Cyclisme Omnisport Portraits du CCS

Esteban Chaves, l’enfant du soleil

Durant la décennie 2010, la Colombie a débarqué en force sur la planète cyclisme avec l’éclosion de pépites comme Nairo Quintana ou Egan Bernal. Derrière ces vainqueurs de grands tours, de nombreux talents ont fait la fierté de ce pays d’Amérique du Sud. Parmi eux, Esteban Chaves. S’il n’est pas le plus médiatique des coureurs Colombiens, El Chavito est un grand champion, passionné par son sport. Une personne simple, pour qui l’aspect humain et la transmission sont les moteurs de sa vie. Son sourire et son attitude positive sont contagieux, apportant un peu de lumière dans le monde souvent superficiel du sport professionnel.

Pur produit de Colombie

Esteban Chaves est un coureur cycliste né le 17 janvier 1990 dans la capitale colombienne de Bogota. Pur grimpeur du haut de son petit 1,64 mètres et ses 55 kilogrammes, il commence sa carrière professionnelle dans son pays. En 2009, ce poids plume intègre l’équipe Colombia es Pasion auprès de coéquipiers comme Nairo Quintana, Sergio Henao et Jarlinson Pantano. Il remporte quelques courses locales, mais c’est en France qu’il se fait remarquer. Un an après Quintana, il triomphe sur le Tour de l’Avenir 2011.

Esteban Chaves, vainqueur du Tour de l’Avenir 2011. (Photo : directvelo.com)

Sous l’impulsion d’une volonté politique, le ministre des Sports Colombien Jairo Clopatofsky crée l’équipe Colombia-Coldeportes afin d’améliorer la perception du pays au niveau international. De nombreux coureurs de Colombia es Pasion (qui avait aussi pour but d’améliorer l’image du pays) dont Esteban Chaves signe dans cette formation.

Il atterrit alors dans la ville italienne de Brescia – siège de son équipe – ce qui lui permet de courir des compétitions sur le sol européen. Grâce à quelques invitations, il découvre des grandes courses du calendrier World Tour. En Août, Esteban montre tout son talent en remportant l’étape reine du Tour de Burgos et se classe troisième du classement général. A l’issue de cette saison, il est le meilleur coureur de son équipe en terminant au 29e rang individuel du classement UCI Europe Tour. Sa saison 2013 est tronquée par des blessures et une opération au plexus brachial consécutive d’une chute lors du Trofeo Laigueglia.

L’apogée d’El Chavito

En 2014, il débarque chez l’équipe UCI World Team Orica – Green EDGE. Chaves s’illustre en remportant une étape sur le Tour de Suisse et lève pour la première fois les bras sur une épreuve WT. Il découvre les courses de trois semaines sur le Tour d’Espagne et finit à une anonyme 41e place. 

Pour 2015, le Colombien choisit de découvrir le Giro et de s’aligner une nouvelle fois sur la Vuelta. Remportant la deuxième étape de la Vuelta à Caminito del Rey, Chaves endosse le maillot de leader. Il le cède 3 jours plus tard à son dauphin Tom Dumoulin à la suite d’une cassure. Pas le temps de douter pour celui que l’on surnomme El Chavito. Dès le lendemain, il s’impose en solitaire dans l’étape vallonnée menant le peloton à Cordoue. Chaves reprend le maillot. Il garde sa tunique pendant 3 jours supplémentaires. Au terme de trois belles semaines, il termine cinquième du général. Encourageant !

Esteban Chaves, heureux de retrouver le maillot rouge lors de la sixième étape de la Vuelta 2015. (Photo : cyclingweekly.com)

Chaves doit confirmer cette belle performance sur les routes espagnoles dès la saison suivante. Sur le Giro 2016, il est au niveau des meilleurs. Il s’impose lors de la 14e étape à Corvara in Badia et endosse le maillot rose à deux jours de la fin de l’épreuve. La veille de l’arrivée, le second Vincenzo Nibali fait craquer Chaves. Le Colombien termine deuxième du classement général à 52 petites secondes et monte pour la première fois sur le podium d’un grand tour. 

Sur le Tour d’Espagne et derrière le duel Quintana – Froome, il monte également sur la boite. Pour conclure cette magnifique saison, El Chavito triomphe sur le Tour de Lombardie, devenant le premier Colombien à remporter un monument. Historique !

La douleur de trop

Depuis le début de sa vie, Esteban Chaves a dû se battre pour croire en ses rêves. Petit, frêle et provenant d’un milieu modeste, El Chavito a bâti avec courage son destin. Quand un magasin de cycles compte créer une équipe de jeunes et qu’il faut aller sur une course de 4 jours à Medellin pour y gagner sa place, le jeune Esteban met tout le monde d’accord. Le point de départ du champion.

Dans sa jeune carrière, Chaves a connu des blessures. Des larmes, tout d’abord, lors d’un abandon sur Tirreno Adriatico 2012, rongé par la souffrance de l’épreuve. Du courage, pour revenir d’une blessure survenue en février 2013 au diagnostic à la fois terrifiant et glaçant : une fracture à la clavicule droite, des fractures au crâne, à la pommette droite, aux sinus maxillaires et à l’os sphénoïde, un poumon perforé et une suspicion de fracture aux côtes, ainsi que de multiples contusions. Il s’en relèvera. Grosse force mentale chez Esteban.

La dernière douleur marquante d’Esteban Chaves n’est pas physique mais morale. Au début du Tour de France 2017, son amie et physiothérapeute meurt dans un accident de voiture. Cette dernière avait notamment été présente à ses côtés lors de sa terrible blessure de 2013. Une nouvelle tragique qui le plonge au plus bas. Il trouve néanmoins la force de terminer la Grande Boucle. Une blessure profonde, dans le temps. Un deuil extrêmement difficile pour cet homme au grand cœur.

Retour aux sources

En 2018, il revient sur le Giro. Dans la sixième étape, son coéquipier Simon Yates le rejoint dans l’ascension finale de l’Etna et lui laisse la victoire. Belle image. Cependant, sa condition physique ne lui permet pas de garder ce niveau et cette troisième place au classement général. Quand il apprend ensuite qu’il est touché par la mononucléose, virus long à éradiquer, Chaves tombe au plus mal. Le cumul de blessures, de chutes, cette maladie et la baisse de résultats détruisent moralement le jeune Colombien. El Chavito n’a plus le plaisir d’antan sur sa machine et un seul remède existe : se ressourcer. Repartir à zéro. Aussi bien au niveau émotionnel que sportif.

Pour mettre fin à cette situation, il revient là où tout a commencé. La Colombie, son pays, sa famille, ses coutumes. Chaves passe quelques semaines sous le soleil de Bogota pour retrouver l’essence de sa carrière, le plaisir, qu’il ne retrouve plus depuis deux saisons. Au côté de son frère avec qui il est très proche, il roule en profitant des magnifiques paysages colombiens et de l’altitude présente dans son pays natal. Chaves retrouve la joie de rouler, parfois avec ses amis, et même son père, qui lui a transmis la passion du cyclisme depuis tout petit. Des Colombiens appréciant sa simplicité le saluent lors de ses différentes balades.

En Colombie, Esteban Chaves a partagé de très bons moments avec son frère Brayan. (Photo : Scott)

Si son niveau a pu baisser, une chose n’a pas changé chez El Chavito. Son sourire, si rayonnant et communicatif, qui montre l’innocence d’un homme au si grand cœur. Chaves est un amoureux du vélo, et comme dans toute histoire d’amour, il peut y avoir des bas. A 28 ans, ce voyage lui a fait le plus grand bien. 

Dans un métier où ça défile à toute vitesse, Chaves a pu prendre le temps. Le temps de vivre. Le temps de retrouver du plaisir, sur le vélo, et en dehors. Devenu trop rationnel et moins sentimental, le Colombien s’était mis à détester le vélo, un sport difficile, demandant beaucoup de sacrifices (entraînements, routine, bulles) et moins de moments de vie. Pour lui, le cyclisme doit avant tout rester une passion où il s’amuse, et non un métier.

« Ce voyage a réveillé l’enfant qui sommeillait en lui, l’enfant qui profitait de la vie. »

Carolina Rubio, mère d’Esteban Chaves – Documentaire « Behind the smile »

Petit coureur, grand cœur

Le Colombien est un coureur qui accorde beaucoup d’importance à l’aspect humain et sentimental dans sa pratique sportive. Il était donc naturel pour lui d’utiliser sa notoriété pour aider son pays natal. 

En décembre 2015, El Chavito lance – avec son père Jairo Chaves, sa mère Carolina Rubio et son frère Brayan Chaves -la Fondation Esteban Chaves. Son but ? Aider et contribuer à la transformation sociale de son pays en donnant aux générations futures. Chaves souhaite une Colombie plus inclusive, empathique et équitable en soutenant les jeunes coureurs du pays, des talents qui souvent faute de projet de développement fuient vers des structures européennes.

Dès le début de l’année 2016, la fondation lance son équipe cycliste “Fun”, un projet misant sur deux piliers : le sportif et l’humain. Depuis 4 ans, des centaines de jeunes viennent chaque année passer les sélections et un peu moins d’une vingtaine de talents U-16 et U-18 sont retenus pour bénéficier de ce projet. Une équipe qui permet à El Chavito de transmettre son expérience et donner sa chance à la jeunesse colombienne…comme Esteban a pu l’avoir quelques années plus tôt.

Esteban Chaves avec les membres de l’équipe de sa fondation. (Photo : Fondation Esteban Chaves)

Beaucoup d’autres actions ont été mises en place par l’association. Parmi elles, la création de la course cycliste Clásica Fundación Esteban Chaves (2015), une vente aux enchères “Rêves sur un vélo” pour récolter des ressources pour sa fondation (2016) ou une campagne de dons Grand Fondo Esteban Chaves (2018) en collaboration avec la Fundación Cardioinfantil. Cette dernière action avait pour but de promouvoir l’inclusion sociale et de transformer la vie des enfants et adolescents souffrant de problèmes orthopédiques (pouvant empêcher d’écrire ou de marcher) en situation de vulnérabilité. 

“J’ai toujours été reconnaissant envers la vie et les opportunités qu’elle m’a offertes. J’ai été victime de multiples accidents au cours de ma carrière, et je me suis parfois rétabli contre toute attente. Maintenant, je veux transmettre une partie de la joie que j’ai reçue avec ma fondation.”

Esteban Chaves – Scott-sport.com

L’année dernière, il a mis en place un camp cycliste de 15 jours pour une quarantaine de jeunes colombiens. En 2020, il a organisé une collecte de vêtements pour soutenir le développement du cyclisme qui a permis à 50 adolescents de recevoir une “Fun Box” composé de gants, chaussettes et casquettes.

“Parfois je me dis que je suis trop rêveur parce que je veux changer le monde. Mais ce programme est un moyen comme un autre de le faire, grâce au sport et à des modèles tels que nous.”

Esteban Chaves – Scott-sport.com

La fondation d’Esteban Chaves repose aujourd’hui sur deux piliers principaux : le sport (cyclisme) et la médecine (orthopédie), en accord avec la philosophie d’Esteban et les valeurs qu’il représente : optimisme, persévérance, discipline et convivialité.

Un lien fort avec son équipe

Depuis 2014, Esteban Chaves court toujours pour la même équipe cycliste, Mitchelton-Scott (anciennement Orica-Green Edge). Sa formation a toujours été derrière lui dans les bons comme les mauvais moments de sa carrière et de sa vie. Preuve de son attachement pour le Colombien, la structure avait quand même tenu à le recruter pour 3 ans malgré les dégâts physiques qu’Esteban Chaves a subi en 2013. Depuis son arrivée, rien n’a changé. Lors de son périple “retour au pays” pour retrouver le plaisir du cyclisme, elle a réalisé un documentaire “Behind The Smile”, poignant, plein d’humanité.

“Je suis vraiment heureux de savoir que je peux compter sur SCOTT non seulement pour atteindre mes objectifs en tant que cycliste professionnel, mais également pour laisser un héritage aux générations futures. J’ai eu beaucoup de plaisir à tourner le documentaire, et le produit final est incroyable.”

Esteban Chaves – Scott-sport.com

Il était alors évident que l’équipe qui a accueilli et couvé le petit Colombien de 23 ans qui ne parlait pas un mot d’anglais s’investisse dans le projet d’Esteban Chaves. Mitchelton-Scott a développé un kit cadre aux couleurs de la Fondation. A chaque vente de cette pièce, un don de 200 euros est fait par l’entreprise à l’organisation d’Esteban Chaves. Encore une fois, une grande touche d’humanité dans ce qui entoure El Chavito.

Esteban Chaves est une personnalité unique du peloton cycliste mondial. Capable de grandes performances sur son vélo, sa plus belle victoire est assurément en dehors des routes mondiales. Homme au grand cœur dans un cyclisme de plus en plus mécanique, Esteban est une ode à la joie, à la fraternité et à l’amour de la vie. A travers sa mentalité, ses valeurs et ses actions, il donne à de milliers de petits Colombiens l’espoir de réussir, de croire en ses rêves. Une leçon de courage et de persévérance. Alors comme celui que l’on surnomme “El Chavito”, n’abandonne jamais, car le soleil finit toujours par arriver.

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :