NHL Sport US

PREVIEW Finales Coupe Stanley 2020 – Dallas vs. Tampa : la surprise face l’évidence

Nous y sommes enfin ! Après une reprise à 24 équipes, il n’en reste plus que deux : les Stars de Dallas et le Lightning de Tampa Bay. Respectivement tombeur de Vegas en Finale de l’Association de l’Ouest et des Islanders à l’Est, ces deux franchises vont tenter de remporter la Coupe Stanley 2020 ! Ce fut une saison étrange et sauvage que nous ne pensions pas toujours pouvoir se terminer, mais le Lightning et les Stars ont survécu à tout le monde et sont les deux dernières équipes debout. Tampa Bay arrive avec l’étiquette de favoris, alors que Dallas reste une surprise dans cette course à la Coupe. Analyses et décryptages des forces en présence pour appréhender au mieux des finales que tout le monde attend.

PARCOURS

Comment ces deux équipes sont arrivées en Finales ?

HISTORIQUE
Deux des équipes du Sud les plus titrées de la NHL. Les Stars, qui ont déménagé du Minnesota lors de la saison 1993-94, sont les champions de la Conférence Ouest pour la troisième fois depuis le déménagement, la première fois depuis 2000. Ils ont remporté la Coupe Stanley en 1999 contre les Sabres de Buffalo et ont perdu face aux Devils du New Jersey la saison suivante. Le Lightning, qui s’est joint à la NHL en tant qu’équipe d’expansion pour la saison 1992-93, participe aux finales de la Coupe Stanley pour la troisième fois, gagnant en 2004 contre les Flames de Calgary et perdant contre les Blackhawks de Chicago en 2015. Vous l’aurez compris, dans les deux cas, l’une des deux franchises va inscrire son nom sur la Coupe Stanley pour la seconde fois !

UNE SURPRISE NOMMÉE DALLAS
Levez la main ceux qui croyaient que les Stars de Dallas atteindraient la finale de la Coupe Stanley. Alors ? Pas grand monde. Si tel est le cas, ce n’était sans doute pas au moment où ils affichaient un dossier de 1-7-1 en début de saison ou lorsqu’ils ont montré la porte à l’entraîneur-chef Jim Montgomery en raison d’un problème d’alcoolisme. Et encore moins lorsqu’on a appris que les Stars seraient contraints de faire confiance à Anton Khudobin en raison d’une blessure subie par Ben Bishop dans le troisième match du tournoi à la ronde. Pourtant ils sont là, et leur parcours fût loin d’être une jolie promenade de santé. Au cours de la régulière, nous avons connu une équipe brillante défensivement avec un gardien de but solide, mais une attaque vieillissante et quelques difficultés sur les rebonds semblaient affaiblir les chances des Stars pour les Séries. Mais voilà, Dallas nous a offert de nombreux revirements in-extrémistes, des bouleversements de haut-vol et des héros surprises, comme Joel Kiviranta. Ils n’étaient pas nécessairement l’équipe que tout le monde s’attendait pour représenter l’Ouest, mais c’est bien eux qui ont le Momentum – et le respect – de leur côté maintenant.

Les Stars ont éliminés les Flames de Calgary en six matchs, puis ont rencontré une équipe de l’Avalanche du Colorado considérée comme favorite pour remporter la Coupe Stanley. Alors que la défense était censée être la force de Dallas notamment par sa capacité à engendrer des actions offensives, ils ont réussi à survivre aux Avs dans une bataille de sept matchs avec des scores élevés. En finales de l’Association de l’Ouest, les Stars rencontrent une équipe bien plus dure défensivement et surtout qui tir énormément : les Golden Knights de Las Vegas. Dallas retrouve alors la recette de son succès en régulière grâce à une série exceptionnelle du gardien Khudobin, auteur de 153 arrêts sur 161 tirs alloués. En remportant ses quatre matchs par un seul but d’écart, dont deux victoires en prolongation, les Stars ont résisté avec panache pour frustrer l’attaque des Knights et remporté la série 4-1. Si on devait donner un qualificatif pour la campagne des Stars, ce serait assurément le mot : « résistance ».

LA FOUDRE S’ABÂT SUR L’EST
Ce n’est pas une énorme surprise de voir le Lightning de Tampa Bay en finale de la Coupe Stanley. Nos confrères de NBC étaient 3 sur 5 à voir Tampa remporter la Coupe. Ils ont égalé le record de la NHL avec 62 victoires la saison dernière et étaient déterminés à venger la défaite humiliante au premier tour en 2019 face à Columbus. L’incendie fût si intense que le directeur général Julien BriseBois a cédé ses choix de première ronde dans deux échanges cet hiver afin d’équilibrer son alignement et apporter davantage de rudesse avec Blake Coleman et Barclay Goodrow. Les Bolts ne surprennent personne ici. Grand favori, Tampa possède des superstars à chaque position : Andrei Vasilevskiy devant les filets, Victor Hedman sur la ligne bleue et Nikita Kucherov devant. Tous sont des prétendants à un prix à la fin de chaque saison. Cirelli est une force bidirectionnelle solide et Brayden Point est devenu l’un des meilleurs centres de la ligue. Et, peut-être le plus fou, ils sont ici sans Steven Stamkos.

Dans une revanche attendue par toute la Floride au premier tour, le Tampa retrouve Columbus. La victoire historique après 5 prolongations lors du premier match a donné le ton à une série très disputée dans laquelle chaque match, sauf un, s’est décidé par un but d’écart. Victoire 4-1 grâce à un Brayden Point « clutch » qui disent les Américains. Au deuxième tour, le Lightning retrouve un adversaire familier avec les Bruins de Boston, les rivaux de la Division Atlantique. Une équipe dominante en régulière mais très timide et brouillonne sur le début des Séries. Tampa a perdu le premier match, et a souffert dans le deuxième lorsque Brad Marchand a envoyé tardivement les deux équipes en prolongation. Un moment clé de la campagne des Bolts car s’ils avaient abandonné le deuxième premiers matchs, la situation aurait été bien différente. Mais le but vainqueur d’Ondrej Palat a donné un second souffle au Lightning qui remporte les matchs 3 et 4 sur un score combiné de 10-2. Vainqueur 4-1 des Bruins, Tampa se retrouve à une marche de la finale, mais avant il faut faire face aux redoutables Islanders de New-York. Le Lightning les fait exploser 8-2 dans le premier match et semble parti pour une victoire expéditive. Mais les Islanders se ressaisissent et montrent leur véritable visage sur le reste de la série : dur en défense et ne laissant pas les buteurs de Lightning obtenir de nombreux tirs dangereux. Alors que les Bolts menaient 3-1, les Isles ont forcé les deux derniers matchs en prolongations avec un Jordan Eberle qui marque dans la deuxième période des prolongations du cinquième match pour revenir à 3-2. Mais c’est bien Tampa qui file en finale grâce au but vainqueur d’Anthony Cirelli dans le sixième. Si les Bolts partaient avec l’étiquette de favoris, encore fallait-il l’assumer. Les hommes de John Cooper l’ont fait en laissant derrière eux une véritable démonstration de puissance et de profondeur.

LES CLÉS DES FINALES

🔎 La défense de Dallas va-t-elle contenir l’attaque centrale des Bolts ?

Nous avons pu l’observer à de nombreuses reprises lors de ces séries, les Bolts peuvent utiliser leur vitesse et leurs compétences techniques pour ouvrir des trous dans la défense. Même contre de solide lignes bleues comme celles des Bruins ou des Isles. Le Lightning aime jouer vite en faisant remonter la rondelle par des passes longues et précises sur la glace et s’est montré redoutable dans l’attaque par le centre de la patinoire. Les Stars sont doués pour garder le jeu à l’extérieur. Ils savent maintenir l’attaque loin du slot et parviennent à limiter les occasions dangereuses pour mettre d’excellents Khudobin dans les meilleurs dispositions. C’était la formule contre les Golden Knights, même s’ils ont été battus sur le nombre de tirs tentés 166-118 dans la série. Il faudra que Dallas réitère cet exploit contre le Lightning, qui a battu les Islanders 213-165. Si le Lightning peut éviter d’être poussé vers le périmètre, il pourra utiliser sa vitesse pour créer des chances de marquer.

Lors de la finale de l’Association de l’Ouest, Dallas a surtout été devancé par Vegas dans les tirs et n’a contrôlé que 41% des chances de danger élevé de la série. Vegas a converti moins de 5% de ses tirs. Cette série pourrait donc suivre le même chemin, Tampa contrôlant les tirs et Dallas tentant de garder autant les tirs à l’extérieur que possible. Mais les Stars ne peuvent pas compter sur un faible pourcentage de tir de leur adversaire cette fois-ci. Le Lightning a eu la meilleure attaque de toute la saison et si on lui donne suffisamment d’opportunités, il n’échouera peut-être pas autant que les Golden Knights. Cette maîtrise sera assurément le point central de cet affrontement.

🔎 Khudobin va-t-il remporter la bataille des gardiens de but ?

Le premier gardien surprise des Séries éliminatoires pour les Stars a maintenu un pourcentage d’arrêts de .950 contre Vegas en finale de l’Association de l’Ouest, mais il a encaissé 23 buts dans la série face à Colorado. Contre les Avs, les Stars ont affronté un gardien suppléant, tout comme ils l’ont fait contre Calgary et Cam Talbot. Maintenant, ils affrontent l’un des meilleurs de la ligue : Vasilevskiy qui débarque avec son pourcentage d’arrêts de .931 et un minuscule 1,82 GAA au cours de ces séries. Vasilevskiy n’a accordé plus de deux buts qu’une seule fois lors de ses neuf derniers matchs. Le gardien de 26 ans du Lightning a joué toutes les minutes des séries et a une fiche de 14-5-0. Parmi les gardiens ayant disputé au moins sept matchs, il a le meilleur pourcentage d’arrêts et est deuxième en GAA. Mais voilà, son travail n’a pas été de voler des matchs. Il a « simplement » dû s’assurer d’effectuer les arrêts qu’il est censé faire et de ne pas perdre pour une équipe qui domine le jeu devant lui. 

Khudobin a disputé 16 matchs consécutifs, partant à 15 reprises. Il a une fiche de 11-4 dans cette séquence avec une moyenne de buts alloués de 2,62 et un pourcentage d’arrêts de, 921. Il a surtout était tout aussi déterminant dans la victoire des siens face à Vegas que n’importe quel joueur des Stars. Il est l’un des gardiens ayant était confronté au plus de tirs à haut danger au cours de ces séries. Agressif, virevoltant et prenant beaucoup de place dans ses filets, Khudobin ne devra pas quitter son état grâce pour laisser espérer les Stars. Khudobin sera parfois critiqué et ne peut pas faiblir, car le gardien de but à l’autre bout ne donnera aucune pause à Dallas.

🔎 Le jeu de puissance létal des Stars va-t-il durer ?

Les Stars n’ont pas été une équipe générant beaucoup de tirs – dans l’ensemble du tournoi, ils ont été dominés et même surclassés – mais ils ont fait en sorte d’être efficaces sur leurs occasions franches. Leur jeu de puissance a été mortel, avoisinant les 27% de réussite. Aucune équipe sur les 24 qualifiées, aucune ne réalise en moyenne plus de tirs au but pour 60 minutes en avantage numérique que Dallas pendant le tournoi. Du côté des Bolts, l’avantage numérique a été « défaillant » avec 17,9% de réussite lors des séries, contre 23,1% en saison régulière. Dans ce secteur, Stamkos manque évidemment à Tampa. Après avoir converti trois de ses six occasions sur jeu de puissance dans la victoire 8-2 contre les Islanders, le Lightning s’est figé, convertissant qu’un seul des 15 jeux de puissance au cours du reste de la série.

Les deux équipes ont fait du bon travail en infériorité numérique pendant les séries éliminatoires. Le Lightning a tué 83,6% des pénalités et Dallas 83,3%. Les attaquants de Tampa Bay font un travail colossal, de Cirelli à Coleman en passant par Goodrow. Les Stars peuvent évidemment sur l’un des meilleurs défenseurs bloqueurs de la Ligue avec Lindell, mais il faut également souligné le travail de Khudobin qui a été particulièrement merveilleux. En 111 minutes en désavantage numérique, il a affiché un .890 SP. Si la première unité spéciale des Stars gardent son efficacité devant le but, Dallas peut rapidement faire douter le Lightning.

🔎 Le Lightning peut-il remporter un match de « hockey moche » ?

Cette dernière clé est peut-être la plus importante. Nous l’avons vu dans la série contre Vegas, Dallas est capable de ternir un match de hockey en refusant le spectacle, obstruant les voies de dépassement, ne prenant aucun risque sur les transitions et ralentissant à outrance le jeu. Mais, ils ont gagné et ce que nous devons retenir. J’ai presque plus d’admiration pour une équipe développant un tel jeu qu’une franchise spectaculaire ne calculant pas les risques sur chaque sortie de zone. Les Stars savent marquer, et peut-être plus que les dernières années. Le défenseur vedette Miro Heiskanen a bien sûr ouvert la voie, avec une moyenne supérieure à un point par match, mais Dallas a également obtenu la répartition équilibrée des buts qui lui manquait depuis des années, avec quatre joueurs différents marquant huit buts ou plus, notamment Denis Gurianov qui s’est révélé comme l’un des buteurs les plus efficaces de la ligue sur une base de 60 minutes.

Même si les Bolts sont reconnus comme une équipe aussi spectaculaire qu’efficace, ils peuvent aussi s’extirper des pires situations. La preuve contre les Islanders. Ils ont dû cravacher pour marquer des buts contre les avares Islanders de New York, mais BriseBois a conçu cette équipe pour qu’elle puisse gagner moche quand il le faut. Et c’est peut-être la principale différence avec l’effectif de cette année. Le Lightning a largement devancé les Isles dans cette « sale finale » de l’Association de l’Est. Lorsque les matchs s’ouvrent et deviennent des compétitions de vitesse, ce qui s’est produit à maintes reprises lors des séries de Dallas, le Lightning peut s’exprimer davantage.

En parlant de coaching et de philosophie de jeu, il y a quelques éléments à mettre en évidence pour cette finale. Si nous regardons uniquement l’expérience, Jon Cooper remporte clairement le match. Il est en train de conclure sa huitième saison avec le Lightning, il est l’entraîneur le plus ancien de la NHL. Cette année, la finale de la Coupe Stanley sera sa deuxième avec l’équipe, la première depuis 2015. Il a emmené Tampa à la finale de l’Association de l’Est quatre fois et surtout, il connaît très bien son groupe de joueurs. Depuis qu’il a repris le poste de Jim Montgomery, les Stars ont une fiche de 33-21-5Les joueurs de Dallas adorent, littéralement, Bowness. La fraîcheur est souvent un avantage lorsqu’il s’agit d’entraîner en NHL. Les joueurs répondent plus simplement à de nouvelles voix à court terme. Son parcours long et improbable vers ce poste, aboutissant à une place de finaliste de la Coupe Stanley après tant de décennies à errer dans divers rôles d’entraîneur, incarne la mentalité et le statut des Stars : le Cendrillon des Séries 2020. De plus, après avoir travaillé sous Cooper en tant qu’entraîneur associé du Lightning de 2013 à 2018, Bowness a une connaissance approfondie des projets de Cooper et des tendances de nombreux joueurs de Lightning. Un atout non-négligeable pour Dallas et les partisans le savent. Il faudra vraiment être attentif aux ajustements tactiques durant les premières rencontres.

🔎 Quels joueurs feront la différence ?

👁️ Brayden Point :
Quel est l’état de santé du centre de Tampa et dans quelle mesure peut-il avoir un impact en finale ? Point a été un monstre pour le Lightning jusqu’à présent avec 25 points en 17 matchs et une moyenne de plus de 20 minutes de temps de glace par match. Quand il est dans l’alignement, Tampa est presque imbattable, remportant 11 des 12 derniers matchs dans lesquels il a joué. Mais une blessure au bas du corps l’a contraint à quitter les matchs 3 et 5 contre New-York, les deux défaites du Lightning dans cette série. Point est revenu pour le match 6 et n’a pas été ménagé, jouant plus de 25 minutes avec quatre tirs et quatre blocs. Le Lightning a besoin de Point à pleine vitesse pour la durée, surtout si Stamkos reste absent. Avec une performance digne de ses séries lors de cette finale, Point pourrait devenir le vainqueur de Conn Smythe.

👁️ Jamie Benn :
Benn, le capitaine des Stars, a marqué dans chacun des trois derniers matchs de la finale de l’Ouest, chacun étant une victoire pour Dallas. Il a inscrit aussi cinq points (trois buts et deux passes) dans la série de cinq matchs. Il devra essayer de limiter le meilleur défenseur de la NHL actuellement, Victor Hedman dans la relance et la construction du jeu offensive de Tampa. On connaît Benn, il peut épuiser n’importe quel défenseur. Le capitaine monte en puissance dans ces séries, mais pourra-t-il élever son jeu en finale ?

👁️ Nikita Kucherov :
Depuis sa saison recrue en 2013-14, Kucherov a inscrit 87 points en séries éliminatoires (35 buts, 52 passes) soit plus que n’importe quel joueur de la NHL, trois de plus que Sidney Crosby. L’attaquant a marqué 10 points (deux buts, huit passes) dans la finale de l’Association de l’Est, dont cinq points (un but, quatre passes) dans la victoire 8-2 lors du premier match. Il a marqué le but gagnant alors qu’il restait neuf secondes à jouer dans la troisième période de la victoire 2-1 dans le match 2. Son talent peut être la clé d’un match fermé, assurément le scénario proposé par les Stars de Dallas.

👁️ Joe Pavelski :
Cette série rappelle le match Dallas-Colorado. Comme le Colorado, le Lightning est emmené par une super première ligne. La défense de Tampa peut jouer très physique et déplace très bien la rondelle dans sa zone. Mais contrairement aux Avs, les Lightning ont un gardien partant en bonne santé et cela rendra la tâche difficile pour les Stars .S’il y a un secteur où Dallas peut avoir l’avantage sur Tampa, c’est en deuxième ligne. Lorsque Tyler Johnson et Alex Killorn ont été sur la glace, Tampa contrôle moins de la moitié des tirs au but à 5 contre 5. Dans cet esprit, Pavelski pourrait faire une grande différence s’il maintient son rythme devant le but. Après avoir marqué seulement 14 fois au cours de la régulière, Pavelski mène Dallas avec neuf buts en 21 matchs en séries depuis la deuxième ligne. Sur le côté de Pavelski se trouve Gurianov, qui compte également neuf buts. Si ce doit être une série serrée, un but vicieux ou deux sera nécessaire. Le vétéran Pavelski peut bien remplir ce rôle.

👁️ Patrick Maroon :
Maroon sera principalement utilisé pour son contrôle du disque à l’avant pour essayer d’user les défenseurs des Stars. Mais l’attaquant a une histoire contre Dallas en séries éliminatoires. Avec les Blues de St. Louis la saison dernière, Maroon a marqué contre les Stars en double prolongation dans le septième match du deuxième tour de la Conférence de l’Ouest. Sera-t-il capable de délivrer le Lightning ?

👁️ Joel Kirivanta :
L’ attaquant Joel Kiviranta a disputé 13 matchs en LNH, 11 en saison régulière, deux en séries éliminatoires de la Coupe Stanley, avant le septième match contre l’Avalanche du Colorado. Il a réussi un tour du chapeau dans une victoire 5-4 en prolongation dont le but égalisateur en troisième période et le but vainqueur. Dans le cinquième match de la finale de la Conférence de l’Ouest, il a marqué le but égalisateur dans une victoire de 3-2 en prolongation pour mettre fin à la série. Simple effet de mode ou réelle révélation pour le Finlandais ? On a hâte de voir ce qu’il est capable de faire face à une équipe comme Tampa.

Si nous devions choisir avec notre cœur, il y a des chances que nous défendront l’histoire de Dallas, mettant en avant des protagonistes improbables tels que Bowness, Khudobin et, bien sûr, Kiviranta. Mais si nous regardons l’élément le plus basique et le plus important du jeu – le jeu à 5 contre 5 – le Lightning est la meilleure équipe. Ils ont été l’équipe la plus équilibrée de la NHL toute la saison. Mais voilà, rien n’est écrit d’avance en cette année 2020. Si la série prend un tournant terne et que Khudobin réalise encore des rencontres exceptionnelles, les Stars ont leurs chances.

☁️ Dans l’œil de Hakim : Victoire du Lightning 4/2. Tout le monde les attendait à ce stade de la compétition avec l’échec de leur de leur dernière campagne. Tout au long des séries ils ont montré une solidité offensive et défensive. Ils n’ont que très rarement été inquiétés que ce soit avec les Blue Jackets, les Bruins ou encore les Islanders. Après ce magnifique parcours, je ne les voie pas laisser passer cette Stanley Cup après laquelle ils ont couru pendant des années. Les Stars ont surpris leur monde depuis le début des séries réussissant à remporter les séries où ils arrivaient en tant qu’outsider. Lors de cette finale, ils arrivent une nouvelle fois de plus en tant qu’outsider. Mais cette fois-ci, la marche semble être un peu trop haute pour cette équipe. Malgré tout, le Lightning n’aura pas la tâche facile. Je vois le Lightning s’imposer en 6 matchs avec une grosse série de Brayden Point qui pourrait aller chercher de Conn Smythe.

☁️ Dans l’œil de Ben : Victoire des Stars 4/3. J’ai envie d’y croire. Cette belle histoire ne peut pas s’arrêter si près du Graal. Gurianov, Benn, Pavelski et surtout Miro Heiskanen représentent tellement une force mentale particulière que les Stars semblent être près à surmonter n’importe quelle adversité. Le seul élément qui me semble déterminer le sort de cette série : les prouesses du gardien, Anton Khudobin. La santé de Brayden Point sera également un point qu’il faudra observer de prêt, sans lui, le Lightning n’est pas la même équipe.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :