Basket Basket Féminin Féminines

WNBA finals 2020 : Le Storm puissance 4 ! Seattle sacré !

Cette nuit se déroulait le Game 3 des WNBA finals. Le Storm menant 2-0 partait favori et le moins que l’on puisse dire c’est que Seattle n’a pas fait dans le détail. Une « atomisation » en bonne et due forme, c’est ce que les coéquipières de Stewart et Bird ont infligé à des Aces surclassées. Analyse d’un match à sens unique.

Les Aces font illusion un quart temps

A l’instar du game 2 c’est les Aces qui démarrent tambour battant dans ce match en infligeant d’entrée un 7/0. Mieux les joueuses de Bill Lambeer arrivent a provoquer 2 fautes rapidement de Howard, le pivot du Storm. Les Aces abreuvent A’ja Wilson de ballons, tactique payante la récente MVP score 14 points à 5/9 lors des 10 premières minutes. Coté Seattle, même si on balbutie un peu son basket et que le rebond n’est pas verrouillé, pas de signe d’affolement. Mercedes Russell assure en back up de Natasha Howard et Jordin Canada, la sophomore, apporte immédiatement de l’aggressivité en sortie de banc. Breanna Stewart n’est pas en reste, tout en sobriété elle marque 11 pts à 100% mais prend aussi 2 fautes. De façon un peu surprenante et malgré un bon quart temps des Aces c’est bien le Storm qui est en tête 23-21.Début du deuxième quart temps les choses continuent de pas trop mal se passer pour les Aces, Stewart prend sa 3ème faute, Kloppenburg est alors obligé de bencher sa star jusque à la mi-temps. Malgré ce coup du sort favorable, Vegas n’en profite pas, pire, l’écart se creuse en faveur de Seattle. Vegas enchaîne à la fois les pertes de balles (11 à la mi-temps) et la maladresse aux tirs à l’image de leur leader A’ja Wilson incapable de scorer dans ce deuxième quart. Une mauvaise nouvelle n’arrivant jamais seule, la MVP 2020 fait sa 3ème faute juste avant de rentrer au vestiaire. Le Storm, s’adapte lui à l’absence de sa star, pression défensive plus intense et plus de travail en attaque en allant au bout des possessions. En obligeant les Aces à défendre longtemps les joueuses du nouveau Mexique s’usent et font des fautes. Jewell Loyd se met en évidence, Seattle mène alors confortablement de 9 pts à la fin du premier acte : 43/34.

Jewell Loyd a été précieuse avec 19 pts à 50 % FG lors du match 3 crédit : Chicago Tribune

Une estocade en 240 secondes

Trois grosses possessions d’avance c’est donc l’écart au retour des vestiaires. Rien ne semble perdu pour Vegas, d’autant que dans les matchs précédents les Aces ont montré qu’elles pouvaient réaliser des runs. Les coéquipières de Wilson rentrent très mal dans ce deuxième acte et encaisse un 12/2 lors des 4 premières minutes. De cet éclat, Vegas, ne s’en relèvera pas. L’écart est trop grand, le moral est touché. Le body langage des joueuses de Bill Lambeer en dit long, le rêve de titre s’évapore inéxorablement. Stewart se charge de finir le travail au scoring (26 pts en 24 minutes), Kloppenburg s’offre le luxe de sortir Sue Bird définitivement 2 minutes avant la fin du 3ème quart temps, 75/48, la messe est dite. Les dernières dix minutes seront un grand garbage time sans grand intérêt, qui ressemble pour les Aces à une interminable agonie. 92/59 score final, les Aces perdent la série 3-0, Seattle était tout simplement trop fort!

Comme en 2018, Stewart élue MVP des Finals crédit Sport USA

Seattle Champion silencieux

C’est dans un silence assourdissant et perturbant que se déroulera la cérémonie des récompenses. A l’issu du match Jewell Loyd sera interviewé, évidemment ravie de la victoire des siennes. Elle dédiera ce titre, non sans émotions, à toutes les victimes du crash d’hélicoptère dans lequel se trouvait Kobe et Gianna Bryant le 26 janvier dernier, elle qui comme l’icone de L.A. arbore le numéro 24. Une fois le trophée remis, Sue Bird s’exprimera en première, elle qui remporte son 4ème titre WNBA après ceux de 2004, 2010 et 2018, tous acquis avec le maillot du Storm. Alors que la meneuse louait les qualités de son équipe et de sa franchise, on entendait ses coéquipières l’appeler « Goat », ce qui lui provoqua un sourire gêné. Le MVP des WNBA Finals fut attribué, sans aucune surprise, à Breanna Stewart, elle qui tourne sur ces finales à 28 points par matchs, 62 %FG et un coquet 60 % à 3 points sur 20 tentatives. « Stewie » lors de ce match devient aussi la seule joueuse de l’histoire de WNBA à avoir scorer au moins 20 points lors de 6 matchs de finales.

Avec ce nouveau titre le Storm de Seattle devient une des franchises les plus titrées de WNBA en compagnie des Lynx du Minnesota et des Comets de Houston (franchise qui n’existe plus depuis 2008) avec 4 sacres. Cette victoire c’est aussi la fin d’une saison passée entièrement dans la Wubble depuis le 25 juillet dernier. Merci mesdames pour le spectacle et les émotions. A l’année prochaine, pour la saison 2021 de WNBA, placée sous le signe (espérons-le) du retour à la normale.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :