Omnisport Rugby

Top 14 : le grand récap de la 2ème journée

La seconde journée du championnat s’est déroulée ce week-end. L’occasion d’analyser ces premiers résultats avec déjà de bonnes surprises, des dynamiques qui s’installent, mais aussi quelques frayeurs. Retour sur ce qu’il s’est passé.

Ça y est, toutes les équipes ont joué au moins 1 match de Top 14. Après le report du match entre l’UBB et le Stade Français la semaine dernière, les deux clubs ont joué ce week-end. L’équipe de Christophe était d’ailleurs très attendue en cette rentrée. Face à Brive samedi soir, tout ne s’est pas passé comme prévu, mais les Girondins l’ont emporté d’une courte marge (25-20). Un score serré qui reflète une physionomie de match assez particulière. Dominateurs avec de l’envie, les bordelais se sont trop souvent précipités, et ont perdu beaucoup de munitions importantes. Au contraire, les brivistes, solides ont parfaitement fait déjouer Jalibert et les siens pour inscrire des points et éviter d’en prendre trop. Beaucoup de grattage et une efficacité redoutable leur permettent de ramener le bonus défensif de Chaban-Delmas. Les bordelais se contentent des 4 points après s’être fait peur, notamment après le carton rouge infligé à Seta Tamanivalu en fin de match.

Pau et le Racing sur leur lancée

 Outre le premier match de l’UBB, une confirmation paloise était attendue sur la pelouse du Hameau. Face à Agen, les béarnais ont montré l’engagement, la solidarité, le jeu et le talent déjà vu la semaine passé à Montpellier. Résultat : victoire acquise rapidement face à de valeureux agenais (33-23). Très en vu lors de la première journée, l’ouvreur palois Antoine Hastoy s’est une nouvelle fois illustré avec un essai inscrit tôt dans la rencontre. À 14 pour la fin du match après le carton rouge de Reid, Agen a laissé passer sa chance en début de match en multipliant les fautes et en subissant le jeu béarnais.

Avec deux victoires en deux matchs, Pau est donc deuxième, derrière le Racing 92. Les franciliens sortent d’une solide victoire face à des montpelliérains inquiétants vendredi (41-17). Dans l’enceinte de la U Arena, c’est d’abord l’ennui qui a primé en première mi-temps. Les fautes héraultaises ont facilité la tâche aux parisiens juste avant l’entracte. Réduit à 13, Montpellier a fini par craquer et le Racing par déballer. Lors de la seconde période, l’écart de niveau se fait ressentir et les coéquipiers de Kurtley Beal, pourtant expulsé, n’ont finalement pas eu tant de mal à se défaire de leurs adversaires du soir. Pendant que le Racing caracole en tête, Montpellier fait grise mine à la dernière place.

Le sourire de l’ouvreur palois Antoine Hastoy (crédits : section-paloise.com)

Toulouse éclatant, Bayonne et le Stade Français au forceps

Si Montpellier est dans le dur, Bayonne et le Stade Français respirent. Les basques se sont imposés presque miraculeusement face à Clermont (21-19). Au courage, les bayonnais avaient pourtant mené durant toute la rencontre avant de se faire contrer par des auvergnats toujours en manque de réalisme. Stérile avec la balle, Clermont a profité de deux turnovers sur les lignes arrières bayonnaises pour inscrire deux essais en contre en deux minutes. Sevré de ballon et en mauvaise posture, Bayonne va pourtant réagir grâce à deux ballons portés ravageurs dans les 10 dernières minutes. Gaëtan Germain réussi les transformations décisives et soulage ses coéquipiers. Pour Clermont, il va falloir se reprendre après deux matchs d’un niveau inquiétant.

Inquiétant, c’est ce que veut devenir le Stade Français cette saison. Les parisiens réussissent leur entame de championnat avec une victoire arrachée à Castres (16-22). Lors d’un match houleux qui s’est finalement résumé à un duel de buteur, Nicolas Sanchez et le Stade Français ont devancé le Castres Olympique de Benjamin Urdapilleta. Dominateurs dans les rucks, les parisiens ont profité des lacunes castraises malgré plus d’une demi-heure passée en infériorité numérique. Pour Castres, le bilan fait mal puisqu’aucun point n’a donc été marqué sur ce match.

Toulouse peut enfin sourire. Frustrés la semaine dernière face à Clermont, les stadistes ont cette fois fait le travail de bout en bout (39-23). Accrochés plus que prévus par de valeureux rochelais, les coéquipiers de Kolbe, auteur de deux essais, ont accéléré en fin de première période. À l’usure et grâce à son fort collectif, ils ont finalement concassé leurs adversaires au fil du match. Séduisants grâce à ses nouvelles recrues (Rhule, Leyds), La Rochelle n’a pas à rougir de sa performance et peut espérer faire de gros résultats cette saison.

Enfin, pour clôturer cette journée, Toulon s’est affirmé face à un LOU malade dimanche soir (36-14). Sans solutions malgré de bonnes choses dans les rucks, les lyonnais ont subi la loi du plus fort en multipliant les fautes, notamment en mêlée. Ils ont même réussi à récolter 3 cartons jaunes en 5 minutes, jouant donc à 12 contre 15. Le pack toulonnais a totalement dominé son vis-à-vis et ce sont 3 essais de pénalités qui ont récompensé les efforts des hommes de la Rade. Patrice Colazzo peut être rassuré pour la suite, Pierre Mignoni moins. Le LOU a perdu ses deux premiers matchs de Top 14 et commence mal la saison.

Les résultats complets :

Pau 33-23 Agen

Racing 92 41-17 Montpellier

Toulouse 39-23 La Rochelle

Bayonne 21-19 Clermont

Bordeaux-Bègles 25-20 Brive

Castres 16-22 Stade Français

Toulon 36-14 Lyon

La deuxième journée de championnat a donné son verdict. Des rentrées en lice compliquées pour certains favoris (UBB, Clermont, Lyon, Montpellier) et de belles surprises qui laissent penser que la saison sera disputée (Bayonne, Stade Français, Pau). Encore faut-il rester dans cette dynamique toute la saison. La suite en octobre !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :