Auto / Moto Formule 1

L’undercut du CCS – #1 : Qu’est ce que le permis à points ?

Après chaque weekend de Grand Prix de Formule 1, le CCS vous propose de traiter en détail une règle, une stratégie ou tout simplement un fait de course en rapport avec un événement marquant de la course, des qualifications ou des essais libres. Aujourd’hui, nous revenons sur un incident qui aurait pu coûter très cher au sextuple champion du monde, Lewis Hamilton.

Un peu de contexte

Samedi – Lors des qualifications pour la course, Lewis Hamilton parvient à prendre la pole position devant le néerlandais Max Verstappen et son coéquipier Valtteri Bottas. Jusque là tout va bien…

Dimanche – Lors des deux départs simulés avant la course, Lewis Hamilton (et Mercedes) se trompent d’endroit mettant en danger les autres pilotes comme l’a indiqué le directeur de course, Michael Masi, après la course : « L’endroit réservé aux simulations de départ est très spécifique au circuit, et détaillé dans les notes avant le Grand Prix […] En général, nous ne peignons pas vraiment d’emplacement, nous spécifions juste l’endroit. C’est un élément qui dépend vraiment du circuit. Je pense qu’aujourd’hui, c’était une simple erreur. » Une « simple erreur » qui coûte cher à Lewis Hamilton puisqu’au 16e tour de course et alors qu’il est largement en tête, la sanction tombe : 5 secondes de pénalités pour chaque départ simulés dangereux, soit 10 secondes de pénalités et étant donné qu’il ne s’est pas encore arrêté, il doit passer 10 secondes sans que les mécanos ne touchent la voiture lors du prochain arrêt, il terminera 3e de la course derrière Bottas et Verstappen. Mais finalement ce n’est pas ça le pire, en effet, en plus de cette pénalité le pilote britannique écope de deux points sur son permis à point, ce qui porte son total à… 10 points sur 12.

Lewis Hamilton lors du GP de Russie. (Getty Images)

Quelques heures après la course, la sanction est finalement déjugée et « réatribuée » à son équipe, Mercedes. L’erreur venant en effet d’une incompréhension entre le pilote et ses ingénieurs, l’écurie allemande écope d’une amende de 25 000€, un moindre mal pour le champion du monde.

Comment fonctionne ce permis à points ?

Imaginé lors de la saison 2013 et mis en place de manière officielle pour la saison 2014 par la FIA, ce permis à point a été instauré pour sanctionner diverses infractions en piste et fonctionne à l’inverse du permis de l’automobiliste lambda européen.

En effet, chaque pilote qui débute en Formule 1 démarre avec 0 point sur son permis. Le principe est simple, chaque infraction commise par un pilote en piste peut lui coûter entre 1 et 3 points (voire 5 en cas d’incident très grave), chaque point perdus pourra être récupéré un an après la faute commise, par exemple si un pilote perd 2 points lors du GP d’Allemagne (soit le 11 octobre 2020), il les récupèrera le… 11 octobre 2021. En revanche, si un pilote perd tout son quota de points en moins de 12 mois, il sera automatiquement suspendu pour la prochaine course. Il récupèrera de nouveau ses 12 points dès le Grand Prix suivant. Voici où en sont les pilotes de cette saison, à l’heure actuelle :

(zonef1.com)

On se rend donc compte que si Lewis Hamilton avait bien écopé de ces deux points sur son permis après le GP de Russie, le champion du monde en titre aurait été dans une position bien indélicate puisqu’il aurait été à deux petits points du GP de suspension. Cela étant, les prochains points qu’il pourra récupérer seront le 17 novembre prochain, soit dans quatre courses. Le pilote britannique devra se tenir à carreaux d’ici là, s’il ne veut pas compromettre son 7e titre mondial.

Qui sont les pire « bad boys » ?

Depuis 2014 et l’instauration de cette nouvelle règle, aucun pilote n’a encore écopé de ce fameux GP de suspension, pourtant plusieurs d’entres eux ont flirté avec cette sanction. En effet, treize pilotes ont accumulés 10 ou 11 points sur un an, parmi eux nous pouvons nommer Romain Grosjean, Max Verstappen ou encore Marcus Ericsson.

Gros crash lors du GP de Spa 2018. (François Lenoir/Reuters)

Voici le classement des pilotes ayant été le plus sanctionnés sur leur permis depuis 2014 :

1. Max Verstappen, Daniil Kvyat 23 points
3. Sebastian Vettel, Kevin Magnussen 22 points
5. Romain Grosjean 21 points
6. Marcus Ericsson, Sergio Pérez 18 points
8. Nico Hülkenberg 15 points
9. Lewis Hamilton, Kimi Raïkkönen 14 points
10. Carlos Sainz Jr 13 points

(Crédits photo de couverture : fia.com)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :