Biathlon Omnisport Ski nordique Sports hiver

Sebastian Samuelsson : enfin l’éclosion ?

Dans ce début de saison, il est l’intrus chez les favoris norvégiens et français. Parmi les huit premiers du classement général, Sebastian Samuelsson est le seul à ne pas représenter une des deux nations dominantes du biathlon des dernières années. Le suédois réalise pour le moment le meilleur début de saison de sa jeune carrière, et a déjà débloqué son compteur de victoires. Retour sur le parcours de celui qui pourrait bien bousculer la hiérarchie cette année…

Source : Yrt News

Une éclosion rapide

Sebastian Samuelsson est né le 28 mars 1997 à Katrineholm (Suède).
Dans une équipe suédoise qui cherche sa nouvelle génération dorée, il fait son entrée sur le circuit coupe du monde à seulement 19 ans. Dès sa première saison, s’appuyant sur de bonnes performances à skis, Samuelsson réalise de bons résultats, avec notamment quatre top 20 fin 2016 et le droit de disputer la mass-start en tant que membre du top 30 mondial. Malheureusement, à partir des mondiaux de 2017 à Hochfilzen, les performances à skis de Samuelsson vont baisser sur la fin de saison et ses résultats vont suivre. Il termine sa première saison dans l’élite mondiale à 43ème place du classement général.
Lors de la saison 2017-2018, le niveau global à skis de Samuelsson progresse, il intègre régulièrement le top 10 des temps de skis. Si son tir progresse également, il ne va réunir que rarement les deux ingrédients en coupe du monde, avec comme meilleur résultat un top 10 lors de la dernière individuelle de la saison.

Crédit : Olympic.org

Entre-temps, celui qu’on surnomme « Sebbe » se sera malgré tout révélé aux yeux du monde lors d’une parenthèse enchantée : les Jeux Olympique de Pyeongchang en 2018. Echouant au pied du podium lors de l’Individuel, il réalise une magnifique remontée sur la poursuite où, parti quatorzième, il va décrocher son plus grand résultat : une deuxième place synonyme de médaille d’argent derrière l’indétrônable Martin Fourcade.
Cerise sur le gâteau, il vient chercher l’Or sur l’épreuve reine, le relais, remportée à la surprise générale par la Suède devant la Norvège et l’Allemagne. Il a alors seulement 20 ans !

La Suède a remporté la médaille d’or sur le relais des JO 2018 (Crédit : L’Express)

Un statut difficile à assumer

Fort de ses deux médailles olympiques, Sebastian Samuelsson se retrouve tout d’un coup très médiatisé, désigné comme successeur de Fredrik Lindström, alors en fin de carrière. Ce costume de nouvelle star du biathlon suédois, qu’il partage avec Hanna Öeberg, va s’avérer assez difficile à porter, dans un sport où les biathlètes arrivent à maturité plutôt vers 27-28 ans.
Moins à l’aise sur les skis, le suédois va également régresser derrière la carabine, passant sur le tir debout de 85% en 2017-2018 à 80% sur les deux saisons suivantes. Résultat, Samuelsson ne fera pas mieux que 22ème puis 28ème au classement général lors des saisons 2018-2019 et 2019-2020, loin des espoirs placés en lui. Il ne montera que deux fois sur le podium, avec une troisième place individuelle lors du Sprint d’Oberhof et une médaille de bronze en relais mixte lors des championnats du monde d’Östersund en 2019 aux côtés d’Hanna Öberg.

Aux mondiaux d’Östersund en 2019, S. Samuelsson et H. Öberg remportent le bronze sur le relais mixte (Crédit : Teller Report)

Lors de ces mondiaux d’Östersund, Samuelsson est également très proche de la médaille sur l’Individuel, avec une quatrième place. On commence alors à se demander si le suédois n’est pas un coureur de championnats, puisqu’il obtient ses meilleurs résultats aux mondiaux et aux JO. La fin de saison 2019-2020 confirmera cette réputation, avec trois top 20 lors des championnats du monde d’Antholz et une quatrième place sur le relais mixte. Ces bons mondiaux vont redonner de la confiance au suédois pour préparer du mieux possible la saison suivante.

Un feu d’artifice en Finlande…

Si la préparation de la saison 2020-2021 des biathlètes a été perturbée par la crise de la covid, cela n’a pas empêché Sebastian Samuelsson de se montrer lors des championnats de Suède. Très attendu et affûté, il a remporté le titre de champion sur le sprint et l’individuel dans des conditions très venteuses.

Samuelsson est très affûté lors de la pré-saison 2020-2021 (Crédit : Nordic Mag)

Les suédois, comme les norvégiens, ont fait le choix de reprendre par un stage à Östersund au lieu de Font Romeu dans les Pyrénées, principalement pour des raisons sanitaires. Ce choix va finalement s’avérer payant puisque les suédois, Samuelsson en tête, se sont présentés à Kontiolahti dans de très bonnes conditions physiques, au même titre que les norvégiens, au contraire des français notamment.

Certes, les conditions finlandaises ont sûrement avantagé les nations scandinaves. Mais elles n’expliquent pas simplement les performances impressionnantes du suédois. C’est simple, sur les quatre épreuves individuelles finlandaises (deux sprints, une individuel et une poursuite), il était toujours dans les quatre meilleurs temps de ski. Il obtient un premier podium lors du premier sprint avec une deuxième place derrière Johannes Boe. Sur le second week-end, il remporte sa première victoire individuelle en coupe du monde grâce à un 19/20 sur la poursuite, grâce notamment à une très bonne gestion de course.

Première victoire individuelle pour « Sebbe » à Kontiolahti lors de la poursuite (Crédit : Nordic Mag)

…sans lendemain ?

Dans des conditions plus continentales à Hochfilzen en Autriche, Samuelsson a certes reculé dans la hiérarchie en skis et au classement, mais il a tout de même obtenu deux top 10. Cerise sur le gâteau, il a offert la victoire sur le relais à la Suède, faisant craquer Johannes Boe sur le dernier tir, rien que ça. Depuis Hochfilzen, si ses temps de ski se sont stabilités, ils ne lui permettent plus de jouer les premiers rôles. Il obtient néanmoins régulièrement des top 20 voire top 10. Cela s’explique principalement par sa nouvelle aisance derrière la carabine cette saison. Il possède près de 90% de réussite au tir et ses temps sur le tapis sont moins longs. Même si son tir debout est encore perfectible, on peut en partie expliquer ces progrès par l’arrivée du nouveau coach suisse Jean-Marc Chabloz.

Sebastian Samuelsson réalise pour le moment sa meilleure saison au tir (Crédit : Realbiathlon)

Un coureur de grands évènements ?

Le déroulé de la saison 2020-2021 peut légitimement nous faire se poser cette question. Si Sebastian Samuelsson réalise à l’heure actuelle sa meilleure saison en coupe du monde, autour de la 7ème place au classement générale, il a du mal à confirmer ses excellentes performances du début de saison. Mais finalement, comme à Pyeonchang trois ans plus tôt, Sebastian a une nouvelle fois montré sa capacité à réunir les ingrédients quand il le faut, sur les courses d’un jour, lors des championnats du monde de Pokljuka en Slovénie. Bien placé après le sprint, il est allé chercher, au nez et à la barbe de Johannes Boe le titre de vice-champion du monde de la poursuite, après un sublime 20/20 au tir !

Sebastian est allé chercher une superbe médaille d’argent sur la poursuite des mondiaux 2021 (Crédit : Nordic Mag)

Souvent épatant en championnats du monde ou aux JO, Sebastian va devoir gagner encore en régularité, notamment à skis, pour pouvoir toucher le sommet de la hiérarchie sur toute une saison complète. N’oublions pas qu’il n’a que 23 ans. Son potentiel nous rend très exigeant, mais Sebastian Samuelsson est aujourd’hui le 3ème meilleur jeune du circuit, derrière Laegreid et Dale, et surtout il est le meilleur des autres derrière norvégiens et français. Avec Martin Ponsiluoma, tout récent champion du monde du sprint, chez les hommes et les soeurs Oeberg chez les femmes, ils forment la relève suédoise qui est à nouveau en mesure de jouer la gagne partout où elle passe. En témoigne cette très belle médaille de bronze au relais mixte des mondiaux en Slovénie.

Après plusieurs saisons décevantes, où il ne confirmait pas ses JO extraordinaires de 2018, Sebastian Samuelsson est en train de passer un cap dans sa carrière. Derrière les armadas norvégienne et française, il est pour l’instant le plus régulier et s’affirme comme l’un des principaux concurrents de ces deux nations. Il démontre également que le biathlon masculin ne se résumera pas uniquement à un duel France – Norvège. Samuelsson aura l’occasion de prouver sur le reste des mondiaux et les deux dernières étapes de coupe du monde qu’il est passé dans une autre dimension, pour aller chercher son meilleur résultat au classement général de sa jeune carrière. Car oui, le plus dur reste à venir : confirmer dans la durée. C’est tout le mal qu’on lui souhaite.

Si cet article vous a plu, voici quelques portraits qui pourraient également vous intéresser :
Lisa Theresa Hauser
Les soeurs Oeberg
Sturla Holm Laegreid
Jacov Fak

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :