Café Crème Sport

Un derby parisien en Ligue 1 la saison prochaine ?

Demain soir à 19h, la Berrichonne de Châteauroux reçoit le surprenant leader Parisien dans le cadre de la 8e journée de Ligue 2 BKT. Surprenant, car la saison dernière, l’équipe francilienne aurait pu descendre en National si l’arrêt du championnat n’avait pas été prononcé début mars. Entraîné par René Girard depuis le 6 janvier dernier, le Paris Football Club (ainsi que les fans du football français) se met à rêver quant à l’éventualité d’un derby parisien en Ligue 1 la saison prochaine…

Avant toute chose, il est nécessaire de rappeler brièvement, quelles ont été les grandes étapes de l’histoire du Paris FC. Les plus jeunes ne le savent peut-être pas, mais le PFC a déjà évolué en Ligue 1, car c’était durant les années 70. Juste avant cela, en 1969, le Paris Football Club voit le jour le 1er août. Le but est simple, faire de ce club le meilleur de la capitale française, car à la fin des années 60, le football francilien est en chute libre. Seul le Red Star subsiste en première division. Problème, le club se situe à Saint-Ouen et non dans Paris même. Il faut donc faire en sorte que la ville de Paris se dote d’un grand club de football à l’instar des autres grandes capitales européennes.

Le premier logo du Paris FC. (Crédits : logos-vector.com)

Cependant, ce club n’est que virtuel et les têtes pensantes du projet cherchent à tout prix un club avec qui fusionner pour accéder directement à la première division. Seulement, la LFP ne le veut pas, et aucun club n’est prêt à se fondre dans le PFC. La solution survient le 21 mai 1970 lorsque le Stade saint-germanois accepte de le faire. Les deux entités deviennent alors le Paris Saint-Germain Football Club. Une saison plus tard, le PSG se retrouve en D1 après avoir été sacré champion de France de D2. Malheureusement, la coexistence de tous les acteurs concernés par le projet n’est pas bonne. À l’époque, ils ne s’étaient, notamment, pas entendus sur le nom du club et donc les membres initiaux du Paris FC ont décidé de se séparer du PSG à l’issue de la saison 1971-1972.

Roger Lemerre fut l’entraîneur du Paris FC de 1979 à 1981. (Crédits : rmcsports.bfmtv.com)

Nous y arrivons, le Paris FC récupère le statut professionnel ainsi que sa place en D1 du PSG, tandis que celui-ci redescend en D3. C’est donc à ce moment-là de son histoire (si particulière), que le PFC résiste deux saisons au sein de l’élite du football français avant de redescendre en D2. Ironie de l’histoire, le PSG remonte en D1 et ne redescendra plus. Le Paris FC parvient à remonter en 1978 et joue deux derby durant lesquels aucun des deux clubs parisiens de ressort vainqueur. Le PFC est relégué suite à un barrage perdu aux tirs aux buts face au RC Lens et les Parisiens ne remonteront jamais… jusqu’à cette année ?

Le Paris FC peut-il monter en Ligue 1 ?

Actuellement à la 1re place de Ligue 2 avec 16 points en 7 rencontres, le PFC de René Girard a gagné cinq fois pour un nul et une défaite. Meilleure attaque de son championnat, Girard n’est pas si surpris que ça, en témoigne son interview aujourd’hui pour La Nouvelle République, malgré les clichés que certains peuvent avoir sur lui. Ces dernières années, les observateurs du football français lui ont souvent tombé dessus à cause d’un jeu défensif peu fonctionnel. Ce parfait début de saison est donc une belle revanche et peut-être une manière de clore sa carrière d’entraîneur de la plus belle des manières.

« On a dit de moi que j’étais un joueur défensif alors que j’ai marqué entre cinquante et soixante-dix buts dans ma carrière. Les étiquettes collées, Girard c’est rigoureux, c’est ci ou ça… On essaie d’avoir un groupe qui prend du plaisir même si on ne peut pas dire non plus qu’on s’amuse. L’idée, c’est d’être le plus performant possible. La rigueur, si c’est un défaut… »

René Girard dans La Nouvelle République ce 23 octobre.

Sur le terrain, l’équipe du champion de France 2012 est relativement stéréotypée, car il le faut pour être une équipe capable de jouer la montée. Ce Paris FC est une formation qui évolue en 4-4-2, mais elle a également évolué en 4-3-3 en début d’exercice. Les joueurs tentent de garder la balle, mais dans un championnat où la plupart des équipes se valent, il est compliqué d’avoir une grosse possession moyenne. Les Parisiens en ont une de 43,5 % alors que le meilleur est le club de Troyes avec une moyenne de 48,6 %. Alternant entre des rythmes plus ou moins élevés, les hommes de René Girard tirent beaucoup au but et s’offrent de belles occasions de but à chaque match. Ce n’est pas nécessairement du beau jeu, mais pour le moment, cela fonctionne.

René Girard est en train de vivre une belle aventure francilienne. (Crédits : sport.francetvinfo.fr)

Enfin, quels sont les artisans de ce très beau début de saison ? En premier lieu, il faut saluer les remarquables performances de Julien Lopez, le frère de Maxime. Très polyvalent, il a déjà été décisif à trois reprises. Dans le même registre, il y a l’ancien Sochalien Florian Martin qui a marqué trois fois et délivré une passe décisive. Plus jeunes, nous avons Saïd Arab (celui qui a donné la victoire aux siens le week-end dernier) et Gaëtan Laura qui ont participé aux sept premières journées et sont des titulaires en puissance. La force du PFC, René Girard la puise du mélange parfait entre l’expérience et l’insouciance des uns et des autres. Parmi ceux qui ont joué durant les sept premières rencontres, quatre ont plus de 30 ans.

Qui aurait parié sur le Paris FC, comme un prétendant à l’accession en Ligue 1, en début de saison ? Personne. Pourtant, c’est bien réel, René Girard est peut-être en train de réaliser un magnifique exploit, pour un club qui en avait bien besoin. La route est encore longue, mais le PFC est tout à fait capable d’y arriver. Le rendez-vous est pris pour mai 2021 !

(Crédits photo de couverture : Getty Images)

Exit mobile version