Basket Equipes nationales

JO sans NBA : l’équipe de France taillée pour l’or ?

La prochaine saison de NBA va très probablement empiéter sur les Jeux olympiques de Tokyo cet été. Les équipes nationales vont donc logiquement être remaniées de sorte à ce qu’aucun joueur de la grande ligue ne soit convoqué. Et à ce petit jeu, la France a de quoi s’en sortir brillamment.

« Il est peu probable que nous nous arrêterons pour les Jeux olympiques ». Les mots prononcés par Adam Silver il y a quelques jours ont été entendus par les joueurs et les sélectionneurs du monde entier. Si NBA et JO se superposent, ce seront les franchises qui auront le pouvoir. Les joueurs qui évoluent dans la grande ligue n’intégreront donc pas leur équipe nationale pour disputer le prestigieux tournoi, organisé cette année à Tokyo. Cet imbroglio dans le calendrier est bien sûr à mettre sur le compte de la crise sanitaire, qui a bousculé plusieurs choses : la fin de saison 2020 de NBA ne s’est achevée que cette semaine et repousse du même coup le calendrier de la suivante, et les JO de Tokyo sont décalés de 2020 à 2021.

Sans NBA, mais pas sans talent

Un sacré manque de chance pour ceux qui voulaient admirer les stars NBA sous les couleurs de leur équipe nationale, ceux qui voulaient voir les USA revenir avec une Dream Team après l’échec de la dernière Coupe du Monde, et aussi ceux qui voulaient tout simplement participer à cet événement ! C’est le cas d’Evan Fournier qui, après avoir manqué ceux de Rio en 2016 sur choix du sélectionneur Vincent Collet, se voyait bien jouer pour la France au Japon. Encore raté pour lui.

Mais que l’arrière du Magic se rassure, les Bleus ne sont pas les plus à plaindre de cette situation inédite. Mieux, la France a en son sein un vivier d’excellents joueurs qui n’évoluent pas en NBA et qui peuvent faire des dégâts cet été. Une telle densité de bons joueurs qui fait des français une des nations favorites de la compétition. Les absences de Batum, Fournier, Gobert, Ntilikina, Poirier, Okobo, Luwawu-Cabarrot, voire Doumbouya et Mahimi peuvent être palliées, à une moindre mesure bien sûr.

Pour commencer, la France pourra toujours compter sur certains de ses hommes forts des dernières compétitions. Nando de Colo devrait logiquement se voir attribuer les clés du camion, en tant que leader de cette équipe. Le joueur de Fenerbahce a du vécu, que ce soit en club ou avec la sélection. Il sait scorer et va apporter son expérience à cette équipe dont il sera l’atout majeur lors de ces JO si particuliers.

Nando de Colo a tout pour être le leader des Bleus (crédits : AFP/Ye Aung Thu)

Dans le lot de joueurs qui ont déjà disputé des compétitions majeures avec la France, on retrouve les meneurs Thomas Heurtel et Andrew Albicy. Deux profils totalement différents qui ont de quoi apporter. Heurtel du talent, de l’assurance dans le jeu offensif, Albicy une énorme défense sur l’homme et un état d’esprit de gagnant. Antoine Diot peut lui aussi être convoqué, mais ses dernières saisons compliquées, tant au niveau des blessures que du jeu proposé, laissent penser que sa place peut revenir à d’autres.

À d’autres postes, Axel Toupane, peut lui aussi se transformer en moteur de l’équipe. Après avoir participé à la Coupe du Monde 2019, il garde un coup d’avance pour s’installer dans la sélection. Même constat pour Amath M’Baye qui a plutôt convaincu en Chine, au point d’être un titulaire de Vincent Collet. L’historique Charles Kahudi peut encore donner tout ce qu’il a pour la France, comme il le fait depuis près de 10 ans. Enfin, Louis Labayrie peut surfer sur la vague qui lui permet de disputer toutes les compétitions majeures avec la France, pour rester dans la rotation, malgré un poste 4 bien fourni…

Quelles forces en présence ?

Car oui, Labayrie doit faire face à une concurrence féroce. M’Baye donc, qui peut résolument jouer en 3, mais aussi Adrien Moerman, qui pourrait enfin disputer une compétition en Bleu. Pour rappel, l’ailier fort d’Istanbul s’était blessé avant la Coupe du Monde 2019. À prévoir avec la tunique nationale aussi, les anciens de NBA. Guerschon Yabusele a retrouvé l’équipe de France début 2020, après son passage avorté en Chine, pour les éliminatoires de l’Euro. Joffrey Lauvergne n’a pas eu cette chance mais garde tout de même toutes ses chances avec l’absence de Gobert.

Parmi ceux qui ont disputé les éliminatoires de l’Euro 2021 en février (qui s’étaient d’ailleurs soldés par une défaite contre l’Allemagne et une victoire brouillonne face au Monténégro), les deux Axel du groupe ont été désignés comme des leaders du groupe sans NBA et sans Euroleague par Vincent Collet. Axel Julien et Axel Bouteille auront leur carte à jouer. Le premier joue son meilleur basket avec Dijon, et le second n’en fini plus d’impressionner du côté de l’Espagne, avec quelques performances de haut niveau. Moustapha Fall pourrait aussi devenir un élément important de l’équipe grâce à son apport de taille (2m18) et d’intelligence de jeu. Enfin, Isaïa Cordinier, Paul Lacombe, Jonathan Rousselle et autres Fabien Causeur et Rodrigue Beaubois peuvent aussi rendre de fiers services à l’équipe de France.

Pas de NBA, pas de problèmes pour l’équipe de France qui dispose d’assez de joueurs talentueux en Europe pour pouvoir rivaliser sur cette compétition. Dans les autres nations, c’est déjà plus inquiétant pour les États-Unis ou la Serbie, privés de beaucoup de joueurs. Comme pour le mondial, l’Argentine et l’Espagne risquent, elles, de profiter de la situation.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :