NHL Sport US

NHL – Les plus belles cibles d’un marché des agents libres 2020 sous tensions

Le repêchage 2020 de la NHL s’est terminé dans un enthousiasme général, porté par une cuvée exceptionnelle, riche de talents offensifs et d’une densité presque sans égale. Un climat qui tranche avec le marché des joueurs autonomes qui s’ouvre ce vendredi 9 octobre. Cette année, la liste des agents libres sans compensation est longue sur presque toutes les positions. La raison est simple et inquiète les officiels de la NHL : beaucoup de franchises sont coincées par le gel du plafond salarial suite à la pandémie de la Covid-19. Dans tous les cas, de gros noms seront convoités, reste à savoir comment se déroulera cet événement déterminant pour la saison 2021. Dernier décryptage avant l’ouverture du marché ! (Source Image : RDS.ca)

Un marché 2020 en proie aux incertitudes

Chaque marché des joueurs autonomes est accompagné par son lot d’incertitudes en NHL. Les joueurs avec des contrats expirants arrivent dans la saison morte sans savoir à quoi ressembleront leurs prochaines offres ni quelles équipes chercheront à les acquérir. Mais en 2020, tout prend une tournure aggravée. La tension atteint un niveau jamais vu alors, que ce soit pour les joueurs comme pour les équipes.

D’abord, il y a ce plafond salarial fixe de 81,5 millions de dollars pour au moins les deux prochaines saisons. Ensuite, il existe des contraintes budgétaires internes pour les équipes qui n’ont pas eu de match à domicile avec des partisans depuis mars en raison de la pandémie. Personne ne sait à quoi ressembleront les revenus la saison prochaine. Et personne ne sait quand la saison prochaine commencera, bien que la NHL ait annoncé « cibler » le 1er janvier 2021 pour une reprise. Pour compliquer davantage les choses, il y a ce projet d’expansion pour remplir l’effectif du Kraken de Seattle lors de la prochaine intersaison.

Nous pouvons déjà voir l’incertitude affecter certaines décisions. Les équipes réduisent les salaires par le biais de transactions, de rachats et refusent de qualifier les agents libres restreints pour les libérer. Bien que les agents libres de renom obtiennent leurs contrats, personne ne sait combien ni pour combien de temps ils les obtiendront. Toutes ces pressions économiques se combinent pour produire l’un des marchés d’agents libres les plus délicats à prévoir dans l’histoire de la NHL.

Les têtes d’affiche

🏒 Taylor Hall, Ailier-gauche, 28 ans

Le premier choix du repêchage 2010 est la principale attraction offensive de ce marché des joueurs autonomes 2020. Hall sort d’une saison hasardeuse, partagée entre les Devils et les Coyotes. Auteur de seulement 16 buts pour 52 points en 69 matchs, le MVP de la saison régulière en 2018 semble avoir perdu de sa superbe. Malgré tout, Hall demeure l’un des ailiers les plus productifs de la ligue, capable de changer une organisation sur l’une des deux ailes, en première ou deuxième ligne. Il vient de gagner 6M$ sur sa dernière année de contrat et, en temps normal, pourrait aspirer à un contrat avoisinant les 9/10M$. Mais voilà, contexte oblige, Hall devra sans doute revoir ses ambitions à la baisse. Lui qui n’a participé qu’à 14 matchs de Séries éliminatoires en 10 ans de carrière, souhaite rejoindre une équipe prétendante, ce n’est pas une surprise. Taylor Hall en route pour un contrat court ? C’est une sérieuse option, reste à savoir qui pourra lui proposer un salaire décent.
🔮 Destination idéale selon le CCS : Colorado Avalanche.

🏒 Alex Pietrangelo, Défenseur, 30 ans

Vainqueur de la Coupe Stanley l’année dernière, le capitaine des Blues de St-Louis semble rêver d’ailleurs. Le 4ème choix du repêchage 2008 porte déjà l’étiquette du défenseur le plus convoité de ce marché des agents libres. Il était en passe de battre son propre record de point avant l’arrêt de la saison avec ses 52 points en 70 matchs. Défenseur élite capable de tenir le meilleur attaquant adverse, riche d’une expérience et d’une bague, Petro n’est pas parvenu à s’entendre avec le DG des Blues à l’approche de la saison morte. Il semble qu’il soit à la recherche d’un contrat avoisinant les 8 ou 9M$. Une somme que les Blues ne semblent pas disposer à dépenser même en ayant libérer de l’espace. Les circonstances particulières de cette année peuvent refroidir les équipes à le signer. On parle déjà des Golden Knights, des Flames ou des Panthers pour tenter le coup. Si aucune de ces franchises sont disposées à la lui proposer une telle somme, St-Louis pourrait revoir son capitaine.
🔮 Destination idéale selon le CCS : Florida Panthers.

🏒 Torey Krug, Défenseur, 29 ans

Le Bruins est assurément l’un des meilleurs défenseurs sur jeu de puissance de ligue avec une production offensive importante et décisive. Intelligent et dynamique, Krug s’est se faire aimer des partisans et de ses coéquipiers. Mais certains observateurs pensent également qu’il est un joueur unidimensionnel, comme peuvent en témoigner les minutes limitées sur la glace ou ses affectations défensives. Ses lacunes physiques ont toujours été un soucis bien que masqué par son intensité. Dans une saison morte avec moins d’argent à dépenser, le luxe d’attirer un défenseur de deuxième duo et d’un spécialiste du jeu de puissance à prix élevé peut ne pas être aussi attrayant. Krug a une offre sur la table des Bruins, mais il testera le marché pour voir s’il peut trouver une meilleure offre ailleurs.
🔮 Destination idéale selon le CCS : Détroit Red Wings.

La valse des gardiens

Le marché des joueurs autonomes s’annonce inondé de gardiens cette année. Des gardiens de gros calibres qui se destinent à changer d’horizon. Déjà la semaine dernière, quelques gardiens ont circulé par l’intermédiaire de transactions à l’image de Devan Dubnyk échangé par le Wild en direction des Sharks de San José ou de Matt Murray, quittant Pittsburgh pour rejoindre les Sens. D’autres ont prolongé à l’instar de Brian Eliott du côté des Flyers. Et la valse n’est pas fini.

Braden Holtby (Washington Capitals), Jacob Markstrom (Vancouver Canucks), Henrik Lundqvist (New York Rangers), Corey Crawford (Chicago Blackhawks), Thomas Greiss (New York Islanders), Anton Khudobin (Dallas Stars), Cam Talbot (Flames) et probablement Mike Smith (Oilers d’Edmonton) seront agent libre sans restriction. De même, Vegas cherche à échanger Marc-André Fleury après avoir prolongé Robin Lehner pour 25M$ sur 5 ans.

🏒 Braden Holtby, 31 ans

Après avoir retrouvé son poste et mené les Capitals jusqu’à la victoire de la Coupe Stanley en 2018, Holtby était de retour en tant que partant dans la dernière année de son contrat et semblait vouloir commander un énorme contrat à long terme. Il a gagné une Vezina, il a gagné un Jennings, il a gagné une Coupe. Puis la saison a commencé et tout s’est dégradé. Holtby a accordé 15 buts à ses quatre premiers matchs, perdant trois d’entre eux. À son cinquième match, il a été retiré du filet après avoir accordé trois buts sur trois tirs. À Noël, Ilya Samsonov a affiché un pourcentage d’arrêts de .914 et remporté neuf de ses 13 matchs. Il était déjà évident que l’équipe finirait par céder les rênes à son jeune en 2020-2021, la porte de sortie est déjà ouverte depuis longtemps pour le gardien des Caps. Dans ce marché riche en gardien, sa dernière saison pourrait bien lui faire perdre des places parmi les cibles les plus attractives.
🔮 Destination idéale selon le CCS : Chicago BlackHawks.

🏒 Jacob Markstrom, 31 ans

La plupart des années, Markstrom serait un joueur heureux de se retrouver sur le marché libre en tant que l’un des meilleurs gardiens de but disponible. Sergei Bobrovky l’a fait en 2019 et a décroché un contrat de sept ans de 70 millions de dollars comprenant 33 millions de dollars de bonus à la signature. Mais avec ce contexte si particulier, Markstrom n’est que l’un des douze gardiens solides disponibles. Vancouver voulait le converser en début de saison, mais celui qui a terminé 4ème dans la course au Vézina souhaitait une belle revalorisation de contrat. Les performances du jeune Thatcher Demko en série ont soulagé les Canucks. Le timming ne semble pas être en faveur de Markstrom mais il sera assurément l’un des gardiens les plus convoités.
🔮 Destination idéale selon le CCS : Calgary Flames.

🏒 Henrik Lundqvist, 38 ans

Le vétéran, l’ancienne vedette des Rangers, ne souhaite pas raccrocher les patins. Il semble plus motivé que jamais après que NY ait racheté sa dernière année de contrat et souffert toute l’année d’une défense à portes ouvertes. Bien que Lundqvist ne puisse pas assurer une saison régulière entière, il reste un gardien à l’expérience hallucinante capable de changer le destin d’un match en pleine série. Un prétendant avec un gardien déjà établi, jeune de préférence, aurait tout intérêt à attirer « The King ». Evidemment, les Caps ont le profil idéal.
🔮 Destination idéale selon le CCS : Washington Capitals.

🏒 Corey Crawford, 35 ans

Il est difficile d’imaginer Crawford dans un chandail différent, mais c’est ce vers quoi nous nous dirigeons alors que les Blackhawks ont décidé de ne pas le re-signer. C’est compréhensible étant donné que Crawford aura 36 ans avant le début de la prochaine saison. Crawford n’était qu’à 12 matchs des 500 apparitions en saison régulière avec les Blackhawks et se classe 80ème sur la liste des matchs joués de tous les temps. Il n’est peut-être pas une option de départ, mais en tant que gardien de but suppléant, Crawford sera assurément un très bon joker pour les séries.
🔮 Destination idéale selon le CCS : Edmonton Oilers.

🏒 Thomas Greiss, 34 ans

Peut-être l’un des Isles ayant le plus bénéficié de l’arrivée de Barry Trotz. Greiss affichait un pourcentage d’arrêts de .892 en 2017-2018 et semblait être sur le point de quitter la ligue avant que les Islanders ne changent d’entraîneur-chef. Greiss a rendu un pourcentage d’arrêts de .921 sous Trotz et pourrait être en ligne pour obtenir un gros contrat cette intersaison. Ce ne sera pas avec New York, qui a toujours Semyon Varlamov et ont accueilli Ilya Sorokin dans le filet.
🔮 Destination idéale selon le CCS : New Jersey Devils.

🏒 Anton Khudobin, 34 ans

Les partisans de Dallas ont frissonné lorsque le gardien russe a annoncé qu’il testerait le marché. Et pour cause, le gardien des Stars a réalisé une campagne de séries exceptionnelle et demeure l’une des principaux artisans de l’aventure de sa franchise vers la finale 2020. Avec des chiffres qui ne font que s’améliorer au fur et à mesure qu’il vieillit, Khudobin ne montre aucun signe de baisse de régime et combine un leadership vétéran avec un jeu fiable, ce qui en fait un candidat idéal pour s’associer à un jeune gardien partant ou pour renforcer un concurrent de premier plan. Le profil de Vancouver semble lui convenir à merveille en cas de départ de Markstrom.
🔮 Destination idéale selon le CCS : Vancouver Canucks.

🏒 Cam Talbot, 33 ans

Après une saison difficile chez les Oilers puis chez les Flyers, Talbot est revenu en forme avec les Flames en 2019-20. Il a affiché un pourcentage d’arrêts de .919 en 26 matchs. Ce rôle limité est probablement là où sa valeur semble décroitre, et avec autant de gardiens de but devant lui, il devra peut-être se contenter d’un accord à court terme. Talbot a été un gardien de but solide, mais il a également 33 ans et a eu du mal lorsqu’il doit assumer la place de partant.
🔮 Destination idéale selon le CCS : Minnesota Wild.

Et les autres ? Des buteurs et de l’expérience


Ce marché des joueurs autonomes n’affiche pas de gros poissons mis à part peut-être les trois noms évoqués plus haut. En revanche, de nombreux joueurs au rôle défini sont disponibles et peuvent parfaitement compléter les effectifs des franchises en route pour la Coupe Stanley ou en voie de reconstruction. Riche de leurs expériences, ces agents libres seront surveillés de près et vont animer le début de ce marché.

🏒 ATTAQUANTS :
Du côté des joueurs offensifs, les gros noms qui attendent un nouveau foyer sont probablement Mike Hoffman (Floride), Evgenii Dadonov (Floride), Tyler Toffoli (Vancouver), Anthony Duclair (Ottawa) ou encore Craig Smith (Nashville).
Hall sera probablement l’attaquant qui obtiendra le contrat le plus long et le plus important car il est de deux ans plus jeune, mais Mike Hoffman est aussi un buteur de haut niveau. Ses 29 buts et 59 points l’an dernier sont parmi les meilleurs des agents libres sans restriction. L’autre Panthers, Evgenii Dadonov, est devenu l’un des meilleures options offensive du marché depuis son retour dans la ligue il y a 3 ans. A 31 ans, il sera assurément très convoité et vous assure un rendement de 25 buts et 50 points en saison. De son côté, Tyler Toffoli a montré de quoi il était capable dans une équipe plus rapide cette saison, avec les Canucks. Avec ses 14 points en 17 matchs, Toffoli pourrait renforcer une équipe prétendante s’il ne demande pas un énorme salaire. Anthony Duclair n’a pas été prolongé par les Sens. Une surprise pour certains, un blasphème pour d’autres. L’ailier rapide a inscrit un record de 23 buts la saison dernière et a été nommé au match des étoiles. Mais il n’a marqué que deux buts après Noël. Difficile de savoir où il va atterrir, mais à seulement 23 ans, il peut être le bon coup de ce marché. Craig Smith n’est pas une option de haut niveau, mais il est fiable avec cinq saisons à plus de 20 buts et a une certaine expérience puisqu’il a disputé 52 matchs éliminatoires au cours de sa carrière. Sur cette liste, nous pourrions ajouter Erick Haula, Connor Sheary, Mikael Granlund, Alex Galchenyuk ou encore le vétéran Pat Maroon.

🏒 DEFENSEURS :
Derrière Petro et Krug, plusieurs joueurs de la ligne bleue se démarquent sur ce marché des agents libres. Notons la présence du défenseur des Leafs, Tyson Barrie, auteur de trois saisons à plus de 50 points, efficace en avantage numérique et qui espère retrouver son niveau affiché lorsqu’il était du côté des Avs. Samy Vantanen sera aussi de la partie. Du haut de ses 29 ans, le défenseur des Canes est très complet en plus d’afficher une belle endurance (+21 min de temps de jeu). Sur une deuxième paire, il sera probablement convoité. Continuons avec le vétéran TJ Brodie des Flames qui, même s’il n’apporte pas une grande production offensive, sait être régulier en défense et peut jouer sur les deux côtés d’une défense. Il y a aussi Kevin Shattenkirk du Lightning qui a perdu de ses talents offensifs avec l’âge mais peut toujours aider une équipe à faire la différence. Du haut de 31 ans, lui qui vient de remporter la Coupe avec Tampa, ne sera la première option défensive sur le marché mais son expérience peut séduire quelques franchises. Enfin, évoquons le cas de Christopher Tanev des Canucks. Lui aussi n’est pas d’une grande en attaque mais reste un excellent défenseur capable de tuer des pénalités et de bloquer des tirs. Tanev pourrait lui aussi être un bon coup sur ce marché.

Beaucoup de questions se posent avant l’ouverture du marché : sera-t-il aussi frénétique que d’habitude ou les gros coups se feront-ils sur le long terme ? Est-ce que les joueurs autonomes accepteront des contrats courts, pour un salaire moindre, afin de rejoindre des équipes prétendantes à la Stanley ? Les organisations seront-elles assez inventives pour dégager de l’espace salarial ? Réponses aujourd’hui. Hall, Pietrangelo et Krug sont les gros noms à attraper, mais les mouvements des gardiens seront également très scrutés par les observateurs. Beaucoup de joueurs sont disponibles, reste à voir comment le contexte peut-il influencer ce marché inédit !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :