NFL Sport US

(DOSSIER) Les Eagles : Un oiseau sans ailes

Nous somme le 8 février 2018, les Eagles font tomber la dynastie Patriots en quête d’un back to back lors du Superbowl 52. Cette victoire (41-33) est acquise avec le QB backup de Philly, un certain Nick Foles qui remplace brillamment le titulaire Carson Wentz depuis que celui-ci s’est blessé au genou en semaine 13. L’attaque orchestrée par le coordinateur offensif Frank Reich est un véritable système dans lequel l’adaptation est simplifiée. Cette ascension rapide (seulement 2 ans pour gagner un superbowl avec un nouveau coach) a laissé place à une série de saisons plus compliquées que le bilan final ne laisse paraître. Décimés par les blessures et handicapés par une succession de draft curieuses, les Eagles sont en difficultés cette année. Le CCS fait le bilan des années Pederson/Wentz afin de comprendre ce qui attend l’équipe.

L’ascension rapide

Doug Pedersen est nommé Head Coach le 18 janvier 2016. Avant cela les Eagles ont eu Chip Kelly pendant 3 ans avec 1 seule qualification en PO mais surtout beaucoup de problèmes internes. Il a lui même replacé Andy Reid remercié au bout de 14 saisons sans apparition au SB. Doug Pederson n’est autre que l’ancien coach QB de Philly sous l’air Reid et son coordinateur offensif aux Chiefs.

La première grosse décision de Pedersen est de drafter Carson Wentz alors qu’il a Sam Bradford dans l’effectif. Pour cela, il achète le 2nd pick à prix d’or (Byron Maxwell, Kiko Alonso, 8ème pick 2016, 2016 3rd et 4rth, 2017 1rst et 2nd 2018). Il récupère une partie de son investissement en envoyant Bradford aux Vikings, transformé en Père Noël pour l’occasion, en échange d’un premier tour 2017 et quatrième tour 2018 (les Eagles bons seigneurs prennent le salaire de Bradford en charge). Ils draftent Vaitai un T au 5ème tour et Jalen Mills au 7ème qui certes n’ont pas starter tous les matchs mais ont su être des membres importants de l’équipe. L’équipe s’est également renforcé lors de la Free Agency en signant le safety Rodney McLeod, le guard Brandon Brooks ainsi que le LB Nigel Bradham. Le premier sera starter, le 2ème est deux fois pro bowler et le dernier a été leader de son équipe en terme de placage.

La première saison du duo Pederson-Wentz commence avec 3 victoires sur les 3 premiers matchs mais ils finissent finalement la saison avec un bilan de 7-9 et loupent les play-offs. Aucun RB à plus de 700y, meilleur receveur à 816y et c’est un TE. Wentz fini la saison avec 3782y à 62,4%, 16TD, 14 interceptions et 3 fumbles. Encourageant mais il va lui falloir de meilleures cibles s’il veut progresser.

Lors de la free Agency 2017, la franchise de Pennsylvanie engage Alshon Jeffery et Torrey Smith. L’équipe décide par contre de se focaliser sur la défense lors de la draft et ne prend un receveur qu’au 4ème tour en la personne de Mack Hollins. Ils renouvellent également leur backfield offensif en prenant LeGarrette Blount aux champions en titre et échangeant un 4ème tour 2018 aux Dolphins pour Jay Ajayi. Sur les 8 joueurs pris lors de cette draft seuls Derek Barnett et Nate Gerry sont encore présents dans l’effectif. 

Carson Wentz effectue la saison de sa carrière en étant dans la discussion pour le titre de MVP avant de devoir mettre un terme à sa saison à cause d’une terrible blessure au genou. Il finit l’année avec 3296y à 60,2% en 13 matchs avec 33TD, 7 interceptions et 3 fumbles. Le running game a un peu progressé et le receveur sont des meilleurs qualité mais c’est encore Ertz qui finit avec le plus de yards (824y). L’équipe ne s’écroule pas et c’est Nick Foles qui conduit les Eagles jusqu’à la victoire finale contre les Patriots pourtant favoris. Cette finale est notamment marqué par un jeu d’anthologie avec un TD sur réception de Nick Foles sur un jeu feinté, répondant à une tentative de même jeu de la part de New England plus tôt dans le match.

En 2 ans Pedersen et Howie Roseman ont monté une équipe compétitive basée sur un playbook efficace. La franchise a remporté le trophée sans son QB star, on se dit alors qu’avec lui, ils vont être inarrêtables !

Des lendemains difficiles

L’intersaison 2018 va être marqué par le départ du talentueux OC Frank Reich aux Colt d’Indianapolis. Les Eagles décident de jouer la continuité en faisant peu de mouvement à l’intersaison. Ils tradent leur 1er tour aux Ravens qui draftent Lamar Jackson avec ce pick. Dallas Goedert que l’on croit promis aux Cowboys est pris au 2ème tour. Josh Sweat un edge rusher est pris au 4ème tour. En cette année 2020 il est en train de faire un petit breakout et participe au bon pass rush de son équipe. Jordan Mailata qui vient d’effectuer ses grands débuts au poste de tackle gauche en Week 4 contre les 49ers est lui pris au 7ème tour.

Après un début de saison marqué par les blessures au poste de DB et WR, les Eagles affichent un bilan décevant de 4 victoires pour 6 défaites. Ils vont alors déjouer les pronostics en remportant 5 de leurs 6 derniers matchs malgré des adversaires favoris. Ils finissent à 9-7 et se qualifient pour les Playoffs en 6ème position. Ils perdent dès les Wild Card contre les Saints. 

Carson Wentz ne joue que 11 matchs lors de cette saison. Il loupe les deux premiers en raison de sa blessure au genou de la saison précédente et manque la fin de saison à cause d’un problème au dos. Les Eagles préfèrent ne pas prendre de risques et mettent Foles titulaire pour la fin de saison et le match de Playoffs. Wentz joue bien (288y par matchs avec 69% de completion) mais n’a encore pas fait une saison complète et n’a toujours pas fait de match de PO. Zach Ertz réussi sa meilleure saison avec 1163y et 8 TD. Jeffery et Agholor ne dépassent pas les 1000y mais complètent bien. Le running game ne dépasse pas les 100y par matchs avec aucun RB qui dépasse les 600y sur l’année.

Philly décide de résoudre ce problème en draftant Miles Sanders lors de la draft 2019. Le tackle Andre Dillard pris au 1er tour n’a pour l’instant pas montré grand chose et est en IR pour la saison 2020 après seulement 4 starts l’année dernière. Les Eagles décident également de donner une nouvelle cible à Wentz en prenant JJ Arcega Whiteside au 2nd tour. Ce pick commence à s’apparenter à un bust : 169y en 16 matchs en 2019, 37y en 4 matchs cette saison alors qu’il se bat contre des blessures. Il y avait encore Mecole Hardman, Andy Isabella, DK Metcal, Diontae Johson, Terry McLaurin de disponibles.

Quelques mouvements en FA comme la signature de Malik Jackson, le trade pour faire revenir l’idole de la ville, Desean Jackson (avec prolongation de 27M sur 3ans à la clé). Ils activent l’option de 5ème année de leur QB et le prolongent dans la foulée pour 4 ans (128M dont 100M garantis).

Wentz justifie son contrat et fait la meilleure saison de sa carrière. Il joue enfin les 16 matchs et lance pour 4039y (à 63,9%) devenant le premier QB de l’histoire de la franchise à dépasser la marque des 4000y. La performance est d’autant plus remarquable qu’il réussi cette performance en ayant aucun receveur au dessus de 500y (premier QB de l’histoire de la NFL à réussir les 4000y avec des receveurs à moins de 500y). Les trois meilleurs receveur de l’équipe sont Ertz, Goedert qui fait une belle année sophomore et Sanders le rookie qui en plus de recevoir 509y, cours pour 818y, justifiant son statut de 2nd tour de la draft. Les Eagles retournent en playoff malgré un bilan à 5-7 avant la Week 14. Ils enchainent 4 victoires de suite dont 2 contre le rival New-Yorkais et 1 contre les Cowboys pour la première de division. 

Carson Wentz joue enfin son 1er match de PO. Malheureusement celui-ci est vite écourté à cause d’un hit à la tête très limite donné par Clowney. Foles le héros de 2017, parti à l’intersaison n’est plus pour assurer, les Eagles s’inclinent contre les Seahawks en Wild Card.

Une intersaison particulière

Après cette saison très encourageante, Philly entame son intersaison par un changement important. Exit Mike Groh qui n’a pas démérité, les Eagles décident de ne pas nommer d’Offensive Coordinator et choisissent le modèle des 49ers : Press Taylor sera en charge du passing game, Matt Burke du running game, Marty Mornhinweg est nommé offesnive consultant et Rich Scangarello est le Senior offensive assistant. Ce dernier s’est occupé de Garoppolo à San Francisco et a enchaîné pour une expérience difficile en tant qu’OC aux Broncos. Après quelques additions défensives pendant la FA, Philly va chercher Darius Slay à Détroit contre un 3ème et 5ème tour 2020 avant de lui donner directement une nouveau contrat. Après plusieurs très bonnes saisons, le CB a connu une dernière année difficile mais il arrive dans une défense coaché par celui qui l’a choisi au 2nd tour de la draft 2013 et qui compte sur lui pour booster la défense contre la passe. Les Eagles se présentent à la draft avec 10 picks ! Le but avoué pour le GM Roseman est d’ajouter de la vitesse en attaque. Cette draft va sûrement faire parler longtemps tellement les choix sont assumés mais… étonnants.

Au premier tour, les Eagles ne cherchent pas à trade up malgré leur nombre important de picks pour aller chercher Jeudy ou Lamb. Ils jettent leur dévolu sur Jalen Reagor et ne prennent pas Justin Jefferson qui est en train de montrer tout son talent chez les Vikings.

Au 2nd tour, avec leur 53ème choix, l’équipe peut prendre Epenesa ou Jemery Chinn pour palier au départ de Malcolm Jenkins. Non ils prennent Jalen Hurts. Le GM semble attiré par les Jalen. Le choix est assumé et ils savent que Wentz se blesse souvent donc ils veulent un vrai backup de qualité. Mais si Wentz reste en forme, ce pick ne servira à rien.. Mais qu’arrivera t il dès que Wentz va enchainer 4 mauvaises semaines ? Les supporters très exigeants de Philadelphie vont demander Hurts à coup sûr. Pas la meilleure façon de donner confiance à son QB. 

Dans les tours suivants, l’équipe draft un OLB rapide mais trop tendre pour jouer dès la première année, deux autres receveurs, font un trade pour acquérir Marquise Goodwin des 49ers (qui va optout) portant le nombre de receveurs présents dans l’effectif à … 14 ! La quantité c’est bien, la qualité sûrement mieux.

K’von Wallace est pris au 4ème tour et est espéré comme le futur Malcolm Jenkins. Dans les tours suivants, se sont surtout des backup qui sont pris et qui devront se battre pour une place dans les 53. Les Eagles ne tentent même pas Bradley Anae qui part chez le rival Texans au 5ème tour. 

Difficile au final de se satisfaire de cette draft avec 10 picks au départ et peu de stars en devenir dans l’effectif. Aucun run n’a par exemple été pris à la draft ou pendant la FA pour palier le départ de Jordan Howard qui a bien suppléer Sanders l’année dernière.

C’est alors que l’ouragan Injury s’abat sur l’équipe : le guard star Brandon Brooks se déchire le tendon d’achille avant le camp d’entraînement, le tackle Andre Dillard, 1er tour de la franchise en 2019 qui doit prendre la suite de Peters se déchire le biceps. La ligne défensive n’est pas en reste, Derek Barnett et le nouvel arrivant Javon Hargreave se blessent pour plusieurs semaines mi août. Dernier problème, Jalen Reagor, le 1er tour 2020, pour lequel on redoute une blessure mettant fin à sa saison. Il joue finalement les 2 premiers matchs avant de se blesser et finir en IR. Vont l’y rejoindre Curry, Peters, Goedert et le centre Seumalo. Jeffery et Jackson les deux receveurs vétérans sont plus souvent blessés que sur le terrain. Philly se présente même sans son run titulaire Miles Sanders au premier match afin de le préserver. Par le passé, Doug Pedersen a toujours su s’adapter mais qu’en est-il cette année ?

Un début de saison qui pose des questions

Le début de saison commence comme dans un rêve. Les Eagles mènent 17-0 contre Washington Football. 2 TD lancés par Wentz pour Goedert et Ertz, un FG. Dans le même temps la défense force Washington à punter 5 fois, plus un FG loupé. Wentz lance alors un interception à moins de 2 minutes de la mi-temps. Il n’est pas sous pression et force une passe en direction de Reagor qui est bien couvert. Interception qui va être punie quelques jeux plus tard d’un Touchdown d’Haskins pour son TE Thomas. Début de 3ème quart, Wentz lance une nouvelle interception sur un tracé comeback d’Hightower. Le DB anticipe bien et le receveur est trop attentiste surpris de voir la balle arriver si tôt. Philly ne s’en relèvera pas et après avoir mené 17-0, ils perdent ce match 27-17 après un dernier fumble de Wentz qui aura été harcelé toute la soirée par le front 7 de Washington. le QB complète que 57% de passes, 2 interceptions, 8 sacks, 15 QB hits.

Lors du second match, Sanders, de retour de blessure, fumble dès le premier drive du match. Les Rams vont mettre un 21-3 aux Eagles en un peu plus d’un quart-temps ce qui laisse penser que le match est déjà plié. Ils se reprennent et reviennent à 21-16 à la mi-temps. Après un 3ème QT peu prolifique en points (1 FG de chaque côté), Los Angeles redonne un coup d’accélérateur en début de quatrième QT et passe un 13-0. Une dernière interception de Wentz clôture le match. Wentz, qui n’a subi aucun sack cette fois-ci, complète 60,5% de ses passes, lance 2 interceptions pour 0 TD. Il a déjà lancé 85 passes en deux matchs avec peu de réussite jusqu’à maintenant.

Lors du 3ème match, les Eagles affrontent le dernier premier choix de la Draft, Joe Burrow. Wentz est intercepté dès le 1er QT, après que sa balle lancée sur un receveur pris en triple couverture ait été dévié par un défenseur. Le score est serré à la mi-temps et les Bengals passent devant dès leur premier drive de seconde mi-temps. Wentz envoie alors une passe affreuse sur le drive d’après qui conduit à la 2ème interception. Il vient de lancer 2 interceptions sur chacun des 3 derniers matchs, une première dans sa carrière. Il ne baisse pas la tête et s’arrache sur un TD à la course lors du dernier drive pour emmener son équipe en prolongations. La suite est une succession de punt et une dernière pénalité sur la formation field-goal force Pederson à opter pour un punt plutôt que tenter un FG. Ce que les statistiques ne montrent pas c’est la différence entre Burrow et Wentz sur ce match. Le premier, rookie, montre une incroyable assurance malgré 8 sacks encaissés. Wentz se montre lui brouillon et imprécis. Il continue pour autant de se battre et va cherche des yards précieux au sol.

La semaine dernière, les Eagles obtiennent enfin une victoire mais elle est en trompe l’oeil lors de la Week 4. Face à un équipe B voir C des 49ers, Wentz ne dépasse pas les 200y et lance encore une interception. Il marque par contre son 3ème TD à la course. Il a perdu une nouvelle cible lors du dernier match avec la blessure de Dallas Goedert ce qui ne favorise pas un jeu de passe déjà bien en difficulté en ce début de saison.

Hier les Eagles ont longtemps cru pouvoir créer la sensation en battant les Steelers mais dans les moment clés, l’équipe a failli. Wentz lance une interception au 3ème quart-temps, la 8ème en 5 matchs (pire total dans l’histoire de la franchise sur les 5 premiers matchs depuis 1985) et ce turnover permet de donner 2 possessions d’avance aux Steelers. Ils se remettent dans le match grâce à Fulgham (un receveur du 6ème tour 2019 qui n’était même pas dans les 14 receveurs de l’effectif après la draft) qui fait le match de sa vie avec 152 yards et 1 TD. C’est le WR1 de son équipe au bout de 5 matchs avec sa seule performance du soir. Mais lorsqu’ils ont l’opportunité de passer devant c’est le kicker Jake Elliot qui loupe sa tentative. C’est Chase Claypool, auteur lui aussi d’une performance incroyable (4 TD) qui score le TD fatal. Wentz est sack 5 fois (un problème récurrent cette année : moins de pression mais plus de sacks), touché 11 fois, ne complète que 57% de ses passes et lance 2 interceptions portant son total à 9 depuis le début de la saison. Point positif, il complète ses 5 passes en RZ pour 40y et 2 TD et obtient 4/6 et 47y quand il est sous pression (moins de 20% du temps depuis le début de la saison).

Ce qui inquiète surtout, c’est le manque de réaction de la part du staff et la difficulté dans laquelle se retrouve Wentz qui ne semble plus du tout maître de son attaque. Il parle rarement aux coachs sur le bord de la touche et fait rarement des ajustements avec eux en cours de match. Press Taylor n’arrive pas à le mettre en confiance. Preuve que le staff est en difficulté, l’équipe est outscore 48-70 en deuxième mi-temps, moment où les matchs se jouent. Le Staff a du mal à faire des ajustements, la où les adversaires progressent. Le 3ème quart temps est le plus problématique avec seulement 14 points inscrits pour 38 encaissés ! Wentz est en difficulté lors de ces deuxième mi-temps avec seulement 57,6% de complétion et 6 interceptions lancées (dont 4 dans le 3ème quart temps). Il a lancé 5 de ses 9 interceptions lors de 1rst down et 7 de ses 9 dans sa moitié de terrain. Ces situations ne sont pas de moments où il est utile de forcer une passe et où un franchise QB se doit de protéger le ballon. Hormis contre les Rams et Steelers, l’équipe n’a rarement plus d’une possession de retard et le manque de recours à la course pose question surtout après avoir investi un 2nd tour sur Miles Sanders qui est plutôt efficace avec ses rares opportunités. L’attaque a été décimé sur la ligne et aux postes de receveur mais l’équipe continue d’aligner des formations à plusieurs receveurs sans utiliser au mieux les capacités de son QB (bootleg, PA et RPO). Entre les 4,8% de drops et les moins de 60% de « on target » difficile de faire avance une attaque !

Lors des 3 prochaines semaines, les Eagles vont rencontrer Baltimore et leurs deux rivaux de division, les Giants et les Cowboys. Il va clairement falloir élever son niveau de jeux pour envisager gagner des matchs. La franchise n’est qu’à 1 victoire de la première place de division et les Cowboys viennent de perdre Dak Prescott. La première place n’est donc pas hors d’atteinte mais se serait un gros trompe l’oeil par rapport aux prestations proposées.

Et maintenant, que faire ?

Bien évidemment sans l’avalanche de blessures, l’analyse ne serait peut être pas la même et les Eagles seraient peut être à 5-0. Mais ce début compliqué a mis en lumière des nombreux défauts de la franchise qui vont commencer à être préjudiciables. Les 4 dernières draft ont apportés des bons joueurs mais beaucoup de picks ont été perdus sur des mauvais choix. Le GM Howie Roseman a voulu tenter des choses dans la 1ère draft où il avait une vraie autonomie mais aucun des 10 picks 2020 n’a pour l’instant eu d’impact sur l’équipe. Jalen Reagor a montré des choses avant de se blesser. Jalen Hurts commence à être intégré petit à petit dans des jeux d’option, un rôle à la Josh Hill aux Saints est-il possible ? Au rayon des points positifs, l’équipe peut se satisfaire de Jordan Mailata, Josh Sweat, Darius Slay, Derek Barnett montre enfin des bonnes choses, l’éternel Brandon Graham et même Sanders qui malgré sa sous utilisation est efficient.

Doug Pederson qui a fait le choix de ne pas nommer d’OC paye ce choix à l’heure actuel tant l’attaque est apathique et ne produit rien. Pourquoi continuer à forcer le jeu de passe avec autant de blessés et ne pas tester plus de formations à 2 RB par exemple. Sanders a eu le ballon plus de 20 fois seulement 5 fois depuis son arrivée dans la ligue. Il est actuellement le meilleur joueur des Eagles, il faut lui donner le ballon. L’équipe pourrait également tenter plus de play action, screen, bootleg, naked bootleg.. des jeux dans lesquels Wentz excelle. Pourquoi ne pas être allé chercher Cordy Glenn (déjà essayé pendant les camps) et Lamar Miller par exemple afin d’améliorer l’équipe cette saison avec les 14M de cap space restants.

Le plus inquiétant n’est pas forcément cette année car mal finir l’année pourrait permettre d’avoir de bons choix de draft. Mais la pression qui va être mise sur Wentz à chaque défaite va être importante en sachant que Hurts a été pris au 2ème tour et est sur le banc. Finalement la COVID va permettre au QB starter de souffler étant donné que le public très exigeant de Philadelphie ne peut pas venir dans les tribunes.

Le plus gros problème ne vient finalement peut être pas du terrain mais bien de la gestion de l’effectif par le GM. Les Eagles sont partis pour être en négatif de 70M sur leur cap space 2021 ! L’équipe a fortement investi sur sa ligne intérieur défensive ses dernière années et les trois DT Cox, Hargrave et Jackson vont représenter 27,08% du cap total. Wentz va prendre à lui seul 18,31%, ce qui fait 45% de cap pris par 4 joueurs. Alshon Jeffery qui n’a participé qu’à 10 matchs l’année dernière et n’a toujours pas mis un pied sur un terrain en 2020 va représenter presque 10% du space. Desean Jackson autre abonné à l’infirmerie représente également une importante partie du total (6%). Il va falloir faire des restructuration en pagaille, des trade et des cuts (seuls les cut de Barnett et Goodwin présentent un vrai intérêt financier car pas de dead cap) afin d’assainir les finances tout en ayant peu d’espace pour améliorer l’équipe. L’intersaison de la franchise va être mouvementé avec peu de marge pour améliorer l’effectif. Se sera le moment de voir si les draft successives vont apporter la qualité espérée. Il faudra aussi se demander comment l’équipe peut se retrouver avec autant de blessés (il y a eu beaucoup de blessés dans chaque équipe mais Phlly reste la plus touchée et sans solution de replis)

Après avoir connu la consécration lors du Superbowl 2017, les Eagles semblent avoir du mal à reprendre la marche en avant. Grâce à une division faible, ils arrivent souvent à se qualifier pour les playoffs mais sans pouvoir prétendre à passer un tour. L’attaque patine et le successeur de Frank Reich n’a pas été trouvé. Roseman semble en difficulté devant la tâche ardue qui l’attend (réduire la voilure des salaires). Pederson semble sans solutions et paye la mauvaise construction de son Coaching Staff. Même le secteur défensif dirigé par Schwartz commence à montrer des signes de faiblesse. Carson Wentz qui alterne le mauvais (Passing Grade PFF de 43,5) et le très bon est-il le franchise QB de cette équipe ? La saison risque d’être longue pour les fans des Eagles avant peut-être de gros changements à venir lors de l’intersaison 2020-2021.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :