A l'affiche NFL

La NFL à l’épreuve de la COVID-19

La COVID-19 est parvenue à faire ce que les esprits les plus fous n’ont jamais réussi: conquérir le monde. Depuis cette invasion qui a frappé de plein fouet le monde occidental dès le début de l’année 2020, chacun tente à son niveau de se prémunir et poursuivre ses activités à l’aide de protocoles construits pour l’occasion. Tous ? Non, la National Football League semble avoir désespérément cherché à faire comme si ce virus n’existait pas ou que le temps ferait son œuvre et pourrait maintenant bien le regretter.

La genèse

Flashback: le 2 février 2020 s’est disputé à Miami en Floride le Super Bowl LIV, l’apothéose de la saison de football, opposant les Kansas City Chiefs aux San Francisco 49ers. C’est le jour des superlatifs aux USA, celui où l’on consomme le plus de pizzas, d’ailes de poulets, etc. Mais dans le même temps, un mal insidieux s’installe outre-Atlantique. Le 1er cas de COVID-19 au pays de l’oncle Sam s’est déclaré le 21 janvier 2020. Le 10, quelques jours après le Super Bowl, le Président des Etats-Unis déclarait « En avril, dès que les températures auront un peu remonté, ce virus disparaîtra. Comme par miracle ». Malheureusement, la vague a commencé à s’abattre sur les Etats-Unis dès le mois de mars, quand la France et d’autres pays européens connaissaient le confinement. Le 11 mars, tous les fans de basket sont sous le choc, la NBA suspend sa saison après qu’un joueur des Utah Jazz ait été testé positif. Dès le 11 avril, les USA deviennent le pays le plus endeuillé au monde avec plus de 20000 morts pour 500000 cas. A cette date, il est évident que même avec beaucoup de volonté, ignorer ce virus n’est plus possible. Et guess what ? Au 11 avril, il restait encore 5 mois avant l’ouverture de la saison 2020 pour que le commissioner Roger Goodell organise un championnat COVID compatible.

Le plan de la NFL

Il faut attendre le 3 juillet pour prendre ENFIN connaissance du plan de la NFL pour faire face au coronavirus. C’est alors un document de 40 pages qui est adressé à toutes les franchises et qui détaille les modalités de mise en œuvre des training camps et de la preseason, car à ce moment là, il est toujours d’actualité de disputer une pré-saison. Mais surtout, de la marche à suivre en cas de contamination !

La NFL comme la MLB a étudié la possibilité d’organiser le championnat dans une bulle à l’instar de la NBA mais il a été décidé par la NFL et la NFLPA (le syndicat des joueurs) que ce n’était pas une option viable. Et c’est, selon les mots du Dr Allen Mills, le medical officer de la NFL, une « virtual football bubble » qui doit être mise en place.

Avant de pouvoir reprendre le football, la NFL a alors demandé aux 32 franchises de mettre leurs installations en conformité avec les guidelines du protocole COVID à travers un plan spécifique à chaque installation appelé IDER (Infectious Disease Emergency Response). Outre ce plan adapté aux locaux de chaque équipe (NDLR: Regardez le dernier Hard Knocks pour avoir une très bonne représentation de ce qui a été mis en place par les franchises), chaque équipe doit strictement respecter le protocole ci-dessous:

  • Les clubs doivent établir un protocole de distanciation physique permettant de garantir une distance de 6 pieds entre les individus au sein des installations sportives
  • Les entraînements et séances de renforcement musculaires ne doivent pas dépasser 15 personnes ou alors respecter la distanciation physique
  • Tous les joueurs et le personnel doivent porter un masque au sein des installations
  • Les coachs doivent porter un masque quand ils supervisent les entraînements
  • Autant que possible, les réunions doivent être organisées virtuellement. Sinon, elles doivent être organisées en extérieur, en respectant la distanciation physique et en portant un masque.
  • Les clubs doivent avoir 2 semaines de stock de consommables d’hygiène.
Vestiaires des Detroit Lions équipés de séparations en plexiglass

Notons également que les installations sportives ne seront désormais accessibles qu’aux seules personnes autorisées, selon les catégories détaillées ci-dessous:

  • Tier 1: Les joueurs et le personnel essentiel dont le travail requiert un accès direct aux joueurs pour plus de 10 minutes régulièrement. Maximum 60 par jour en plus des joueurs sur le roster. Les personnels du Tier 1 sont autorisés à rentrer dans les Restricted Areas.
  • Tier 2: Le reste du personnel essentiel qui peut avoir besoin d’être en contact avec les staffs du Tier 1 (non joueurs) et qui pourraient avoir besoin d’accéder aux zones réservées. Maximum 40 personnes par jour. Accès limité aux Restricted Areas.
  • Tier 3: Le reste du personnel. Doivent éviter de rentrer en contact avec le Tier 1. Maximum 30 personnes par jour. Sont autorisés à rentrer dans les Restricted Areas SEULEMENT quand les Tier 1 & 2 n’y sont pas présents.
Restricted Area – Cleveland Browns

En cas de contamination, la personne infectée doit immédiatement s’isoler du reste des membres du personnel jusqu’à ce qu’elle reçoive une autorisation de reprise des activités de la part des médecins. Le club doit alors prendre les mesures nécessaires pour réduire les contaminations au sein des membres de l’organisation en identifiant toutes les personnes qui ont été en contact et en surveillant de près l’apparition de symptômes. Toute personne ayant été en contact dans les 48H doit subir un test PCR, un 2nd doit être réalisé 24H plus tard si le premier est négatif. Les individus testés doivent s’isoler le temps de la réponse du test.

Pour simplifier, en cas de test positif, 2 cas de figure sont possible:

  • L’individu est asymptomatique: Il ne peut reprendre que 10 jours après le test initial OU 5 jours après si il a eu 2 tests négatifs séparés de 24H ET après approbation du médecin du club
  • L’individu éprouve les symptômes du virus: Il ne peut reprendre que au moins 10 jours après l’apparition des 1ers symptômes, 72H après les derniers symptômes ET après approbation du médecin du club, consultation auprès de la Infection Control Education for Major Sports (ICS) et du Chief Medical Officer de la NFL.

#WeWantToPlay

Le 19 juillet, après que la NFL ait envoyé la veille aux franchises un mémo pour confirmer que les Training Camps débuteraient aux dates prévues, le hashtag #WeWantToPlay envahit les réseaux sociaux. Porté par des joueurs phares de la Ligue (Russell Wilson, Patrick Mahomes, JJ Watt…), le mouvement a pour objectif de faire comprendre à la NFL que les joueurs ne se sentent pas en sécurité avec le protocole établi et menacent de ne pas se rendre sur les terrains. Afin que le public comprenne parfaitement l’enjeu, J.J. Watt résume en un tweet la situation.

Les principales demandes des joueurs sont d’avoir des tests quotidiens, l’annulation des matchs de pré-saison, une période de remise en condition adaptée, la mise en œuvre d’une possibilité d’opt-out équitable et une clarification du protocole leur garantissant, ainsi qu’à leurs familles, le maximum de sécurité. Mais la NFLPA insiste également sur des points restés en suspens et pour lesquels la NFL n’a apporté aucune réponse, reprochant à la Ligue de faire porter le poids d’un report ou d’une annulation sur les joueurs plutôt que de proposer un plan: comment envisage t’on les amendes prévues dans le CBA si les joueurs ne se présentent pas à l’entraînement ? Quel est le plan de la Ligue face aux matchs qui devraient être décalés voire annulés ? A quelles difficultés financières les joueurs devraient faire face dans ce cas ?

The Big Deal

Le 24 juillet, après plusieurs jours de négociation, un accord est enfin trouvé. La NFL accède en grande partie aux demandes des joueurs et la NFLPA signe donc l’avenant au Collective Bargain Agreement spécifique à la pandémie. Roger Goodell se satisfait de cet accord « Les clubs de la NFL et la Players Association ont accepté l’accord qui, dans l’ensemble, répond qux principales inquiétudes relatives à l’ouverture des training camps et au lancement de la saison 2020 » Ainsi sont également prévus un testing par test PCR de l’ensemble des participants avant de pouvoir pénétrer dans les installations.

Et surtout, le deal permet de régler les points suivants:

  • Des practice-squad de 16 personnes
  • La possibilité d’opt-out avec une rémunération différente selon que c’est un choix personnel ou une décision car le joueur est considéré à risque
  • L’annulation des matchs de pré-saison
  • La répartition des impacts financiers de la COVID sur le cap space sur les 4 prochaines années
  • Des rosters spécial COVID (80 joueurs jusqu’au 16.08)
  • Si des annulations de matchs survenaient, les joueurs ayant des contrats avec guaranteed money toucheront bien leur dû jusqu’à 2 ans après la saison

Et maintenant ?

Il est amusant de constater que la NFL a principalement envisagé devoir décaler le début de sa saison et non manager des interruptions en cours de saison. En effet, si elle s’est gardé de la flexibilité en annonçant que le Super Bowl prévu le 7 février 2021 pouvait être reculé de plusieurs semaines, il apparaît que la Ligue avait surtout anticipé devoir décaler le début de sa saison.

Image

Le bon Dr Allen Mills lui-même semble avoir eu une confiance excessive dans les protocoles instaurés même si dès le départ, la cohabitation a bien été envisagée. « We know it’s going to be tough, but I believe we have protocols and screening in place that can help us identify this and we’ve got an unbelievable commitment on behalf of the players, coaches, staffs and our medical teams and so we’re all working together to do this […] That’s the challenge we all have and that’s the challenge we’re embracing here in the NFL. »

Depuis la Week 4, la NFL est désormais confrontée à la gestion de crise COVID en son sein. Les Titans ont ouvert le bal avec des contaminations en pagaille et la Ligue a donné l’impression de gérer avec sang froid et pragmatisme ce défi sanitaire. Tout le monde étant testé, confiné et astreint aux protocoles draconiens de la NFL tandis que leur match contre les Steelers était reporté au 25 octobre.

Le doute s’installe en revanche quant à la gestion du cas Cam Newton. Lorsqu’il a été annoncé positif au coronavirus dans la matinée du 03 octobre, c’est panique à bord. Les Patriots sont renvoyé chez eux alors qu’ils s’apprêtaient à partir pour Kansas City, en attente de consignes de la part de la Ligue, qui décide finalement de seulement décaler le Sunday Night Football au lundi ou mardi soir.

Oui, si vous êtes arrivés avec ténacité jusqu’à cette partie du papier vous avez bien lu. Le quarterback des New England Patriots est positif à la COVID-19 mais le reste de l’équipe va tout de même disputer son match face aux Kansas City Chiefs avec un simple report de 24H… Les Patriots ont donc organisé un voyage en 2 avions. L’un pour ceux qui ont été contact rapproché avec Cam Newton et le second pour ceux qui ne l’ont pas été.

Alors certes, cela ne sort pas du cadre établi par le protocole communiqué aux franchises le 3 juillet. Néanmoins, quand on connaît aujourd’hui le temps d’incubation du virus (5,1 jours), on s’interroge sur la légitimité de ce choix et de ces implications pour la santé des joueurs et de tous les personnels qui gravitent autour des joueurs. Le cornerback star des Pats, Stephan Gilmore est d’ailleurs diagnostiqué positif 2 jours plus tard.

Après seulement 2 semaines de cas relativement sporadiques ramenés au nombre de joueurs total, c’est déjà un casse-tête pour replanifier les matchs. 11 matchs de l’AFC ont vu leur planification affectée par le coronavirus tandis que 3 ont du être reprogrammés sur différentes semaines. La NFL et son commissionnaire Roger Goodell savent que la saison n’ira pas à son terme à ce rythme ! C’est pourquoi ce mardi 13 octobre, de nouveaux protocoles ont été annoncés par la NFL. Désormais, toute personne en contact à « haut risque » avec un cas positif devra respecter une période d’isolement de 5 jours, même si elle est testée négative. De plus, si un joueur est testé positif après le mardi, lui comme ses contacts à « haut risque » ne pourront pas jouer, à minima, le match de la semaine et plus selon les tests et les symptômes.

La NFL veut sauvegarder son business et sa saison, les propriétaires leurs revenus et les joueurs leur santé et leur paye. La Ligue peut menacer les joueurs, les coachs et le staff de les amender si ceux-ci ne respectent pas les protocoles mais la tenue de la saison n’est pas viable si la National Football League choisit de faire disputer des matchs dans les 24H après la survenue de cas positifs dans les franchises. Roger Goodell l’a bien compris et c’est dans cette optique que les protocoles ont été rendu encore plus stricts. La Ligue veut plus que tout que sa saison aille jusqu’au bout même si elle doit ajouter une Week 18, option également envisagée, bien que tout sera fait pour que les 256 matchs soient joués en 17 semaines selon les dires de Troy Vincent, le  Executive vice president of football operations. Alors outre les blessures qui n’épargnent personne, la COVID impactera les rosters durablement tout au long de la saison et les cas d’équipes jouant sans leurs stars se reproduiront. Mais coûte que coûte, la saison régulière ira à son terme. Dans le même temps, dans un pays où les contrastes sont forts, le Gouverneur de Floride a pris une décision aux antipodes et autorisé les Dolphins a réouvrir les portes de leur stade et accueillir 65000 personnes…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :