Foot Ligue 1

Zinedine Ferhat ou le détonateur de jeu des Crocos

Déjà auteur de 3 buts (soit autant que sur tout l’exercice précédent) et 2 passes décisives, en seulement 6 rencontres de Ligue 1, Zinedine Ferhat réalise un début de saison canon avec son club du Nîmes Olympique. Arrivé sur le tard en première division française, l’ailier algérien a pris le temps d’éclore au plus haut niveau, d’abord en Algérie, à l’USM Alger puis en Ligue 2, au Havre, avant de débarquer la saison dernière aux Costières. Retour sur un talent brut de notre championnat.

À 27 ans, l’ailier algérien est en train de franchir un palier. Après une saison 2019/2020 tronquée, mais encourageante, Ferhat semble enfin confirmer les espoirs placés en lui par les dirigeants nîmois. Ses trois saisons très intéressantes au HAC, aussi bien sur le plan comptable que sur celui du jeu, en Ligue 2 entre 2016 et 2019 lui auront permis de se familiariser au football français et d’ainsi mieux appréhender son passage à l’échelon supérieur. En effet, durant ces trois années passées en Normandie, Zinedine Ferhat a inscrit 12 buts, délivré 37 passes décisives et cassé des dizaines de reins en une centaine de rencontres de Ligue 2.

Un ailier au profil très moderne

Depuis son arrivée en France (et même avant), Zinedine Ferhat est considéré par beaucoup comme un ailier mordant la ligne de touche et passant son temps à dribbler. Même si cette affirmation n’est pas totalement infondée, elle reste néanmoins assez loin de la vérité et assez réductrice compte tenu de l’apport de l’ailier algérien. Oui, le n°10 nîmois est un formidable dribbleur et possède des qualités de percussion et d’élimination bien au dessus de la moyenne – d’ailleurs ses statistiques dans ce domaine en attestent : avec une moyenne d’environ 3,8 dribbles/match et un taux de conversion s’élevant à un peu plus de 51 %, Zinedine Ferhat fait partie des meilleurs élèves en la matière en Ligue 1 depuis son arrivée -, mais l’international algérien est aussi et surtout le faiseur de jeu du club gardois. Ce constat a été d’autant plus frappant lors de l’absence de ce dernier, au mois d’octobre (blessure aux adducteurs), où Nîmes a enchaîné les prestations plus qu’insuffisantes offensivement et n’a pas réussi à trouver le chemin des filets en trois rencontres.

Auteur de 9 passes clés cette saison (leader de son équipe avec trois matchs de moins), Ferhat avait déjà montré toute l’étendue de son talent, la saison dernière, lorsqu’il s’agit d’être le leader technique de son équipe, en réalisant 49 passes clés (4e de Ligue 1 derrière Payet, Di Maria et Mangani). Il en va de même concernant sa capacité à faire basculer les actions. En effet avec 91 Actions Menant à un Tir, le nîmois s’est classé 6e la saison dernière et a également très bien démarré la saison en cours, avant sa blessure, avec 18 « AMT ».

Son entente avec le latéral droit (qu’il s’agisse de Burner, Ripart ou Paquiez) est également un élément essentiel au bon début de saison de l’ancien joueur de l’USM Alger. En effet, dans le système de jeu mis en place par Jérôme Arpinon, Ferhat jouit d’une grande liberté et les montées incessantes du latéral droit lui permette de jouer un cran plus bas et d’ainsi pouvoir se défaire plus facilement du marquage adverse. Cela lui permet également de pouvoir se recentrer et d’organiser le jeu de son équipe d’un peu plus bas sur le terrain, expliquant en partie pourquoi il est si influent et important dans le système de jeu nîmois.

Sur la première image, Ferhat sert d’appui pour lancer la contre-attaque; sur la seconde, il prend les choses en main et organise le jeu de son équipe. (Crédits : ligue1analysis.com)

Enfin, l’autre aspect de son jeu qui nous fait dire qu’il a franchi un palier et est devenu un joueur plus complet, c’est son apport défensif ainsi que son jeu aérien. Il est vrai que c’est un domaine dans lequel nous ne pensons pas forcément à lui de prime abord, mais avec son gabarit plutôt athlétique pour son poste (1,80m) et son intelligence de jeu et de placement, Zinedine Ferhat remporte énormément de duels (57,1 %) et de duels aériens (58 %). Sa faculté à remporter ses duels aériens ont d’ailleurs poussé Jérôme Arpinon à « forcer » les relances longues de Baptiste Reynet vers le n°10 nîmois et ainsi permettre à ses coéquipiers d’être à la récupération des seconds ballons.

Ces phases de jeu permettent aux nîmois de très vite trouver un joueur dans le half-space droit et d’apporter immédiatement du danger dans le camp adverse. (Crédits : ligue1analysis.com)

D’un point de vue « purement » défensif, même si ce n’est évidemment pas la qualité première de Ferhat, ses retours défensifs sont souvent efficaces, il a notamment réussi près de 89 % de ses tacles (9 tentés). Il récupère également un bon nombre de ballons par match (4,6 ballons/match en moyenne) et réalise environ 1,6 dégagements/matchs. Des stats tout à fait honorables pour un joueur offensif, qui plus est garant du jeu de son équipe.

Une efficacité grandissante

Si le début de saison de l’ailier algérien est autant réussit c’est aussi et surtout parce que ce dernier a gagné en efficacité… devant le but, mais également dans ses centres ainsi que dans ses déplacements (une des ses plus grosses qualités).

Comme évoqué plus haut, Ferhat bénéficie d’une grande liberté sur le pré. Et pour un joueur avec une aussi bonne compréhension du jeu, cela fait tout de suite la différence. En témoigne cette action face au Stade Rennais où son déplacement vers la surface de réparation permet à Yassine Benrhaou d’avoir plusieurs solutions de passes et à Renaud Ripart de dédoubler sur le côté droit.

(Crédit : ligue1analysis.com)

En ce qui concerne le dernier geste, là aussi Zinedine Ferhat semble en net progrès. On connaissait tous le Ferhat passeur (40 passes décisives lors de ses 4 saisons en France, Ligue 1 et Ligue 2 confondues), mais on connaissait moins le Ferhat buteur. Avec trois réalisations, le n°10 nîmois a donc déjà égalé son total de la saison dernière et il y a fort à parier qu’il réussira même à battre son record assez largement. Mais alors, comment expliquer qu’un joueur n’ayant jamais dépassé les 5 buts dans une seule et même saison de championnat ait un déclic et se mette à être plus décisif ?

Tout d’abord il y a tout simplement l’environnement dans lequel évolue un joueur ainsi que son expérience. Ferhat approche des 28 ans et arrive dans le « prime » de sa carrière, au moment où il doit être le meilleur pendant 4/5 saisons voire plus. Ensuite, et c’est probablement le plus important, il y a eu le changement d’entraîneur et le départ de Bernard Blaquart remplacé par Jérôme Arpinon. Ce dernier, comme dit plus haut, lui confère plus de responsabilités ainsi que plus de libertés d’expressions. Zinedine Ferhat est aujourd’hui le joueur n°1 des Crocodiles et semble gagner en confiance match après match. Son superbe but inscrit face au FC Nantes, le 30 août dernier, en est le parfait exemple.

Alors que les Crocos sont dans une bien mauvaise passe au classement (18e) et risquent très fortement de lutter toute la saison pour leur maintien, le salut pourrait bien venir de l’international algérien, Zinedine Ferhat. Ce dernier est en train de monter en puissance depuis le début d’année et son retour de blessure pour la réception du SCO d’Angers, ce weekend, tombe à point nommé.

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :