Basket NBA

NBA Preview – Conférence Ouest : Les équipes en (re)construction

Les franchises ont déjà entamé leurs matchs de présaison, un signe qui annonce une reprise imminente du basket américain. Le 22 décembre, la NBA reprend ses droits après une intersaison aussi courte qu’inédite. Pour avoir toutes les cartes en mains avant la saison 2020-2021, le CCS vous offre ses prédictions pour chaque conférence. Aujourd’hui, direction les bas-fonds de l’Ouest avec quatre équipes passées à la loupe. Pour elles (et leurs fans), le prochain exercice s’apparente à un long chemin de croix…

OKLAHOMA CITY THUNDER

Source : Sport Business Mag

BILAN 2019/2020

5ème de la Conférence Ouest
✔️ 44 victoires / ❌ 28 défaites

RECRUTEMENT

Ils arrivent
Mark Daigneault (head coach) / Aleksej Pokusevski (draft) / Théo Maledon (draft) / Al Horford / TJ Leaf / George Hill / Justin Jackson / Darius Miller / Ty Jerome / Kenrich Williams / Admiral Schofield

Il(s) reste(nt)

Ils partent
Billy Donovan (head coach) / Chris Paul / Dennis Schröder / Steven Adams / Danilo Gallinari / Terrance Ferguson / Abdel Nader / Nerlens Noel

LES AVIS DE LA RÉDAC’

ERVAN
Ça y est. Après une saison de semi-reconstruction marquée par le revival de Chris Paul, Sam Presti a appuyé sur le bouton reset. Billy Donovan, CP3, Schröder, Gallinari, Adams… tous ont fait leurs valises. On construit autour de Shai Gilgeous-Alexander et des assets. Mais si le coach rookie Mark Daigneault ne disposera pas d’un effectif à même de lutter pour les play-offs, il y a de quoi proposer du beau basketball. Des jeunes avec du talent, il y en a. Des vétérans avec de l’expérience, il y en a aussi. La connexion SGA – Horford devrait être intéressante sur pick and roll/pop, et on observera attentivement l’évolution des Maledon, Dort, Bazley, Diallo et de l’intrigant Pokusevski. À court terme, ça ne sera pas suffisant pour rivaliser dans la jungle de l’Ouest. OKC a même de bonnes chances d’être le cancre de la ligue. Mais il semble y avoir une vision à long terme, et c’est ça que je retiens. À suivre.
🔮 Sa prédiction : 15ème de l’Ouest

GUILLAUME
Après le beau temps vient le Thunder. L’embellie ensoleillée due au néo-Suns Chris Paul est terminé et la reconstruction débute vraiment au Thunder. Shai Gilgeous-Alexander va être le leader du tank avec les commandants Al Horford et George Hill à ses côtés. Sous la coupe d’un coach rookie et dans une conférence Ouest plus que jamais concurrentielle, gagner avec régularité va être on ne peut plus difficile pour la franchise de l’Oklahoma. SGA va être la seule menace balle en main et être bien plus ciblé par les défenses qu’auparavant. Aussi, Horford et Hill rêvent d’un trade chez une équipe qui veut gagner pour finir dignement leurs carrières. Côté jeunesse, les débuts du français Maledon, du très jeune Pokusevski et la confirmation de Dort, Bazley ou Diallo seront à suivre de près car leur temps de jeu sera important tout au long de la saison. Je donne un bilan de 25 victoires pour 47 défaites à ce groupe jeune et peu expérimenté mené par un coach rookie dans la jungle de l’Ouest.
🔮 Sa prédiction : 15ème de l’Ouest

CLEMENT
Qui dit intersaison qui reconstruction au Thunder. Cet été, le front office a décidé de sweeper quasi intégralement les éléments majeurs d’une équipe surprise l’an passé. Exit le maître à jouer Chris Paul, exit l’un des 6th man de l’an passé, etc… OKC et son Mister TDD Sam Presti ont décidé de penser futur, au crédit du présent. Soit, cela implique d’avoir des résultats très compliqués sur l’année 1 de ce rebuild. Cette équipe sera probablement trop courte pour aller chercher un spot correct dans une conférence Ouest ultra concurrentielle – euphémisme – mais elle n’est pas non plus à trop discréditer. George Hill et Al Horford ont roulé leur bosse, et vont avoir de l’impact sur la gestion du tempo et sur les attaques demi-terrain. George Hill, une nouvelle fois, sera un formidable mentor pour Théo Maledon, les deux joueurs ayant des similitudes dans leur jeu. Bref, il n’est pas impossible que la mayonnaise prenne et que les résultats suivent un temps… mais pas sur toute la saison.
🔮 Sa prédiction : 15ème de l’Ouest

BEN
Après une saison surprenante à tous les niveaux, OKC semble avoir réellement appuyer sur le bouton « reconstruction » durant l’intersaison. Sur les 5 joueurs ayant joué plus de 25min/match la saison dernière, il n’en reste qu’un : Shai Gilgeous-Alexander, désigné comme nouveau capitaine du bateau Thunder. Exit le renaissant CP3, exit le 6ème homme Denis Schroder, exit Gallo, exit le kiwi Adams… Ajoutons logiquement à cette liste le nom du head coach, Billy Donovan, parti du côté de Chicago. Très actif cet automne, OKC a joué le rôle de l’équipe « garde-meubles » en accueillant des noms quelques instants avant de les envoyer dans d’autres franchises. Avec 17 premiers tours de draft jusqu’en 2026, le projet du Thunder s’inscrit sur le long terme. Fidèle à cette perspective, Sam Presti a selectionné des joueurs prometteurs à la Draft 2020 qui nécessitent un long apprentissage (Aleksej Pokusevski notamment). Cette saison sera donc la véritable année 1 du rebuild dans l’Oklahoma, voir même l’année zéro. SGA tiendra les clés du camion, George Hill, Trevor Ariza et Al Horford auront le rôle de patriarche dans cet effectif. L’idée sera assurément de voir qui sont les joueurs capables d’être performant sur le long terme. Luguentz Dort, Diallo, Bazley, TJ Leaf ou encore Théo Maledon auront beaucoup de minutes en 2021. De quoi paufiner leurs aptitudes mais sûrement pas gagner des matchs à l’Ouest. OKC, bon dernier ? Logique et limpide. Rendez-vous à la Draft 2021.
🔮 Sa prédiction : 15ème de l’Ouest

SACRAMENTO KINGS

Source : Basket USA

BILAN 2019/2020

13ème de la Conférence Ouest
✔️ 20 victoires / ❌ 46 défaites

RECRUTEMENT

Ils arrivent
Monte McNair (GM), Tyrese Haliburton, Robert Woodard, Jamhi’us Ramsey, Hassan Whiteside, Frank Kaminsky, Glenn Robinson III

Il(s) reste(nt)
De’Aaron Fox, Daquan Jeffries

Ils partent
Vlade Divac (Seychelles), Harry Giles (Portland), Bogdan Bogdanovic (Atlanta), Alex Len (Toronto), Kent Bazemore (Golden State), Corey Brewer (assistant coach)

LES AVIS DE LA RÉDAC’

ERVAN
Quel gâchis. Il y a un an et demi, les Kings de Dave Joerger échouaient à une marche des play-offs avec un roster jeune et prometteur. Qu’en reste-t-il aujourd’hui ? Désormais menée par cet incapable de Luke Walton, l’équipe californienne a vu partir Bogdan Bogdanović sans contrepartie, a déjà abandonné le projet Harry Giles tandis que Buddy Hield semble être sur le marché. De’Aaron Fox a prolongé, au max. Oui c’est cher, mais il le fallait. Il en va du peu de crédibilité qu’il reste à la franchise. Je ne demande qu’à être surpris, et peut-être qu’avec un Fox à un niveau all-star, Tyrese Haliburton qui pourrait être un steal de draft et un Marvin Bagley en bonne santé, Sacto pourrait s’inviter dans la course au play-in. Mais sans vous mentir, j’y crois pas tellement.
🔮 Sa prédiction : 14ème de l’Ouest

GUILLAUME
Ah les Kangz. Que dire de cette franchise gérée à l’envers depuis 15 ans. Après la saison de l’espoir sous Joerger est venue la saison du retour à la médiocrité sous Walton. Et cette intersaison est elle aussi placée sous le signe de la médiocrité. Fox prolonge au max sans avoir prouvé qu’il va s’établir dans le meilleur tiers des meneurs en NBA, Bogdanovic part contre rien alors qu’il y aurait pu avoir un bon retourne cas d’échange avec les Bucks et Harry Giles s’envole pour Portland et roule sur les Kings en présaison. Tout ça sans parler de Buddy Hield qui a des envies d’ailleurs. La draft d’Haliburton pour remplacer Bogdanovic est le seul moment d’intelligence de la franchise cet automne et pourrait être une éclaircie dans une saison qui s’annonce sombre pour les fans des Kings. Les signatures de Whiteside et Kaminsky bouchent Bagley en 5 avec la présence de Bjelica toujours titulaire en 4 tandis que Holmes va lui aussi avoir des minutes au poste de pivot. Peut-être que ces signatures sont faites pour éviter d’être sans intérieurs après une énième blessure du joueur drafté avant Doncic en 2018. Autre joueur de niveau NBA dans le roster, Harrison Barnes pourrait être tradé si une équipe playoffable est intéressée en son profil, son talent et son contrat long terme. Rien ne va dans la capitale californienne et ça se verra sur le terrain, avec 28 victoires pour 44 défaites d’après votre voyant préféré.
🔮 Sa prédiction : 14ème de l’Ouest

CLEMENT
Difficile. À deux niveaux. Le premier, c’est qu’il est difficile de faire une meilleure phrase d’accroche que celle de mon partenaire Ben ci-dessous. Le deuxième, c’est qu’il est difficile de trouver un semblant de liant dans cette équipe des Kings. Il y a du talent, c’est peu contestable, mais il n’y a ni identité de jeu ni continuité dans la concentration. En attaque comme en défense. Il y a tout de même quelques signes d’espoir mais pour les années futures, avec l’arrivée de Monte McNair en qualité de GM. Exit Vlade Divac, qu’on adore mais sur un parquet. Le fiasco Bogdanovic montre qu’il y a encore du travail pour que cette franchise ne soit plus la risée des suiveurs de NBA… Le départ d’un Harry Giles, qui grandit incontestablement, fait quasiment aussi mal, tout comme de savoir qu’il est remplacé par Hassan Whiteside, la preuve vivante qu’analyser les matchs >>> analyser les lignes de stats. Il va m’en falloir beaucoup plus pour croire en cette équipe. A moins que le duo Fox/Bagley devienne injouable en transition et progresse sensiblement en défense.
🔮 Sa prédiction : 14ème de l’Ouest

BEN
Être fan des Kings est probablement aussi éprouvant qu’être socialiste en 2020. Les espoirs étaient réels après la belle saison 2018-2019, mais le dernier exercice a ramené Sacramento dans ses cauchemards. En raison de nombreuses blessures et d’un manque de régularité criant, notamment tactiquement, les Kings ont terminé la saison bien loin des Playoffs. Des résultats décevants et une gestion énigmatique qui ont poussé Sacto vers une intersaison presque tragique avec le départ non-regretté de Vlad Divac et l’arrivée de Monte McNair au poste de GM. Les Kings laissent partir Bogdan Bogdanovic dans un marasme génant, tout comme l’un de leurs intérieurs les plus prometteurs en la personne de Harry Giles. Sacramento réalise tout de même une Draft 2020 intéressante avec l’arrivée du combo Tyrese Haliburton, au profil assez complémentaire de De’Aaron Fox, un 3&D en la personne de Robert Woodward et un arrière socreur, Jamih’us Ramsey. La « grosse » signature est le pivot de Portland, Hassan Whiteside. Bien évidemment, sur le papier, il a le physique et le profil pour aider la pauvre raquette des Kings, mais avec un jeu up-tempo induit par les qualités de Fox & Bagley, difficile d’imaginer Whiteside coller parfaitement à la philosophie de Luke Walton (s’il en a une…). Les Kings vont se battre encore une fois la saison prochaine, mais toujours sans succès selon moi. Les pépins physiques de Bagley restent très inquiétants, et il me semble que l’effectif s’est appauvri durant l’intersaison. Une 13ème place à l’Ouest semble logique, devant des Spurs qui empruntent probablement la voie de la reconstruction.
🔮 Sa prédiction : 13ème de l’Ouest

SAN ANTONIO SPURS

Source : Bleacher Report

BILAN 2019/2020

11ème de la Conférence Ouest
✔️ 32 victoires / ❌ 39 défaites

RECRUTEMENT

Ils arrivent
Devin Vassell (draft) / Tre Jones (draft) / Keita Bates-Diop (two-way contract)

Il(s) reste(nt)
Jakob Poeltl / Drew Eubanks / Quinndary Weatherspoon (two-way contract)

Ils partent
Marco Belinelli / Bryn Forbes / Chimezie Metu

LES AVIS DE LA RÉDAC’

ERVAN
Bon, ça pourrait bien être la der’ de Pop. Et pour la der’ de Pop, ce serait bien que les Spurs fassent une bonne saison. Et ça, c’est pas gagné. En période de transition, San Antonio ne tanke pas. Ça n’est pas le genre de la maison. À l’heure où nous bouclons ces lignes, DeMar DeRozan, LaMarcus Aldridge, Patty Mills et Rudy Gay sont toujours là, et ça fait un peu cher les mentors. Financièrement déjà, et sportivement, puisqu’on imagine mal DeRozan et Aldridge s’asseoir sur le banc pour regarder jouer Keldon Johnson et Luka Šamanić. Je ne suis pas alarmiste pour autant. La draft de Devin Vassell est un très bon choix, et on se souvient des progrès montrés par les jeunes Spurs dans la bulle. J’ai peur que les vétérans en contract year fassent gagner trop de matches pour obtenir un top pick. J’ai peur que les jeunes n’aient pas assez de temps de jeu. Allez, un petit move à la Sam Presti et j’y croirai à nouveau.
🔮 Sa prédiction : 13ème de l’Ouest

GUILLAUME
Très peu de mouvements dans la franchise de Popovich. Toujours les mêmes tireurs à mi-distance entourés de joueurs qui ne les complètent pas. DeRozan va faire provoquer des lancers et faire des feintes de shoot pendant 7 secondes par attaque tandis que Aldridge n’essaiera même pas de se battre au rebond offensif. Les saisons de la confirmation se font attendre pour Derrick White et Dejounte Murray et devront arriver cette année si les Spurs veulent être dans la course aux Playoffs. Devin Vassell, seule arrivée notable, par la Draft, va être peu utilisé par Popovich comme il a l’habitude de faire avec les rookies dernièrement (Lonnie Walker et Murray en sont les derniers exemples.) Le positif pourrait venir d’une harmonie inattendue entre ces profils peu complémentaires et permettre aux Spurs de devenir l’équipe surprise l’Ouest. Mais pour l’instant, je pense que ça va être du vu et du revu dans le Texas avec un bilan médiocre de 31-41 attendu pour ce qui sera peut-être la dernière de Pop.
🔮 Sa prédiction : 13ème de l’Ouest

CLEMENT
Cela fait un peu de mal de le dire, que l’on soit fan des Spurs ou pas… mais cette saison, San Antonio, c’est dans le fond de la conf Ouest. Les draft de Devin Vassell et Tre Jones sont ceci-dit très intéressantes mais il faut absolument faire jouer ces jeunes, pour qu’ils trouvent leur rythme et leur place en NBA. Les éclosions de Dejounte Murray, Lonnie Walker ou Keldon Johnson sont attendues, tout comme la confirmation côté Derrick White. Bref, le radar sera focalisé sur ces joueurs-ci plutôt que sur le duo DeRozan-Aldridge. Le premier va très certainement quitter le Texas avant la free agency et le deuxième est plus proche de la fin que du début. Ses qualités au tir restent indéniables mais la lenteur de ses déplacements vont peut-être engendrer une lenteur pour enclencher son pull-up, qui sait. Bref, pour les Spurs il y a des espoirs… mais pour demain.
🔮 Sa prédiction : 13ème de l’Est

BEN
2021 sera-t-elle l’année 0 de la reconstruction des Spurs ? Probablement. Pop’ a cru à l’association Aldridge/DeRozan et cette spéculation s’est traduite par un jeu caricatural où les jeunes pousses des Spurs n’ont eu un temps de jeu conséquent qu’une fois arrivé dans la bulle… Incapable d’être compétitif à Orlando, les Spurs sont tranquillement partis en vacances avec de leurs bagages les perspectives d’une reconstruction. La question est de savoir si Popovich sera à l’iniative de ce rebuid ou s’il passera la main une fois les fondations du nouveau San Antonio misent en place. Dans l’immédiat, il faut essayer de transférer Aldridge et DeRozan. Pour remonter la côte des deux joueurs, nous pouvons nous attendre à gros temps de jeu sur les premières semaines de compétition, puis dans un second temps, des trades pour essayer de récupérer des jeunes et des picks. Voilà mon plan pour les Spurs. La Draft 2021 s’annonce trèstalentueuse, l’occasion pour San Antonio de bien entamer une nouvelle ère.
🔮 Sa prédiction : 14ème de l’Ouest

NEW-ORLEANS PELICANS

Source : Clutchpoints

BILAN 2019/2020

13ème de la Conférence Ouest
✔️ 30 victoires / ❌ 42 défaites

RECRUTEMENT

Ils arrivent

Stan Van Gundy (coach) / Eric Bledsoe (trade) / Kira Lewis Jr. (draft) / Steven Adams (trade + prolongation) / Wenyen Gabriel

Il(s) reste(nt)
Brandon Ingram

Ils partent
Alvin Gentry / Jrue Holiday / Derrick Favors / Jahlil Okafor / Frank Jackson / E’twaun Moore / Kenrich Williams / Zylan Cheatham / Darius Miller

LES AVIS DE LA RÉDAC’

ERVAN
Ils sont excitants ces Pels, mais ils suscitent beaucoup d’interrogations. Avec un Zion Williamson qu’on espère enfin fit, le nouveau coach Stan Van Gundy dispose d’une arme de destruction massive. En l’absence de l’ailier-fort, Brandon Ingram a explosé la saison dernière et a été élu MIP. Néanmoins, on ne peut pas dire que leur complémentarité ait sauté aux yeux quand ils ont joué ensemble. Cette relation devra être travaillée, et ce n’est pas le seul point d’interrogation dans ce roster bâti pour être létal en transition. Avec le quarterback Lonzo Ball et le dragster Kira Lewis Jr., les Pelicans vont courir. Ce qui ne sera pas un problème pour Zion, Ingram ou le rim runner Jaxson Hayes. Cependant, le spacing sera beaucoup trop dépendant du seul J.J. Redick. Ball, Bledsoe, Zion et Steven Adams auront beaucoup de temps de jeu et risquent parfois de jouer tous ensemble, ce qui me semble compliqué. Mis à part la défense au périmètre, qui doit être excellente avec le matériel à disposition, je n’ai que trop peu de certitudes sur les Pels. Toutefois, je sais le potentiel qu’a cette équipe et je sais que de nombreuses possibilités tactiques s’offrent à SVG. 12èmes, c’est mon plancher. Je ne serais pas étonné de les voir bien plus haut.
🔮 Sa prédiction : 12ème de l’Ouest

GUILLAUME
La page se tourne enfin complètement. Départ de Gentry et Holiday, derniers restes de l’épopée en demi-finale de l’Ouest en 2018. L’échange d’Holiday permet aux Pels d’avoir un meneur capable en saison régulière en la personne d’Eric Bledsoe et d’avoir des picks pouvant devenir ultra valuable en cas de départ de Giannis des Bucks. La progression d’Ingram lui a permis d’obtenir un contrat max tandis que celle de Lonzo Ball au shoot devrait lui permettre de démarrer aux côtés de Bledsoe. Dans la raquette, l’arrivée des écrans XXL d’Adams et de sa défense intérieure vont aider Zion mais peut nuire au spacing dans cette franchise avec peu de purs shooters (seulement Redick et Melli). Les minutes de Hayes et Kira aux postes 5 et 1 vont être intrigantes tant leurs profils diffèrent des titulaires. Mais le facteur déterminant dans le succès de ce groupe est la saison sophomore de Zion. Si les blessures l’épargnent, il est en capacité de devenir all-star dès cette année et élever le plafond de se groupe en l’emmenant en Playoffs si Van Gundy trouve le moyen d’avoir du spacing sans beaucoup de shooters. Mon avis est que les Pelicans vont longtemps être dans la course aux Playoffs et surtout au Play-in avant de lâcher par inexpérience et finir avec 34 victoires pour 38 défaites à l’Ouest (les Playoffs sont à 40 victoires et le Play-in à 36 mins dans mes pronos.)
🔮 Sa prédiction : 12ème de l’Ouest

CLEMENT
On pourrait succomber à la hype, mais cette conférence ouest est tellement concurrentielle qu’elle nous empêche de prendre de vrais risques. Une chose est sûre : le départ de Jrue Holiday laisse un vide immense du côté de NOLA. Son activité, sa gestion rare de la transition et du passage de celle-ci à un jeu plus posé, plus mathématique, manquera. Lonzo Ball a une carte à jouer sur cette phase de jeu précise, courte, mais très importante lorsqu’on est meneur de jeu. Kira Lewis apportera de grosses qualités dans ce fameux jeu de transition mais pour croire plus en ces Pels, il faut plus croire en Lonzo. Ce n’est pas encore assez mon cas à cause de sa versatilité. Quid du cas Zion ? C’est étonnant, peut-être, d’en parler si tard. Son association avec Steven Adams interroge sur le spacing, mais je suis persuadé qu’une deuxième lame dans le périmètre ne sera pas un si gros problème pour le beast passé Duke. Elle peut, au contraire, le forcer à lâcher le ballon et à se concentrer sur son jeu de passe, que je trouve très inégal. Celui qui me plait le plus dans cette équipe reste et restera Brandon Ingram, mais est-il entouré comme il le faut ? Pour moi, sa compatibilité avec Zion est possible. Stan van Gundy, surprends-nous !
🔮 Sa prédiction : 12ème de l’Ouest

BEN
Une des franchises les plus excitantes de la Ligue et c’est plutôt logique. Avec un Brandon Ingram en mode leader offensif, MIP de la saison dernière, et le retour prévisible de Zion Williamson, le nouveau coach Stan Van Gundy a les ingrédients pour réaliser une belle saison. Sur le papier, les Pels ont le profil pour jouer les troubles fêtes dans la course aux Playoffs. Mais voilà, plusieurs éléments me rendent scéptique pour l’exercice 2021 de NOLA. L’association Ingram/Zion n’a pas semblé être optimale sur le peu que nous avons vu. Le départ de Jrue Holiday sera préjudiciable pour la défense extérieure et le leadership chez les Pels. Quoi penser de l’association Bledsoe/Ball ? Qui peut espacer le jeu dans le starting five ? Difficile… En revanche, je suis très emballé par l’un de mes chouchous de la cuvée 2020, Kira Lewis Jr : un dragster qui peut créer un superbe duo dynamique et explosif avec Zion. Reste à savoir quel sera son temps de jeu… De même, je suis plutôt convaincu par l’arrivée de Steven Adams qui peut être un bon partenaire pour Zion dans la raquette. Avec le kiwi barbu, Williamson aura l’occasion d’exploiter ses compétences de porteur de balle tout en faisant jouer sa vitesse et son explosivité en tournant autour de l’arbre NZ. De belles perspectives, mais encore trop d’incertitudes pour moi. Une 11ème place, aux portes du groupe jouant une place en Playoffs. Prometteur.
🔮 Sa prédiction : 11ème de l’Ouest

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: