Foot Ligue 1

Ce qu’apportent les 5 changements en Ligue 1 depuis le début de la saison

Qui dit nouvelle saison, dit nouveautés. Cette année, la Ligue Professionnelle de Football (LFP) a décidé d’autoriser cinq remplacements au cours d’un match de Ligue 1 et de Ligue 2, contre trois pour la saison 2019-2020. Et après quatre journées de championnat, on peut dire que cette nouvelle règle à bien été adoptée par les entraîneurs de Ligue 1. Mais alors, réelle bonne utilisation ou mauvaise application ? Explications.

La LFP valide les 5 changements en Ligue 1

Attendue, l’annonce de la LFP de basculer à cinq changements par rencontre et par équipe révolutionne les règles du jeu sur les terrains de Ligue 1. Validée fin juillet après une réunion du Conseil d’Administration de la LFP, cette dernière est, entre autres, une réponse à la gestion des effectifs pour faire face à la crise du COVID-19. En effet, ce changement dans le jeu avait déjà été amorcé dans les grands championnats en fin de saison dernière, comme en Bundesliga ou encore en Liga. Seule la Premier League a décidé de ne pas s’y sous mettre à nouveau cette saison, et effectuera toujours trois changements cette année.

En Ligue 1, cette annonce a également fait bien des heureux. Contraint de ne pas terminer sa saison l’année dernière, ce changement est pour elle une pure nouveauté (la règle avait tout de même été adoptée pour, en juillet la finale de la Coupe de France entre le PSG et Saint-Etienne). Dans l’histoire du football français, c’est la troisième fois que l’on touche à cette règle des remplaçants. En effet, en 1967, on autorise les entraîneurs à procéder à un changement. Auparavant, il était possible d’en effectuer un seulement si le joueur s’avérait être blessé. À partir de 1976, on en autorise désormais deux. Et c’est finalement depuis 1995, que l’entraîneur peut décider de remplacer trois joueurs. À noter qu’à cette nouvelle règle des cinq changements, s’ajoute le fait que le groupe s’élargit désormais à 20 joueurs pour chaque rencontre, contre 18 la saison dernière. En Ligue 2, on a maintenu la règle des 18 joueurs.

Utilisé ? Oui ! Utile ? Pas toujours …

Après quatre journées de championnat, on peut d’ores et déjà voir/comprendre de quelle manière les techniciens utilisent cette nouvelle règle. Ce qui saute au yeux, c’est qu’ils l’ont tous déjà pratiqué. Lors de la première journée, seul Monaco et Paris avaient décidé d’opérer seulement trois changements. Plutôt étrange lorsque que la plupart des passionnés de football regrattaient le fait que cette nouvelle règle puisse favoriser majoritairement les « grosses » équipes. Mais souvenons-nous, lors de cette rencontre en retard de la première journée face à Metz, Tuchel doit composer avec un groupe très diminué. En effet, après le match face à l’OM et les nombreuses suspensions, ainsi que les absents liés au COVID-19, le technicien allemand doit faire sans ses stars, Mbappé, Neymar and co.

Malgré tout, Thomas Tuchel aurait pu profiter de ces cinq changements pour donner des minutes de jeu à ses jeunes joueurs, à ses Titis Parisien. Car en effet, cette nouvelle règle peut permettre, entre autre, aux jeunes d’un groupe d’avoir plus de temps jeu. Exemple très caractéristique de cette idée-là : l’entrée en jeu du jeune milieu stéphanois, Lucas Gourna-Douath, face à Strasbourg. Devant au tableau d’affichage lors de cette troisième journée, Claude Puel a décidé d’utiliser son cinquième changement pour donner sa chance à son jeune joueur de 17 ans. On peut se poser la question si C. Puel aurait décidé de faire le même choix tactique avec la règle des trois changements ? Sûrement pas …

Ce qu’on peut également remarquer le plus dans ce début de championnat, c’est qu’une équipe qui mène est plus à même de réaliser ces cinq changements, encore faut-il avoir un effectif suffisant. Ou à l’inverse, une équipe menée n’utilisera pas forcément l’ensemble de ces changements pour tenter de revenir au score. Pourtant, en terme de timing, on s’aperçoit que les entraîneurs de Ligue 1 jugent bon d’utiliser plus rapidement leur premier changement. En moyenne et après 4 journées de championnat, le premier changement a lieu dès la 45ème minute, soit juste après la mi-temps. Mais alors, ces changements peuvent-ils révolutionner le jeu tactiquement ? Est-ce vraiment l’occasion pour les entraîneurs de revoir leur tactique plus en profondeur au cours d’un match ?

Véritable révolution tactique ?

En moyenne depuis le début de la saison, les entraineurs de Ligue 1 ont utilisé environ 4.325/5 de leurs changements. Un ration qui confirme bien une utilisation élevée des changements par les techniciens. La première journée correspond à la plus faible journée en terme de remplacement, avec une moyenne de 4.25 changements. Malheureusement, ce qui pourrait donner plus d’intérêt à cette règle ne se fait que très peu sentir sur notre chère Ligue 1. En effet, alors que ces changements permettraient de renouveler quasiment la moitié de l’effectif au cours d’un match, les entraineurs s’en servent rarement pour opérer des changements tactiques d’envergure.

Généralement, ces derniers sont du poste pour poste, et ne modifie que très peu les schémas tactiques, voire même l’animation défensive/offensive. Rudy Garcia a tenté de créer quelque chose de nouveau en procédant à trois changements (4 en l’espace de dix minutes), dimanche, face à Lille. Mené 1 à 0, c’est toute l’attaque marseillaise, Thauvin – Payet – Benedetto, qui a été changée. Ce roulement a permis à un des entrants, Valère Germain, de marquer le but égalisateur en fin de partie. À noter que le triple changement a déjà été utilisé à neuf reprises sur ses 40 matchs de ligue 1.

Mais alors prenons le problème à l’envers ? Cette manière de coacher n’est-elle pas l’occasion d’entrer dans l’utilisation massive des changements, sans véritable fond de jeu tactique derrière ? Autrement dit, préserver les trois changements permettait-il une meilleure réflexion autour de la manière dont il fallait les utiliser ? Le débat est ouvert. Il faut désormais attendre la suite de la saison pour de nouveaux éléments de réponse.

Cette nouvelle saison 2020/2021 est pour le moins inédit. En effet, la possibilité de procéder à désormais cinq changements a modifié la gestion d’un match de Ligue 1. Exploitée par l’ensemble des entraîneurs de Ligue 1, cette nouvelle règle doit certainement être mieux utilisée pour voir un véritable changement de coaching.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :