MMA

MMA: Les combattants qui impressionnent hors de l’UFC

Depuis la création de cette fédération créée il y a 27 ans maintenant et son rachat par Zuffa en 2001, l’UFC règne en maître sur le MMA. C’est ici que se sont établis et révélés les plus grands noms du sport. Khabib, Conor, Wanderlei, et j’en passe… mais afin de devenir les légendes qu’ils ont été, il a fallu les repérer, déceler les plus gros talents dans les différentes fédérations existantes en Europe comme en Amérique. Avec de vrais viviers à talents comme le Cage Warriors en Angleterre, le RIZIN au Japon, au alors le BRAVE, au Bahreïn. Nous allons donc faire un petit tour du monde et rassembler les combattants qui se démarquent le plus à travers ces autres fédérations.

1. « Iron » Michael Chandler, lightweight (21-5)

Nous avons choisi le natif de Nashville en premier car il est officiellement sous contrat à l’UFC depuis septembre, mais n’a pas encore combattu et n’a pas encore été booké. L’ancien champion des poids-légers du Bellator a été signé pour servir en remplacement d’une éventuelle absence d’un des deux prétendants au titre, ce qui ne laisse pas de doute sur le talent de celui qu’on appelle de la même façon que Mike Tyson. Le lutteur a tout d’abord explosé à Strikeforce, avant de signer chez les rivaux de l’UFC et d’être invaincu en 12 combats. Très complet (9 KO, 7 soumissions) et vrai sauvage, il est intraitable en ground and pound et a une droite de folie. Il peut également se vanter d’avoir été trois fois champion du Bellator.

Ce qui le différencie des autres que nous allons vous présenter, c’est que sa carrière est bien entamée et qu’il a été la figure de proue de la deuxième plus grosse fédération américaine. Son potentiel et son renommée dans le monde du MMA ne sont plus à faire. Et le voir combattre à l’UFC pourrait être une vraie révélation et un vrai spectacle.

2. « Wolverine » Garry Tonon, featherweight (6-0)

Tonon est très réputé dans le monde du grappling, dont il fait partie des meilleurs. Sous l’égide du grand John Danaher et de sa « Danaher Death Squad », reconnus pour l’intensité de leurs routines d’entraînement, il a remporté pas moins de 20 médailles d’or et superfights, et a un record en grappling de 73-22. Sa transition en MMA a été rapide et efficace, et en deux ans, le grappler a gravi les échelons à vitesse grand V. Avec 5 victoires sur 6 avant la décision, le champion américain s’est établi parmi les prétendants les plus sérieux au titre du ONE.

Malgré son striking peu académique, le poids plume presse son adversaire et frappe fort et précisément, ce qui lui permet de prendre l’avantage au ground and pound ou de se mettre dans les meilleures conditions pour soumettre ses adversaires. A 29 ans, un titre pourrait lui ouvrir les portes de l’UFC dans une division qui renaît et où toutes les cartes sont redistribuées.

3. Aaron Jeffery, middleweight (9-2)

Il était apparu dans l’article de la semaine dernière mais en tant que victime d’un de nos prospects. Aujourd’hui, il est du côté des prodiges. Vaincu par Brendan Allen lors des Contender Series, l’endroit idéal pour impressionner Dana White, le canadien de 28 ans s’est servi de cette contre-performance pour se motiver et pour revenir encore plus fort. Il a remporté ses trois derniers combats, dont un dernier au Legacy Fighting Championship, sur TKO. Excellent au sol, avec une bonne défense de grappling et de soumission, il prend l’avantage dans le dos et a une grosse puissance de frappe.

Le combattant à la coupe mulet pourrait obtenir une seconde chance s’il continue ses performances de haut-rang, et sera rôdé afin de ne pas la laisser passer. En tout cas, il serait dommage que le meilleur prospect canadien passe à côté de la carrière qu’on lui promet.

4. « Bocao » Matheus Mendonca, bantamweight (9-0)

Le jeune brésilien est invaincu en 9 rencontres et n’a que 21 ans, ce qui laisse présager un grand avenir pour lui. Membre de la Chute Boxe Academy, dont on a vaguement parlé en revenant sur la carrière d’Anderson Silva, sa première rencontre avec le monde des arts martiaux n’a pas été la plus heureuse. Alors qu’il n’avait que 8 ans, son grand-frère a été violemment agressé par l’un des combattants de l’école de Jiu-Jitsu Martins, une école locale. Dès qu’il a rencontré le coach, il est tombé amoureux de ce sport. Et son dernier combat est ce qui l’a propulsé en tant que plus grands talents sudaméricains: il a vaincu à la décision Pedro Nobre, un ancien de l’UFC et du Titan FC.

On entendra donc forcément reparler de Bocao, qui a encore le temps avant de signer à l’UFC comme beaucoup de ses compatriotes.

5. « Carrasco » Elismar Lima, featherweight (23-7)

Avec ses 32 ans, on peut dire qu’il est déjà son âge d’or, mais il est temps pour lui de sortir des sentiers battus. Il n’a jamais quitté le Brésil en 9 ans de carrière et pourtant, il a affronté de grands noms, a perdu des combats mais beaucoup moins qu’il n’en a gagné. Actuel champion du Future, il est sur une série de 5 victoires et devrait réfléchir à quitter son pays natal pour une aventure pourquoi pas à l’UFC. Excellent boxeur, dynamique et endurant, il ne parvient pas à se démarquer en grappling, malgré son excellent niveau. Il lui suffit d’être tranchant pour devenir un réel combattant complet, ajoutez ça à son expérience et le voilà parmi les poids légers les plus dangereux.

6. « Chinczyk » Mateusz Rebecki, lightweight (11-1)

Le combattant polonais est destiné à l’UFC. Ceinture noire de jiu-jitsu, il est également double champion de Pologne. Même s’il ne combat que localement, il fait partie des plus gros espoirs européens et s’entraîne avec certains des plus grands combattants polonais. Champion poids-légers du FEN, le puissant combattant n’est allé à la décision qu’une seule fois et a inscrit 6 KO et 4 soumissions. Puissant et explosif, le polonais de 28 ans est une sérieuse option pour la promotion de Dana White.

7. « King Mogo » Morgan Charrière, featherweight (15-7-1)

Comment passer à côté du plus connu de tous les combattants français? En plus de sa popularité sur les réseaux sociaux et de son association à des personnalités françaises telles que PRIME ou Kameto ce qui popularise le MMA dans l’Hexagone, le natif de Poissy a une grosse expérience pour un si jeune âge (25 ans). Maître de la boxe thaï et du jiu-jitsu brésilien, il avait l’occasion de combattre pour le titre le 26 septembre dernier mais le combat fut reporté à cause d’un cas de coronavirus dans l’équipe Chapa. Mais ce n’est que partie remise et samedi 12 décembre, il affrontera Perry Goodwin pour essayer de remporter le titre des poids plumes au Cage Warriors, ce qui lui permettrait sans nul doute d’accéder à l’UFC en faisant parti des meilleurs prospects. L’avenir du King Mogo semble donc radieux, et l’UFC lui tendra les bras un jour ou l’autre.

8. Usman Nurmagomedov, lightweight (11-0)

On en sait très peu sur ce jeune homme. Ce qu’on sait, c’est qu’il dépasse à peine la vingtaine, qu’il vient de signer au Bellator, qu’il est invaincu et qu’il n’est autre que le cousin de l’illustre Khabib Nurmagomedov. Malgré un début de carrière relativement paisible, avec des combats face à des adversaires débutants, il commence à faire son trou dernièrement avec 3 combats en 2020. Encore invaincu, il a fini 10 combats sur 11 avant la limite, dont 7 par KO. Ses low-kicks sont absolument dévastateurs. Ali Abdelaziz, manager des Nurmagomedov, l’a encensé, disant qu’il serait « meilleur que Khabib à 25 ans » et que c’est « un tueur ». Avec son background en boxe thaï et ses relations familiales, nul doute qu’il pourrait faire beaucoup de bruit en rejoignant l’UFC. Avec un tel nom et un tel talent, Usman devrait bientôt se retrouver sur les petits papiers de Dana White.

9. « Mercenary » A. J. McKee, featherweight (17-0)

Fils d’un illustre combattant passé par l’UFC également, le combattant de Long Beach n’a que 25 ans mais impressionne son monde. Invaincu en près de 20 combats, appartenant au Bellator, il n’est pas qu’un prodige, il est actuellement un énorme talent. Avec des bases notamment en boxe, judo, karaté et lutte, il est un combattant extrêmement complet et spectaculaire. Il est désormais en finale afin de détenir le titre des poids plumes du Bellator, et pourrait devenir un nom reconnu dans l’Histoire du MMA. Une potentielle signature avec l’UFC dans les années à venir pourrait encore plus l’élever au rang des légendes du sport s’il continue ainsi.

10. « No Love » Patchy Mix, bantamweight (13-1)

Egalement du roster du Bellator, Patrick Mix de son vrai nom est un jeune combattant plutôt longiligne aux bases plutôt de lutte et de JJB. Son dernier est combat est également sa première défaite, pour le titre mondial du Bellator, mais ce n’est qu’un pas en arrière qui occasionnera deux pas en avant. Mix est absolument imprenable au sol, avec 9 victoires par soumission. Durant son début de carrière, il a même obtenu le titre au King of the Cage, à 24 ans. S’il parvient à combler ses petites lacunes, il pourra dominer sa catégorie dans la promotion et pourquoi pas chercher à conquérir celle que l’UFC possède.

Voilà une partie des noms que vous verrez rapidement associés à l’UFC. Entre ceux qui viennent de signer, ceux qui sont à un petit combat du contrat, ou ceux qui en sont loin mais qui y seront amenés dans quelques années, l’avenir des dix hommes ci-dessus promet d’être radieux. Ce qui est sûr, c’est qu’ils ont les armes nécessaires pour marquer leur sport de leur empreinte.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :