Omnisport Rugby

Fiche équipe : Gloucester Rugby

Vous connaissez bien les équipes du Top14 ? Vous voulez élargir votre champ d’horizon rugbystique ? Vous cherchez à découvrir les adversaires de votre club favori mais ne trouvez rien sur les équipes anglaises, irlandaises, écossaises ? Les fiches équipes CCS sont là pour vous ! Tout ce qu’il faut savoir sur un club en particulier en quelques lignes. Dynamique, Star, Compo type… C’est ici.

Saison 2019-2020 en chiffres :

  • : La position qu’ils occupaient à la fin de la saison 2019-2020 de Premiership. Une place en dessous des attentes en début de saison. Un exercice compliqué pour les cherry and whites qui n’ont pu aller chercher que 8 victoires sur un total de 22 matchs. L’équipe du Gloucester devra faire mieux que ses 46 points pour finir dans la première partie du championnat cette année
  • 191 : Le nombre de franchissements réalisés par les joueurs rouge et blancs. L’équipe a réussi à franchir la ligne d’avantage à moult reprises et ainsi se créer un nombre d’actions dangereuses conséquentes. Un point essentiel du jeu des hommes de George Skivikngton
  • 11 : Le nombre d’essai de l’ailier anglais Ollie Thorley. Avec 1m85 et 99kg au compteur le jeune joueur de 24 ans en impose sur son aile et à su écraser la concurrence pour finir meilleur marqueur du championnat avec notamment 6 essais durant la deuxième partie de saison post COVID.

Style de jeu :

Le jeu de l’équipe de Gloucester est définitivement tourné vers un rugby d’attaque, envolé, mené par l’ouvreur Danny Cipriani. En effet l’ancien international anglais est le véritable chef d’orchestre et ses prestations donnent souvent le ton de la rencontre pour son équipe. En véritable métronome, si ce dernier est mal ajusté c’est souvent toute l’équipe qui tombe avec lui, en témoigne le match contre les Harlequins la saison passée. La conquête n’a pas non plus était souveraine notamment en mêlée fermée, l’arrivée de Matias Alemanno pourrait changer la donne. Tout cela n’empêche pas aux cherry and whites d’être spectaculaire et de marquer de beaux essais en vitesse mais aussi en puissance, en première main ou sur de longues phases de possession. Une équipe définitivement dangereuse sur le plan offensif, mais qui peine tout de même à garder sa zone d’en-but inviolée de l’autre côté du ballon. Un point faible que les adversaires ont su exploiter l’an dernier. Cependant le club compte dans ses rangs beaucoup de jeunes à fort potentiel qui ont, à n’en pas douter, gagner de l’expérience et qui arrivent avec plus de certitudes cette saison attention aux Louis Rees-Zammit et autres Santiago Carreras.

La Star : Jonny May

Après un interlude de 3 ans dans le club de Leicester Jonny May est revenu à la maison du côté de Gloucester. Des deux côtés de la manche, tout le monde connaît l’ailier anglais, véritable finisseur et bourreau de beaucoup d’équipe avec sa sélection nationale. Le joueur de 30 ans est capable d’enflammer une partie, de relancer l’intérêt d’un match ou simplement de tuer le score en une fraction de seconde avec des coups d’éclats dont lui seul a le secret.

 May est véloce, sa spécialité, les coups de pieds à suivre qu’il vient aplatir dans l’en-but devant n’importe quel défenseur. Son association avec Danny Cipriani pourrait faire des étincelles si les deux s’entendent à merveille. De plus, sur son aile, Jonny May fait preuve de qualités de défenseurs indéniables qui lui permettent d’impacter un match de ce côté-là du terrain. Une plus-value pour son club qui l’a d’abord recruté pour marquer, tout de même.

Plutôt grand pour un ailier (1m82), Jonny se sert de sa taille comme d’une véritable force avec des jambes démesurément longues qui lui permettent d’avoir une foulée du même acabit. Et avec ses 92kg il peut marquer son adversaire physiquement même si il préfère l’évitement au duel physique dans la majorité des cas.

Une Compo Type :

Président : Martin St Quiton

Manager Général : George Skivington

Si j’étais une équipe de Top14 : Stade Français

Bien sur la comparaison s’appuie ici sur quelques points dans le style de jeu des parisiens, en parallèle avec celui de Gloucester. On notera qu’aujourd’hui, le Stade Français est l’une des équipes qui a le jeu le plus débridé du Top14 à l’instar des cherry and whites en Premiership. Dans les deux clubs, des jeunes prennent le pouvoir (Segonds, Etien, Macalou…) et l’avenir s’annonce positif si les deux équipes arrêtent d’avoir des trous d’air pendant la saison. Cependant, le Stade Français s’appuie surement sur un pack plus dominant que son homologue anglais. Mais le jeu décomplexé, de mouvement de Gloucester saura vous séduire. Si vous ne connaissez pas encore le club, foncez.

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: