A l'affiche NFL

NFL : Josh Rosen, le grand manège

Josh Rosen est un jeune QB de 23 ans. Ces deux premières années dans la ligue il les a passé dans deux équipes différentes. Les Cardinals de l’Arizona dans un premier temps et les Dolphins de Miami dans un second. A l’aube de la saison 2020-2021, le jeune californien n’en a pas fini des grands déménagements. En effet la franchise floridienne a décidé de se séparer du joueur, pendant la nuit. Comment un si jeune garçon en est-il arrivé là et surtout comment peut-il faire pour rebondir au plus vite ?

Un prospect alléchant :

Sorti de lycée, Rosen commit à l’université d’UCLA (Californie). A ce moment-là, Josh est considéré comme l’un des tous meilleurs jeunes QB à rentrer à l’échelon supérieur. Sa technique est fluide, ses lancers précis et puissants sans être jamais forcés. Et tout cela sans travailler une once. Le kid à du talent à en revendre, des facilités qui seront sa force mais aussi sa faiblesse.

Rosen sous les couleurs de UCLA au paroxysme de sa gloire. crédit photo : wikipedia.com

A UCLA Rosen continue sur sa lancée. Il passe 3 ans dans l’université californienne rendant des copies propres sans jamais être « subjugant » non plus. Hormis sa deuxième année, durant laquelle il subit une blessure l’écartant pour la moitié de la saison, Josh poste des statistiques honorables stagnant autour des 60% de complétion et inscrivant un total sur les 3 ans de 59 TD pour 26 interceptions. Et Rosen paraît heureux sur le terrain, jouer l’amuse, au contraire de beaucoup il ne joue pas pour gagner ou pour avoir de l’argent mais bien pour le plaisir.

C’est entiché d’une étiquette de pure Pocket passer que Josh Rosen se présente à la draft 2018. La profondeur de cette draft à son poste (Darnold, Mayfield, Allen, Jackson) est excitante autant qu’effrayante. Avec autant de prospects intéressants cela serait bête de prendre le mauvais QB. Les Cardinals en font une affaire personnel et monte à la 10ème position de la draft pour sélectionner leur QB du futur : Josh Rosen.

L’année Arizona :

Rosen se demandant ce qu’il fait dans cette galère. Crédit photo : sportbusinessmag.com

Si les Arizona Cardinals sont allés chercher Josh Rosen, c’est à cause d’une succession d’événements et de mauvaises décisions de la part de la Franchise. En 2017, Carson Palmer annonce jouer sa dernière saison sous les couleurs de la franchise du désert. Bruce Arians exige alors une chose de son GM Steve Keim : Drafter le QB du futur. Arians a deux noms sur sa watch list : Patrick Mahomes et Deshaun Watson. Avec sa saison en 7-8-1 en 2016 les Cardinals ont le 13ème choix lors de cette draft. Keim décide de ne pas trade-up à la 10ème position pour aller chercher Mahomes devant le move trop agressif des Chiefs. Première erreur. Et Keim décrète que ce n’est pas nécessaire de trade-up d’une petite place pour aller chercher Watson. Deuxième erreur. Les Texans trade up, passent devant les Cards et sélectionnent Watson. La franchise de l’Arizona est à poil.

Comme indiqué Palmer arrête au bout de cette année 2017. Arians le suit. Steve Wilks le remplace. Troisième erreur. En 2017 Wilks décide de monter pour aller chercher Rosen. Mais le Head Coach n’est pas fou il sait que malgré tout le talent qu’a le jeune QB, il n’est pas prêt pour le grand bain. Wilks ordonne d’avoir un QB vétéran pour laisser le jeune maturer pendant au moins un an. Keim répond à ses attentes et fait un pont d’Or à Sam Bradford. Quatrième erreur et dernière erreur.

Sur le papier le plan est parfait. La réalité l’est beaucoup moins. La ligne des Cardinals avait été horrible en 2017 (30ème sur 32). Elle l’est tout autant en 2018 avec la blessure de Humphries qui n’arrange rien. Bradford perd 3 matchs avant de se blesser, out pour la saison. C’est donc bien prématurément que Rosen arrive sur le terrain. Mais il n’est pas prêt, trop vert encore et surtout dans des conditions déplorables pour son style de jeu. Rosen a besoin de temps pour lancer, de s’asseoir dans sa poche et de distiller les balles pour ses coéquipiers. Mais la OL et le système de jeu de Wilks ne donnent pas cela à Rosen. Le garçon fini l’année 2018 avec 55% de complétion pour 2278 yards, 11 TD et 14 interceptions. La franchise finie avec le pire bilan de la ligue : 3-13.

C’est tout naturellement que Wilks est remercié par les Cardinals au bout d’un an. Place à du sang  neuf dans le désert avec le jeune génie offensif de la NCAA : Kliff Kingsbury. Nouveau problème pour Rosen. Kliff veut mettre en place un système de jeu ultra offensif et aérien, la Air Raid Offense. Rosen ne peut pas jouer dans un tel système par son manque criant de mobilité hors de la poche. Lors de la draft 2019 les Cardinals avec le premier pick sélectionnent Kyler Murray le QB d’Oklahoma. Stupeur dans le monde de la NFL, c’est la première fois qu’une franchise sélectionne avec son premier tour un QB sur deux années consécutives. Dans la foulée Josh Rosen est trade aux Miami Dolphins pour un 2nd tour.

L’année Miami :

Josh Rosen lançant un des rares ballons pour les Miami Dolphins. crédit photo : bostonglobe.com

Grand chambardement dans l’effectif des Dolphins, nouveau coach en la personne de Brian Flores, deux nouveaux QB arrivent aussi, Rosen donc et l’expérimenté Ryan Fitzpatrick. L’équipe de Miami part sur un nouveau cycle et ne se dérange pas pour laisser partir n’importe qu’elle joueur au plus offrant. Tunsil (OL) et Kenyan Drake (RB) sont trade. La OL est inexistante en Floride, de même que les WR hormis un DeVante Parker qui essaye de se battre comme un beau diable. Les Dolphins annoncent la couleur d’entrée de jeu, l’équipe se reconstruira par la future draft et ne s’attend pas à une bonne saison.

Quel malheur pour Rosen qui voit sa situation de l’année passée se répétée. Il joue les 3 premiers matchs derrière une OLine en carton pâte. Il perd ces 3 matchs avec des statistiques faméliques. 53,2% de complétion pour 567 Yards, 1 TD et 5 interceptions. C’est un carnage, Flores décide plutôt d’envoyer au casse-pipe le vétéran Fitzpatrick qui saura mieux encaisser les coups que le jeune de 22 ans.

Alors Rosen espère. Il espère passer cette année dans l’ombre pour mieux ressortir en pleine lumière à l’aube de la nouvelle saison. Il n’en sera rien, l’histoire se répète pour lui. Avec leur premier tour (choix N°5) les Dolphins sélectionnent lors de la draft 2019 le QB Tua Tagovailoa. Mais l’état de santé de ce dernier laisse planer le doute sur la capacité du jeune hawaïen à être ready day 1. Rosen reste pour le moment dans l’équipe. Cependant le Training camp enlève toutes suspicions sur la forme de Tagivailoa il sera prêt pour la rentrée NFL.

Rosen est une nouvelle fois mis sur le trade block pour la deuxième année consécutive. Mais rien n’y fait le joueur n’a plus de valeur et est cut le 5/09/2020 par la franchise floridienne, comme un indésirable. 10ème pick de la draft à cut à une semaine du début de la saison le tout en 2 ans c’est l’histoire de Josh Rosen.

Toucher le fond pour remonter à la surface :

Rosen va devoir rebondir maintenant. Il va devoir faire les bons choix de carrière, se remettre en question aussi. En effet le joueur n’a pas convaincu aussi à cause de son attitude nonchalante à l’entrainement et sur le terrain. Aujourd’hui aux yeux de beaucoup de spécialiste il n’a plus l’étoffe d’un QB1. Cependant si Josh trouve une place dans un effectif bien construit, conduit par un coach d’exception, on peut encore s’amuser à rêver pour lui.

Les Patriots peuvent être une porte de sortie (ou d’entrée). Bill Belichick aime les QB avec son profil, grand, à l’aise dans une poche et intelligent. Josh Rosen pourrait passer une année derrière Cam Newton et à terme prendre sa place si celui-ci ne convainc pas.

La meilleure des solutions semble cependant être celle des Tampa Bay Buccaneers. Bruce Arians est un QB gourou et saura façonner Rosen. Brady pourrait aussi servir de mentor à Josh et lui apprendre deux trois ficelles qui lui ont permis de passer de 6ème tour de draft à légende de la NFL. Un environnement sain, des bonnes pièces au poste de WR (Evans, Godwin), une OL décente, un coaching staff compétent et un mentor, tout cela constitue un combo gagnant. On souhaite à Rosen de trouver tout ça, au moins une fois dans sa carrière.

Josh Rosen est encore et toujours sur le marché. Il va connaître (surement) sa troisième franchise NFL cette année. Depuis 2015 (à l’université) Rosen a connu 9 coordinateurs offensifs différents. Tout ce que Rosen doit espérer aujourd’hui c’est trouver un peu de stabilité. Pour pourquoi pas, repartir à nouveau.

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :