri était notre choix numéro un, nous avions aussi discrètement mentionné Waniss Taibi. Une évidence pour quiconque ayant vu jouer le jeune milieu de terrain. Né en 2002, le français a déjà connu l’équipe de France à 9 reprises, et a évolué la saison dernière à 12 reprises avec la N2. Si l’on peut penser à un numéro 10 à la conduite de balle soyeuse, ce serai occulter toute une partie de sa palette. Sa vision du jeu reste son point fort, capable de dicter le tempo, d’attaquer les zones dangereuses, de casser les lignes comme de trouver la profondeur. Il est aussi un joueur à l’abbatage immense, bon gratteur de ballons, dont le pressing se révèle être souvent efficace. Un joueur avec beaucoup de personnalité et de courage, qui pourrait facilement s’intégrer au milieu angevin.

Pourquoi c’est peut-être le bon moment ? Waniss possède les qualités pour jouer au plus haut niveau. Compréhension du jeu, rapidité de réflexion et d’éxecution, ainsi que des qualités athlétiques et techniques indéniables.

Bordeaux : Sékou Mara, marquer des buts et les esprits

Premier contrat pro aux Bordeaux Girondins pour Sékou Mara. (Crédits : Formation Girondins)

« Je progresse gentiment, mais je sens que je suis pas loin« . L’intéressé le sait, il a une carte à jouer. Entre les départs et les joueurs vieillissants, le buteur bordelais a la place. Fort de 6 sélections chez les équipe de France U16 et U17, il vient de disputer la pré-saison avec les Girondins. Dans une vidéo du club, il se décrit lui même comme « un joueur de fixation, mais je sais alterner mon jeu, décrocher, demain la profondeur et prendre les espaces. » Yannick Stopyra, quant à lui, apprécie son profil: « J’aime beaucoup. J’ai été un joueur de tête et j’ai rarement vu un joueur aussi fort dans le jeu aérien, c’est un phénomène.«  Dans son jeu, le jeune buteur possède la caractéristique de chercher le but à tout prix : ses prises de balles sont orientées vers le but, avec la volonté de toujours se mettre sur son pied fort et de trouver le meilleur angle de frappe. Le site girondins4ever lui a dédié un portrait complet que vous pouvez retrouver juste ici.

Pourquoi c’est peut-être le bon moment ? Avec Maja en partance, Mara peut être une option viable afin d’apporter de la présence dans la surface et dans le jeu aérien, un profil rare chez les jeunes joueurs.

L’avis du Formation FC : Avec Mehdi Zerkane, c’était clairement l’attraction de la préparation bordelaise cet été. On parle d’un attaquant international chez les U16 et U17, dont tous les éducateurs disent du bien, que ce soit chez les Girondins ou à Boulogne-Billancourt, son ancien club. Dans le style il me rappelle beaucoup Loïc Rémy, quelqu’un qui a un vrai sens du but mais qui apprécie aussi la profondeur. Paulo Sousa l’avait testé en piston en amical mais ce n’était pas concluant, c’est un vrai numéro 9. Son jeu de tête est également un point fort. Même s’il est 4e ou 5e attaquant aujourd’hui dans la hiérarchie je suis persuadé qu’il aura sa chance avec un entraîneur comme Gasset. Sa carrière est bien gérée pour l’instant avec une mère présentatrice de JT et Thierry Ardisson comme beau-père. Un côté « people » qui attirera sans doute la curiosité sur ce talent de la formation bordelaise.

Brest : Killian Benvindo, bienvenido en équipe première ?

Benvindo, ici en match amical contre Guingamp avec l’équipe première. (Crédits : Le télégramme)

Déjà présenté l’an dernier, l’ancien du Stade Montois a progressé cette saison. Né en 2001, l’ailier virevoltant s’est étoffé. Son ancien coach dans les Landes soulignait, à l’époque, sa difficulté à exister dans le défi physique face aux défenseurs plus âgés. S’il est toujours ce joueur capable d’éliminer, de prendre la profondeur, le français a progressé dos au but, parvient à exister dans le jeu, et a disputé toute la préparation avec les Pirates, avant d’être convoqué dans le groupe pour la première journée de Ligue 1. Dans un club qui mise de plus en plus sur sa formation (et sa post-formation), Benvindo a tout pour progresser mais devra batailler au sein d’un effectif fourni et renforcé cet été. En cas de blessures sur le front de l’attaque, on vous conseille aussi de garder un œil sur Samuel Genty, attaquant très complet qui pourrait surprendre son monde.

Pourquoi c’est peut-être le bon moment ? Brest compte de plus en plus sur ses jeunes joueurs, et leur plan de jeu peut convenir à Killian. Sur les ailes, il peut être ce détonateur, ce centreur, et possède en plus une bonne habileté devant le but, tout en combinant au cœur du jeu. Tout pour réussir.

Dijon : Amir Arli, remplacer Benzia et ne pas suivre ses pas

Amir Arli, pour remplacer Florent Balmont (23 années d’écart). (Crédits : Le bien public)

Le plus jeune de cette promotion, né en 2003, et aussi le premier de cette liste à être convoqué dans une sélection nationale autre que la France, puisqu’il a honoré en 2019 sa première convocation avec les U16 Turcs. Dans un profil de 8/10, le dijonnais a la confiance de son coach : « J’aime son activité, bonne qualité technique. Ça nous invite à le revoir, à l’entraînement déjà , et après à concurrencer les joueurs du milieu. Même s’il a des choix qui m’embêtent un petit peu dans l’orientation du jeu« . Très vif, l’ancien de Jura Sud fait souvent les bons choix en sortie de dribble, ce qui, lié à sa bonne qualité et variété de passe, lui permet de briller au cœur du jeu. Avec la blessure de Benzia pour plusieurs mois, il y a une place à prendre…

Pourquoi c’est peut-être le bon moment ? Alors oui, Amir est très jeune, mais tout le monde voit son immense talent. Y compris son coach. A-t-on besoin de plus d’explications ?

Lens : David Pereira Da Costa, garder cette imprévisibilité

Vous avez sûrement vu l’action de Gaël Kakuta ce week-end, un petit pont dévastateur qui a lassé sur place son adversaire. Impressionnant oui, c’est vrai, mais ce genre de geste n’est pas rare à La Gaillette. Le jeune Pereira da Costa (2001) est, lui aussi, très doué avec le ballon. Avec son mètre 68, le natif de Lisbonne est un ailier qui joue face au jeu, qui reçoit le ballon dans les pieds. C’est dans cette position qu’il fait naître la magie : son explosivité couplée à sa manière de caresser le ballon, surtout de l’intérieur du pied/de la semelle, rend fous les adversaires. Et pour cause, entre feintes de corps, feintes de frappes, changement de directions, le Portugais est imprévisible, illisible. Une qualité que semble apprécier son coach, Frank Haise, qui a confirmé avoir apprécié la pré-saison de son jeune joueur: « David me prouve chaque jour que je peux compter sur lui ». Et l’on se prend à rêver d’une doublette Kakuta – Pereira Da Costa très facilement …

Pourquoi c’est peut-être le bon moment ? Le RC Lens et sa formation, c’est toute une histoire. Qui peut être perpétrée par Pereira Da Costa, au club depuis se 12 ans. Et on ne va pas se mentir, aux différents niveaux inférieurs, il commence à surnager …

Petit pont incoming ? (Crédits : La voix du Nord)

Prochain épisode dimanche, ou l’on parlera de Lille, Lorient, Lyon, Marseille, Metz. Du très lourd.

(3 commentaires)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :