Articles NBA Basket

Notre recette pour battre Giannis Antetokounmpo et les Bucks

Les choses sérieuses vont commencer. Après un premier tour de playoffs simplissime où les Bucks ont triomphé du Magic (4-1), les demi-finales de conférence sont sur le point de démarrer. La franchise de Milwaukee et Giannis Antetokounmpo, fraichement couronné du titre de Défenseur de l’année, sont plus attendus que jamais. Cette fois, l’excuse de l’inexpérience ne sera plus valable et l’équipe de Mike Budenholzer est supposée avoir apprise de ses erreurs passées comme en 2019, où les Toronto Raptors les ont sèchement vaincus sur 4 victoires consécutives en finale de conférence (4-2). Alors, les Milwaukee Bucks ont-ils enfin toutes les cartes en main pour aller chercher le titre suprême ?

Le plus dur est en ligne de mire pour les Bucks. Leurs impressionnantes saisons régulières passées ont poussé l’intégralité de leurs concurrents dans la conférence Est à s’adapter au style de leur rival. Un système létal centré sur Giannis Antetokounmpo et une défense intérieure infranchissable. Néanmoins, cette équipe a ses failles. C’est notamment Nick Nurse et ses Toronto Raptors qui ont su le mieux les exploiter à l’occasion des finales de conférence 2019. Depuis, une saison supplémentaire s’est écoulée, mais le fond de commerce des Bucks n’a lui pas vraiment évolué. En se basant sur le travail des Raptors en 2019 et quelques statistiques avancées, voici selon le Café Crème Sport les éléments clés pour venir à bout de Milwaukee, de quoi susciter l’optimisme chez nos amis fans de Miami, Toronto ou encore Boston !

Maintenir Giannis loin du cercle

Giannis Antetokounmpo a beau être annoncé comme un ailier à son arrivée sur le parquet, il n’a pourtant rien des superstars traditionnelles qui occupent ce poste. Au fil des saisons, le Grec s’est plutôt transformé en un intérieur ultra moderne avec des statistiques similaires à celles des meilleurs pivots de l’histoire NBA. Cette saison, il a encore marqué plus de 30 points par match grâce à son scoring intérieur, à 66% de réussite sur les 727 tirs qu’il a tenté dans la raquette. Un chiffre qui le place à la cinquième place de la ligue parmi les joueurs ayant tenté plus de 300 tirs dans la raquette, en compagnie d’intérieurs dont le seul rôle offensif est de terminer les pick and roll, une mission bien plus facile. Un facteur de sa domination qui a aussi eu le don d’inspirer ses adversaires dans la façon dont il doit être défendu. Pour cela il n’y pas 1000 solutions, il doit être maintenu loin du cercle comme nombre de pivots avant lui.

Mais le Greak Freak n’est pas un intérieur comme les autres, c’est aussi un joueur formidable balle en main. Face à ce cas de figure, on a tendance à penser que la solution est de calquer ce que fait Milwaukee dans sa propre zone du terrain, à savoir obstruer la raquette. Si un écran lui est proposé, la meilleure solution est de passer en dessous du poseur et de densifier la raquette. Cette éventualité laisse le Grec avec un tir ouvert aux abords de la ligne extérieure, un domaine bien moins rémunérateur pour lui que les drive où il arrive lancé. Athlète surnaturel, Giannis Antetokounmpo ne peut être stoppé que s’il est suffisamment éloigné de votre raquette. L’écart de réussite avec les tirs tentés dans la raquette est abyssal. Sur les 393 tirs qu’a tenté Giannis hors de la raquette cette saison, il est à 43% sur l’effective field goal percentage ce qui le place à la 109ème place parmi… les 116 joueurs qui ont tenté au moins 300 tirs hors de la peinture. Une position de cancre inhabituelle pour lui.

Giannis est une menace exceptionnelle dans l’histoire NBA près du cercle, quand on s’en éloigne, les choses se compliquent… (Crédits : ESPN)

Encore une fois, Giannis n’est pas un intérieur lambda et sa propension à mener son équipe vers la victoire va le pousser à prendre ces tirs ouverts, contre les vents et marées de statistiques avancées. Ce schéma défensif bien que difficile à mettre en place a fonctionné de façon diablement efficace en 2019. C’est la clé de la qualification des Raptors en finale NBA. Lors de la saison 2018/2019, le MVP a inscrit 17 points par match dans la raquette en moyenne, mais seulement 10 lors des 4 victoires de Toronto dans leur série ! Soit une chute de son effective FG% de 68% à 48% ! Un joueur phénoménal transformé en joueur moyen dans son impact… Une chute qui s’explique par le fait que coach Nurse n’a jamais laissé le cercle libre. Par la suite, les Raptors ont été bien aidés par un Giannis totalement ailleurs, à seulement 4/30 dans les tirs à deux points (lay-up exclus) sur l’ensemble de la série. Un naufrage qui ne devra pas se répéter cette saison.

Des lieutenants irréguliers

Si Giannis Antetokounmpo doit être la première préoccupation des adversaires des Bucks, ils ne doivent pas en oublier les lieutenants qui l’accompagnent. Depuis 2 saison, Khris Middleton, Eric Bledsoe et Brook Lopez occupent une place déterminante du dispositif de coach Budenholzer. Pourtant, ils n’ont que rarement répondu présent lorsque leur équipe avait besoin d’eux. Ainsi, une stratégie défensive simpliste pourrait se résumer à leur laisser la balle dans les mains en espérant des jours sans. Ce postulat n’est pas sans risque, mais toujours plus facile à gérer que 40 minutes de Giannis Antetokounmpo balle en main. Ici, la série contre Toronto en 2019 est encore révélatrice. 6 matchs lors desquels Eric Bledsoe a totalement disparu du haut de ses 10 points par match, à 29% au tir dont 17% à trois points ! Il en va de même pour Khris Middleton qui a également sombré lors du match 3 (3/16) et du match 5 (2/9), deux affrontements décisifs.

Khris Middleton vient de réaliser l’une des meilleures saisons de sa carrière en termes d’efficacité. Des standards qu’il n’a pas retrouvé lors du premier tour des playoffs face à Orlando. (Crédits : ESPN)

Ce qui peut inquiéter les Bucks, et motiver leurs adversaires, c’est que cette irrégularité n’a pas quitté les lieutenants de Giannis. Le premier tour des playoffs 2020 face à Orlando qui vient de se terminer n’a au contraire que confirmé ce fait. Dans cette série où la défaite inaugurale des Bucks relève plus de l’accident que de la catastrophe, le leader de l’Est s’est presque intégralement reposé sur les épaules de son MVP. Un Giannis Antetokounmpo à 30 points et 16 rebonds par match dont 65% au tir réel avec un taux d’usage de 36% est suffisant pour battre Orlando, mais le sera-t-il contre des adversaires plus sérieux ? Rien n’est moins sûr. Lors de leur unique défaite, le trio Bledsoe-Middleton-Lopez a cumulé un 11/32 dont 3/15 à trois points, un échec. Le rendement de Khris Middleton est très inquiétant ; Le bras droit de Giannis est tombé de 21 points par match en saison régulière à 15 sur la série, à 47% au tir réel malgré un taux d’usage de 25% ! Si Khris Middleton ne retrouve pas son adresse, les Bucks courent vers une nouvelle désillusion.

Bombarder à trois points !

On l’a évoqué dans cet article, la défense des Bucks s’appuie sur un choix radical : Défendre la raquette à tout prix ! Une stratégie efficace qui leur a permis de devenir la meilleure défense de la ligue, mais très risquée ! En effet, elle offre à l’adversaire toute l’espace qu’il souhaite pour s’exprimer derrière la ligne à trois points. Une stratégie risquée mais gagnante, puisque Milwaukee est l’équipe qui a encaissé le moins de points dans la raquette cette saison. Ainsi, la majorité des rares défaites des Bucks lors de cet exercice 2019/2020 s’expliquent par un adversaire en forme olympienne derrière l’arc. Pour cause, les adversaires de Milwaukee obtiennent en moyenne plus de 7 tirs à trois points totalement ouverts par match, soit un potentiel de 21 points offerts. C’est ce qu’ont exploité les Raptors en 2019 lorsque Fred Van Vleet et Kyle Lowry (pour ne citer qu’eux) ont pris feu de loin. C’est une condition sinéquanone. Quiconque voudra battre Milwaukee devra absolument régler la mire de loin.

Voilà un message que doit retenir Erik Spoelstra dans cette série tant il a dans son effectif toutes les cartes en main pour faire déjouer ces Bucks. Le Heat ne manque pas de tireurs extérieurs, et a fait de ce terrain de jeu sa spécialité cette saison. Sur les tirs à trois points ouverts que laisse Milwaukee, Miami pourra répondre au choix avec Duncan Robinson, Tyler Herro ou encore Kelly Olynyk respectivement à 46, 44 et 51% de réussite dans ce domaine. Une donnée connue par les floridiens, qui ont marqué en moyenne 51 points de loin dans leurs affrontements avec le leader cette saison, deux matchs et deux victoires ! Lors du sweep des Pacers, l’insolence de Miami au tir extérieur a atteint des sommets avec 6 joueurs à plus de 58% au tir réel ! Enfin, le pivot Bam Adebayo peut lui aussi se frotter les mains tant sa défense de Giannis Antetokounmpo a impressionné cette saison. Une donnée qui pourrait permettre à Miami de défendre correctement, même lors des séquences où Giannis arrivera lancé vers le cercle. Le danger plane sur le Wisconsin.

Cette saison, Miami a parfaitement su gêner les Bucks. 6 mois après leur dernier affrontement, et dans la bulle d’Orlando, les coéquipiers de Jimmy Butler sauront-ils répéter ces performances ? (Crédits : NBA.com)

Les places fortes de la conférence Est que sont Miami, Toronto et Boston sont prévenues. Tous ces éléments sont connus des fins tacticiens que sont Erik Spoelstra, Nick Nurse et Brad Stevens, qui devront désormais trouver la tactique adéquate pour exploiter ces failles. Prudence néanmoins, les Bucks ne sont pas la meilleure équipe NBA depuis 2 saisons par hasard, et ces failles sont faciles à contourner sur le papier, beaucoup moins dans la réalité des faits. C’est particulièrement vrai en ce qui concerne Giannis Antetokounmpo, qui est un joueur extrêmement difficile à éloigner du cercle. La volonté ne suffit pas toujours. Enfin, Mike Budenholzer n’est pas non plus né de la dernière pluie. Ce coach si expérimenté a retenu les leçons de la démonstration canadienne subie en 2019, et nul doute qu’il débarque dans le dernier carré des playoffs 2019 avec de quoi surprendre des adversaires déjà couteau entre les dents.

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :