A l'affiche Basket Draft NBA La NBA de demain

Draft 2020 sleepers (2/4) : Grant Riller, Isaiah Joe, Desmond Bane

On continue la liste des extérieurs que l’on voit, au CCS, être au premier tour ou début de deuxième tour lors de la draft 2020 (la date du 18 novembre semble avoir été validée !). Trois profils assez différents qui ont pour point commun d’être intriguant pour les scouts NBA et qui feront l’objet à coup sur de débat dans les « war rooms » une fois le grand soir venu…

Grant Riller

Grant Riller Crédits : College of Charleston Athletics

Date de naissance : 8 février 1997 Classe : Senior

Université : Cougars de Charleston (CAA) Bilan 2019/2020 : 17v /14d
Poste : Meneur de jeu

Mensurations
Taille : 190 cm Poids : 87 Kg Envergure : non disponible
(Source https://basketball.realgm.com )

Statistiques cette saison
31 matchs joués// 21,9 pts// 5,1 rebonds// 3,9 ast// 1,6 st// 0,3 blk
33,5 min/ match // 49,9 %FG // 36,2% 3Pts // 82,7 %FT // 3,2 To // 2,3 Fp

Celui qui te prend de vitesse

Originaire d’Orlando (Floride), Grant Riller n’est pas le joueur le plus connu de cette draft. En effet, le meneur de 23 ans vient de passer 4 ans dans la modeste fac de Charleston, dans la conférence Colonial Athletic Association (CAA), une mid- major de division 1 en College Basketball. A la sortie de Occoe High school les offres des universités étaient peu nombreuses, classé uniquement par 247sport qui lui attribue 2 petites étoiles (sur 5 possibles). Il reçût des offres FIU, Cleveland State et Hofstra mais décida de s’engager avec les Cougars de Charleston.  Après une année redshirt pour cause de blessure au genou, sa saison Freshman est satisfaisante ( 13 pts à 48% 2 rebonds 1 ast en 27 minutes). Il explose lors des saisons suivantes, en étant nommé à chaque fois dans la First team de CAA. Peu évoqué lors des mocks drafts de début de saison 2019/2020, le fait qu’il soit drafté ne fait plus aucun doute aujourd’hui. Qui est donc Grant Riller ?

Il y a plusieurs choses qui marquent lorsqu’on voit jouer Riller, la première étant son first step qui est « élite ». Le démarrage balle en main du meneur de Charleston est létal. Sa capacité à déposer sur place son adversaire est clairement son atout numéro 1. Doté d’un physique intéressant pour le poste (190 cm, 87 kg) cela lui confère bien souvent un double avantage de vitesse et de taille qu’il sait exploiter. Riller un est attaquant de premier ordre, avec cette capacité à sanctionner à tous les niveaux (3 level scorer). Même si son efficacité à 3 points semble juste correcte (36,2% 3pts) sa réussite aux LF laisse entrevoir une amélioration sur sa capacité à sanctionner de loin (82% LF) Rajouter à cela une capacité à se créer son shoot (pull up), un bon handle et des lectures plutôt intéressantes sur pick and roll… de quoi faire du meneur scoreur des Cougars un starter en NBA ?

« Moi, tu me parles pas d’âge! »

Comme quoi, la fameuse phrase de Kyllian Mbappé ne fonctionne pas toujours. Grant Riller soulève comme tous les prospects des interrogations. Son âge tout d’abord, le jour de la draft ne cessant d’être reculé, il aura quasiment 24 ans révolu lorsqu’il entamera son année Rookie. (Coucou Cam Johnson). En d’autres mots le niveau plancher semble solide mais le potentiel semble de fait limité. Une autre interrogation vient de sa fac. Certes les statistiques sont ronflantes mais ces dernières sont acquises majoritairement face à des joueurs de mid major donc loin de la dimension physique des joueurs NBA. De plus personne ne peut prévoir comment Riller, qui est clairement le « mâle alpha » de Charleston depuis des années pourra s’acclimater à un rôle moindre à l’échelon supérieur. Le natif d’Orlando a eu la gonfle entre les mains très souvent, son jeu sans ballon est donc difficilement évaluable.  Au niveau du jeu on peut déplorer une certaine négligence du ballon (plus de 3 TO par match) ainsi qu’un nombre d’assists par match assez average (< à 4), ce qui donne de façon logique un ratio assist / To assez lambda (1,25) surtout pour un meneur de jeu.

Grant Riller est un joueur électrique, dont le premier pas fait saliver tous les scouts NBA. Il semble avoir en magasin tous les atouts offensifs pour réussir  : lecture, shoot, drive. Une carrière semble possible à deux conditions : trouver son rôle dans la grande ligue et défensivement montrer beaucoup plus de rigueur qu’en CBB. Qui veut d’un meneur rookie, un peu agé, pour booster son banc ?  

Hypothèses de sélections

🔹 ORLANDO MAGIC (Premier tour – Pick 15) : Vous me voyez venir ? Non ? Effectivement Grant Riller est un natif d’Orlando mais ce n’est pas l’unique raison. DJ Augustin arrive en fin de contrat et pas sur que le meneur de 32 ans et le Magic aient un avenir en commun. En cas de sélection par Orlando, la franchise floridienne comblerait un besoin et pourrait partir avec un duo de meneurs Fultz / Riller. Intriguant non?

🔹PHILADELPHIA 76ERS (Premier tour – Pick 21) : Les playoffs de cette année ont été un juge de paix pour Philly, la sentence est claire et irrévocable : il faut un meneur autre que Shake Milton. Grant Riller pourrait apporter ce punch offensif et de créativité de façon quasi instantanée. Safe Pick pour le contesté Elton Brand.

🔹NEW YORK KNICKS (Premier tour – Pick 27) : Les dernières rumeurs indiquent que les Knicks s’intéresseraient plutôt à un ailier avec le pick 8. Toujours est il que la question du meneur n’est pas résolue. On imagine bien coach Thibodeau être capable de cacher les lacunes de Grant défensivement. Riller le créateur manquant de la grosse pomme?

Isaiah Joe

Isaiah Joe Crédit : Saturday Down South

Date de naissance : 2 juillet 1999 Classe : Sophomore

Université : Arkansas Razorbacks (SEC) Bilan : 20v/12d
Poste : Arrière (SG)

Mensurations
Taille : 196 cm Poids : 81 Kg Envergure : environ 205 cm
(Source https://basketball.realgm.com )

Statistiques cette saison
26 matchs joués// 16,88 pts// 4,1 rebonds// 1,7 ast// 1,38 st// 0,2 blk
36 min/ match // 36,7 %FG // 34,2% 3Pts // 89%FT // 1,7 To // 1,8 Fp

Celui qui shoote plus vite que son ombre

Né à Fort Smith, Isaiah Joe est un pur produit de l’Arkansas. Il fait sa High School dans cette même ville à Northside school. Considéré comme un prospect 3 étoiles par 247 sport, il rejoint Arkansas pour la saison 2018. Sa saison freshman est une réussite 13,8 pts à 41,3 % FG 41,4 % 3pts, 75,6 % FT, 2,8 rebonds, 1,7 ast, 1,5 stl, et 1,24 To. Il est élu dans le All fresman team de la prestigieuse SEC (Southeastern Conference). Isaiah Joe fait dès sa première année étalage de sa capacité à scorer. Il obtient ainsi le titre de SEC player of the week après ses 34 points à 10/13 du parking contre FIU début décembre 2018. Il est aussi codétenteur du plus grand nombre de 3 pts marqués par un freshman en SEC avec 113 réalisations sur l’année 2018/2019.

Vous l’avez compris Joe est un shooteur. Le garçon adore ça, un genre de joueur à ne jamais rencontrer un shoot qu’il n’aime pas, en témoigne ses 10,6 tentatives par match derrière l’arc cette saison. La mécanique est belle, les appuis sont solides et le shoot part très vite. Le shoot est vraiment l’arme première d’Isaiah, même si cette année les pourcentages ont baissé (34,2 % à 3 pts) qu’on peut relativiser avec ses 89 % aux lancers francs. Il est injuste de le limiter à ce rôle de shooteur en bout de chaîne. Le natif de Fort Smith possède un handle plus que correct, peut jouer sur pick & roll et les fondamentaux offensifs semblent solides. En défense il peut aussi se montrer à son avantage. Son physique longiligne voir osseux lui confère une rapidité latérale correcte à défaut de puissance. Joe, même s’il n’est pas un stoppeur à proprement parlé, se montre efficace dans la défense collective :  les placements sont bons, les aides à propos et il parait volontaire.

À un abonnement à la salle de sport près d’être un lottery pick ?

Après se portrait élogieux, vous vous dites mais pourquoi ce garçon n’est pas lottery pick n’est ce pas ? Isaiah a bien des défauts, en premier lieu son physique. Sa taille est tout à fait honnête pour un poste 2, par contre les 80 kg tout mouillés sur la balance le limitent aussi bien offensivement que défensivement malgré des aptitudes certaines. Cette difficulté à la gestion des contacts est un souci, son corps ne semble pas encore tout à fait prêt pour les joutes parfois rugueuses du monde professionnel.  Offensivement et surtout cette année, dans un plus grand rôle au seins de l’attaque des Razorbacks, Joe a eu tendance à forcer un peu son jeu et n’a pas été très judicieux dans sa sélection de tirs (ce qui explique en partie le pourcentage aux tirs). Il a aussi eu par moment de réelles difficultés à se créer son tir alors même qu’il semble avoir tous les outils techniques pour le faire, la faute, sans doute, à un manque d’explosivité.

Après s’être déclarer à la draft, puis s’être retiré, Isaiah Joe s’est bien réinscrit au buzzer et fera partie de la cuvée 2020. Malgré des pourcentages en trompe l’œil, ne vous méprenez pas, on parle bien d’un des meilleurs snipers de cette draft. Le salut du joueur de l’Arkansas viendra d’une part de sa capacité à étoffer son haut du corps et ensuite de bien choisir ses tirs en phase offensive. On peut voir chez lui un profil « « 3 and D » si le D n’est pas synonyme de playmaker défensif et si on ne lui demande pas de switcher lors de ses premières années.

Hypothèses de sélections

🔹 PHILADELPHIA 76ERS (Premier tour – Pick 21) : Les sixers pourraient se laisser tenter par le profil de Joe, ce qui permettrait d’écarter le jeu et de laisser de la place à l’intérieur à Joel Embiid. Les sixers ont souffert d’un manque de spacing, Joe peut être une solution.

🔹 MILWAUKEE BUCKS (Premier tour – Pick 24) : Après l’élimination surprise par le Heat lors de ces « bubble playoffs », il va être temps d’apporter des solutions à Giannis si les Bucks veulent maintenir un espoir de le conserver lors de la free agency 2021. Les shooteurs du Wisconsin (Korver, Hill) commencent à être en fin de parcours. Joe pourrait être une solution de remplacement intéressante.

🔹LOS ANGELES LAKERS (Premier tour – Pick 28) : Même constat que pour les autres franchises. On a toujours besoin de shooteurs et Danny Green n’est pas éternel. Joe pourrait être un rookie de bonne facture dans un rôle de catch and shoot avec les caviars de Lebron James.

Desmond Bane

Desmond Bane credit : TCU Horned Frogs

Date de naissance : 25 juin 1998 Classe : Senior

Université : TCU (Big 12) Bilan : 16v/16d
Poste : Combo Guard (PG/SG)

Mensurations
Taille : 198 cm Poids : 98 Kg Envergure : 196 cm
(source : basketballrealgm.com)

Statistiques de la saison
32 matchs joués // 16,6 pts // 6,4 reb // 3,9 ast // 1,5 stl // 0,5 blk
36 min / match // 45,2% FG // 44,2% 3pts // 78,9% Ft // 2,3 To // 2,2 Pf

Celui que personne n’avait vu venir

Desmond Bane a un pare-choc solide, un physique plus proche du running back que du combo guard qu’il est actuellement à TCU. Cette carapace, c’est déjà mentalement et émotionnellement que Desmond se l’est construite. Lors de son enfance, sa sœur et lui furent placés chez ses grands-parents du fait de l’incapacité de sa mère à remplir son rôle. Plus jeune, il était touche à tout au niveau sportif : football, soccer mais surtout baseball et basketball. Malgré une grand-mère coach de baseball, Desmond choisira le basket. Bien qu’ayant des statistiques éloquentes à Seton Catholic High School (30 pts 11 rebonds 6 ast de moyenne ! ), école privée située à Richmond dans l’Indiana, les universités ne se sont pas bousculées pour enrôler Bane. Il a eu en fait deux propositions en Division 1 : Foreman et TCU. Il choisit la deuxième option. A son entrée à la fac, il était complètement passé sous les radars, aucun sites spécialisés n’avaient jugé bon de l’évaluer. Petite odeur de malaise 4 ans plus tard non?

Le « muscle » le plus développer n’est pas forcément celui qui est visible. 

Desmond Bane c’est avant tout un physique assez étonnant, plus proche physiquement de Grant Williams que de Ja Morant, alors qu’il joue bien sur le même poste que le rookie of the year 2020. Desmond rentre aussi dans la case « T-rex« , comprendre ici, des joueurs qui ont une envergure inférieure à leur taille. La technique de tir est elle aussi particulière, un shoot un peu « catapulté » avec un follow through très en avant de son corps qui fait un peu penser au geste du grand sniper Serbe Peja Stojakovic. Bien qu’un peu baroque, il semble très à l’aise avec sa mécanique de tir qui ne l’empêche pas de prendre des tirs en sortant de dribble. S’arrêter à des considérations « ésthetico-biologique » serait rater l’essentiel. Bane c’est avant tout, des deux cotés du terrain, un QI basket très au-dessus de la moyenne. Que cela soit dans le positionnement, les choix et la vision : Desmond joue juste. Son adresse extérieure en est un des témoins, en 4 ans de College le jeune homme tourne à 43,3% à 3pts. Il noircit un peu toutes les catégories statistiques, stats qui ont la particularité de suivre une progression assez linéaire. Bane dégage une sensation de contrôle permanent sur ce qu’il fait et semble mettre tout en œuvre en ayant pour seul but d’être efficace. Si vous aimez les « mixtape And 1 » et les dribbles chaloupés vous pourriez ne pas être sensible à ce type de profil, le garçon est plus dans un registre « duncanien ».

En creusant un peu on peut trouver quelques défauts. Tout d’abord dû à son physique atypique. Sa faible envergure peut être un frein à sa finition au cercle et à sa défense sur les lignes de passes. Même s’il semble NBA ready, Desmond manque un peu de vitesse au démarrage ce qui le pénalise aussi bien en attaque, pour éliminer son défenseur, qu’en défense lorsqu’il s’agit de défendre des joueurs plus explosifs que lui. Comme nombre de seniors, le potentiel de Bane semble assez limité du fait de son âge.

Desmond Bane a le profil parfait du role player qui dure dans la ligue. En résumé c’est un Combo guard, Nba ready qui amènera, instantanément ou presque, une valeur ajoutée des deux côtés du terrain à la franchise qui le sélectionnera.

Hypothèses de sélections

🔹 DALLAS MAVERICKS (Premier tour – Pick 18) : Dallas va vouloir franchir un cap cet été et cela passera sans doute par des profils un peu plus défensifs. J’imagine très bien la relation Doncic-Bane par séquence sous les ordres de l’excellent Rick Carlisle.

🔹 UTAH JAZZ (Premier tour – Pick 23: Là encore une équipe avec un fond de jeu bien identifié mais qui a souffert en défense malgré la présence de Rudy Gobert. Bane pourrait être un back up de choix à Mike Conley Jr. en remplacement de Mudiay en fin de contrat.

🔹 MILWAUKEE BUCKS (Premier tour – Pick 24: Visiblement les Bucks ont moyennement digéré le départ de Malcom Brogdon dans l’Indiana, ça tombe bien Desmond Bane est sans doute le profil qui se rapproche le plus du néo Pacers.

Retrouvez ici nos profils détaillés de la Draft NBA 2020 :

Draft 2020 Sleepers (1/4) : Leandro Bolmaro, Tyrell Terry, Devon Dotson

Precious Achiuwa
Tyrese Maxey
Tyrese Haliburton
Vernon Carey Jr.
Nico Mannion
Jaden McDaniels
James Wiseman
RJ Hampton
Onyeku Okongwu
Cole Anthony
Saddiq Bey
Obi Toppin
Isaac Okoro
Devin Vassell
Deni Avdija
Kira Lewis Jr.
Killian Hayes
Patrick Williams
LaMelo Ball
Aaron Nesmith
Josh Green
Théo Maledon
Isaiah Stewart

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :