NFL Sport US

Warren Moon : un quarterback de légende victorieux du racisme

Mardi 11 Novembre 2020, la NFL vote une nouvelle règle peu orthodoxe, les franchises NFL qui développeront des coachs et du personnel de couleur se verront récompenser de 3ème tour de draft compensatoire. Une décision qui met en lumière un symptôme encore présent dans la NFL de nos jours : Il existe un problème racial dans le monde du football en Amérique. Et pourtant, il y a bien longtemps que ces mentalités ont commencé à être exposées, et en 1984, l’un des précurseurs dans la quête de la reconnaissance des personnes de couleurs en NFL entra dans la grande ligue : le quarterback Warren Moon.

Quarterback Warren Moon #1 of the Houston Oilers looks to pass against the Cleveland Browns at Municipal Stadium on November 30, 1986 in Cleveland, Ohio. (Photo by George Gojkovich/Getty Images)

Un style de jeu moderne et naturel

Aujourd’hui, quand on demande à la majorité des analystes, des experts ou tout simplement des fans de football dans le monde entier, un avis sur le joueur qu’était Moon, la réponse est limpide : Warren était l’un des tous meilleurs quarterback de tous les temps de la ligue. Plus que ça c’est aujourd’hui encore le détenteur de nombreux records pour sa la franchise des Tennessee Titans (Ex-Houston Oilers à l’époque du joueur).

Les journalistes ne manquent pas de l’honorer d’un talent de grand leader, un meneur d’homme, capable de fédérer autour de lui et surtout de tirer le plein potentiel d’un groupe pour gagner les matchs. En plus de cet aspect psychologique, Moon était l’un des meilleures techniciens de la passe ayant joué en NFL. Son lancer est naturel, jamais forcé, si simple mais diablement efficace. Sa vitesse d’exécution est incroyable et le ballon fuse à la sortie de sa main. Moon lance des vrais lasers encore et encore avec une aisance rarement vue dans le passé et rarement retrouvée de nos jours. D’après les mesures réalisées sur ses lancers l’ex joueur des Huskies de Washington pouvait lancer des ballons d’une précision chirurgicale à plus de 50 km/h en sortie de main. Tout simplement incroyable. Ces lancers si purs émettaient un son caractéristique, un zip jamais égalé en NFL, en plus d’être une beauté visuel, ces derniers sont aussi des beautés auditives, l’esthétisme et l’efficacité à son paroxysme.

La technique ne fait pas tout me direz-vous. Le physique occupe une place prépondérante dans le football notamment au poste de quarterback et bien Moon une fois de plus cochait toutes les cases. Le joueur était jonché à 1m91 pour 100kg des mensurations idéales pour son poste. De plus, Moon avait de la puissance à revendre que ce soit dans ses bras mais aussi dans ses jambes, couplé à une très bonne vitesse Warren Moon pouvait être aussi bien un danger dans les airs qu’au sol. Il est l’un des profils de Dual Threat le plus abouti à son époque.

En dehors du terrain Warren Moon est aussi un esthète, un profond travailleur qui prend soin de son corps et de son esprit. En plus de ses programmes de musculations qu’il suit ardemment, Warren Moon porte une attention particulière sur chaque partie de son corps y compris ses ongles. En effet pour lancer des passes parfaites, Warren devait avoir des ongles parfaits. Moon est la définition du perfectionniste.

Durant sa carrière NFL longue de 17 ans, Warren Moon lança 291 touchdowns pour 233 interceptions, 49 325 yards et ajouta 22 touchdowns au sol. Moon détient toujours aujourd’hui 37 records pour la franchise des Titans du Tennessee.

Ces statistiques sont le fruit de la persévérance et du travail, contre vents et marrées, car après la draft de 1978, Moon n’est pas repêché malgré un talent évident et 12 tours de draft à cette époque. Car pour les instances dirigeantes des franchises NFL Warren Moon a une caractéristique qui dérange, qui ne lui permet pas d’être un quarterback en NFL, Warren Moon est noir.

“Back then, black quarterback didn’t get a shot in the NFL”

Dans les années 70, beaucoup d’afro-américains évoluaient déjà en NFL, cependant ils n’occupaient que certains postes « physiques » , wide receiver, cornerback, running back et certaines positions étaient considérés impropre pour un joueur noir, notamment le poste de quarterback. En sortie d’université, les joueurs noirs qui évoluaient au poste de centre, middle linebacker, ou quarterback se voyaient demander de changer de poste. Warren Moon ne dérogea pas à la règle mais sa réponse fut catégorique. Il était, est et sera un quarterback quelque en soit le prix. Les inepties et stéréotypes étaient tenaces à cette époque, Moon fut donc jugé comme pas assez intelligent, qu’il n’avait pas la force dans le bras, qu’il était trop petit et qu’il n’avait pas un style adapté pour jouer à son poste de prédilection en NFL. A la fin des 12 rounds de la draft 1978 Warren Moon ne fut repêché par aucune franchise et commença son combat contre le racisme comme un undrafted free agent.

Et à ce moment-là quand beaucoup aurait baissé la tête, Moon fit tout l’inverse. Si la NFL ne voulait pas lui donner sa chance alors il allait inventer lui-même la sienne. Son premier arrêt : le Canada. Chez les voisins de l’Amérique, Moon éclaboussa de sa classe et de son talent permettant aux Eskimos d’Edmonton de gagner 5 championnats de football canadien de suite de 1978 à 1983. Accumulant au passage, 144 touchdowns, 77 interceptions, 21 228 yards et 14 touchdowns à la course. Une véritable démonstration.

Warren Moon lors de son passage aux Edmonton Eskimos en CFL (crédit photo : esks.com)

De part ses performances, son talent indéniable et sa persévérance, Moon comme il l’attendait se créa lui-même son shot en NFL. En 1984, les Hoilers de Houston signèrent Warren Moon en tant que joueur libre, la suite appartient à l’histoire. A partir de ce moment-là Warren avait commencé à gagner sa bataille contre le racisme et les stéréotypes en NFL, le reste de sa carrière lui permirent d’achever son œuvre. A coup de passes tranchantes, de chevauchées fantastiques et de touchdowns de légende, Moon conquis le coeur des fans, et montra définitivement qu’un homme de couleur a sa place au poste de quarterback en NFL.

« Warren Moon est l’un des gars qui est allé bien au-delà des simples statistiques. Warren Moon a effacé la terminologie de « black quarterback » de la NFL ».

Gerry Sandusky

Warren Moon fait donc partie de ces types de joueur qui ne font pas que nous éblouir par leur talent sur le terrain. Il est une vraie icône sociale, politique, qui mène encore aujourd’hui un combat profond contre le racisme en NFL. Il agit notamment comme consultant pour ses successeurs spirituels, Cam Newton ou Russel Wilson. Dans ses mémoires, Moon mets en évidence que certaines prises de positions notamment raciales changent très lentement dans la NFL. Aujourd’hui les dernières mesures prises par la ligue corroborent l’affirmation de l’ex-quarterback mais ces directives, sans poser de jugement positif ou négatif, ont au moins le mérite de mettre en lumière certains dysfonctionnements encore présents dans cette ligue.

Warren Moon lors de son intronisation au Hall of Fame en 2006 (crédit photo : BQB-site.com)

Warren Moon est de nos jours, le premier et le seul quarterback afro-américain à avoir été intronisé au Hall of Fame. C’était en 2006 et son discours, toujours d’actualité, permet de tous nous faire réfléchir.

« Je ne joue pas au football juste pour moi, ou juste pour mes coéquipiers. J’ai la responsabilité de jouer au football pour mon peuple. »

Warren Moon en 2006 lors de son intronisation au Hall of Fame

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :