Cyclisme Omnisport

Le Bilan du Tour de France 2/2 : Le couronnement du petit Prince Slovène

Ce Tour de France a mis fin à l’hégémonie Ineos. Il a permis de découvrir des talents et d’en consacrer d’autres. Les 176 coureurs du peloton (30 abandons au final) ont parcourus les 3484,2km à une vitesse moyenne de 40,22km/h. Les coureurs ont montré que c’est eux qui faisaient la course et non le parcours. La bordure est intervenue à Lavaur et non lors de l’étape entre les deux îles. Le Col de la Loze semble promis a un bel avenir pour les prochaines édition tant son ascension a offert de belles images. Aucun Français ne figure dans le TOP 10, une première depuis 2013. Malgré 33 représentants, l’Espagne et l’Italie n’ont remporté aucune victoire, du jamais vu depuis 1982 renforçant l’impression que les coureurs de l’Europe de l’Ouest ont eu du mal à se préparer pendant l’épidémie. Prouvant qu’il était plus qu’attendu, cette Grande Boucle abattu des records d’audience. Voici le bilan équipe par équipe made in CCS en commençant par les 11 équipes qui ont le plus réussie leur Tour.

Lotto-Soudal

Budget : 14 M
Gains : 38 650 euros
Coureurs au final : 5
Classement d’équipe : 22
Meilleur coureur : Thomas De Gendt, 52ème
Victoires d’étapes : 2

L’équipe a perdu 2 coureurs dès la première étape ce qui ne laissait rien présager de bon. Caleb Ewan remporte 2 victoires d’étape grâce à 2 sprints d’anthologie. Thomas de Gendt a tenté de s’échapper à plusieurs reprise sans pouvoir réitérer le même exploit qu’à Saint Etienne en 2019. L’équipe n’avait aucune vue sur le général et n’a jamais fait du maillot vert une priorité. Belle réussite tant les sprints ont été disputés et tendus.

B & B Hôtels-Vital Concept

Budget : 9 M
Gains : 39 330 euros
Coureurs au final : 7
Classement d’équipe : 16
Meilleur coureur : Pierre Roland, 18ème
Victoires d’étapes : 0

Aucune victoire d’étape mais beaucoup de volonté dans cette équipe ! Avant dernier budget, l’équipe Conti-pro a fait honneur à son invitation. Brian Coquard le sprinteur fait 7 top 10 (2ème plus gros total) et 4ème au classement par points, Quentin Pacher en fait 3 avec une présence régulière dans les échappées et Pierre Roland finit 2ème de l’étape remporté par Hirschi. Belle performance d’équipe qui donne espoir pour l’avenir de l’équipe. Les Men in Glaz méritent de revenir en 2021 même s’il manque la cerise de gâteau : une victoire d’étape.

EF Pro Cycling 

Budget : 10 M
Gains : 60 890 euros
Coureurs au final : 7
Classement d’équipe : 4
Meilleur coureur : Rigoberto Uran, 8ème
Victoires d’étapes : 1

Avec une telle équipe, difficile de ne pas être déçu. On attendait Higuita, il a semblé en difficulté malgré de bonnes choses avant de se faire faucher par Bob Jungels et d’être contraint à l’abandon. Une première expérience mitigée pour lui. Daniel Martinez remporte brillamment l’étape du Puy Mary en résistant à deux Bora. Ce tour de force nous force à en attendre plus de ce coureur qui a été ralenti par des fractures au poignet en 2019. Rigoberto Uran a semblé retrouver une seconde jeunesse avant de coincer en 3ème semaine. 8ème place au général pour lui. Bethiol, Carthy et Van Garderen ont semblé hors du coup. Seul Powless s’est démené pour être dans les échappées, sans succès pour lui. On était en droit d’attendre mieux de la part de cette équipe qui était belle sur le papier

Astana 

Budget : 17 M
Gains : 75 680 euros
Coureurs au final : 7
Classement d’équipe : 7
Meilleur coureur : Miguel Angel Lopez, 6ème
Victoires d’étapes : 2

Bilan honorable pour la formation d’Alexandre Vinokourov qui espérait sûrement un meilleur classement au général. L’équipe montre qu’elle a de bons baroudeurs en montagne et une belle maîtrise de la course sur ce type de parcours avec la victoire de Lutsenko au Mont Aigoual. Superman, qui s’est illustré par une belle cascade lors de la 1ère étape, remporte également l’étape Reine qui mène les coureurs au sommet du Col de la Loze. Au soir de cette étape il pouvait légitimement espérer un podium mais il s’effondre dans le CLM et finit finalement 6ème. Bon bilan même s’il reste un goût d’inachevé. Astana, sûrement déçue des contre performances du Colombien, a décidé de tourner la page Miguel Angel Lopez. Le coureur est encore jeune et va sûrement pouvoir retrouver rapidement une équipe

Deceuninck-Quick Step 

Budget : 18 M
Gains : 111 880 euros
Coureurs au final : 8
Classement d’équipe : 18
Meilleur coureur : Julian Alaphilippe, 36ème
Victoires d’étapes : 3

Le plus gros problème d’Alaphilippe ? Avoir terminé 5ème du Tour de France 2019 en ayant résisté pendant très longtemps. Par conséquent tout le monde attend de lui qu’il joue le général et qu’il porte à lui seul le cyclisme Français (le CS vous en parle dans un article qui lui est consacré). Il ne peut commencer une course sans qu’on le cite forcément en favoris. Soit il gagne, soit il déçoit. Malgré ça, Alaphilippe a attaqué la Grande Boucle de la meilleure des façons en gagnant la 2ème étape et en s’emparant du maillot jaune. Il le perd sur tapis vert pour un ravitaillement hors zone. Il va dès lors tout tenter et prendre des échappées dès que possible. Il va malheureusement être souvent à contre temps ou être un peu court physiquement pour réussir à gagner une nouvelle victoire. Dans le même temps, Bennett a pris le maillot vert et l’équipe va s’atteler à le défendre jusqu’à Paris. L’Irlandais clôture son Tour avec une victoire sur les champs Elysée. Il peut remercier son poisson pilote Morkov qui a été impériale tout au long des trois semaines pour le protéger et le positionner dans les sprints. Une année réussie pour la formation Belge !

Bahrain-McLaren

Budget : 16 M
Gains : 116 000 euros
Coureurs au final : 7
Classement d’équipe : 3
Meilleur coureur : Mikel Landa, 4ème
Victoires d’étapes : 0

Bilan qui peut paraître mitigé sur le papier, très satisfaisant au vu du déroulement de la course. Landa se voyait prétendant à la victoire finale comme avant chaque GT qu’il a couru. Poels et Colbrelli totalement hors du coup pour cause de chute pour le 1er. Caruso a été un bon équipier pour Landa a l’a souvent suivi en montagne. Landa a par moment fait rouler son équipe pour dynamiter la course m’a s’est vite retrouvé limité dans la dernière ascension concédant des secondes précieuses dans les arrivées au sommet. Landa est un top 10 assuré mais ne peut espérer plus pour le moment surtout avec Poels très loin du niveau qu’il avait chez Ineos. Une 4ème place au général, 3ème place par équipe, difficile d’être dur avec cette équipe même si on pouvait attendre mieux.

Sunweb 

Budget : 19 M
Gains : 119 660 euros
Coureurs au final : 8
Classement d’équipe : 1
Meilleur coureur : Marc Hirschi, 54ème
Victoires d’étapes : 3

Quand on a pas d’argent, on a des idées. Cette équipe qui n’a pas le plus gros budget a donné une leçon tactique sur beaucoup d’étapes. Marc Hirschi véritable révélation de ce Tour a pris part à 3 échappées et a réussi à gagner 1 étape. La première fois il est battu au sprint par Alaphilippe, la 2ème fois il doit s’incliner au sprint devant Pogacar et Roglic après un show de 90km. L’étape de Sarran est enfin la bonne, il attaque au bon moment et résiste à ses poursuivants. Il finit également 4ème du classement de la montagne. Soren Kragh Andersen s’est lui imposé à Lyon et Champagnole en étant d’abord opportuniste au moment de ses attaques puis véritable rouleau compresseur pour résister au retour du peloton. Et dire que Michael Matthews n’a pas été sélectionné au profit de Cees Bol qui a malheureusement déçu. Et pourtant le train Sunweb a été remarquable lors des arrivées au sprint comme sur l’Ile de Ré. Un véritable CLM par équipe dans la dernier kilomètre mais le sprinteur n’a pas réussi à faire mieux qu’une 2ème place. Le CCS vous parlais déjà des exploits de cette équipe que Romain Bardet va rejoindre en 2021. Marc Hirschi gagne également le prix du super combatif du Tour 2020, récompense amplement méritée au vu de ses trois semaines.

Movistar

Budget : 17 M
Gains : 138 790 euros
Coureurs au final : 8
Classement d’équipe : 1
Meilleur coureur : Enric Mas, 5ème
Victoires d’étapes : 0

2020 semble être une année de transition pour la Movistar. Valverde n’est plus tout jeune et ne semble plus pouvoir prétendre à mieux qu’un top 10 dans un GT. Il était la pour épauler Enric Mas encore un peu tendre malgré un podium sur la Vuelta. Pari réussi avec une belle 5ème place pour l’Espagnol qui devra franchir un palier pour pouvoir prétendre à plus à l’avenir. L’équipe remporte le classement par équipe pour la 5ème fois en 6 ans grâce à Soler, Valverde et Mas. Une nouvelle belle exposition pour l’équipe même si une victoire d’étape aurait fait du bien à la formation afin de compléter un bilan satisfaisant.

Trek-Segafredo 

Budget : 12 M
Gains : 165 150 euros
Coureurs au final : 7
Classement d’équipe : 6
Meilleur coureur : Richie Porte, 3ème
Victoires d’étapes : 0

Un début de Tour très encourageant avec la 2ème place lors de la première étape pour le Champion du Monde en titre Mads Pedersen. Il termine également 2ème de l’étape finale. Mollema et Porte les deux leaders pour le général semblent en jambes. Puis le désert jusqu’en troisième semaine avec entre temps l’abandon de Mollema. C’est alors que Richie Porte tel le Phénix qui renaît de ses cendres va faire une dernière semaine incroyable. Quatre top 10 dont une troisième place lors de dernier CLM et le voilà qui monte sur son premier podium en Grand Tour à 35 ans après avoir tant joué de malchance jusqu’ici. Sans ce podium, le Tour de la Trek aurait été vraiment insipide. Grâce à l’Australien, le bilan est inespéré.

Jumbo-Visma 

Budget : 20 M
Gains : 359 460 euros
Coureurs au final : 8
Classement d’équipe : 2
Meilleur coureur : Primoz Roglic, 2ème
Victoires d’étapes : 3

Personne n’aurait aimé être à la place de Roglic à l’arrivée de l’avant dernière étape. Cette 2ème place portera à jamais le signe de sa défaillance dans un exercice qu’il a tant dominé par le passé. Mais est-il totalement responsable ? Difficile de ne pas se poser des questions sur la tactique de la Jumbo de ne pas avoir écrasé la course dès qu’elle le pouvait plutôt que de grappiller des secondes à chaque arrivée au sommet. La victoire finale n’était pas acquise au début du Tour donc la 2ème place n’est pas honteuse bien au delà surtout accompagnée de la 7ème place de Tom Dumoulin. C’est la scénario qui laisse pantois. Comment, en ayant autant dominé pendant 19 étapes grâce à une équipe impressionnante, la Jumbo peut-elle laisser Roglic avec seulement 57 secondes sur un Pogacar qui n’a pas mis un coup de pédale jusque la. Le Col de la Loze a sûrement induit l’équipe en erreur en voyant Roglic reprendre du temps à son jeune cadet. Primoz finit avec 1 victoire et trois 2ème place. Wout Van Aert a lui confirmé qu’il est avec Mathieu Van Der Poel la star du cyclisme Belge. Déconcertant de facilité sur certaines montées, il a assuré le tempo pour l’équipe. Quand il en a eu le droit et l’occasion, il a fait régner sa loi sur les arrivées au sprint avec 2 victoires à la clé. Impressionnant et prometteur pour l’avenir de son équipe.

UAE-Team Emirates

Budget : 30 M
Gains : 623 930 euros
Coureurs au final : 6
Classement d’équipe : 9
Meilleur coureur : Tadej Pogaçar, 1er
Victoires d’étapes : 4

Et Pogacar a tout renversé ! Que dire tant l’issue de ce Tour de France est incroyable. Personne n’aurait pu prédire la victoire du jeune Slovène, encore moins qu’il écrase autant le seul CLM. 1’21 devant Tom Dumoulin qui n’est pas le moins bon dans cet exercice. Le Tour a commencé par une victoire inattendu d’Alexander Kristoff au sprint sur le déluge Niçois. Le premier tournant arrive lors de l’étape de Lavaur où le leader Slovène perd 1’21 en étant piégé dans la bordure. Non loin de se laisser abattre, le jeune homme attaque dès le lendemain et reprends 40’ à Roglic qui a préféré surveiller Egan Bernal. Pogacar perd coup sur coup Aru et Formolo sur abandon. On le croit alors affaibli par une équipe décimée. Il va alors adapter une tactique assez simple : suivre Roglic et l’attaquer dès qu’il le peut pour l’atteindre moralement. Il gagne ainsi au sprint devant Roglic à Laruns et au Grand Colombier. En début de troisième semaine il semble moins fort et montre des signes de fatigue notamment dans le Col de la Loze mais il n’arrive à céder que 17 secondes à Roglic. Il se contente de gérer cet écart en restant dans la roue de son compatriote Slovène jusqu’à la 19ème étape. La suite on la connaît, Roglic en perdition, Pogacar qui vole et emporte tout sur son passage. Maillot blanc, maillot à poids et le plus important, le maillot Jaune. Du jamais vu depuis Eddy Merckx. Il rejoint les Hinault, Fignon, Merckx comme vainqueur du TDF dès sa première participation, 2ème plus jeune vainqueur de la Grande Boucle. Il complète sa panoplie avec ses 3 victoires d’étape, huit top 10. Ce Tour de France 2020 restera dans les annales et même une semaine après, on a encore de la peine à réaliser l’exploit accompli !

Un premier Tour très encourageant pour le formation B&B seule lumière parmi les équipes Françaises. Lotto-Soudal s’est reposée sur son sprinteur de talent qui a répondu présent. La Quick-Step est allée chercher le maillot vert sur les épaules de Sagan de fort belle manière pendant qu’Alaphilippe s’est démené pour faire plaisir au public Français. La Movistar a fait dans le classique avec encore une victoire dans le classement par équipes. Devant il y a la révélation Sunweb, la seconde jeunesse de Richie Porter, l’échec au moment de conclure de la Jumbo et le show Pogacar qui a porté son équipe à lui tout seul. Vivement le Tour de France 2021 afin de voir Pogacar remettre son titre en jeu face aux revanchards Ineos-Grenadiers et Jumbo-Visma. Rendez-vous le 29 octobre pour la présentation du parcours 2021 qui partira de Brest

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :