NFL Sport US

Le Tailgate du CCS – Week 5 : entre virus et ouragan, les éléments se déchaînent

Avant le premier match de la semaine, les rédacteurs football américain du CCS vous proposent leur vision de la journée NFL à venir. Un match à voir, les joueurs ou équipes qui doivent confirmer, rebondir ou qui peuvent rencontrer des difficultés, les pronostics et le pari de la rédaction. La preview avant la bataille, c’est le Tailgate du CCS.

Le match à suivre : Seattle Seahawks vs. Minnesota Vikings

Il n’y a pas si longtemps de cela, beaucoup auraient rigolé à l’annonce d’une rencontre Seahawks vs. Vikings en tant que match à suivre. Ne serait-ce que la semaine dernière, les deux formations avaient des bilans aux antipodes (3-0 pour les Seahawks et 0-3 pour les Vikings). Mais depuis, la situation s’est quelque peu amélioré du côté du Minnesota, les hommes du nord ont su glaner leur première victoire contre une formation Texane, entérinant le départ attendu de Bill O’Brien. Lors de ce dernier match les violets et or ont montré un tout autre visage, notamment leur quaterback, Kirk Cousins, réalisant une fiche de stats honorables (16/22, 260 yards, deux touchdowns) bien loin de sa performance catastrophique de la Week 2 contre les Colts.

Cousins s’est ressaisi mais ce n’est pas tout, nous assistons depuis maintenant 4 semaines à l’éclosion d’une possible futur star. Le wide receiver Justin Jefferson, drafté au premier tour de la dernière draft, a fait parler de lui plus d’une fois et reste sur deux matchs où son talent était à l’honneur. La preuve en est, il est aujourd’hui le rookie le mieux gradé par PFF ainsi que le 4e receveur de la ligue avec une note de 90,6. De même les Vikings pourront compter sur l’homme du club Adam Thielen pour les faire avancer dans les moments difficiles.

Enfin, offensivement les Vikings sont complets avec leur star au poste de running back, Dalvin Cook. C’était d’ailleurs un des joueurs qui nous a le plus impressionné la semaine dernière avec ses 130 yards et deux touchdowns à la course. Pour en savoir plus vous pouvez écouter notre podcast NFL qui relate les derniers faits d’armes en NFL.

L’attaque des Seahawks n’a pas à rougir non plus, loin de là. Wilson évolue à un niveau stratosphérique depuis le début de la saison et ne montre aucun signe de faiblesse. Sa ligne lui donne cette saison un peu plus de temps ce qui lui permet de trouver tous ses receveurs. DK Metcalf et Tyler Lockett sont devenus les valeurs sûres, Freddie Swain le speedster de l’attaque et Moore s’impose comme un vrai WR3 capable de catches inattendus. L’escouade aérienne des Balbuzards de Seattle est LOADED.

Et de la même manière au sol, Chris Carson n’a rien à envier aux meilleurs running backs. Puissant, véloce et ayant réglé ses problèmes de pertes de balle, le coureur bleu et vert est dans tous les bons coups pour la franchise de Emerald City. Et même si la mentalité a changé et que Pete fait aujourd’hui plus confiance à la passe qu’à la course, Carson est aussi un excellent receiving back qui sait tirer le meilleur de chaque situation de jeu.

Maintenant pour ces deux équipes, un point fait tâche depuis ce début de saison : la défense, et notamment la défense aérienne. Les cornerbacks des deux équipes ne sont pas à la hauteur et laissent trop de liberté à leurs vis-à-vis. Des espaces qu’il faudra savoir exploiter. On n’en doute pas quand on voit la qualité des receveurs de part et d’autre. Ce qui nous attend c’est donc un match envolé, un match aérien mais aussi serré. Un match qui pourrait être déjà l’une des toutes meilleures confrontations offensives de la saison (si Cousins le veut bien). Un match à voir absolument donc.

Ils doivent confirmer

Les Carolina Panthers

Les Panthers sont surprenants. Après deux défaites en Week 1 et 2, ils sont revenus à l’équilibre en se défaisant coup sur coup de deux écuries qu’on attendait plus armées. Il semble qu’ils aient à la fois les armes et le coaching staff nécessaires pour viser une fiche de 3-2 et ainsi rester au contact des Saints.

D’un côté, l’attaque menée par Teddy Bridgewater, sans Christian McCaffrey, semble trouver son rythme, bien aidée par l’excellent Mike Davis, les bons D.J. Moore et Curtis Samuel et le très intéressant Robby Anderson (oui, le même qu’aux New York Jets). Lui qui n’a jamais dépassé les 1000 yards et 55,8 % de catch sur une saison, est parti pour exploser ses statistiques : 377 yards en quatre matchs (dont un avec un pauvre 55 yards) et un pourcentage de catch de 82,4 ! La ligne offensive fait le boulot, n’autorisant pas le moindre sack en Week 4, ouvrant des brèches pour de nombreuses courses et assurant une très bonne protection à Teddy B. pour ses lancers (de la pression sur seulement 14% de ses dropbacks).

De l’autre côté, on ne peut que louer là aussi les recrutement réalisés pendant l’intersaison (Yetur Gross-Matos, Derrick Brown et Jeremy Chinn notamment) et le travail réalisé par la défense de Phil Snow. Même si la défense n’est pas encore à un niveau suffisant pour envisager une qualification en playoffs, la D-Line fait du bon travail et met la pression sur le quarterback adverse (cf. leur match contre les Cards). Les Panthers n’ont accordé que 8,8 yards par passe complétée, le total le plus faible en NFL. Le run stop est leur point faible, mais ça n’est pas jusqu’à maintenant le point fort d’Atlanta et cette défense va progresser match après match.

Drew Brees, QB, New Orleans Saints

Drew Brees a-t-il lancé sa saison ou sa performance contre Detroit n’était-elle qu’un mirage ? La réception des Chargers apportera des éléments de réponse. En tous cas, contre les Lions, le quarterback vétéran a retrouvé un peu de sa superbe. Ses statistiques finales (19/25, 246 yards, deux touchdowns, une interception) ne sont pas exceptionnelles, mais il a enfin fait montre d’agressivité en profondeur. 

La marge de progression des Saints est encore significative, puisqu’ils étaient tout de même menés 14-0 contre les Lions avant de finalement l’emporter. Les motifs de satisfaction sur le niveau de Brees sont, eux, bien présents. Il a complété 10 de ses 14 passes sur troisième tentative et renoué avec sa précision chirurgicale dans la red zone, où New Orleans a inscrit un touchdown à chacun de ses passages. Le tout, toujours en l’absence de Michael Thomas. À charge de confirmation.

Tonyo

Ils doivent rebondir

Patrick Mahomes, QB, Kansas City Chiefs

À moitié pour la vanne, à moitié pour l’inouï standard d’excellence qu’il a établi. Non, après 35 matches en carrière, Patrick Mahomes n’a toujours pas posté un QBR en dessous de 50. Après 35 matches en carrière, il n’a toujours pas joué un match qu’on pourrait qualifier d’en dessous de la moyenne. Pas un seul. Mais puisqu’il faut bien chercher la petite bête, sa dernière prestation était en dessous de la moyenne Mahomesque.

Son QBR de 59,5 est le quatrième plus faible de sa carrière, et sa plus mauvaise marque depuis décembre 2019, déjà contre les Patriots (59,1). Les deux seules autres fois où il n’a pas atteint un QBR d’au moins 60 étaient les matches contre les Colts et Texans en 2019, les deux premiers matches après son retour de blessure au genou. 

En résumé, Bill Belichick et les Patriots sont les seuls à avoir un tant soit peu limité le quarterback des Chiefs lorsqu’il est à 100% de ses moyens. Les Chiefs ne reverront pas les Patriots avant les playoffs, au plus tôt. En ce début de saison où Aaron Rodgers, Josh Allen et Russell Wilson avancent et font avancer leurs équipes à vitesse grand V, le MVP du dernier Super Bowl serait bien inspiré de ne pas prendre de retard dans la course aux distinctions individuelles et à l’histoire. On ne se fait pas trop de souci pour lui. 

Tonyo

Les San Francisco 49ers

Avec deux victoires et deux défaites, les 49ers sont bons derniers de la division la plus relevée de la ligue, la NFC West. Si j’attendais une division ultra relevée et ultra disputée, je n’attendais pas San Francisco en dernière position de la NFC West avec un Win Percentage de 50 au quart de la saison. Dans le même temps, le premier de la NFC East est en tête avec un pourcentage de victoire (PCT) de 37,5… Dans toutes les autres divisions, la franchise en dernière position à un PCT entre 0,0 et 37,5. C’est la magie des divisions.

Néanmoins, les 49ers doivent repartir de l’avant immédiatement au risque de voir leurs adversaires les distancer trop rapidement dans la course aux playoffs. Surtout que ces trois-là ont toutes les chances d’engranger une nouvelle victoire cette semaine : les Rams jouent la WTF, pardon, la WFT de Kyle Allen ; les Cards se déplacent chez les Jets de Joe Flacco et les Seahawks reçoivent les Vikings. San Francisco jouera quant à elle les Dolphins, toujours prêts à faire tomber une grosse écurie.

Heureusement, il existe des raisons de croire à une victoire de San Francisco ce week-end :

1) Premièrement, l’inénarrable George Kittle a signé son retour la semaine passée en fracassant toutes les statistiques, comme à son habitude (Note PFF de 92,4, la meilleure à son poste en Week 4). Il a d’ailleurs été sélectionné dans la PFF Team of the Week pour le poste de TE après avoir réussi toutes ses réceptions, gagné 183 yards et inscrit un TD. Il est 3è au classement PFF des TE avec un grade de 87.1.

2) Deuxièmement, il n’est pas impossible de revoir la belle gueule de Jimmy Garoppolo ce week-end. Il était de retour à l’entraînement ce mercredi. Et si d’aventure, sa cheville ne lui permettait pas encore de reprendre le chemin des terrains, Shanahan à d’ores et déjà annoncé qu’il brouillait les cartes. Nick Mullens et C.J. Beathard se partagent les snaps à l’entraînement afin d’être prêts si besoin pour dimanche. Et si Jimmy G est en mesure de jouer, les Dolphins ne l’apprendront qu’au dernier moment.

3) Troisièmement, l’escouade de receveurs devrait enfin être au complet ! C’est pour cela que Mohammed Sanu a été remercié…

4) Et last but not least, parce que Kyle Shanahan. Si lui même a été surpris par le niveau au poste de quarterback la semaine passée, il n’y a aucun doute qu’il s’est attelé à la construction du playbook taylor made pour cette semaine.

Les Houston Texans 

Adam Gase n’a pas été le premier entraîneur démis de ses fonctions. La palme va au désormais ex-entraîneur/general manager/play caller/roi du monde/empereur de l’univers des Texans Bill O’Brien. Le pansement est enlevé, il faut désormais laisser la plaie cicatriser. 

Avant l’arrivée d’un nouvel entraîneur et un nouveau GM, il reste encore 12 rencontres à disputer, sous la houlette de Romeo Crennel. La réputation du coach de 73 ans n’est plus à faire. Il est un quintuple vainqueur du Super Bowl en tant qu’entraîneur de ligne ou coordinateur défensif, et il vous sera difficile de trouver un homme plus apprécié dans le cercle NFL. S’il ne devrait occuper le poste que de manière provisoire, sa gouaille, sa bonhomie et sa rigueur apaiseront les débuts de tensions dans le vestiaire.

Aux dernières nouvelles, Deshaun Watson est toujours l’un des meilleurs quarterbacks du monde. J.J. Watt, même sur le déclin, reste une référence au poste de defensive end. Laremy Tunsil ne peut pas avoir oublié comment être un tackle dominant du jour au lendemain. Les Texans ont les éléments pour, au moins, se replacer au milieu du peloton, dans un climat plus serein. Le match contre les Jaguars est une occasion rêvée pour se remettre la tête à l’endroit.

Tonyo

Les pronos du CCS

CorentinCyprienNicoTonyo
Buccaneers @ BearsBuccaneersBuccaneersBuccaneersBuccaneers
Rams @ WFTRamsRamsRamsRams
Bills @ TitansBillsBillsBillsBills
Eagles @ SteelersSteelersSteelersSteelersSteelers
Cardinals @ JetsCardinalsCardinalsCardinalsCardinals
Raiders @ ChiefsChiefsChiefsChiefsChiefs
Jaguars @ TexansTexansTexansJaguarsTexans
Bengals @ RavensRavensRavensRavensRavens
Panthers @ FalconsPanthersFalconsPanthersFalcons
Dolphins @ 49ers49ers49ers49ersDolphins
Giants @ CowboysCowboysCowboysCowboysCowboys
Colts @ BrownsBrownsColtsBrownsBrowns
Broncos @ PatriotsPatriotsPatriotsPatriotsPatriots
Vikings @ SeahawksSeahawksSeahawksSeahawksSeahawks
Chargers @ SaintsSaintsSaintsSaintsSaints

Les paris du CCS

Victoires des Panthers, Browns et Dolphins (cote de 15,09 chez Winamax)

Panthers-Falcons :

Les Panthers sont sur une pente ascendante. L’attaque avance bien même sans CMC et la défense est de plus en plus bluffante. La colonne vertébrale de la défense Derrick Brown, Shaq Thompson et Jeremy Chinn est dominante. Burns et Gross-Matos font le travail sur les extérieurs. Les DB sont également au niveau car la défense contre la passe est la 7e meilleure de la ligue. Ses jeunes joueurs ont su provoquer 7 turnovers, 5ème meilleur bilan.

Les Falcons sont l’ombre d’eux même. Quatre défaites avec 34,5 points encaissés par match. La défense est une vraie passoire contre la passe. 31e pire défense de la ligue. L’attaque avançait plutôt bien en début d’année mais a été bien stoppée contre les Packers. Ridley l’homme en forme, n’a pas fait un seul catch lors de ce match et avec Julio Jones out pour le match de ce week-end, l’équipe s’avance très affaiblie.

Victoire des Panthers sans difficulté (cote de 1,98), pourquoi pas tenter le plus de 61,5 points dans le match (2,55)

Browns-Colts :

Grosse opposition de style entre une offense des Browns qui marquent 31 points par match et des Colts qui n’encaissent que 14 points par match. Meilleur équipe à la course grâce au duo Chubb-Hunt contre 4e meilleures défense contre la course.

Les Colts restent une énigme tant ils ont eu des difficultés à battre les Bears. Rivers a beaucoup de mal à élever son niveau et semble sur la pente descendante alors qu’il est dans un fauteuil pour lancer (seulement 3 sacks en 4 matchs). Il a obtenu 55,2% de complétion contre les Bears. Il prend plus soin du ballon par rapport aux deux premiers matchs mais a du mal à faire progresser son équipe.

Les Browns après un premier match ridicule sont en train de progresser nettement. La défense encaisse encore trop de points mais l’attaque semble trouver son rythme autour d’un OBJ retrouvé. Le running game est très performant mais il faudra voir comment l’équipe va compenser la perte de Nick Chubb sur blessure. Kevin Stefanski trouve des jeux créatifs et les joueurs s’éclatent de plus en plus. La Oline est également en progrès et Mayfield prend plus soin du ballon dans son rôle de game manager. Tant qu’il lance moins de 30 passes par matchs il est propre.

Victoire des Browns (cote de 1,98), pourquoi pas tenter le moins de 40,5 points dans le match (2,45)

49ers-Dolphins :

Ce pari est conditionné à la présence ou non de Garoppolo

Les deux équipes ont marqué peu de points à chaque matchs (23,3 pour les Floridiens, 26,8 pour les Californiens). La différence se situe surtout au niveau des points encaissé, secteur où les 49ers dominent les Phins (17,4 pour 24pts/matchs).

Mais les adversaires des 2 équipes ont été bien différents. Miami a rencontré deux équipes qui survolent les débats en ce début de saison, les Seahawks et les Bills respectivement 3ème et 4ème meilleures offenses de la ligue. San Francisco a rencontré les Giants, les Jets ainsi que des Eagles et Cards en recherche de bonne carburation.

Les 49ers ont été décimé par les blessures en attaque comme en défense et se retrouvent affaiblis. Si Ryan Fitzpatrick arrive à prendre soin du ballon (il a déjà 5 interceptions) il pourrait mettre son équipe en bonne position pour gagner.

Victoire des Dolphins (cote de 3,85)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :