NHL Sport US

Sénateurs d’Ottawa : quelle stratégie pour le premier tour du repêchage 2020 ?

Alors que les joueurs du Lightning célèbrent encore leur victoire lors de cette Coupe Stanley si particulière, les regards se dirigent désormais vers l’intersaison 2020. Une saison morte qui s’annonce pleine de surprises, conditionnée par les effets de la pandémie comprenant le gèle du plafond salarial ainsi que l’incertitude sur la date d’ouverture de la saison 2021. Dans ce brouillard, les franchises et les observateurs se concentrent sur l’avenir proche, à savoir : le repêchage 2020. La franchise d’Ottawa jouera assurément les premiers rôles lors de cet événement qui peut être déterminant pour l’avenir de la franchise.

LES BESOINS DE LA FRANCHISE

Du potentiel mais chaque poste est défaillant

Selon un sondage réalisé en avril 2020 par le site silversevensens.com, la majorité des 458 votants ont indiqué que les Sens ont besoin, en priorité, d’un centre. La réalité est que toutes les équipes ayant accéder aux honneurs de la Coupe Stanley dans l’histoire récente, avaient dans leurs rangs un centre superstar. Les exemples sont nombreux, mais Jonathan Toews et Sidney Crosby sont les plus parlant.

Au centre :
Colin White, Josh Norris, et Logan Brown ont tous une chance de remplir ce rôle dans le futur, mais sont-ils capables d’exploser dans les deux prochaines saisons ? Si White a joué en première ligne une bonne partie de la saison dernière en réalisant des performances prometteuses et les autres qui se sont partagés les lignes derrières ont vraiment donné de belles satisfactions, des doutes planent encore, des doutes légitimes, sur leur capacité à devenir des centres de premier plan. L’acquisition d’un centre capable d’impacter le jeu des Sens dès sa première année est un ingrédient indispensable pour la réussite de l’équipe. Il faut sans hésitation que les Sénateurs se focalisent sur un centre très prometteur avec leur 3ème choix de repêchage.

Sur les ailes :
Bien évidemment, notre regard se porte au-delà de Brady Tkachuk et Anthony Duclair, deux ailiers qui incarnent le présent et l’avenir de la franchise. La question de la prolongation de Duclair n’est probablement qu’une formalité, et Tkachuk a montré le caractère nécessaire pour être un futur leader d’équipe et le chouchou du Canadian Tire Center. Drake Batherson est l’un des espoirs les plus excitants, sinon les plus excitants des Sénateurs, mais il n’y a pas grand-chose au-delà de cela au poste d’ailier droit. Les autres joueurs intéressants sont Jonathan Davidsson, Vitaly Abramov et Rudolfs Balcers, ces deux derniers étant gauchers et ont joué sur les deux côtés. De ces trois, Balcers est le pari le plus sûr pour se tailler une carrière dans la NHL et il ressemble à l’espoir le plus prêt de l’équipe dans la NHL au début de la saison avant de se blesser. Un ailier droit, lui aussi capable d’impacter le jeu dès sa première année, serait une belle option pour Pierre Dorian.

La ligne bleue :
Il faut trouver de la compagnie à Thomas Chabot. Bien que l’ajout de Jacob Bernard-Docker et de Lassi Thomson ait donné aux Sénateurs des options intéressantes du côté droit de la ligne bleue, il semble difficile de les imaginer sur le long terme avec le chandail des Sens. Il faut noter que Christian Wolanin et Erik Brannstrom, tous deux gauchers, ont de l’expérience sur le côté droit, eux aussi ne semblent pas être la solution pour aider efficacement la défense des Sens sur les prochaines saisons. Pour autant, la densité est présente ce qui permet à Ottawa de ne pas penser à la défense en priorité. Un acquisition lors du marché des agents libres est probablement la meilleure option.

Le gardien :
Les Sénateurs d’Ottawa ont un certain nombre d’options futures de gardiens de but. Quatre choix de repêchage ont été utilisés sur ce poste depuis 2015, ainsi que des joueurs acquis par le biais d’échanges et de signatures. Certains sont plus près d’atteindre leur potentiel que d’autres. Là aussi le vivier est grand : Kevin Mandolese, Joey Daccord,  et Filip Gustavsson. En ajoutant, le vétéran Anders Nilsson, le poste de gardien des Sens est très profond. Néanmoins, personne n’a encore l’étoffe d’un gardien numéro 1. Le seul peut-être qui peut se rapprocher de ce statut est probablement Marcus Hogberg. Il est le meilleur gardien des Sens pour l’avenir. Nilsson n’est pas une garantie absolue pour le présent de la franchise et si Dorion souhaite renforcer ce poste pour être efficace dès la prochaine saison, il se peut que les Sénateurs s’activent pour obtenir un gardien sur le marché après le repêchage. Les gros agents libres sont cette année du côté des gardiens, Ottawa peut clairement tenter le coup.

LE CHOIX N°3

Quinton Byfield ou Tim Stutzle ?

Les prochaines semaines s’annoncent cruciales pour les Sens avec en premier lieu, le repêchage 2020 qui se déroulera mardi et mercredi prochain, soit le 6 et 7 octobre. La franchise possède 3 choix au premier tour, 9 sur les trois premiers tours et 12 au total. Il y a quelques heures encore, les Sens disposaient de 13 choix, mais ils ont fait l’acquisition de Josh Brown, défenseur des Panthères de Floride contre un choix de 4ème ronde. Ce repêchage, annoncé de grande qualité, va sans aucun doute influencé le reste de l’intersaison de la franchise et peut-être même son avenir.

Si Alexis Lafrenière semble promis aux Rangers en première position, les deux autres places du podium du repêchage 2020 sont davantage disputées. Deux noms reviennent sans cesse, mais dans quel ordre Quinton Byfield et Tim Stutzle seront-ils appelés ? Avec leur troisième choix, les Sens ne sont pas maître de cette décision puisqu’ils devront attendre la sélection des Kings au deuxième rang avant d’annoncer le nom d’un des deux prodiges. Détrompez-vous, ce ne sera pas un choix « par défaut ». Byfield et Stutzle sont deux prospects de haut niveau, probablement numéro 1 de repêchage dans n’importe quelle autre année que celle-ci. Les avis divergent sur qui a le plus de potentiel entre ces deux futures recrues, mais tous les observateurs s’accordent sur le fait qu’une belle carrière en NHL s’annoncent pour eux. Leurs profils sont d’ailleurs consultables sur notre site. Et en terme en de profil, il semble que Quinton Byfield soit plus adapté aux besoins des Sens, et en toute honnêteté, à n’importe quelle franchise en reconstruction. Le directeur du CSB (Bureau Central du Scouting en NHL), Dan Marr, déclare à son propos :

Pour moi, c’est le Jean Béliveau de cette génération et je l’ai dit à maintes reprises. Il a la taille, la force, la vitesse, l’intelligence du hockey, les compétences, la détermination et la compétition. Il a tout ce dont vous avez besoin pour réussir et réussir en équipe.

Avec de telles comparaisons et une telle impression laissée chez l’élite du scouting, il est normal de voir les tendances annoncées que Byfield soit repêché en seconde position par les Kings. Ce centre exclusif de 193cm possède toutes les qualités pour combler l’un des secteurs défaillants des Sens : le centre. Mais ne pensez pas que Tim Stutzle est le choix du pauvre dans cette histoire. Riche de ses années en ligue professionnel allemande, Stutzle est l’un des joueurs les plus complets de cette cuvée avec un fort pouvoir de création, pour lui-même et pour ses coéquipiers. Et si le jeune allemand a joué au poste d’ailier avec Mannheïm, il peut tout aussi bien jouer au centre. Bien évidemment, il ne s’agit pas de son poste préférentiel mais si Stutzle est sélectionné au troisième rang par les Sens, il pourra très bien évolué à cette position.

Qu’importe qui les Kings sélectionnent en seconde position, les Sens ont l’opportunité de mettre la main sur un prospect de très haut-niveau capable, pour beaucoup d’observateurs, de rayonner en NHL à moyen ou à long terme. Au vue de l’avenir des Sens qui s’annonce aussi glorieux que lointain, le choix de Stutzle est peut-être le plus adapté, lui semble plus à même d’éclore tardivement dans cette ligue. Avec l’ajout d’un joueur du calibre de Byfield ou de Stutzle, l’effectif d’Ottawa prendra une nouvelle tournure, encore plus prometteuse. Aux côtés de Brady Tkachuk, Anthony Duclair, Colin White ou encore Josh Norris… L’attaque des Sens a de beaux jours devant elle. Un choix sans réelle pression pour Pierre Dorion qui est totalement soumis à la sélection des Kings de Los Angeles. Très bon résumé du DG des Sens aux micros de TSN :

Je pense que tout le monde sait ce que nous allons faire en 3, selon ce que LA et les Rangers font avant nous et ce joueur pourrait jouer pour nous dès le début de la saison 20-21. Je pense que c’est pourquoi nous étions si heureux lors de la soirée du repêchage, nous étions ravis parce que nous savons que nous avons un gars qui a une chance d’être une superstar dans cette ligue.

L’AVIS DE LA RÉDACTION :
Selon nous, les Sens devraient sélectionner Tim Stutzle en troisième position. Plusieurs explications : d’abord, il y a de grandes chances que LA optent pour le natif de Newmarket. Ensuite, Stutzle doit encore développer sa force physique ce qui indique qu’il lui faudra peut-être du temps pour atteindre son plein potentiel. Un temps que le projet des Sens semble pouvoir accorder à l’Allemand. Enfin, grâce à son style, il peut aussi bien évoluer au poste de centre qu’à celui d’ailier. Une polyvalence et une force créative qui peuvent parfaitement s’adapter avec notre hypothèse de sélection en cinquième choix pour les Sénateurs.

LE CHOIX N°5

Un coup de cœur ou un coup de poker ?

Les Dieux du hockey ont donné aux Sens un deuxième choix dans le top 5 du repêchage 2020. Une véritable opportunité pour Ottawa qui, avec ses deux choix, possède de nombreuses options : sélectionner le meilleur talent disponible, effectuer un transfert pour descendre dans le repêchage ou même, moins réalisable selon le CCS, attirer une superstar pour changer l’avenir de la franchise à court terme. Mais, ce choix n°5 place également le DG des Sens davantage sous pression que le choix n°3.

Des équipes qui disposent de plusieurs choix à la première ronde, c’est fréquent. Mais avoir deux choix si proches et si haut, c’est une chose rare en NHL. Une première en 20 ans. La dernière fois qu’une équipe a eu deux choix parmi les cinq premiers, c’était le repêchage 2000, lorsque les Islanders de New York ont ​​choisi le gardien Rick DiPietro n° 1 et l’attaquant Raffi Torres n° 5. Au repêchage 1999, les Canucks de Vancouver ont pris les attaquants Daniel Sedin et Henrik Sedin avec les choix 2 et 3. Lors du repêchage 1997, les Islanders ont choisi le gardien Roberto Luongo n° 4 et le défenseur Eric Brewer n° 5. Au repêchage de 1988, les Nordiques de Québec ont obtenu le défenseur Curtis Leschyshyn avec le choix n° 3 et l’attaquant Daniel Dore avec le n°5.

Selon le scénario où les Sens conservent leur 5ème choix, la sélection des Red Wings sera là-aussi déterminante. Selon les dépisteurs de la NHL, notamment Dan Marr (présenté plus haut) et Craig Button (directeur du scouting chez TSN), le DG de Detroit, Steve Yzerman, se dirige vers le défenseur Jamie Drysdale, joueur des Loutres d’Érié en OHL. Il ne s’agit pas d’une certitude, bien évidemment. L’autre option pour les Wings serait Cole Perfetti, le centre du Spirit de Saginaw en OHL aussi. Deux joueurs qui pourraient bien intéressés les Sens, mais il existe d’autres options en 5ème choix. Nous avons sélectionné six, comprenant les deux favoris pour partir chez les Wings : Drysdale, Perfetti donc, ainsi que Lucas Raymond, Marco Rossi, Alexander Holtz et Jake Sanderson.

👶 Jamie Drysdale, défenseur (Loutres d’Érié – OHL)
Construit dans le moule des défenseurs modernes, le joueur des Loutres possède un réel sens du but et une rapidité impressionnante. Même si la perspective de voir une paire Drysdale/Chabot peut faire saliver les partisans des Sens, la compatibilité des deux défenseurs ne semble pas apporter la polyvalence souhaitée par DJ Smith. Un gabarit plus imposant et plus axé sur le combat physique serait plus complémentaire. Il semble logique que les Sénateurs passe Drysdale si ce dernier n’est pas sélectionné par Détroit.

👶 Cole Perfetti, centre (Spirit de Saginaw – OHL)
Il a le profil du facteur X. Créatif et très intelligent avec le disque, Perfetti a vu sa côte augmenté au fur à mesure de sa deuxième saison en OHL. Ce sens du jeu lui permet de compensé son déficit physique (177cm) même si cet élément pourrait jouer en sa défaveur au niveau supérieur. Perfetti peut être une option pour les Sens s’ils souhaitent renforcer le centre de leurs lignes. Trop d’incertitudes en revanche sur son éclosion en NHL.

👶 Lucas Raymond, ailier (Frölunda HC – Suède)
Grosse polyvalence offensive avec beaucoup de style et de vivacité. Créatif et dangereux dans les situations les plus difficiles, Raymond est probablement le meilleur ailier de cette cuvée si on considère Stutzle comme un centre. Dans un style à la Mitch Marner, Raymond va séduire la NHL. En revanche, les ailes sont déjà bien remplies du côté des Sens. Peu de chance de le voir porter le chandail d’Ottawa.

👶 Marco Rossi, centre (67’s Ottawa – OHL)
L’Autrichien est un briseur de jeu extrêmement dynamique. C’est le genre de joueur que vous voulez sur la glace lorsque vous avez besoin d’un but ou que vous voulez gagner la partie. Il a l’intelligence pour lire la situation, comprendre ce qui doit être fait, puis il a les outils et les moyens pour réussir. Dan Marr explique que Rossi lui rappelle un certain Artemi Panarin, rien que ça. Rossi a tout pour devenir l’Autrichien repêché le plus haut en NHL. Avec ses compétences, il sest parfaitement compatible avec une équipe des Sens qui manque de réel buteur au centre, sur la première comme sur les autres lignes. Tout dépendra de qui Ottawa repêche en n°3.

👶 Alexander Holtz, ailier (Djurgårdens IF – Suède)
Deuxième suédois de cette liste, signe d’une nouvelle belle génération pour le pays scandinave. Buteur exceptionnel avec un tir de loin d’une grande précision, Holtz possède un filet vraiment impressionnant. Même autour des cages, il est redoutable. Son champ offensif est très large ce qui le rend difficilement défendable. Ce buteur naturel, qui pour certain rappelle un jeune Filip Forsberg, pourrait très bien convenir aux Sens.

👶 Jake Sanderson, défenseur (Université du Dakota du Nord – NCAA)
Classé deuxième meilleur défenseur de cette classe derrière Drysdale, Sanderson représente le profil d’une défenseur plus complet peut-être que le joueur des Loutres. Du haut de ses 186cm, Sanderson n’est pas aussi productif en attaque que son concurrent mais il a un réel potentiel. Son jeu défensif est vraiment intéressant et pourrait bien être un bon complément pour Chabot sur la première ligne future des Sens. Si Dorion souhaite accès son choix n°5 sur un défenseur, Sanderson a le profil.

L’AVIS DE LA RÉDACTION :
Si l’on s’en tient à notre premier avis sur le choix n°3, les Sens devraient, selon nous, sélectionner Marco Rossi en cinquième position. Plusieurs explications : d’abord, il faut absolument que les Sénateurs repartent de ce repêchage en ayant renforcer le centre de son attaque. Rossi est un véritable centre créateur et décisif, capable d’apporter dès sa première année. Ce choix numéro 5 est vraiment difficilement prédictible. Rossi, Holtz et Sanderson tiennent la corde selon nous. Chacun à son talent propre et chacun pourrait apporter beaucoup aux Sens.

Nous avons évoqué uniquement le scénario selon lequel Ottawa conserve son 5ème choix. Il faut savoir qu’il n’est pas impossible de voir les Sens échanger ce rang contre un autre, un peu plus bas, probablement toujours dans le Top 10. Dans ce cas, une équipe comme le Wild ou les Devils seraient probablement avec leurs choix 9 et 7. Dans cette optique, les Sens pourraient glisser dans ce repêchage et obtenir une belle compensation.

LE CHOIX N°28

Une belle monnaie d’échange ?

Dans ce repêchage de grande profondeur, les Sens pourraient très bien avoir un talent prometteur au 28ème rang à disposition. Des espoirs comme Dylan Holloway, Mavrik Bourque, Kaiden Guhle et Lukas Cormier pourraient intéresser Pierre Dorion. Mais si le DG a une cible, un coup de cœur, il devra essayer de monter avec ce choix 28 dans la balance. Au contraire, sans réelle coup de cœur, on voit bien les Sens descendre, ou simplement tenter un pari en conservant leur choix.

Le directeur général Pierre Dorion n’est pas étranger aux échanges le jour du repêchage. Lors de celui de 2016, il a échangé une place, offrant le 12e et le 80e choix aux Devils du New Jersey pour le 11e choix au total. Avec ce rang, Ottawa a sélectionné Logan Brown et les Devils ont sélectionné Michael McLeod au 12e rang et Brandon Gignac au 80e. Une transaction dont on peine encore à voir les retombées. En utilisant cet échange comme modèle, nous pouvons estimer le coût pour progresser au repêchage. Les Sénateurs ont les choix, notamment ceux du deuxième tour, pour faciliter l’ouverture de négociations. Mais alors qui serait prêt à faire un commerce avec les Sens ?

Progresser dans le repêchage :
Si Dorion souhaite à tout prix un joueur annoncé en deuxième partie du premier tour, il faut cibler les équipes disposant d’un choix entre la 20ème et la 25ème position. Ainsi, les Devils, les Blue Jackets de Columbus, les Rangers de New York, les Flyers de Philadelphie, les Capitals de Washington et l’Avalanche du Colorado sont dans cette tranche. Les Caps sont probablement les plus à même d’être à l’écoute d’un appel de Dorion. De toutes les équipes répertoriées, elles ont le moins de choix avec cinq et surtout, aucun choix de deuxième tour. Si Washington est intéressé, les Sénateurs pourraient sauter de quatre places au 24e rang. Dans ce scénario, les Sens grimpent de quatre positions ce qui leur donne l’opportunité de sélectionner un espoir à plus haut potentiel, comme Hendrix Lapierre ou Jacob Perreault, qui pourrait ne pas être disponible en 28. Le coût de la progression inclura probablement le 28e choix, soit le 33e ou le 52e et, peut-être un autre choix de fin de ronde. Progresser considérablement est risqué. Les Sens feront probablement ce mouvement seulement s’ils sont certains que le joueur disponible est l’acteur qu’ils veulent dans leur organisation. Si le joueur ciblé tombe au 20e ou plus tard, Dorion prendra le risque.

Descendre dans le repêchage :
La dernière fois que les Sénateurs ont baissé, ils ont obtenu une bonne valeur ajouté. En 2018, ils ont échangé le 22e choix aux Rangers (K’Andre Miller) pour les 26e et 48e choix. Descendre de quatre places leur a permis de sélectionner Jacob Bernard-Docker et Jonny Tychonick. Si les Sénateurs se retrouvent avec leurs principaux joueurs ciblés hors d’atteinte, ils ont la possibilité de négocier et ils ont les atouts pour maximiser leur valeur ici. Leur premier choix de deuxième tour a le potentiel de sélectionner un talent de premier tour qui est passé sous les radars. Si la franchise estime qu’elle peut obtenir une meilleure valeur en négociant à la baisse qu’en montant, elle peut se réserver cette option.

En raison de leur flexibilité dans ce repêchage, les Sens peuvent simplement laisser les choses en l’état. Même si leur cible n’est pas disponible, ils peuvent se permettre de l’atteindre. Si, 28e au général, les Sens estiment que Lukas Reichel ou Alexander Pashin peuvent en valoir la peine, ils sont en mesure de prendre un risque. Peu importe la façon dont les Sénateurs décident d’utiliser leur choix, ils le feront en position de force. S’ils échangent à la hausse, à la baisse ou font simplement la sélection, le repêchage 2020 sera un gros coup de pouce pour une équipe composée de nombreux talents. Nous vous conseillons de lire cette article de The Hockey Writers sur les 5 cibles potentiels des Sens avec ce 28ème choix.

L’AVIS DE LA RÉDACTION :
Selon nous, les Sens devraient essayer de monter aux alentours de la 20ème place grâce à leur 28ème choix et un second tour. Il se peut que des joueurs prometteurs comme Jeremie Poirier, Justin Barron ou s’ils sont encore disponible (d’où l’intérêt de monter) des défenseurs comme Braden Schneider ou Kaiden Ghule. Dans tous les cas, on voit bien Pierre Dorion tenter de monter avec sa grosse palette de choix de deuxième et de troisième ronde.

Vous l’aurez compris, comme souvent dans un repêchage, les choix seront déterminés par ceux des autres. Si LA opte pour Byfield, l’Allemand Tim Stutzle endossera le chandail des Sénateurs d’Ottawa. Un choix qui conditionne le reste du repêchage de Pierre Dorion &co puisqu’avec un centre exclusif comme Byfield, les sélections suivantes seront peut-être plus simple. De manière brève, au CCS, on pense que si les Sens prennent Byfield, un joueur comme Holtz serait idéal. Dans le cas inverse, avec Stutzle en 3, un centre de qualité comme Rossi serait la meilleur option. Pour le reste, un défenseur est indispensable pour les Sens au cours de ce premier tour. Une futur star, un centre de talent, et en défenseur pour épauler Chabot ? Ce repêchage 2020 s’annonce déterminant pour le futur d’Ottawa. Un repêchage qui conditionnera également le marché des agents libres pour une franchise qui doit prolonger ses jeunes joueurs avant de penser recrutement, notamment au poste de gardien de but.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :