NFL Sport US

NFL : Texans, Opération déconstruction

Lundi 5 Septembre, aux alentours de 23H00 heure française, la nouvelle tombe. Bill O’Brien est démis de ses fonctions chez les Texans de Houston. Bill O’Brien, que nous appellerons communément BOB, était depuis maintenant plus de 6 ans le Head Coach de la franchise texane. Il entamait sa septième saison avec une autre casquette celle de General Manager qu’il occupait officieusement en 2019, tout en gardant son boulot d’entraineur. Seulement, après 4 semaines de compétition, BOB est mis à pied et le constat est simple : l’équipe est en train de couler lentement. Un travail herculéen attend les nouveaux coachs et GM de la franchise. Un travail qui ouvre des pistes de réflexion.

Que reste-t-il de BOB ?

Avant d’entrer dans le vif du sujet, un petit préambule est nécessaire. Il sera question ici de juger le travail effectué en tant que GM par BOB. Nous ne jugerons pas le coach qu’il était (même si beaucoup de points intéressants restent à soulever).

Bill O’Brien n’a passé qu’une seule année à la tête du comité directif des Texans et durant cette année les transactions, choix de draft, trades et extensions de contrat ont été synonyme de maux de têtes pour les supporters texans. Parmi ses faits d’armes, BOB a réussi à obtenir l’échange de Laremy Tunsil (OT) en provenance de Miami au tout début de la saison 2019. Move intelligent pourrait-on penser dans un premier temps, en effet, la OL des Texans fut désastreuse en 2018 le Quaterback Deshaun Watson encaissant un record de 62 sacks. Le problème n’était pas le trade qui en soit était légitime, le problème vient de la contrepartie. En effet BOB a envoyé aux Dolphins deux premiers tours de draft (2020 et 2021) et un second tour (2021). Un échange désastreux quand tout le monde savait que Miami cherchait à trade son joueur pour reconstruire sur le long terme.

Mais l’histoire serait encore trop belle si elle s’arrêtait là. Le même jour, Bill O’Brien refait parler de lui et décide d’échanger Jadeveon Clowney, un homme fort de son front seven, aux Seahawks de Seattle. Et cela contre… un troisième tour de draft 2020 et deux joueurs inconnus. Masterclass de la part de BOB qui troque le premier choix de la draft 2014. Certes le defensive end rentrait dans sa dernière année de contrat rookie, mais son apport non négligeable dans la défense des Texans pouvait justifier une extension honnête pécuniairement parlant. Ce trade ne reste pas la plus grosse erreur de BOB.

Jamais deux sans trois, comme le dit un vieux dicton. L’adage a encore été vérifié. Un peu moins d’un an après, ce 1er septembre spécial pour la franchise texane, coup de tonnerre. Deandre Hopkins l’un des tout meilleurs wide receiver de la NFL est échangé aux Arizona Cardinals. Le monde football est pendu aux lèvres ou plutôt aux tweets d’Adam Schefter pour connaître la compensation qui se veut mirobolante. Il n’en sera rien.

Hopkins est envoyé en Arizona en échange de David Johnson, d’un 2nd tour de draft 2020 et d’un 4ème de 2021.

L’intégralité du gros contrat de David Johnson est pris en charge par les Texans (10M$) et vient s’ajouter aux salaires exubérants des autres joueurs de la franchise.

Ce n’est pas fini, pour remplacer Hopkins, BOB a l’intelligence de faire venir Brandin Cooks contre… un 2nd tour. Brandin Cooks est connu pour avoir une santé fragile cumulant déjà 4 commotions graves. Et surtout, Cooks a un contrat courant jusqu’en 2023 à 12M$ par an.

Tous ces mouvements pourraient nous faire croire que BOB avait de la suite dans les idées et espérait créer de la marge dans le cap space, pour ensuite jouer avec les contrats et flairer les bons coups à la Free Agency. Encore une fois, c’est un échec sur ce point-là pour Bill. Après une première saison décevante, Tunsil est resigné sur 3 ans pour 66M$ dont 50M$ garantis, faisant de lui le Tackle le mieux payé de la ligue. Vient derrière une signature attendue, celle de Watson, le franchise quaterback. Le 7 septembre dernier, Deshaun Watson signe pour 174,5M$ jusqu’en 2025, contrat qui prendra effet l’an prochain (On ne peut pas enlever à BOB que cette signature était nécessaire). Viennent s’ajouter à cela les contrats de Johnson et Cooks. Mais aussi les 13M$ de Mercillus à 31 ans, les 16M$ de Watt au même âge, Will Fuller dans sa dernière année de contrat et qu’il faudra resigner aux alentours des 10M$.. Bref aucune échappatoire n’est possible pour BOB.

Bill O’Brien a donc laissé en partant de gros problèmes à régler pour son/ses successeurs. Plusieurs voies sont possibles pour redresser le trajet des Texans qui pour le moment se dirige vers une implosion en plein vol.

La manière douce :

Ce scénario est certes le moins fantaisiste mais semble le plus plausible. Il faudra donc faire avec ces trades ratés, ces contrats trop gros et attendre 3 voire 4 ans avant de repartir sur une reconstruction saine. Tout n’est pas à jeter dans l’effectif des Texans. Watson est là pour longtemps, Tunsil peut retrouver un niveau convenable si ce dernier freine sa passion pour les faux-départs et le front seven, bien que vieillissant, est toujours solide. Les Playoffs ne seront sûrement pas au rendez-vous mais le groupe pourra grandir ensemble en ajoutant de petites pièces intelligemment. Il faudra surement revoir complétement ce cortège de receveurs, laisser partir libre Fuller et Stills en 2021 et Cobb en 2022. De même les cornerbacks n’ont pas montré une assurance suffisante pour espérer être signés sur le long terme. Au revoir Robi, Conley et Hargreaves courant la même période. Si la possibilité de trade ces joueurs se présente, ne serait-ce pour pas grand-chose, cela sera un moindre mal.

L’avantage de ce modèle est non négligeable. Il permet d’exécuter des mouvements sur des périodes courtes, de garder les forces en présence et d’éliminer au compte-goutte les rejetons de BOB. Cependant ce modèle est lent, et un réel changement de dynamique prendrait des années. Car les Texans sont l’équipe qui dépense le plus de monnaie dans le salaire des joueurs cette année (248M$). Mais, en 2021 ils seront 4ème avec 163M$ et en 2022 de nouveau premier avec 152M$. Bien sur les choses ont le temps de changer. Mais sans mouvements viables possibles à la draft, avec des contrats longs et chers cette méthode semble aller à l’encontre d’une route pavée de succès. Le tout en gâchant le prime de Watson.

La manière forte :

Âmes sensibles texanes, s’abstenir.

Ce deuxième scénario est sans doute irréalisable. Mais la piste doit être creusée, mise en lumière et permettre d’ouvrir à la réflexion.

Les Houston Texans n’ont pas de marge dans leur salary cap, pas d’assets pour la prochaine draft et ils manquent de joueurs d’envergures. Une solution existe, la solution choc. Trade tous les joueurs possibles de votre équipe et repartir sur une reconstruction par la draft et par la Free Agency. Les Dolphins en sont l’exemple parfait. Cette première année de reconstruction est pour le moment une réussite pour eux. Ils ont bâti leur défense en Free Agency et leur attaque par la draft. Pourquoi ne pas faire de même en inversant attaque et défense pour les Texans ?

Pour commencer regardons les échangeables du côté de Houston. Comme précisé auparavant, le groupe de WR doit être trade dès que possible. On peut espérer un 4ème tour maximum vu la situation contractuelle de Fuller, mais il faudrait qu’il soit échangé dès maintenant avant de terminer en FA. Difficile de retirer quelque chose de Stills et Cobb. Tunsil aussi pourrait être échangé à la fin de la saison. Même si son contrat est élevé il reste flexible car courant sur une période de 2 ans seulement (à la fin de la saison). Les Texans pourraient récupérer au maximum un 1er tour pour cet échange. Difficile de faire plus en attaque. En défense, la solution doit être radicale. Les joueurs doivent être échangés au plus offrant, y compris Watt, Cunningham et Mercilus. Ces trois-là pourraient apporter des picks de draft de premier et de deuxième jour sans aucun doutes. Il faudrait aussi discuter du cas Reid en détail mais le garder semble être une bonne option.

Quid de Watson ? Dans un redressement sur deux ans, il semblerait que garder Watson soit plus que nécessaire. Maintenant si une équipe arrive avec une offre exorbitante comprenant plusieurs premiers tours, que faire ? Il ne faut pas oublier que Watson a dans son contrat une no trade clause qui l’empêche d’être échangé si ce dernier ne le veut pas. Gardons donc Watson.

Ces tours de draft récupérés permettront une reconstruction profonde de la défense et une amélioration de l’attaque. On peut imaginer les Texans monter pour aller chercher le prospect générationnel Penei Sewell (OT, Oregon) dans les trois premières places de la draft 2021. Ainsi le poste de Tunsil serait remplacé. Sur l’intérieur de la ligne les Texans pourront faire confiance à Charlie Heck drafté l’an dernier. Mais je pense que le bon mouvement serait pour eux d’aller chercher le Linebacker Micah Parsons (Penn State), ou à moindre mesure Chazz Surratt (NC State) et Jeremiah Owusu-Koramoah (Notre-Dame). De viser les bons Defensive Backs qui peuvent tomber aux second et troisième tours tel que Paris Ford (Pitt), Andre Cisco (Syracuse), Paulson Adebo (Stanford) ou encore Asante Samuel (Florida State). La draft 2022 regorgera plus de talent sur le pass rush, les Texans peuvent espérer un Kayvon Thibodeaux dans le premier tour. Les picks du dernier tour serviront à choisir des receveurs qui apporteront au système offensif.

Et pour le reste de l’attaque et les quelques pièces manquantes, la solution se trouve en Free Agency. En 2021 et 2022 les Texans pourraient aller chercher un top WR parmi Allen Robinson, Davante Adams, Tyler Lockett… Ils pourraient aussi amener de l’ancienneté sur les lignes offensives et défensives avec par exemple De Castro, Paradis ou encore Kerrigan, Dunlap, HicksZack Ertz devrait ne pas être resigné par les Eagles avec la présence de Goedert et pourrait être une cible de choix.

Une reconstruction en passant par la déconstruction de l’équipe pourrait être une excellente initiative pour le futur de la franchise, que ce soit sur le moyen et long terme. Cette décision n’est jamais facile à prendre certes et le scénario proposé ressemble à une utopie. Tout ne se passera pas comme il est décrit. Cependant la solution pour rayer définitivement le problème « GM Bill O’Brien » est bien celle-là. Le futur attend les Texans, nous, nous attendons leurs réactions.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :