NHL Sport US

NHL – L’hiver sera rude : 6 franchises qui peuvent profiter du plafond salarial fixe

Alors que les Séries éliminatoires 2020 arrivent à leur terme, la plupart des esprits sont déjà tourné vers la saison prochaine. Début juillet, la NHL annonce que le plafond salarial pour la saison prochaine restera équivalent à celui de la saison 2019-2020, soit 81,5 millions de dollars. Un imprévu qui va assurément bouleverser la saison morte du hockey sur glace outre-atlantique. Avec des situations financières diamétralement opposées, les franchises vont devoir s’adapter à cette stagnation. Si certaines vont devoir se serrer la ceinture, d’autres peuvent tourner cette situation à leur avantage ! Décryptage des 6 équipes pouvant profiter de la situation financière de la Ligue.

Hiver 2020 : une agitation du marché particulière

Après l’annonce de la stagnation du plafond salarial, beaucoup de franchises ont du retravailler leurs projets futurs. Certains effectifs ont été construits et des contrats signés avec la conviction que le plafond continuerait d’augmenter comme c’est le cas depuis la saison 2005-2006. Juste avant la crise sanitaire de la Covid-19, la ligue a estimé que la limite supérieure pour la saison 2020-2021 serait comprise entre 84 et 88,2 millions de dollars. Il est toujours utile d’avoir de l’espace sous le plafond, et c’est encore plus vrai en saison morte.

Julien BriseBois, directeur général du Lightning aura fort à faire durant l’hiver – Source : danslescoulisses.com

Des équipes comme le Lightning, les Islanders de New York ou les Coyotes ont leurs propres contrats importants à gérer mais avec très peu de place pour le faire. Il leur sera presque impossible de ne pas échanger leurs actifs (et probablement sous la valeur marchande) pour éviter de se retrouver dans une impasse financière. Mais nous reviendrons sur la situation de ces franchises dans un avenir proche. Alors que les équipes avec de l’espace sous le plafond salarial pourraient s’armer sur le marché des agents libres (ces contrats peuvent ne pas être aussi élevés que d’habitude), le pari le plus sage peut être de s’attaquer aux équipes plafonnées en cherchant des échanges contre une mise à niveau financière. 

Les six équipes que nous présentons ici sont dans cette situation et pourraient bien détenir les clés du marché. Elles ont beaucoup de flexibilité et seront plus autonome pour prendre leurs décisions. Un détail qui jouera beaucoup durant l’intersaison.

😈 NEW JERSEY DEVILS

Espace salarial 2020-21 : 26,25 millions $
Effectif engagé : 13 joueurs signés
Plus gros contrat : P.K Subban – 8M$ (2020-21)

La prolongation de Blackwood sera l’un des objectifs des Devils durant l’intersaison – Source : njnation

Tom Fitzgerald, officiellement passé de directeur général intérimaire à directeur général à temps plein, va évidemment concentrer son énergie sur la prolongation du gardien de but agent libre avec restriction, Mackenzie Blackwood. Ensuite, il n’y a pas beaucoup plus d’ajustements à réaliser avec l’effectif actuel des Devils. L’hypothèse que Blackwood signe une prolongation de deux ou trois ans similaire à son contrat actuel est largement envisageable. Des chiffres bien moins importants que ceux de Matt Murray ou Jordan Binnington qui ont remporté la Coupe Stanley ces dernières années. Blackwood n’a que 23 ans et sort d’une saison à 22 victoires pour un pourcentage de sauvetage de .915. Une grande satisfaction pour les Devils qui peuvent désormais se concentrer sur le reste de l’effectif. Avec cette hypothèse, Fitzgerald aura plus de 20 millions de dollars à sa disposition, avec seulement quelques joueurs de profondeur à re-signer.

Mais quel politique Fitzgerald mettra-t-il en place ? Cette intersaison est l’occasion pour le nouveau directeur général d’imposer sa vision à la franchise du New-Jersey. Et le passif des Devils n’est pas reluisant dans cette situation… La dernière fois qu’ils ont utilisé leur plafond pour décrocher un joueur vedette dans l’espoir d’améliorer sérieusement leurs chances en séries éliminatoires, c’était l’été dernier, lorsqu’ils ont obtenu PK Subban. Un défenseur toujours bon (mais loin de son apogée) pour un coût négligeable puisque les Predators de Nashville ne pouvaient plus se permettre de payer son salaire de 9 millions de dollars. Puisque cette acquisition leur a explosé au visage, les Devils seront-ils plus timides cette fois ?

⚔️ OTTAWA SENATORS

Espace salarial 2020-21 : 39,6 millions $
Effectif engagé : 9 joueurs signés
Plus gros contrat : Bobby Ryan – 7,5 millions $ (2020-21)

Les Sens disposent des 3ème et 5ème choix pour le repêchage 2020 – Source : nbcsports

Enfin un nouveau départ pour les Senators ? Ottawa possède 13 choix au repêchage 2020, dont notamment les choix n° 3 et 5. De quoi récupérer de nombreux talents tant cette cuvée s’annonce dense et talentueuse. Les Sens n’ont que neuf joueurs signés. Leur plafond est déjà proche de 40 millions de dollars et s’élargira une fois que Marian Gaborik deviendra de nouveau LTIR. Même en tenant compte des probables prolongations importantes comme Anthony Duclair, Chris Tierney ou Connor Brown, sans parler de l’extension de Brady Tkachuk, qui sera éligible à partir de cette saison morte, il y reste beaucoup de place pour que Pierre Dorion puisse s’amuser cet hiver. Eugene Melnyk a promis en février un plan quinquennal de dépenses proches du plafond à partir de 2021.

La question est de savoir si Ottawa va sauter sur la situation particulière de la saison morte 2020 pour composer son avenir. Il y a peu de chance que les Sens fassent des folies dès cet hiver. Ils vont acquérir de nombreux jeunes joueurs à développer et il est difficilement envisageable de les voir tous performer dès leur première saison. La franchise de la Capitale canadienne dégage toujours l’image d’une reconstruction à partir de rien plutôt qu’une ambiance de basculement et de lutte. Ils ont déjà construit une équipe très prometteuse, qui deviendra bientôt encore plus fort après le repêchage de 2020. Les Sens semblent donc plus en position de prendre un salaire pour soulager une équipe en difficulté en échange de plus de nouvelles options pour l’avenir. Il n’est donc pas impossible de voir Ottawa attirer un gros joueurs à faible coup pour encadrer ses jeunes talents.

👑 LOS ANGELES KINGS

Espace salarial 2020-21 : 20,74 millions $
Effectif engagé : 16 joueurs signés
Plus gros contrat : Drew Doughty – 10 millions $ (2020-21)

Le jeune mais costaud Quinton Byfield est attendu en deuxième position du repêchage 2020 – Source : Purck Prose

Les Kings ont « seulement » un peu plus de 20 millions disponibles mais aussi bonne partie bloquée par le paiement de Mike Richards, Dion Phaneuf et Ilya Kovalchuk à hauteur de 11 millions. Mais Los Angeles n’a pas de négociations coûteuses qui se profilent cet été ou pour le prochain. En d’autres termes, le directeur général Rob Blake peut engager son espace salarial où il le souhaite. Mais s’il suit le modèle de son ancien coéquipier Joe Sakic, les Kings voudront probablement rester encore une saison en retrait afin de développer un talent modifiant la franchise avec le choix n° 2, probablement celui de Quinton Byfield, Tim Stutzle ou Jamie Drysdale.

Ainsi, bien que les Kings aient l’argent nécessaire pour ajouter des vétérans à l’impact immédiat, il est plus probable que Blake opte pour ajouter quelques vétérans avec un contrat d’un an, ou cibler des joueurs de profondeur plus jeunes dans des équipes sous pression financière ou encore encaisser de mauvais contrats en échange d’une compensation de futures sélections aux prochains repêchages. Quel que soit le chemin choisi par Blake, c’est un bon chemin. Les Kings ne sont pas trop loin dans leur reconstruction, à seulement deux saisons de leur dernière place en séries éliminatoires et peuvent encore attirer des joueurs de qualités afin de profiter des dernières grosses années de Kopitar ou Doughty.

⚜️ MONTRÉAL CANADIENS

Espace salarial 2020-21 : 14 millions $
Effectif engagé : 17 joueurs signés
Plus gros contrat : Carey Price – 9,75 millions $ (2020-21)

L’un des premiers échanges importants de l’année – Source : FR24 New English

La taille de l’effectif et le calcul du plafond n’incluent pas Jesperi Kotkaniemi ou Alexander Romanov, qui figureront tous deux sur l’effectif de l’année prochaine. Cependant, leur salaire combiné serait toujours inférieur à 2 millions de dollars. S’il y a une équipe sur cette liste qui pourrait vraiment exploser avec les bons ajustements, c’est bien Montréal. Max Domi est agent libre avec restriction et prendra une partie de ce plafond, à moins qu’il ne soit utilisé dans un échange pour peut-être ramener un joueur de haut très gros calibre. Jonathan Drouin, sous contrat pour encore trois ans, pourrait également figurer sur la liste des candidats potentiels à un échange. Les Canadiens ont eu beaucoup de points positifs de la part de leurs plus jeunes joueurs lors des Séries éliminatoires.

Mais est-il temps d’apporter des changements au noyau légèrement plus âgé ? Une question qui se pose sans cesse depuis le début de la saison dernière, et même avant. Le changement est en cours avec Carey Price et Shea Weber arrivant au milieu de la trentaine maintenant. Les Canadiens devraient envisager toutes les options avec l’espace dont ils disposent. Ils ont déjà conclu un accord pour faire venir Jake Allen. Il va donner à Price du temps pour se reposer. Ce ne sera probablement pas le seul mouvement du côté du CH.

🏔️ COLORADO AVALANCHE

Espace salarial 2020-21 : 22,3 millions $
Effectif engagé : 14 joueurs signés
Plus gros contrat : Miko Rantanen – 12 millions $ (2020-21)

Il peut avoir le sourire Super Joe !

L’Avalanche est déjà l’une des meilleures équipes de la NHL, comme l’atteste leur place au deuxième tour des Séries éliminatoires cette année. En plus de cela, le directeur général Joe Sakic a l’espace salarial typique d’une équipe en reconstruction, pas d’un concurrent à la Coupe Stanley. C’est un moment parfait pour être partisan de l’Avalanche ! Le Colorado a d’importants contrats d’agents libres avec restriction à résoudre. Le défenseur Ryan Graves s’est imposé comme un complément important de Cale Makar. L’ailier droit Valeri Nichushkin, l’espoir déchu, s’est révélé comme l’un des meilleurs attaquants à double sens de la Ligue. Andre Burakovsky a apporté un bon nombre de buts et a montré une belle capacité à jouer plus haut dans l’alignement lorsque des blessures ont frappé les Avs. Le puissant Nikita Zadorov apporte du physique à la ligne bleue dans la profondeur, bien que son avenir avec l’équipe soit remis en cause par plusieurs mises au banc cette saison.

Sakic peut tous les signer et disposer encore de l’argent pour séduire un autre joueur majeur. Il devra encore mettre de l’argent de côté pour l’excellent Cale Makar, éligible pour signer une extension à partir de cette intersaison, et pour Gabriel Landeskog, qui entame la dernière saison de son contrat. Les Avs pourront-ils être la maison idéale pour une vedette haut de gamme qui cherche à signer un contrat d’un an pour ensuite tenter d’accrocher un contrat à long terme l’été prochain ? Comme Marian Hossa en 2008 ? Coucou Taylor Hall.

💸 DETROIT RED WINGS

Espace salarial 2020-21 : 35,24 millions $
Effectif engagé : 11 joueurs signés
Plus gros contrat : Frans Nielsen – 5 millions $ (2020-21)

Yzerman sera-t-il encore l’homme de la situation chez les Wings ?

Les Red Wings semblent encore loin de se battre pour une place en Séries, mais ils ont au moins un noyau prometteur pour commencer. Dylan Larkin, Anthony Mantha (RFA) et Tyler Bertuzzi (RFA) ont été leurs meilleurs buteurs à l’avant et Filip Zadina a trouvé un bon rythme lors de ses 28 matchs qu’il a disputés. Ils ajouteront également le numéro 4 du repêchage 2020. Détroit a beaucoup de chantiers pour sa reconstruction, probablement le plus de toutes les équipes mentionnées jusqu’à présent. Ils ont besoin d’un nouveau gardien et doivent renforcer la ligne bleue, même si des perspectives prometteuses se profilent également, en la personne de Moritz Seider. Le directeur général Steve Yzerman adoptera probablement une approche lente et patiente ici, mais si la bonne occasion se présente d’ajouter un joueur de premier plan, il bondira. Attention tout de même, Yzerman est en grande partie responsable de la situation financière difficile de son ancienne franchise, le Lightning de Tampa Bay.

Une cible parfaite pourrait être Torey Krug, originaire du Michigan, qui a grandi en idolâtrant les Red Wings de l’ère Yzerman. Il serait un excellent ajout à la défense qui pourrait servir de moteur aux côtés de Filip Hronek. Si Detroit décide de rester discret lors du marché des agents libres, Yzerman peut chercher à acquérir de mauvais contrats sur une seule année en échange de choix au repêchage. Un avantage que Detroit a sur certains des autres marchés en reconstruction : les agents libres feront confiance à Yzerman et le suivront dans la bataille.

Cette année 2020, si particulière et si mouvementée, entraîne un dérèglement du marché en NHL. Avec la stagnation du plafond salarial, de nombreuses équipes peuvent en profiter pour réaliser d’excellentes acquisitions à faible coup pour envisager une reconstruction plus rapide. Rendez-vous la semaine prochaine pour voir qui sont les équipes sous pression financière !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :