NFL Sport US

Le Quart-temps du CCS – Week 1 : Aaron Rodgers en mode Benjamin Button

Après chaque semaine, les rédacteurs football américain du CCS reviennent sur les faits marquants des matches disputés en NFL. Un MVP, les tops, les flops et le point sur les rookies. La revue des troupes après les batailles, c’est le Quart-temps du CCS.

Le MVP de la semaine

Aaron Rodgers, QB, Green Bay Packers

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est Eh9xyzpWAAIz0Wf-1024x578.jpg

Alors que beaucoup n’avaient plus foi en Aaron Rodgers après le match de finale de conférence face aux 49ers et la draft du mois d’avril, le quarterback de 36 ans nous a offert un match de haute volée, dimanche. Dans une partie verrouillée dès le 1er quart-temps par deux défenses que l’on attendait dans ce rôle, il a su faire exploser le verrou des Vikings.

Si Green Bay s’est contenté d’un field goal et les Minnesota d’un touchdown dans le le 1er quart-temps , les Packers ont mis la main sur le match pendant les deux quart-temps suivants avant de voir les Vikings se réveiller, mais sans jamais leur laisser la possibilité de reprendre les rennes de la rencontre. 

Rodgers a lancé quatre touchdowns, dont un sur une magnifique passe en profondeur de 45 yards. Les deux premiers touchdowns sont inscrits durant le 2e quart-temps sur des passes pour Davante Adams et Marquez Valdes-Scantling. Le troisième pour le doublé du receveur star de la franchise dans le 3ème quart-temps. Pour finir, Rodgers vient planter une dernière banderille dans la bête à cornes de Minneapolis avec une dernière passe pour Lazard en fin de match. Rodgers a su lancer avec justesse et précision des passes profondes, à la faveur d’un pass rush fortement diminué chez les Vikings (absence de Danielle Hunter et départ de Everson Griffen) et d’un trio de cornerbacks très jeune (23 ans ou moins). Il a exploité avec brio les armes offensives à sa disposition et les a fait briller sous les projecteurs du US Bank Stadium.

Les highlights de Aaron Rodgers face aux Vikings le 13.09.2020

Les Packers de Green Bay se sont finalement imposés 34-43 contre les Vikings de Minnesota dans un match que Rodgers a éclaboussé de son talent. 

La maestria du maître à jouer de Green Bay se reflète dans ses statistiques et sa première place au classement PFF. Il a complété 32 de ses 44 passes (72,73%) pour 364 yards, quatre touchdowns et aucune interception, assez pour une évaluation de 127.5 ! Il a complété cinq passes de plus de 20 yards et deux de plus de 40 yards. Enfin, la statistique la plus parlante pour illustrer son niveau de jeu dimanche est le CPOE. Il est à +14.2 ! Cela signifie qu’au regard des passes qu’il a tenté et de la situation, il les a complété à 14.2 points de plus que le taux attendu.

La confrontation des Packers en Week 2 contre les Lions, qui ont encaissé 242 yards face aux Bears de Mitchell Trubisky, devrait encore permettre à Rodgers de s’illustrer.

Nico

Les tops de la semaine

Josh McDaniels, coordinateur offensif, New England Patriots

Pour son premier match à Foxborough, Cam Newton a été aussi bon qu’on pouvait l’espérer. Il semble enfin être en bonne santé et surtout, les Patriots se sont adaptés à ses qualités. Le premier touchdown en est la preuve ultime : une course dessinée pour le quarterback avec le tackle en bloqueur principal.

McDaniels n’a pas inventé la poudre, mais a vite saisi qu’utiliser Newton à la course sur courtes distances, là où il est le meilleur quarterback de l’histoire, serait bénéfique. Les Patriots ont utilisé la play-action sur la moitié des dropbacks de Newton et aligné un fullback sur plus de formations que toutes les autres équipes en Week 1. La ligne offensive est un point fort, Newton est le passeur le plus costaud de la ligue, McDaniels en a tiré profit dès le premier match.

Tonyo

Gardner Minshew, QB, Jacksonville Jaguars

La moustache est saillante, le sourire en coin toujours de mise, et la magie opère encore. La Minshew Mania n’est pas morte et ce week-end, elle a dû encore voir son nombre d’adeptes grandir. Gardner Minshew n’a pas besoin de grand-chose pour gagner un match. Donnez-lui des receveurs compétents, un RB3, une ligne offensive en mousse et le grand gourou vous amènera à la victoire. Les Colts, outsiders de l’AFC, en ont fait les frais. Une seule passe manquée sur 20 tentées (la perfection n’est jamais loin pour Minshew). Ajoutés à cela trois touchdowns et l’upset de la semaine est entériné. 27-20 pour les Minshewville Jaguars.

Cyprien

Brian Schottenheimer, coordinateur offensif, Seattle Seahawks

Brian Schottenheimer a rejoint Twitter en juin 2019. Il n’a que 78 tweets et 475 mentions j’aime à son actif, et pourtant… Au vu des deux premières séries offensives des Seahawks contre les Falcons, on aurait dit qu’il a passé toute l’intersaison à lire les critiques sur les réseaux sociaux. Les dix premiers jeux des Seahawks étaient des passes. Je répète : LES DIX PREMIERS JEUX DES SEAHAWKS ÉTAIENT DES PASSES.

Sur la deuxième série, Seattle a gagné 60 yards en trois jeux : une passe pour DK Metcalf, une course de Russell Wilson sur une zone-read d’école et une passe écran pour Chris Carson. De la variété, de la mobilité avant le snap, des passes sur les premiers downs, de la play-action… Monsieur Schottenheimer, bienvenue dans la NFL moderne. Wilson (31/35, 322 yards, 4 touchdowns) et nous autres observateurs vous y attendions.

Tonyo

Budda Baker, FS, Arizona Cardinals

Si vous êtes coach, joueur ou si simplement vous cherchez une bonne vidéo de développement personnel, le match de Budda Baker est à regarder absolument. Ses highlights oscillent entre abnégation, confiance en soi, qualités techniques et surtout VITESSE. Tout ce que Budda réalise sur le terrain est fait à fond. Si bien que le joueur était partout, et fini (comme souvent) meilleur plaqueur pour son équipe (15 placages, dont 10 solo). Et dans le 1er quart-temps, il fallait bien un Budda omniprésent pour insuffler à toute sa défense la motivation dont il fait preuve. Un vrai patron, qui honore déjà son gros contrat signé pendant l’intersaison.

Budda va même jusqu’à blesser Kittle sur cette screen suicidaire lancée par Garoppolo.

Les flops de la semaine

D’Andre Swift, RB, Detroit Lions

C’est facile et un brin cruel, mais il ne pouvait y échapper. Gâcher une avance de 17 points dans le 4e quart-temps n’est arrivé que trois fois ces quinze dernières années et requiert un effort collectif. Mais on ne retiendra que le nom de D’Andre Swift de la défaite des Lions contre les Bears. Le 35e choix de la dernière draft n’était pas à 100% de ses capacités, au point d’être carrément incertain avant le match de dimanche. Il n’a couru que trois fois, mais avait l’opportunité de revêtir le costume de héros à six secondes de la fin. 

De tous les running backs de la draft 2020, Swift est de loin le meilleur dans le jeu de passe. Il n’a eu que trois drops en trois saisons à Georgia. Celui de dimanche est aussi choquant que surprenant. La médiocrité des Lions est foutrement contagieuse.

Tonyo

Tyrod Taylor, QB, Los Angeles Chargers

Oui, les Chargers ont gagné. Mais non, les Chargers n’ont pas été brillants, comme on pouvait l’attendre de la part des éclairs. La figure de proue de se marasme offensif, c’est Tyrod Taylor. Le quarterback, intronisé QB1 depuis le départ de Philip Rivers, n’a pas montré grand chose. Sa ligne de stat est bien pale (208 yards à la passe, 16/30 et c’est tout). Surtout, le vétéran n’a rien changé dans son jeu au cours de la partie, malgré des premiers drives faméliques en termes de plaisir footballistique. Il n’a bien sur pas été le seul, mais Taylor catalyse les déboires offensifs de la franchise sur cette première semaine. Attention, on sait qu’un jeune loup attend son heure en coulisse et si l’attaque continue comme cela il pourrait arriver sur le devant de la scène plus tôt que prévu.

Cyprien

Matt Patricia, entraîneur, Detroit Lions

Gâcher une avance de 17 points dans le 4e quart-temps n’est arrivé que trois fois ces quinze dernières années et requiert un effort collectif. Je n’allais pas taper sur un rookie et épargner le chef d’orchestre. La défense des Lions est renforcée. Matt Patricia est un entraîneur défensif. Concéder trois touchdowns en quinze minutes à Mitchell Trubisky, loin d’être exceptionnel dimanche, est inexcusable. Les Lions ont mené dans le 4e quart-temps de 20 des 33 matches que Patricia a entraînés. Ils ont perdu 10 de ses 20 rencontres et fait un match nul. L’horloge tourne pour le coach des Lions. La tendance doit (très) rapidement s’inversée ou Pôle emploi l’attendra.

Tonyo

Georges Kittle, TE, San Francisco 49ers

4 réceptions, 44 yards. Ceux sont les statistiques de Georges Kittle contre les Cardinals ce week-end. Et surtout, le joueur les a signés seulement en première mi-temps, devenant fantomatique en deuxième. La faute à une petite blessure au genou (dont il faudra suivre l’évolution), arrivée dans le deuxième quart-temps sur un contact avec Budda Baker. Mais cela n’a pourtant pas empêché à Kittle de revenir sur le terrain. Il est certes difficile de dire si c’est la performance individuelle de Kittle qui fait du tort à la performance collective ou l’inverse, mais cette deuxième mi-temps d’un des tous meilleurs tight end de la ligue est une parfaite allégorie du match pour les 49ers : sans inspiration offensive et peut-être une blessure, plus profonde, non cicatrisée depuis le Super Bowl.

Cyprien

Les rookies de la semaine

Chase Young, Edge, Washington Football (PFF grade : 86,5)

Le numéro 2 de la draft était attendu, il n’a pas déçu : cinquième meilleure évaluation de la Week 1 dans la catégorie Edge, troisième meilleur évaluation chez les Edge rookies depuis la création de la notation. Avant lui, le seul joueur à avoir eu une note de 75 contre la course et contre la passe pour ses débuts était Joey Bosa. Ça situe l’homme. En statistique, ça donne : 4 tackles, 2 solos, 1.5 sacks, 1,5 TFL, 2 QB hits. Il s’impose en leader d’un front 7 qui a infligé 8 sacks et 15 QB hits à Carson Wentz. Ce fut la clé du succès inattendu de Washington sur Philadelphie. Il a bien lancé sa saison et devrait affoler les compteurs.

Son spin move strip sack après avoir été contacté par le running back

C.J. Henderson, CB, Jaguars (PFF grade : 84,2)

Deuxième meilleur note de la semaine pour un CB, meilleure note jamais attribuée à un CB rookie. On attendait Okudah, qui a dû renoncer à son match pour cause de blessure, Henderson a confirmé que cette draft était très qualitative au poste de cornerback. 10 passes dans sa direction, 5 réceptions accordées pour seulement 58 yards, 5 placages, 3 DP et 1 interception. Philip Rivers n’a obtenu qu’une évaluation de 28 quand il a lancé dans sa direction. Henderson a été un des grands artisans de l’upset des Jaguars sur les Colts. Après une saison 2019 minée par les blessures, il rassure sur son niveau de jeu. Jacksonville a peut être trouvé son nouveau Jalen Ramsey.

Clyde Edwards-Helaire, RB, Chiefs (PFF grade : 74,9)

La hype CEH n’est pas retombée : 25 courses, 138 yards et 1 touchdown. 106 yards après contact, 6 first downs, 7 placages cassés en 25 portés. Il n’a même pas paru comme un rookie à côté de son quarterback superstar. Preuve de son efficacité, les Chiefs ont courus plus qu’ils n’ont lancé pour la première fois depuis que Patrick Mahomes est titulaire. Ces jump cuts sont un régal pour les yeux, moins pour les linebackers adverses. Il a été étonnamment peu utilisé dans le jeu de passe, qui a pourtant fait sa réputation à LSU. Il est prêt à former un duo de stars avec son QB.

Mekhi Becton, T, Jets (PFF grade : 77,2)

Jouer la deuxième meilleure défense de 2019 pour son premier match NFL n’est pas chose aisée. Becton a pourtant rempli son rôle à merveille et été l’un des seuls Jets à surnager, dimanche. Il n’a concédé que 2 pressions sur 41 jeux de passe, notamment face à Jerry Hugues. On le savait bon sur les jeux de courses, mais il a surpris son monde sur sa capacité à protéger Sam Darnold.

James Robinson, RB, Jaguars (PFF grade : 69,3)

Le départ de Fournette a laissé penser que les Jaguars étaient en mode tanking. Il a surtout laissé un vide énorme dans le backfield et pleins d’opportunités aux jeunes running backs. Focus sur Robinson, rookie undrafted en provenance d’Illinois State : 16 courses pour 62 yards (56 yards après contact) et 1 réception pour 28 yards, en mode cassage de reins et saut de haie. Il s’est surtout fait remarquer par son excellence dans la protection de son de Gardner Minshew, avec une note de 81. C’est ce qui va lui permettre de rester sur le terrain plus souvent et lui donner du temps pour montrer qu’il peut être un bon three-down back. À lui de confirmer dans les prochaines semaines, mais c’est la bonne surprise de cette week 1 chez les rookies. Au vu de l’upset réalisé par les Jags, en mettre deux en lumière ne fait pas de mal.

Corentin

Un lundi sur deux, retrouvez les rédacteurs football américain du CCS, en compagnie du collectif French Gridiron, pour revenir sur les matches de la semaine :

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :