Articles NBA Basket

Pourquoi Ibaka est-il plus compatible que Harrell aux Clippers ?

Les Los Angeles Clippers n’ont pas fait de grands changements pendant la Free Agency, mais ce n’est pas pour autant un échec. La preuve en est le remplacement d’Harrell, parti aux Lakers, par Serge Ibaka. Un mouvement bien plus intéressant qu’il n’y paraît.

Non, ce n’est pas catastrophique pour les Clippers de perdre le 6ème homme de l’année en titre. Montrezl Harrell s’en est allé chez le voisin et ennemi à la surprise générale. Pourtant, dans cette Free Agency fournie en pivots, Jerry West et Lawrence Frank n’ont pas traîné pour lui trouver un remplaçant : Serge Ibaka. L’ancien des Raptors arrive dans une équipe plongée dans le doute après la grosse déconvenue de l’année passée, mais il est sûrement un des joueurs pouvant aider cette franchise à passer un cap. Viser une finale de conférence et plus ? Avec Serge, c’est possible et même plus qu’avec Harrell.

Deux pivots au style bien différent

Sur le papier, la perte d’Harrell est embêtante pour les californiens. Sixième homme de l’année donc, il tourne a 18.6points à 58%, 7.1 rebonds et 1.1 contre en 27.8 minutes par match sur l’exercice précédent. Un apport considérable en sortie de banc. Le taureau a surtout formé un très joli duo avec Lou Williams offensivement. Dans la second unit, les deux compères étaient les piliers de l’attaque des Clippers. Le shoot et la création amenés par l’un, et la puissance, le rebond et le hustle amenés par l’autre. Ces qualités de gladiateurs que possèdent Harrell masquent aussi les difficultés que le pivot possède au niveau du shoot notamment. Face à une grosse défense intérieure, Harrell ne peut amener aucun spacing et doit laisser ses 2,03m proches du cercle.

C’est tout le contraire de Serge Ibaka, ancien gros contreur avec le Thunder au début des années 2010, le grand Serge s’est adapté et a développé un vrai shoot qui lui permet de soulager son équipe sur des phases compliquées à gérer. Avec Toronto l’année dernière, ce sont 15.4 points à plus de 51% au tir et 8.2 rebonds en 27 minutes par match qui garnissent sa ligne de stat. Pas tout mal pour un intérieur qui shoote. Avec ses 2.13M, soit 10cm de plus que Harrell, Ibaka a un profil plus adapté à l’équipe titulaire des Clippers. Il commencera donc les matchs au poste, contrairement à Harrell qui laissait le soin à Ivica Zubac de débuter les rencontres.

En plus de cela, un des gros arguments en faveur d’Ibaka reste la défense. Impliqué, le pivot saura exactement où se placer dans cette équipe remplie de bons défenseurs comme Leonard, George, ou encore Beverley. Là aussi, sa taille et son envergure sont des atouts et ont fait de lui le contreur redoutable qu’il reste encore aujourd’hui. Sur ce point, Harrell a un gros retard et reste une faiblesse dans la raquette défensive des Clippers. Malgré sa mobilité et son physique, il ne peut pas lutter face à des grands pivots pouvant shooter par-dessus sa tête. Autre argument non-négligeable, l’expérience d’Ibaka, déjà bagué et participant aux Finals en 2012. Au cours de sa carrière, l’espagnol a participé 10 fois aux playoffs.

Le graphique des tirs de Serge Ibaka lors de la saison 2019-20

Un bon choix pour des playoffs

Et quand on est une franchise qui veut prétendre au titre, il est indispensable d’avoir ce genre de profil, déjà très expérimenté à « seulement » 31 ans. Peut-être qu’avec Ibaka, les Clippers n’auraient pas subi l’upset terrible de l’année dernière face aux Nuggets, en perdant la finale de conférence après avoir mené 3-1 et choke certaines fins de match. Sa bague de champion, Ibaka l’a en plus gagnée avec Leonard, preuve qui le duo marche sur une campagne de post-season. Le pivot sait calmer, le jeu, rentrer des tirs importants, là où Harrell se montre plus à son avantage dans un jeu assez débridé. En playoffs, tout est plus sérieux, à commencer par la défense, là aussi un argument évoqué plus haut qui joue en faveur d’Ibaka. Bien sûr, la second unit sera privée de son scoreur, mais il reste Lou Williams, Reggie Jackson voire Luke Kennard (arrivé lors de la Free Agency) pour compenser sur cet aspect.

Serge Ibaka (à droite) et Kawhi Leonard (à gauche) se retrouvent aux Clippers après avoir gagné un titre avec Toronto en 2019 (crédits : Kyle Terada-USA TODAY Sports)

En clair, en playoffs, Serge Ibaka apporte beaucoup plus de garanties dans le jeu et dans la mentalité qu’un Montrezl Harrell. Il apporte dans ses valises cette sérénité qui manque cruellement à ces Clippers armés pour le titre. Le problème de l’année dernière n’était pas principalement le niveau des joueurs de l’équipe, mais bel et bien ce manque de mentalité de la gagne. Et avec Ibaka, tout cela risque de changer.

Harrell et les Clippers, c’est fini et c’est peut-être le début d’un renouveau. Avec l’arrivée de Serge Ibaka du côté de la Californie, Tyronn Lue peut espérer installer solidement la culture de la gagne à cette équipe. Assez pour aller jusqu’au sacre ? Rien n’est sûr avec les Clipps…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :