Café Crème Sport

Top 14 : Montpellier dans le dur avant un déplacement périlleux à Clermont

Le MHR a été défait à domicile pour la seconde fois de la saison ce week-end face à Bordeaux, et pointe désormais à la 11ème place du classement. La situation devient inquiétante, mais pas catastrophique pour les Héraultais qui affronteront l’ASM au Michellin ce soir.

Une situation comptable préoccupante

Après dix journées de championnat, le MHR se retrouve déjà dans une position délicate. Certes, les Montpelliérains n’ont pu disputer que sept matchs. Mais après sept rencontres, le contenu et les résultats sont préoccupants. Le MHR a été défait cinq fois, dont deux fois à domicile, face à Pau et Bordeaux. Les deux seules victoires montpelliéraines, bien que bonifiées, face aux deux derniers du championnat Agen et Brive sont un maigre lot de consolation. Les Héraultais occupent désormais la 11ème place du championnat, et se retrouvent à 11 points du LOU 6ème qui compte un match d’avance sur eux. Pour l’instant la situation n’est pas catastrophique, mais en ayant perdu deux fois lors de ses quatre réceptions, le MHR ne peut plus se permettre de s’incliner à la maison. De plus, il sera impératif d’aller chercher des bons résultats à l’extérieur pour espérer accrocher une place dans les six, synonyme de qualification pour les phases finales.

Un début de saison galère pour Xavier Garbajosa

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le MHR n’a pas été épargné depuis le début de la saison. Son manager Xavier Garbajosa doit donc s’adapter pour composer ses équipes tous les week-ends. Comme de nombreux clubs de Top 14, le MHR a été affaibli par les doublons avec huit internationaux français et géorgiens sélectionnés pour l’Autumn Nations Cup. Mais le plus gros souci des Cistes, c’est son infirmerie chargée depuis la reprise du championnat. De nombreux cadres sont passés par la case infirmerie, c’est le cas en ce moment pour Handré Pollard, Anthony Bouthier, et Johan Goosen. En plus d’être privé de ses nombreux joueurs blessés, le MHR fait partie des clubs les plus touchés par la Covid-19. Cela vient perturber les préparations de match, puisque beaucoup d’entraînements collectifs n’ont pas pu se tenir. Ils ont été remplacés par des séances d’entraînement où l’effectif était divisé en groupes de quatre joueurs. Ces nombreuses contraintes se sont inévitablement faites ressentir sur le terrain. Il est difficile pour le staff de créer une osmose et de mettre en place un plan de jeu quand les entraînements collectifs se font rare et quand le XV de départ ne cesse de varier d’un week-end à l’autre.

Quelques motifs de satisfaction et d’espoir

Malgré les mauvais résultats, quelques individualités sortent du lot dans l’effectif montpelliérain. Le puissant troisième ligne Caleb Timu, l’étonnant centre, ailier ou arrière Vincent Martin, et le demi de mêlée, champion du monde Cobus Reinach apparaissent comme les rares satisfactions de ce début de saison. La capacité de ces dynamiteurs à casser des plaquages et à profiter du moindre espace leur a permis de franchir régulièrement les lignes de défense adverses. Le MHR doit absolument s’appuyer sur les différences créées par ses puncheurs pour se mettre dans l’avancée et pouvoir ensuite mettre son jeu en place.

Le malheur des uns fait aussi le bonheur des autres, les nombreuses absences du début de saison ont offert du temps de jeu à certains jeunes du centre de formation, comme le demi de mêlée Jules Danglot et le trois-quarts-centre Jules Bertry. Le jeune Louis Foursans-Bourdette a quant à lui connu sa première titularisation en Top 14 ce week-end, à seulement 18 ans. Le demi d’ouverture formé au Rugby Club Nîmois a rendu une bonne copie, avec un quatre sur quatre au pied et une bonne gestion du jeu. Voilà de quoi rassurer un peu le staff, privé de ses ouvreurs Pollard et Darmon et des alternatives Goosen et Bouthier à ce poste.

Si le classement après cette dixième journée inquiète, il ne faut pas oublier que Montpellier compte trois matchs de retard. Parmi ces rencontres, deux réceptions abordables face au Stade Français et Castres, et un déplacement à Lyon chez un concurrent direct aux phases finales. Le classement pourrait être bien plus rassurant lorsque le MHR aura disputé toutes ces rencontres.

Le retour des hommes forts

Dès le week-end dernier, Xavier Garbajosa a pu aligner quatre internationaux libérés par la Fédération Française de Rugby après les trois matchs disputés avec le XV de France. La puissance de Willemse et Haouas a déjà fait beaucoup de bien à la conquête montpelliéraine samedi. Malgré son jeune âge, Arthur Vincent continue d’apporter de la sérénité au centre du terrain que ce soit en position d’attaquant ou de défenseur. Il y a fort à parier également, que servi dans de bonnes conditions, à l’aile ou à l’arrière, Vincent Rattez saura créer des brèches dans les défenses adverses.

Les Héraultais pourront aussi s’appuyer sur les retours de blessure de plusieurs cadres de l’équipe. Le polyvalent seconde ou troisième ligne sud-affricain Jacques du Plessis et le troisième ligne Kélian Galletier ont pu faire leur retour sur les terrains le week-end dernier face à l’UBB. Louis Picamoles, remplaçant, fera son retour ce soir à Clermont après un an passé éloigné des terrains. Le talonneur Bismarck Du Plessis et le seconde ligne Janse Van Rensburg reviennent eux aussi de blessure et prendront place également sur le banc des remplaçants. Du côté des trois-quarts, le demi de mêlée Benoît Paillaugue et le virevoltant ailier Gabriel N’Gandebe ont eux aussi pu refouler les pelouses du Top 14 samedi dernier, ils devront apporter.

Débarrassé de ses soucis de Covid, et renforcé par les retours de ses internationaux et de ses cadres, c’est un tout nouveau MHR qui va se présenter en Top 14 durant les prochaines semaines. Les Cistes devront se remettre très vite la tête à l’endroit pour ne pas perdre de vue l’objectif initial de début de saison. Il ne faudra pas les enterrer trop vite, ils pourraient très bien refaire le coup de 2019 en allant chercher une qualification pour les barrages au forceps lors de la toute dernière journée, après une folle remontée printanière.

Exit mobile version