NFL Sport US

NFC South – Une division de légendes

Un jour, une division. Avant le début de la saison NFL, les rédacteurs football américain du CCS passent en revue les huit divisions de la ligue. Une star, une confirmation, un flop, un rookie à surveiller et bien sûr un pronostic. Les boules de cristal sont de sortie.

La NFC South est LA division des légendes. Julio Jones, Drew Brees, Tom Brady et Christian McCaffrey, en passe de le devenir. Jones et CMC vont faire leur possible pour que leur équipe atteigne un bilan positif, tandis que les deux quarterbacks devraient s’affronter pour le gain de la division, voire un peu plus. Les Saints et Buccaneers sont programmés pour le Super Bowl, les Falcons et Panthers pour la reconstruction.

ATLANTA FALCONS

Calendrier : Seahawks, @Cowboys, Bears, @Packers, Panthers, @Vikings, Lions, @Panthers, Broncos, @Saints, Raiders, Saints, @Chargers, Buccaneers, @Chiefs, @Buccaneers.

Difficulté : 0,525 (5ème)

CorentinNicoTonyoCyprien
StarJulio JonesJulio JonesJulio JonesJulio Jones
ConfirmationCalvin RidleyKaleb McGaryGrady JarrettHayden Hurst
FlopDante FowlerTodd GurleyCharles HarrisDante Fowler
RookieMarlon DavidsonA.J. TerrellMarlon DavidsonMarlon Davidson
Prono5-114-129-77-9

Tonyo : À en croire l’ambiance morose qui régnait autour de la franchise en fin de saison dernière, on aurait presque cru qu’ils n’avaient pas gagné le moindre match. Et pourtant, dans une année où beaucoup n’a pas fonctionné, les Falcons ont terminé 2019 avec un bilan médiocre, sans être catastrophique. La NFL est ainsi faite, que son caractère aléatoire touche tout le monde, même les meilleurs joueurs. Matt Ryan et Julio Jones ont connu fortunes inférieures à leur réputation la saison dernière et leur pedigree ne suggère autre chose qu’un rebond cette année. 

Mais, c’est la défense qui m’inspire confiance chez les Falcons. Dan Quinn est bon entraîneur qui, comme d’autres bons entraîneurs, a connu une année sans. Il l’a reconnu et fait le changement qui s’imposait en abandonnant la double casquette head coach/coordinateur défensif. Travailler moins pour gagner plus. Surtout, les Falcons enregistrent des renforts de poids, à commencer par le retour de blessure de Keanu Neal, qui n’a joué que quatre matches les deux dernières années. Lors de sa dernière saison complète, il était l’un des meilleurs safety de la ligue. S’il est en bonne santé, ce sera de nouveau le cas. 

Avec moins de pain sur la planche, Dan Quinn aura tout le loisir de chapeauter les progressions de joueurs talentueux, qui n’ont pas confirmé toutes les attentes placés en eux jusqu’ici. Je crois dur comme fer aux qualités intrinsèques de Darqueze Dennard et Dante Fowler et je crois plus encore aux capacités du staff des Falcons de tirer le meilleur d’eux. Grady Jarrett a été une merveilleuse révélation l’année dernière et confirmera en 2020.  Takkarist McKinley et Deion Jones auront eux à charge de rendre des copies plus abouties, ce qui est largement dans leurs cordes. Les playoffs seront hors d’atteinte dans cette division, mais le positif à portée de main.

Cyprien : Le Super Bowl Hangover, après la défaite contre les Patriots il y a 3 ans est passé. Il a fait très mal à la tête, mais il aura au moins eu le mérite de permettre des Falcons de repartir sur des bases saines par la draft. Il reste toujours le duo magique Matt Ryan/Julio Jones qu’il est toujours agréable de voir. Todd Gurley est revenu aux sources, dans son état de naissance et là où il a brillé à l’université. Reste à voir si son corps va tenir. Calvin Ridley doit améliorer ses performances des exercices 2018 et 2019 pour aider la franchise cette année, attention à lui année prépondérante, la barre des 1000 yards doit être franchie. La ligne a été le gros chantier côté Falcons depuis 3ans maintenant. Une reconstruction longue mais qui commence à porter ses fruits. Les jeunes Kaleb McGary, Chris Lindstrom et le rookie Matt Hennessy seront supervisés par le centre Alex Mack. Si tout le monde performe, la ligne aura fière allure. Il faudra tout de même attendre encore une année pour atteindre ce pic, selon moi.

Défensivement, Grady Jarrett est toujours le pilier de la ligne défensive. Il est rejoint par Marlon Davidson repêché lors de la dernière draft. Ce dernier est techniquement le meilleur defensive tackle de la cuvée 2020, les images de Senior Bowl en attestant. Le joueur sera tout de suite performant sur la ligne des Falcons, même s’il semble manquer de qualité athlétique. Dante Fowler arrive pour alimenter le pass-rush. Pour ma part, j’ai du mal à imaginer Fowler briller en Géorgie. À lui de me montrer que j’ai tort. Deion Jones un peu seul sera là pour jouer le pompier de service derrière la ligne défensive. Dans le backfield, on retrouve une paire de safeties de bonne facture avec Damontae Kazee et Keanu Neal. Sur les côtés en revanche, cela fait peine à voir. A.J. Terrell est bien arrivé lors de la draft mais à lui tout seul il ne pourra pas boucher tous les trous. 

Maintenant pour vraiment partir sur un nouveau cycle, les Falcons auraient la bonne idée de se séparer de Dan Quin, qui fait aujourd’hui plus figure de facteur limitant que d’un vrai meneur d’homme. La saison risque d’être juste moyenne mais augure des lendemains qui chantent.

CAROLINA PANTHERS

Calendrier : Raiders, @Buccaneers, @Chargers, Cardinals, @Falcons, Bears, @Saints, Falcons, @Chiefs, Buccaneers, Lions, @Vikings, Broncos, @Packers, @Washington, Saints.

Difficulté : 0,500 (18ème)

CorentinNicoTonyoCyprien
StarChristian McCaffreyChristian McCaffreyChristian McCaffreyChristian McCaffrey
ConfirmationD. J. MooreD. J. MooreD. J. MooreD. J. Moore
FlopTeddy BridgewaterStephen WeatherlyRussell OkungTeddy Bridgewater
RookieJeremy ChinnYetur Gross-MatosDerrick BrownDerrick Brown
Prono6-106-102-145-11

Nico : Spoiler : C’est un avis partisan ! Je ne vous cacherai pas mon amour pour la franchise de Charlotte. Même si le récent propriétaire, David Tepper, a choisi de couper salement celui qui leur avait tout donné et qui, pour moi, est un sportif doublé d’un showman incroyable : Cam Newton.

Avec son départ, c’est donc une page qui se tourne et cela peut se comprendre d’un point de vue stratégique. Ron Rivera, le head coach de 2011 à 2019 à été remercié début décembre. S’en est suivi le cut de Cam, après des tentatives de trade infructueuses, et une autre figure de l’équipe, Luke Kuechly, a pris sa retraite à la surprise générale.

C’est donc une nouvelle ère qui s’ouvre en Caroline du Nord avec l’arrivée d’un staff tout neuf, issu du college football. Le nouvel entraîneur Matt Rhule a tout du gourou et génie du coaching, il a transfiguré deux programmes universitaires qui luttaient pour leur survie, Temple et Baylor. Il arrive auréolé de la distinction de entraîneur de l’année 2019 de la conférence BIG XII. Et il n’arrive pas seul ! Il s’est entouré de Joe Brady, (coordinateur du jeu de passe et entraîneur des receveurs de Louisiana State, champions universitaires 2019) au poste de coordinateur offensif et de Phil Snow au poste de coordinateur défensif, avec qui il travaillait déjà à Baylor.

Avec un contrat record de 64 millions de dollars sur 4 ans, la franchise a fait de Christian McCaffrey son nouvel homme fort. La reconstruction partira de là. Teddy Bridgewater pourrait se révéler à un niveau supérieur aux attentes si l’on en croit les rapports des insiders durant cette intersaison. Les lignes et la secondary ont été grandement renforcés durant la draft et via les trades. Dans un monde idéal et si l’alchimie prenait, cette équipe pourrait prendre feu et déjouer de nombreux pronostics, dont le mien. Keep pounding !

Cyprien : Christian McCaffrey est devenu la figure de la franchise de la Caroline du Nord. Le coureur ultra-complet sera bien seul en attaque pour espérer porter son équipe vers le haut du tableau, et ce malgré tout le talent qu’on lui connaît. En effet j’ai du mal à croire en un Teddy Bridgewater au poste de QB. L’année dernière, il a tenu dans le système Saints avec Michael Thomas qui faisait les différences après le catch. On verra si cette année, en QB1, il arrivera à être assez bon dans la très complexe NFC Sud. Pour l’aider les Panthers ont peu d’armes aériennes à faire valoir. DJ. Moore a connu une bonne saison (1175 yards à la réception et 4 TD) mais a peiné après la réception. Robby Anderson est juste moyen et amène des YAC manquants. Quant à Curtis Samuel, il déçoit d’années en années.

Ce qui va faire défaut aux Panthers c’est la ligne offensive désastreuse. Matt Paradis le vétéran tiendra le centre mais sur les extérieurs c’est très maigre. Greg Little qui va connaître sa deuxième saison en NFL émerge comme peut être le joueur le plus talentueux sur cette ligne, quand on a vu sa première saison en demi-teinte on a de quoi s’interroger sur le niveau général de cette OL.

Cependant si il y a bien une raison de regarder cette équipe des Panthers c’est pour l’escouade défensive. On ne connaît pas vraiment le niveau de l’équipe défensive des Panthers tellement il y a eu d’arrivée de ce côté là du ballon. Tous les joueurs draftés en 2020 étaient des joueurs défensifs. Il en reste 8 dans le roster aujourd’hui. Les rookies seront d’ailleurs directement mis au front sur le terrain. La ligne défensive est excitante avec Derrick Brown à l’intérieur, Gross-Matos en 3-Technique et Burns, qui entame sa deuxième année après une saison rookie pleine de promesse, en 5Tech. La ligne de linebackers pose question mais le rookie Jeremy Chinn sera intéressant de par sa versatilité et son style de jeu atypique. Dans la secondaire, le jeune Troy Pride en provenance de Notre-Dame est à suivre.

Les Panthers entre dans un nouveau cycle, Matt Rhule le nouveau head coach est là pour redresser la barre et construire une équipe neuve. Quand on voit ce que ce dernier a réalisé à Baylor on ne peut qu’être attentif et excité pour le futur des Panthers. Pour cette année il faudra ronger son frein.

Tonyo : Si les Falcons vont surprendre positivement, il faut bien que cela se répercute ailleurs. Le tanking n’est pas aussi évident qu’à Jacksonville, mais les pertes sont nombreuses et importantes pour les Panthers. L’échange sec de Trai Turner pour Russell Okung, qui est objectivement un moins bon joueur, indique les intentions de la franchise. Luke Kuechly et Cam Newton, qui ont porté l’équipe à bout de bras pendant près d’une décennie, ne sont plus là. Outre D.J. Moore qui, dans une bonne attaque, aurait plus vocation à être un n°2 de luxe, le corps de receveurs fait peine à voir. La ligne offensive est moyenne, tout au plus, et il ne sera pas trop des exploits de Christian McCaffrey pour éviter une année galère à Teddy Bridgewater. 

En défense, Shaq Thompson sera, là aussi, bien isolé pour espérer quoi que ce soit en 2020. Kawann Short a perdu de sa superbe et reste sur une saison quasi blanche. Il faut du renouveau de part et d’autres et le general manager Marty Hurney l’a bien compris en ne sélectionnant que des joueurs défensifs avec ses sept choix de draft. 

Que l’on soit clair, ma foi et confiance en Matt Rhule et surtout en Joe Brady, qui sera un head coach avant que l’on s’en rende compte, sont totales. Les deux petites victoires que je leur prédis sont seulement le reflet du stade de la reconstruction auquel ils se trouvent. Les hommes à la tête de la franchise sont les bons. Il faut simplement du temps.

NEW ORLEANS SAINTS

Calendrier : Buccaneers, @Raiders, Packers, @Lions, Chargers, Panthers, @Bears, @Buccaneers, 49ers, Falcons, @Broncos, @Falcons, @Eagles, Chiefs, Vikings, @Panthers.

Difficulté : 0,490 (24ème)

CorentinNicoTonyoCyprien
StarDrew BreesMichael ThomasMichael ThomasMichael Thomas
ConfirmationAlvin KamaraEmmanuel SandersMarshon LattimoreErik McCoy
FlopMarcus DavenportMarcus DavenportDrew BreesMalcolm Jenkins
RookieAdam TrautmanCesar RuizCesar RuizZack Baun
Prono12-414-210-611-5

Corentin : L’intersaison des Saints a été mouvementé niveau extra sportif. Drew Brees de la franchise et même de la ville s’est permis des commentaires sur les protestations contre les violences policières pendant l’hymne national, avant de se confondre en excuses. Le cataclysme n’a pas été loin mais Michael Thomas lui a apporté son soutien suite à ses excuses, ce qui a permis la fin de l’histoire.

Côté terrain, une draft étonnante comme souvent qui a laissé les fans un peu pantois. Seulement quatre picks, un centre au 1er tour, un linebacker (le plus gros besoin) au 3e tour, un tight end au 4e tour (échangé contre quatre picks) qui pourrait se révéler être une bonne pioche et la copie de Taysom Hill au 7ème tour. Malcolm Jenkins et Emmanuel Sanders, deux joueurs expérimentés sont venus renforcer l’équipe qui reste sur trois éliminations inattendues aux scénarios ubuesques. L’équipe est donc restée quasi inchangée. L’attaque sera toujours le point fort avec Alvin Kamara qui sera enfin en forme et sûrement rassuré par un contrat en or, après une année difficile durant laquelle il a joué blessé. Le stratosphérique Michael Thomas sera entouré de Sanders, Cook et des cibles plus jeunes mais talentueuses. Taysom Hill le QB/RB/WR/TE et peut être un jour OL sera toujours la pour réussir des trick play.

Le point d’interrogation vient de la défense et notamment du rideau de linebacker, le point faible depuis plusieurs années. Après avoir investi deux 1ers tour de draft sur Davenport, la franchise de La Nouvelle Orleans va espérer une production de sa part, suite à deux saisons difficiles (10,5 sacks en deux ans). Cameron Jordan devrait à nouveau rouler sur les QB adverses. Le backfield est de bon niveau.

Tout ça devrait amplement suffir pour aller en PO surtout que l’horloge tourne pour Papy Drew et qu’il finira par prendre sa retraite un jour. Si les Saints veulent aller au Super Bowl, il faudra surtout stopper d’accumuler les pénalités qui les plombes depuis 3 ans. Trop souvent des actions idiotes coûtent chères et ils n’ont pas besoins des arbitres pour se tirer des balles dans le pied. La discipline est leur plus grand ennemie donc il faudra travailler de ce côté afin de ne pas connaître une nouvelle désillusion.

Cyprien : Clap de fin pour Drew Brees ? Le quarterback des Saints a en tout cas perdu de sa superbe durant l’intersaison, la faute à une sortie hasardeuse sur le mouvement Black Lives Matters. L’effectif n’a pas hésité à lui remonter les bretelles et lui expliquer la situation, avec en tête de file Michael Thomas, qui s’avance maintenant comme le nouveau patron de la franchise. Le lien entre les deux joueurs n’est pas brisé, après que Brees soit revenu sur ses propos. Le duo risque encore une fois de martyriser la division tout comme la ligue.

Alvin Kamara, aussi, a fait parler de lui. Le joueur a usé de ses bonnes prestations depuis qu’il est dans la franchise louisianaise pour toucher un peu plus d’argent. Après un petit coup de pression de la franchise, qui a menacé de l’échanger, le joueur a baissé un peu ses attentes et jouera bien la saison pour les gold and black. Un joueur très important dans le système de Sean Payton, head coach et mastermind offensif. La ligne des Saints est encore une fois une des toutes meilleures de la ligue et à continuer de se renforcer en prenant le guard Cesar Ruiz (Michigan) au premier tour de la draft. Il vient compléter une belle brochette de golgoths (Armstead, McCoy, Peat, Ramczyk). 

En défense l’effectif est aussi pléthorique. Cameron Jordan est la star sur la ligne et ira chercher les 10 sacks minimum cette saison. Il sera aidé par Zack Baun 2e tour des Saints lors de la dernière draft et annoncé comme un potentiel 1er tour pendant un temps. L’ancien OLB des Badgers du Wisconsin devra cependant avoir un temps d’adaptation à la NFL. S’il a performé à la fac, il sera semble-t-il plus cantonné à un rôle de SAM en NFL, tantôt à mettre la pression sur le quarterback adverse, tantôt à couvrir en coverage. Un joueur à suivre pour sa courbe de progression intéressante dans une bonne équipe.

La secondary est elle aussi bien achalandée, Lattimore est là et doit répéter sa saison rookie exceptionnelle. Il en a les moyens. Les safeties sont les seuls qui peuvent faire douter les observateurs. En effet Gardner-Johnson a une belle courbe de progression mais a connu des blessures qui l’ont freiné l’an dernier. C’est la position de strong safety qui fait un peu peur avec les vétérans Jenkins et Swearinger, qui nous ont montré que c’était dur de compter sur eux à 100% sur les dernières années. Les Saints ont l’escouade, le coach et le calendrier pour offrir un dernier run à Brees au Super Bowl. C’est l’objectif clair pour la franchise de Louisiane.

TAMPA BAY BUCCANEERS

Calendrier : @Saints, Panthers, @Broncos, Chargers, @Bears, Packers, @Raiders, @Giants, Saints, @Panthers, Rams, Chiefs, Vikings, @Falcons, @Lions, Falcons.

Difficulté : 0,502 (16ème)

CorentinNicoTonyoCyprien
StarTom BradyTom BradyMike EvansMike Evans
ConfirmationLeonard FournetteRob GronkowskiChris GodwinO.J. Howard
FlopBackfield défensifBackfield défensifRonald JonesRob Gronkowski
Rookie Tristan WirfsTristan WirfsAntoine Winfield Jr.Antoine Winfield Jr.
Prono12-411-511-510-6

Corentin : Tampa bay s’est servi de l’intersaison pour taper du poing sur la table. Brady, Gronkowski, McCoy et Fournette arrivent. Draft de Tristan Wirfs, un monstre physique très impressionnant pour protéger Brady, Antoine Winfield Jr. un safety, Ke’Schawn Vaughn un coureur et Tyler Johson un receveur qui pourrait se faire une place derrière le duo de star Mike Evans/Chris Godwin.

L’attaque va donc reposer sur un des meilleurs quarterback de l’histoire, un des meilleurs tight end de l’histoire (il revient d’une saison blanche tout de même), accompagnés d’O.J. Howard ancien 1er tour de draft, un duo de receveurs incroyables et un backfield composé de Fournette, McCoy, Ronald Jones et Vaughn. Seul point noir, une ligne offensive qui pose question, mais qui a été upgrade et qui devrait donc s’améliorer. Brady va également permettre à l’équipe de perdre moins de ballons en attaque. Winston a perdu 35 ballons (30 inter et 5 fumbles) ce qui rend impossible une qualification en playoffs.

Côté défense ça va faire mal : Barrett, Suh, Vea, JPP, White, David (qui a dépassé les 1000 placages en carrière), Winfield Jr… Seul les cornerbacks posent question et pourraient faire baisser le niveau de cette défense. Celle-ci n’a encaissé que 73,8 yards par matchs au sol l’année dernière, le 11 ème plus petit total de yards au sol sur une année depuis 1972. C’est la défense dans les airs qui a posé problème et engendré un nombre important de points encaissés (29e avec 28,1pts/matchs). Todd Bowles, s’il n’a pas la carrure d’un head coach, comme l’a montré son expérience aux Jets, est un maître de l’aspect défensif. Tout ça dirigé d’une main de maître par un des meilleurs coach que la ligue est connue : Bruce Arians.

Cette équipe fera les playoffs et l’objectif est le Super Bowl. Brady veut égaler Peyton Manning qui a gagné des bagues avec deux équipes différentes. Les oppositions contre les Saints vont être l’occasion de voir deux légendes de ce sport s’affronter, et peu importe l’issue, ce sont les fans de foot US qui vont se régaler !

Nico : Objectif pour Tampa Bay en 2020 ? Remporter le Super Bowl à domicile, ce qui serait inédit ! Pour atteindre cet objectif, les Buccaneers n’ont pas lésiné sur les moyens. Ils ont réussi à attirer dans leurs filets le sextuple vainqueur du Super Bowl, Tom Brady ! Mais ce n’est pas le seul grand nom à avoir rejoint la franchise. Brady a réussi à faire reprendre le football au non moins fameux Rob Gronkowski qui s’était reconverti avec succès dans le catch. Et quand vous avez ces deux-là dans votre franchise, les joueurs se battent pour rejoindre le navire, pensant pouvoir enfin atteindre un Super Bowl. C’est le cas de Leonard Fournette qui est récemment arrivé de Jacksonville et a déclaré « J’ai enfin un quart-arrière pour la première fois de ma vie !« 

Et sans parler de ces additions, les Bucs avaient déjà le meilleur duo de receveur du pays : Chris Godwin et Mike Evans et une ligne défensive d’anthologie, menée par Shaquil Barrett (19 sacks, 37 QB hits, 58 tackles et 19 tackles for loss). Le tout coaché par le non moins génial Bruce Arians. Avec cet incroyable cocktail, nul doute que l’attaque devrait faire des étincelles si Tom, qui a désormais 43 ans, conserve son niveau.

Le point faible de cette équipe ? La couverture aérienne. Avec 4322 yards encaissés la saison passée, l’escouade de Todd Bowles risque de se faire punir par les airs. Même si elle ne sera pas du tout dans les mêmes conditions, puisqu’elle ne connaîtra pas autant de turnovers qu’avec Jameis Winston. Et c’est sans compter que les trois cornerbacks de Tampa Bay, Jamel Dean, Murphy-Buntin et Carlton Davis, sont jeunes et qu’ils devraient passer un nouveau palier en 2020. Fire the cannons !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :