Café Crème Sport

TDF 2020 : Tom Dumoulin, cantonné à un rôle de numéro 2 ?

Monstrueuse depuis la reprise de la saison 2020, la Jumbo-Visma est arrivée sur le Tour pleine de confiance. Durant les courses préparatoires, elle a été impressionnante et a démontré une grande force collective. Des Strade Bianche au Tour de l’Ain en passant par le Dauphiné, elle a su dominer ses adversaires sur tous types de terrains. Le visage de cette Jumbo-Visma en mode rouleau compresseur, c’est Primoz Roglic. Le Slovène, vainqueur du Tour d’Espagne 2019, arrive avec beaucoup d’ambition et de confiance, s’avançant comme l’un des favoris de la Grande Boucle. Mais plus discret, un autre grand coureur de la Jumbo-Visma monte en puissance. Il s’agit de Tom Dumoulin.

Le choix d’un partage de responsabilité

C’était l’un des gros transferts de l’intersaison 2020. Le néerlandais Tom Dumoulin, vainqueur du Tour d’Italie 2017, a débarqué du côté de la formation Jumbo – Visma après 8 ans passé au sein de la structure allemande Sunweb. Ce transfert sonnait comme la constitution d’une Superteam du côté des Pays-Bas capable de pouvoir concurrencer l’ultra domination de la Sky/Ineos sur les routes du Tour de France. En allant dans sa nouvelle équipe, Tom Dumoulin partage pour la première fois de sa carrière un rôle de leader avec d’autres coureurs : Steven Kruijswijk et Primoz Roglic. Cela n’est pas pour lui déplaire, lui qui a déclaré récemment dans Vélo Magazine : « Dans ma recherche d’une nouvelle équipe, j’en voulais une qui, dans un Grand Tour, ne jouait pas seulement ma carte personnelle » Ce partage de leadership convient parfaitement au papillon de Maastricht, lui qui a toujours été l’unique leader au général de son ex-formation Sunweb.

Kruijswik, Roglic, Dumoulin : un trio d’enfer. (Photo : Media365)

Roglic étincelant, et si c’était une bonne chose ?

Pour ce Tour de France 2020, son coéquipier Primoz Roglic débarque avec une pancarte d’ultra favori. Après avoir remporté le tour de l’Ain et 2 étapes, il a été impressionnant lors du Critérium du Dauphiné, qu’il n’a pu gagner avec un abandon à la suite d’une blessure. Tom Dumoulin a lui plus été dans un rôle d’équipier, aidant le Slovène dans la quête de ses succès. Dumoulin n’avait pas couru en compétition depuis plus d’un an. Il était présent sur ses courses préparatoires en recherche de sensations. On le sait, même s’il s’est beaucoup entraîné (notamment avec des stages en compagnie de Primoz Roglic), rien ne remplace la course.

Tom Dumoulin avance donc sur le Tour de France 2020 en tant qu’outsider. Les médias sont aujourd’hui logiquement focalisés sur Roglic du côté de la Jumbo-Visma. Le Slovène a été impressionnant lors de sa victoire à Orcières Merlette lors de la 4e étape du Tour de France qu’il a remporté au sprint devant Tadej Pogacar et Guillaume Martin. Il pointe aujourd’hui à la 2nde place du classement général, tout proche du nouveau maillot jaune Adam Yates. Dans cette première arrivée au sommet, Tom Dumoulin est resté discret, mais il a bien fini parmi les meilleurs du peloton. Des débuts encourageants qui laissent à penser que le néerlandais va monter en puissance. La question que tous les observateurs se posent : Primoz Roglic est-il en forme trop tôt ? Où n’est-il pas simplement le meilleur ?

Primoz Roglic, plus fort que tout le monde lors de la 4e étape du Tour de France 2020. (Photo : Christophe Ena)

On s’en souvient l’an dernier, il avait remporté de nombreuses courses à étapes (UAE Tour, Tour de Romandie, Tirreno-Adriatico) avant de prendre part au Giro 2019. Après 3 semaines de course et malgré une prise de temps importante face à ses adversaires durant les épreuves chronométrées, il avait montré de grandes limites dans les étapes de montagne. Il avait alors fini seulement le 3e, lui qui était le super favori de cette course. Primoz Roglic a vite oublié cette déception en survolant le Tour d’Espagne 2019. Dans le Tour d’Italie 2019, Tom Dumoulin était également présent pour reprendre sa couronne qui lui avait été piquée par le Britannique Christopher Froome lors de l’édition 2018. Malheureusement, le néerlandais avait chuté dans les premières étapes et avait été contraint à l’abandon. C’est la dernière fois que nous l’avons vu sur un grand tour.

Dumoulin au sommet en troisième semaine ?

Dumoulin semble donc monter en puissance dans cette saison. En tant qu’équipier sur les courses préparatoires, il a été très impressionnant. Son pic de forme pourrait coïncider avec une 2nde partie de Tour de France 2020 très difficle, et notamment des arrivées au sommet du Grand Colombier et du Col de la Loze. Mais le moment où Tom Dumoulin pourrait écraser la concurrence, c’est cette épreuve chronométrée de 36 kilomètres se terminant à la Planche des Belles Filles. Un terrain de jeu formidable pour l’ex champion du monde du contre-la-montre.

Tom Dumoulin champion du monde 2017 du contre-la-montre devant Primoz Roglic et Chris Froome. (Photo : Getty Images)

Le néerlandais a une belle carte à jouer sur son Tour de France. Loin de la pression médiatique qui est sur son coéquipier Primoz Roglic, il s’avance discrètement mais sûrement vers son objectif de victoire finale. Si les jambes sont là, on l’imagine bien très fort en 3e semaine. Primoz Roglic est supérieur sur ce début de Tour de France, mais sa plus grande menace est peut-être bien son coéquipier néerlandais, qui comme lui est un très bon grimpeur et une véritable machine à rouler. Durant 3 semaines, c’est à la pédale que la hiérarchie va se mettre en place au sein de la Jumbo-Visma. Il faudra donc pour Roglic avoir une certaine avance sur son coéquipier avant d’aborder le contre-la-montre final. On se souvient qu’il y a 2 ans sur le Tour de France 2018, Primoz Roglic était sur le podium avant un dernier contre-la-montre. Après un ultime effort solitaire, il avait été éjecté de sa 3e place par Chris Froome dans une étape remportée par le 2nd de cette édition… Tom Dumoulin.

Le néerlandais Tom Dumoulin est pour le moment dans ce Tour de France dans l’ombre de Primoz Roglic. Mais avec un parcours très exigeant et un Roglic déjà en grande forme depuis quelques semaines, il est possible qu’il prenne le leadership à la pédale. Discret mais placé, c’est une situation idéale pour le papillon de Maastricht qui espère devenir le premier néerlandais à remporter le Tour de France depuis Joop Zoetemelk en 1980.

Exit mobile version