Site icon Café Crème Sport

Equipe de France : fenêtre grande ouverte vers l’Eurobasket 2022 !

Ce week-end se disputaient les journées 3 et 4 des matchs de qualifications pour l’Eurobasket 2022. Dans la bulle du Palais des Sports de Pau, France, Allemagne, Grande-Bretagne et Monténégro se sont retrouvés pour éclaircir l’horizon d’un groupe G extrêmement serré. Au terme de deux rencontres aux scénarios bien différents, c’est la France qui en ressort en tête !

Que cette fenêtre internationale était importante pour notre équipe de France de basket. On avait quitté les bleus victorieux du Monténégro après avoir été battus par l’Allemagne en février dernier à Vechta. A la suite de ces deux premières rencontres, la France se retrouvait avec un bilan d’une victoire – une défaite, comme tous les autres membres de ce groupe G.

Mission accomplie pour la bande à Collet !

Il fallait donc passer la vitesse supérieure. Ce fut chose faite dès vendredi avec la rencontre contre une Grande – Bretagne bien maladroite (28 % au tir !). Après avoir fait le trou dès le premier quart temps (avec une avance allant jusqu’à plus 20 points), la France s’est tranquillement imposée 79 à 56. Comme à son habitude, les Bleus ont défendu dur, particulièrement en première mi-temps (46-20 pour la France), limitant leur adversaire du soir sous les 60 points. Vincent Collet a pu compter sur un jeu collectif (21 passes décisives) caractérisé par les 9 offrandes de son meneur Andrew Albicy. Amath M’Baye (24 pts, 5 reb) et Axel Bouteille (15 pts à 5/6 à 3 pts) ont également mis leur pierre à l’édifice dans cette belle victoire française.

Yakuba Ouattara, homme fort des Bleus contre l’Allemagne. (Photo : fiba.basketball.com)

Dimanche, une autre paire de manches attendait les bleus, l’Allemagne, pays organisateur du prochain Euro. Une Nationalmannschaft revancharde après s’être inclinée deux jours plus tôt face au Monténégro. Dans un match bien plus serré que face aux Britanniques, les Bleus ont fait le trou dans le quatrième quart-temps (remporté 25-15) pour s’imposer 86-74, ratant de peu le point average.

L’équipe de France a profité de son banc (37 pts). Pas prévu dans le groupe pour cette fenêtre internationale, Yakuba Ouattara (remplaçant de dernière minute d’Axel Toupane) a fourni sa meilleure copie sous le maillot bleu avec une marque de 24 unités. L’axe 1-5 a une nouvelle fois été performant avec un Mathias Lessort concluant la rencontre avec 17 points et un joli 7/7 au tir.

La France, un vivier de talent très profond

Une fois de plus, la France a mis en lumière le nombre de talents impressionnants présent du côté de l’hexagone. Privée comme à son habitude de ses joueurs NBA pour ces fenêtres internationales, elle n’a également pas pu avoir à sa disposition les joueurs évoluant en Euroleague. Ces derniers auraient pu revenir entre leurs deux rencontres mais il était hors de question pour le coach Vincent Collet de désunir son groupe et son unité collective.

‘“Certains pays ont fait le choix de faire revenir les joueurs d’EuroLeague entre les deux matchs mais nous, on ne veut pas faire ça. On fait le pari de responsabiliser les joueurs qu’on convoque. Je ne veux pas que des joueurs arrivent en cours de route. »

Vincent Collet, sélectionneur de l’équipe de France – bebasket.fr

Malgré cette situation, le réservoir de talents importants des bleus (35 joueurs différents ont participé à des matchs de qualifications de Coupe du Monde et d’Eurobasket) a permis à la France d’obtenir 13 victoires en 16 matchs depuis l’instauration des fenêtres internationales. Autour d’un jeu de qualité, d’un état d’esprit collectif et d’une identité défensive, la France sait s’appuyer sur ses talents et de joueurs heureux d’avoir l’opportunité de défendre le maillot bleu.

Andrew Albicy, patron des Bleus

Arrivé très précoce en bleu en participant à 20 ans à la Coupe du Monde 2010 et à l’Eurobasket 2011, Andrew Albicy a pendant quelques années regardé l’équipe de France à la télévision. De retour en sélection par le biais des fenêtres internationales, il a fait partie de l’aventure Mondial 2019 et est aujourd’hui une pièce forte sur laquelle Vincent Collet peut compter.

Andrew Albicy, maître à jouer de l’équipe de France. (Photo : fiba.basketball.com)

Patron, leader, défenseur acharné et créateur d’attaque. Beaucoup de mots peuvent décrire l’apport du meneur de Gran Canaria. Andrew Albicy est un rouage essentiel de ces bleus. Apportant son expérience au milieu de nombreux jeunes sélectionnés, il dicte le tempo d’une équipe pratiquant un jeu séduisant. Contre la Grande-Bretagne (9 pd) et l’Allemagne (13 pts, 7 pd), il a su jouer juste, perdant très peu de ballons. Son association complémentaire avec le mobile intérieur Mathias Lessort est très intéressante pour la fin de campagne qualificative des bleus. Ces performances lui valent de pouvoir rêver de participer à une nouvelle compétition internationale, les JO 2020.

Du talent à tous les postes

Autour de son leader Albicy, l’équipe de Vincent Collet peut compter sur des joueurs prêts à prendre leur responsabilité à tout moment. Médaillé de Bronze à la Coupe du Monde 2019, l’ailier fort Amath M’Baye continue d’être une valeur sûre des Bleus. Indispensable sur un poste 4 dépourvu de talents (de nombreux ailiers forts français sont en Euroleague ou NBA), il a un impact énorme aussi bien en défense qu’en attaque (24 pts contre la Grande-Bretagne). Son expérience et son leadership sont indispensables.

Amath M’Baye monte au dunk contre la Grande – Bretagne (Photo ; fiba.basketball.com)

Axel Bouteille (25 ans) a aussi pesé dans ses fenêtres en particulier contre les Britanniques. Le joueur qui a passé un cap depuis qu’il a passé la frontière espagnole apporte sa polyvalence (capable de jouer sur les postes 2 et 3) et sa palette offensive. Isaïa Cordinier (24 ans) s’est aussi montré, captant 9 rebonds contre la Grande – Bretagne.

Chien de garde très agressif en défense, Ouattara a également marqué des points auprès de son coach en signant sa meilleure performance offensive en bleu avec ses 24 unités face aux Allemands.

Jerry Boutsiele, le novice déjà précieux

Le Limougeauds Jerry Boutsiele était le petit nouveau du groupe bleu. Contre la Grande-Bretagne, il a disputé ses premières minutes sous le maillot tricolore. Dès sa deuxième sélection contre l’Allemagne, il a suppléé de fort belle manière Mathias Lessort. Bon complément du joueur de Monaco, il a eu un impact physique impressionnant des deux côtés du terrain. Ses qualités de post-up ont fait mal à la défense germanique et ses 7 points consécutifs dans un moment clef du match ont conduit la France vers la victoire.

« Le coach nous a dit qu’il fallait exploiter le maximum de ballons en bas. Je me suis efforcé (de le faire), surtout en deuxième mi-temps, d’insister dans la raquette. Ca a changé le cours du jeu et après on avait juste à contrôler de l’autre côté et tout s’est passé pour le mieux.”

Jerry Boutsiele, pivot des Bleus – bebasket.fr

Dans cette fenêtre internationale, Vincent Collet a pu apprécier d’être 100% focus sur l’équipe de France. Avec 3 victoires en 4 matchs de qualifications, une autoroute se dresse pour les Bleus afin de participer à l’Eurobasket 2022. Il ne manque plus qu’une victoire à aller chercher pour atteindre la qualification. Prochaine et dernière fenêtre qualificative au mois de février !

Quitter la version mobile