Site icon Café Crème Sport

L’undercut du CCS – #3 : Jusqu’où peut aller Lewis Hamilton ?

Après chaque weekend de Grand Prix de Formule 1, le CCS vous propose de traiter en détail une règle, une stratégie ou tout simplement un fait de course en rapport avec un événement marquant des essais libres, des qualifications ou de la course. Et aujourd’hui, à événement exceptionnel, « undercut du CCS » exceptionnel… il ne vous aura pas échappé qu’hier Lewis Hamilton est devenu champion du monde de Formule 1 pour la 7e fois de sa carrière, au terme d’une course magistrale. Même si le septuple champion du monde n’a pas encore prolongé pour la saison prochaine, nous allons nous demander jusqu’où ce dernier pourra gravir cette « montagne sans sommet » comme il le dit si bien dans le numéro du jour de l’Équipe.

Un peu de contexte

Solide leader du championnat, Lewis Hamilton s’avançait sereinement à l’amorce de ce weekend de Grand Prix du côté de l’Istanbul Park (Turquie). En effet, avec 85 points d’avance (et seulement 4 courses restantes) sur le deuxième, son coéquipier Valtteri Bottas, le pilote britannique devait inscrire au moins 6 points de plus que le pilote finlandais pour être sacré une nouvelle fois champion du monde.

Le weekend fut éprouvant pour tous les pilotes et fut disputé dans des conditions presque inédite, car au-delà de la pluie qui aura mouvementé les journées de samedi et dimanche, les 20 pilotes ont également souffert du nouveau revêtement de la piste. Ce dernier, refait seulement deux semaines avant l’arrivée des équipes, a chamboulé les plans de pas mal d’écuries et nous a offert un joli ballet de voitures tout au long de ces trois jours de courses.

Après une qualification très décevante pour les Mercedes (6e pour Hamilton et 9e pour Bottas), le pilote britannique a su tirer son épingle du jeu le lendemain, au bout d’une course gérée à merveille et dans laquelle il a montré (pour ceux qui en doutaient encore) toute l’étendue de son talent sur une piste détrempé. Lewis Hamilton s’impose donc (presque) sans trembler avec près de 30 secondes d’avance sur le second Sergio Pérez. Une course et une performance XXL, pour un champion XXL !

Lewis Hamilton en chiffres

À bientôt 36 ans, après 13 saisons passés en Formule 1 et après 7 titres de champion du monde, Lewis Hamilton est aujourd’hui une légende vivante de ce sport. Et qui dit légende vivante, dit records et chiffres démesurés et tenez-vous bien, ceux du natif de Stevenage sont assez élevés dans la démesure !

Lewis Hamilton s’ancre encore un peu plus au panthéon de la Formule 1 et du sport, en général. (Crédit : Twitter @F1)

Des chiffres qui donnent le tournis et qui accentuent un peu plus ce sentiment de domination outrageuse du britannique depuis le début de sa carrière et surtout depuis son arrivée chez Mercedes. Car il ne faut pas oublier non plus qu’il a été vice-champion du monde à deux reprises (2007 et 2016) et que lorsqu’il a connu des moments plus « difficile » (entre 2009 et 2013), il n’a jamais terminé plus loin que la 5e place au championnat du monde, une véritable prouesse dans l’histoire de la Formule 1. Il est également le seul pilote de l’histoire (à ce jour) à avoir remporté au moins une course lors de chaque saison où il fut engagé.

Et maintenant ?

Aussi étrange que cela puisse paraître, l’avenir du septuple champion du monde britannique n’est pas encore défini. En effet, le baquet est toujours « libre » aux côtés de Valtteri Bottas chez Mercedes pour la saison 2021. Même s’il paraît assez peu probable de voir Lewis Hamilton quitter le monde de la F1 en 2021, le voir partir en 2022 n’est, pour le coup, pas impossible surtout s’il remporte un 8e titre mondial, la saison prochaine. La mise en retrait de Toto Wolff (véritable mentor d’Hamilton chez Mercedes), à compter de la saison prochaine pourrait également être un facteur décisif dans la prise de décision du pilote britannique.

Très engagé socialement (lutte contre le racisme et toutes formes de discriminations, lutte contre le réchauffement climatique, lutte pour la condition animale, etc), Lewis Hamilton est une sorte d’ovni dans le paddock. Ses actions sont d’ailleurs vue d’un mauvais oeil par certains suiveurs et le fait que la FIA multiplie les GP et les accords avec des pays où la liberté de chacun n’est clairement pas respecté, pourrait également le pousser à claquer la porte de la Formule 1.

Quoiqu’il en soit, qu’il décide de partir tout de suite, dans un an, dans deux ans ou qu’il décide de rester encore cinq ans, Lewis Hamilton fera à jamais parti de l’histoire de la Formule 1 !

Bravo, CHAMP7ON ! (Crédit : Twitter @LewisHamilton)
Quitter la version mobile